«Plus on est en contact avec les usagers, plus la probabilité de voter FN est élevée»

Ce qui préoccupe la ministre de la fonction publique, c’est le résultat du vote FN chez les fonctionnaires; elle organise même des débats sur le sujet…. ça laisse songeur sur l’ordre des priorités que se donnent les socialistes quand ils sont aux manettes du pays.
Pourris, lamentables et irrécupérables.
7355337-europeennes-qui-a-vote-fn

Lu sur Libération.

Marylise Lebranchu préside ce mardi un débat sur la fonction publique, alors que l’extrême droite progresse parmi les fonctionnaires. Elle reconnaît une «vraie inquiétude», en tout cas «un sujet majeur». Et cherche «des mots» pour s’adresser à ces fonctionnaires qui basculent de plus en plus dans «l’adhésion au FN». Ce midi de début juillet, Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, a convié Luc Rouban et Joël Gombin, deux chercheurs en sciences sociales, à discuter avec elle de la montée du vote Front national dans la fonction publique.

(…)Le premier à s’exprimer est Luc Rouban, sociologue, spécialiste de la fonction publique. Il n’hésite pas à parler d’«explosion du vote FN parmi les fonctionnaires de catégorie C [le bas de l’échelle, ndlr]». Au premier tour de la présidentielle, en 2012, Marine Le Pen en a attiré 30%. Chez les enseignants, elle est à 5%, à 6% chez les cadres. Un faible score, mais en très forte progression.

Aux européennes, 23% des fonctionnaires et salariés d’entreprises publiques ont voté FN, estime son collègue, Joël Gombin. Ce résultat est proche de la moyenne nationale. «C’est une vraie rupture, récente, par rapport à 2012», relève ce spécialiste des dynamiques du vote Front national. Pour l’universitaire, il n’y a plus de spécificité du comportement électoral des fonctionnaires envers le FN. Et les marges de progression existent. «Le Front national a volontairement ciblé ce segment, laissé en déshérence», poursuit-il.

(…)Et c’est derrière les guichets des caisses de la Sécurité sociale, à l’hôpital, ou dans les services sociaux, que les fonctionnaires sont le plus sensibles aux thèses frontistes. «Plus on est en contact avec les usagers, plus la probabilité de voter FN est élevée», argumente Joël Gombin. «Les rapports interpersonnels sont devenus source de stress et d’angoisse.» Encore plus pour ceux qui ont à gérer en face-à-face, et souvent sans grands moyens, la souffrance et les colères des citoyens, pour qui la demande de service public est «infinie».

Malaise. Marylise Lebranchu parle d’un «effet miroir du fonctionnaire qui s’assombrit». Lire la suite

Foot business et arrêt Bosman (vidéo)

Depuis l’arrêt Bosman il n’est plus possible de limiter le nombre de sportifs étrangers dans une équipe ou une compétition professionnelle. Cette disposition met en danger les équipes de foot nationales. Elles perdent leur identité de jeu et le volume de bons joueurs nationaux s’amenuise.
Autre conséquence : la spéculation. Le transfert des joueurs n’est aujourd’hui qu’une immense bulle spéculative qui entraine une inflation délirante des salaires et une surcote de certain joueur.

Le foot est l’expression dantesque du mondialisme.

Mais où est passé l’observatoire des contreparties du pacte de responsabilité ?

« L’observatoire des contreparties », présidé par le Premier ministre, devait vérifier l’application réelle des contreparties exigées des entreprises en échange des allègements de charges qui leur étaient accordés dans le cadre du pacte de responsabilité.

Or il semblerait que celui-ci ait disparu… on nous aurait ment ?


Mais où est passé l'observatoire des… par prechi-precha

Les insultes antisémites d’Ahmed Chekhab élu PS de Vaulx-en-Velin

Des excuses. Et une démission. Depuis début juillet, l’adjoint PS aux Sports de Vaulx-en-Velin Ahmed Chekhab est accusé d’avoir proféré des insultes à caractère antisémite. Mercredi 9 juillet dans un communiqué où il réaffirme qu’il n’est « pas antisémite », l’élu PS demande « à Madame la Maire d’être déchargé de [sa] délégation aux Sports, afin de me consacrer entièrement à la mise en place à Vaulx-en-Velin d’un plan d’action ambitieux de lutte contre le racisme et l’antisémitisme en partenariat avec La LICRA ».

S’il quitte sa fonction d’adjoint aux Sports, Ahmed Chekhab reste bien membre du conseil municipal. C’est en qualité d’adjoint qu’il mènera sa mission de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

À l’origine de cette démission, il y l’ »affaire », ces mots qu’Ahmed Chekhab a prononcés vendredi 30 mai devant le président du club d’athlétisme Majid Diri, des insultes à caractère antisémite visant Philippe Zittoun, l’ancien adjoint aux Sports.

Lundi 7 juillet, à l’occasion du conseil municipal, le socialiste s’est confondu en excuses. Puis, expliquant les circonstances de son dérapage, il a ajouté :

J’ai l’impression d’avoir été l’objet d’une manipulation dans cette affaire même si ça n’excuse pas les propos très graves que j’ai pu tenir. J’ai été enregistré à mon insu le 30 mai.

La conversation entre Majid Diri et Ahmed Chekhab a bien été enregistrée. Le Lab a pu consulter cet enregistrement dont voici un extrait :

lire la suite

Mario Draghi prône une gouvernance européenne pour imposer des réformes nationales

Dans un discours prononcé à Londres, le président de la BCE a proposé qu’une forme de gouvernance commune se mette en place en Europe pour instaurer les réformes qui ont parfois du mal à passer dans un contexte national. Il s’inspire de l’exemple du FMI.

lefouet-02-cc9f31

Le président de la Banque Centrale Européenne, Mario Draghi, lance un pavé dans la marre en plaidant pour un mécanisme européen de gouvernance,

dont le but serait de forcer l’adoption réformes structurelles dans les Etats souverains, en s’inspirant de ce qui a été réalisé dans l’Union en matière de convergence fiscale.

Dans un discours prononcé ce mercredi soir à Londres, le gardien de l’euro prône une « forme de gouvernance commune sur les réformes structurelles ».

Il fait remarquer que les effets positifs attendus de ces réformes, en améliorant la productivité et la compétitivité, ne sont pas dans l’intérêt d’un pays en particulier, mais « dans l’intérêt de l’Union Européenne dans son ensemble ».

Les réformes structurelles qui ont un fort penchant national ont parfois du mal à passer, Lire la suite

Marine Le Pen compare le gouvernement à un « hamster qui tourne dans sa cage »

« Le gouvernement ne sait pas où il va »

« On donne 20 milliards aux entreprises et puis on retire 20 milliards aux entreprises et puis on redonne des milliards aux entreprises. On crée des impôts sur les classes moyennes et maintenant on annonce qu’on va baisser les impôts sur les classes moyennes qu’on vient de créer. On supprime le crédit d’impôt sur l’apprentissage et aujourd’hui ont dit qu’il faut mettre de l’argent sur l’apprentissage. C’est n’importe quoi. Le gouvernement ne sait pas où il va », a-t-elle développée.

Manuel Valls sera le pire Premier ministre de la Ve République

Marine Le Pen, présidente du Front national

Pour Marine Le Pen, « la France meurt de l’impuissance et de la lâcheté de ses dirigeants » soumis au modèle ultralibéral des diktats de l’Union européenne ». Manuel Valls « sera le pire Premier ministre de la Ve République. Tous ces gens sont des pantins« , « ils sont des préfets de l’Union européenne. Moi, je défend la souveraineté française, l’intelligence française et l’énergie française. »


Marine Le Pen, invitée de Guillaume Durand avec… par radioclassique

Djihadistes : Schengen rend inapplicable l’interdiction de sortie du territoire confirme Marc Trevidic

Le juge anti-terroriste vient expliquer au micro d’Inter le projet du gouvernement pour lutter contre le départ des jeunes vers la Syrie. Marc Trévidic est chargé de nombreux dossiers comme celui des moines de Tibhirine et le dossier du Rwanda.

« Dans certaines familles c’est la femme qui pousse au djihâd, comme Macbeth pousse au crime. »

Marc Trevidic


"L'augmentation du nombre de jeunes Français… par franceinter

L’agent de Benzema agresse des journalistes de L’Equipe

L’agent de Karim Benzema, Karim Djaziri, et l’un des amis de l’attaquant français dont l’identité n’a pas été révélée, présents à Ribeirao Preto pendant la Coupe du monde, ont « menacé », « insulté » et « agressé » trois journalistes du quotidien sportif. La raison ? Des articles autour du buteur des Bleus qui n’auraient pas plu à son entourage…

« L’ami » de Karim Benzema a giflé un journaliste après lui avoir indiqué qu’il avait « manqué de respect » au joueur à travers des articles à son encontre. Ce n’est pas fini… Plus tard dans la journée, Djaziri a « asséné » un coup à un autre confrère du quotidien tout en l’insultant et en le menaçant physiquement.

(…) Le Figaro

Débordements algériens en France : les médias bottent en touche

Extrait d’un très bon article du site de critique des Média OJIM.

(…)Le prestige des victoires a changé de source, à une ère de paix entre les grandes nations et celle-ci s’est déplacée dans les grandes messes du football, à la fois guerre ritualisée et sport de masses entre tous.

Soixante ans après Mussolini, le président Chirac profita de la victoire des Bleus lors de la coupe du monde de 1998, qui fit remonter de 15 points sa cote de popularité alors très faible, mais ce n’est pas tant le président que le gouvernement socialiste qui tenta de la transformer en argument idéologique, cherchant non pas à prouver la supériorité du fascisme sur les démocraties, mais celle du multiculturalisme sur le modèle précédent, en valorisant la composition ethnique de l’équipe « black-blanc-beur ». Une ethnicisation des résultats qui disparut, forcément, lorsqu’il s’agit de commenter la débâcle de 2002 où la France perdit simplement tous ses matchs, ou encore lors de la pantalonnade pathétique et honteuse de 2010.

S’il est évident que « La fièvre footballistique créé un climat d’union nationale. » comme le concluait l’institut de sondage Ipsos à propos de 98, se servir des résultats sportifs comme preuve du bien-fondé d’une politique demeure une entreprise pour le moins périlleuse.

Toujours est-il que jusque là, les médias ont toujours pris prétexte des coupes du monde pour développer des analyses sociologiques ou politiques en fonction des résultats, que ce soit pour faire l’éloge du multiculturalisme quand l’équipe nationale gagnait, ou pour fustiger l’amoralité et la morgue de milliardaires irresponsables, lorsqu’elle perdait.

Curieusement, ces mêmes médias devinrent très réticents à l’analyse lorsqu’il s’agit de commenter les incidents qui émaillèrent, en France, le début du mondial de 2014, avec l’épopée surprenante de l’équipe nationale algérienne. Il eût pourtant été naturel d’attendre de la part des médias français officiels, en de telles circonstances, une analyse sociologique sérieuse et approfondie de ces événements qui ont donné lieu à des dégâts, des affrontements et des mobilisations policières totalement hors norme dans un pays en paix. Pourtant, ceux-ci n’enregistrèrent rien d’autre que la joie bien légitime des supporters algériens, tout juste émaillée d’incidents regrettables, certes, mais marginaux et ne signifiant rien.

La nouvelle confrontation médiatique

Nous ne reviendrons pas ici sur l’ampleur des faits qui ont été abondamment recensés sur les sites appartenant à la « réacosphère ». Il est cependant à noter qu’Internet se fait désormais systématiquement l’écho en retour de l’occultation médiatique officielle. Nous ne reviendrons pas non plus sur le détail des réactions médiatiques. Celles-ci ont été parfaitement résumées par François-Bernard Huyghe, directeur de recherches en sciences de l’information et de la communication à la Sorbonne et spécialiste des médias et de la stratégie. Celui-ci note en effet que « deux types de discours polarisent le débat :
- Discours relativiste et argument statistique : certes ces incidents sont intolérables, mais ils sont rares au regard de l’importance de la communauté algérienne. Ils ne sont pas si graves ou si inhabituels ; ils ne doivent en aucun cas servir à stigmatiser toute une communauté comme le voudraient ceux qui cherchent un bouc émissaire. Ce qui serait autrement plus dangereux.
- Discours dramatique et argument de symptôme : ce qui se passe est grave. Le système essaie de minimiser l’importance des faits, mais ils sont caractéristiques : une grande partie de la jeunesse d’origine immigrée est plus attachée à ses racines qu’à la France et saisit la moindre occasion de traduire son hostilité envers le pays d’accueil. »
Le premier discours appartient à la sphère médiatique ; le second aux réseaux sociaux identitaires et affiliés. Ces deux discours sont en miroir et se nourrissent l’un l’autre, remarque le Lire la suite

Qui paye les vacances de Ségolène Royal dans un hôtel de luxe à Florence ?

Ségolène Royal a passé son week-end du 1er mai 2014 dans un célèbre hôtel de luxe à Florence. Qui a payé la facture ?

Qui paye les vacances de Ségolène Royal dans un hôtel de luxe à Florence ?

Le paparazzo Jean-Claude Elfassi a révélé sur son blog que Ségolène Royal avait séjourné du 3 au 5 mai 2014 dans un hôtel de luxe à Florence, en Italie, aux frais des contribuables. La de l’Ecologie a en effet fait payer par son ministère son week-end à Florence dans une suite du célèbre Grand Hôtel Baglioni ( voir aussi Elus, syndicalistes, fonctionnaires de Bercy… Ils partent en vacances avec votre argent !).

Institutrice poignardée : la famille de clandestins qu’elle défendait a été régularisée

Le gouvernement a décidé de délivrer des papiers à une famille béninoise défendue par l’institutrice d’Albi qui a été poignardée à mort vendredi 4 juillet.

Le meurtre de l’institutrice d’Albi a-t-il joué dans la régularisation d’une famille béninoise ? L’enseignante, Fabienne Terral-Calmès, se battait depuis trois ans pour que cette famille, dont les cinq enfants sont scolarisés dans son école, obtienne des papiers. C’est désormais chose faite ; Benoît Hamon, le ministre de l’Éducation, l’a confirmé à RTL.

Pourtant, quelques jours plus tôt, cette famille s’était vu signifier une obligation de quitter le territoire. L’État est revenu sur cette décision en raison de l’intervention des parents de l’institutrice poignardée. Ils ont demandé à la préfète du Tarn de donner gain de cause à l’engagement de leur fille.

« Je trouve formidable, remarquable que des parents qui viennent de perdre leur fille dans des conditions atroces, la première chose à laquelle ils pensent quand ils rencontrent madame la préfète c’est de dire : ‘Faites quelque chose pour cette famille en détresse’ », s’exclame Dominique, qui se battait aux côtés de Fabienne pour la régularisation de la famille.

RTL

Lyon : Marché du ramadan jets de pierre, gestes d’égorgement… contre la police

LyonMag

« Plusieurs dizaines de personnes ont commencé à menacer les policiers, notamment en mimant des gestes d’égorgement. Jets de projectiles, usage du gaz lacrymogène et de flashball ont suivi l’intervention des forces de l’ordre. Les policiers ont été légèrement blessés ; aucune interpellation n’a pour l’instant eu lieu. »

Communiqué du syndicat Alliance Police suite à la plainte contre ces derniers de Zorah Ait-Maten, adjointe PS de Gérard Collomb à la Ville de Lyon.

 

 

Dans un communiqué le syndicat annonce « soutenir l’ensemble des fonctionnaires qui sont intervenus place Bahadourian ».
« Remontons à la genèse de cet incident, poursuit Alliance dans son communiqué. Une banale mission de police (stationnements anarchiques) qui tourne à l’ émeute lorsque les policiers tentent de faire cesser l’infraction. De même, si l’on se penche sur la vidéo amateur postée sur Lyonmag.com, on constate l’usage de moyens lacrymogènes devant le Commissariat de Lyon 3/6 arrondissements, et ce à près de 100 mètres de l’incident initial !
- Est il acceptable que des policiers chargés de faire respecter la loi soient contraints de se retrancher dans leur propre Commissariat dans l’ attente de renforts ?
- Est il normal de ne pas avoir les moyens d’ interpeller des fauteurs de Lire la suite