Philippot (FN) : l’UMP, parti « qui n’existe plus »

Florian Philippot, vice-président du Front national, a pointé aujourd’hui « un capharnaüm à l’UMP », un parti, dit-il, qui « n’existe plus » et dont le président, Nicolas Sarkozy, n’a « plus aucune autorité ».

B86EPwKIMAA1CMc

Interrogé par Radio Classique sur la position d’Alain Juppé, prônant de faire barrage au FN au second tour de la législative du Doubs, l’eurodéputé FN a commenté: « C’est le grand capharnaüm à l’UMP. Nicolas Sarkozy qui est censé être le président de ce parti n’a décidément aucune autorité. Ca s’exprime dans tous les sens alors qu’il avait demandé le silence avant la prise de position officielle du parti » cet après-midi.

« L’UMP n’est plus dans un état de perdition mais dans un état de naufrage », selon le bras droit de Marine Le Pen. « Quand on voit à ce point des voix discordantes s’exprimer, on se rend compte que ce parti n’existe plus ».

Pour lui cependant, le maire de Bordeaux a surtout opéré « une ouverture d’hostilités vis-à-vis de Nicolas Sarkozy », c’est « une guerre des chefs ».

Le blog de l’ancien premier ministre, selon Florian Philippot, « Harlem Désir », ancien numéro un du PS « aurait pu le signer ». « L’UMPS, ça n’est décidément pas un fantasme », a-t-il ajouté, affirmant que « ces gens-là partagent tout », « sont d’accord sur tout ».

Quand Juppé excluait un membre du RPR pour avoir voté PS contre le FN (maj vidéo)

Addendum: vidéo d’archive qui montre la duplicité de l’UMP d’aujourd’hui

Le RPR décide de sanctionner Alain CARIGNON, après sa proposition d’un Front Républicain anti Front National et son appel à voter pour la candidate socialiste au 2ème tour des cantonales partielles de Villeurbanne.Déclaration d’Alain JUPPE, Secrétaire RPR refusant de faire la courte échelle au parti socialiste et justifiant ainsi l’exclusion d’Alain CARIGNON du RPR.

http://youtu.be/PRq3wMEWeLQ

Comment Alain Juppé s’est converti au front républicain

1990: il exclut un membre du RPR qui vote PS contre le FN

Le Alain Juppé de 1990, par exemple, était sur une toute autre ligne. Alors numéro 2 du RPR, il avait décidé d’exclure Alain Carignon, alors maire de Grenoble, de son parti puisqu’il avait appelé à voter socialiste au second tour d’une élection partielle à Villeurbanne pour contrer le FN. «Nous n’avons pas du tout l’intention de faire la courte-échelle au Parti socialiste», s’était justifié l’ancien ministre, après avoir mis en congé le maire RPR.
2013: Juppé préfère le vote blanc

Plus récemment, en juin 2013, l’édile de Bordeaux avait indiqué sur RMC/BFMTV qu’il n’était «pas sûr» que la stratégie du front républicain pour faire barrage au FN soit une «bonne idée». Il invitait alors à la prudence sur l’utilisation de la formule. «Je me demande même si ça n’alimente pas, d’une certaine manière, la propagande du Front national qui veut mettre l’UMP et le PS dans le même sac», disait-il à l’époque. Sa seule préoccupation était celle de l’alliance. «Nous avons une incompatibilité de valeurs mais aussi de programmes avec le Front national», vantait-il.
Trois mois après ces déclarations, Alain Juppé concrétisait sur son blog. «En cas de duel électoral FN/PS , hypothèse rarement vérifiée jusqu’à ce jour, je n’hésiterai pas , pour ma part: vote blanc», avait-il exprimé sur son blog, en septembre 2013, après les propos polémiques de François Fillon qui envisageait de voter pour «le candidat le moins sectaire».

Municipales 2014: le «piège» du front républicain

B855QgCCMAExu_B

Manipulation médiatique anti-FN: Selon les média la candidate du FN dans le Doubs croit «à l’inégalité des races» . Faux

Rien dans les propos tenus par sophie Montel il y a plus de 20ans ne concerne les races,
( et même si cela avait été le cas ça ne poserait aucun problème, il n’y a pas de délit d’opinion dans une démocratie libérale) elle ne parle que de civilisation et énonce des évidences.
Avant le second tour de la législative dans le doubs, les média font tout pour empêcher le FN d’avoir un nouveau député et se lancent dans une grande propagande. Encore une fois on constate la déréliction d’un système médiatique de plus en plus comparable à un système totalitaire.

Voilà exactement ce qu’a dit Sophie Montel il y a plus de 20 ans: Lire la suite

Soutien scolaire, cantines : les mesures choc du maire FN de Beaucaire

Élu en mars, Julien Sanchez a privé de subventions un centre socioculturel qui assurait du soutien scolaire. Et veut signaler à la justice les parents d’élèves qui ne payent pas la cantine.

C’est dans sa ville, entre Nîmes et Avignon, que Marine Le Pen avait choisi de défiler le 11 janvier, en marge du rassemblement républicain à Paris. Depuis, le maire de Beaucaire est sur tous les fronts. Après s’être attiré les foudres d’une partie de ses administrés en fermant un centre socioculturel, la semaine dernière, il annonce lundi des sanctions drastiques contre les parents d’élèves qui ne paieraient pas la facture de cantine.

Julien Sanchez, élu en mars dernier, vient de stopper les subventions normalement allouées à la Maison du vivre ensemble, un centre socio-culturel qui assurait notamment du soutien scolaire. Et il ne souhaite ni trouver des solutions de replacement pour les personnes qui ont perdu leur emploi, comme le directeur de l’établissement, ni promouvoir une autre association pour satisfaire la demande.

«Les aides sont déjà assurées par le temps périscolaire dans les écoles», assure le maire FN, contacté par le Scan. «Si ces personnes ont besoin de soutien parce qu’elles ne parlent pas le français, ce n’est pas mon problème, ce n’est pas à nous de payer», poursuit-il. Les Lire la suite

La politique américaine en Ukraine va-t-elle entraîner une nouvelle guerre froide ?

Au cœur du glacial hiver russe de l‘année 1990, le très républicain et très texan secrétaire d’état américain James Baker a fait à Moscou une bien étonnante promesse.

Présent au Kremlin, il a juré la main sur le cœur pendant une discussion avec Mikhaïl Gorbatchev, que l’Alliance militaire occidentale ne s’étendrait pas vers l’est si Moscou acceptait que l’Allemagne réunifiée intègre l’Otan.

Plus largement, cela voulait dire que les occidentaux ne chercheraient pas à profiter de la dissolution du pacte de Varsovie, et du retrait des troupes soviétiques d’Europe centrale. Ceci fut confirmé par le ministre des affaires étrangères allemand qui s’adressait à son homologue soviétique, Edouard Chevardnadze.

Plus tard c’est Bill Clinton lui-même qui raconta dans un ouvrage qu’il avait écrit qu’en 1997, Boris Eltsine lui avait demandé de limiter une éventuelle extension de l’OTAN aux anciens membres du pacte de Varsovie mais d’en exclure les états de l’ex-Union Soviétique, comme les pays Baltes et l’Ukraine.

Alors que la nouvelle Russie était promise à l’effondrement, le sursaut russe avant le chaos s’est traduit par l’élection d’un inconnu: Vladimir Poutine. Pendant les 15 années suivantes, (de 2000 à nos jours) il s’est attaché à rétablir non seulement l’ordre et la stabilité intérieure mais aussi à préserver autant que possible la complexe relation qui existe entre Moscou et ses marches depuis l’effondrement de l’Union Soviétique.

Etrange naïveté postsoviétique, les Russes en général sont restés longtemps médusés en constatant que les élites américaine ne tenaient absolument pas leur parole, et que la promesse: « L’OTAN ne s’étendra pas à l’Est », qui résonnait encore à leurs oreilles, n’avait aucune valeur. Bien au contraire, la pression américaine n’a fait que s’accentuer.

Il y a eu tout d’abord le bombardement de l’allié serbe en 1999 et l’adhésion à L’OTAN des Polonais, des Tchèques et des Hongrois la même année. Puis la création d’une force de réaction rapide à Prague en 2002 suivie en 2004 d’une vague d’extension de l’OTAN a 7 états supplémentaires: l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie, amenant ainsi l’Otan aux frontières russes.

N’oublions pas la mise en place qui se poursuit en Pologne, de missiles américains soit disant installés là pour intercepter des missiles intercontinentaux qui pourraient être lancés par l’axe du mal (Iran — Corée du Nord).

Dans le même temps, d’étranges révolutions démocratiques managées par des ONG américaines se sont produites sur les marches russes, en Ukraine et en Géorgie. Dans le cas de la Géorgie, la situation a débouché sur des opérations militaires. La Russie et l’Ouest se sont affrontés dans une guerre indirecte et asymétrique, par l’intermédiaire d’un état fusible interposé.

En 2009 c’est la France, via Nicolas Sarkozy qui opère son retour dans le commandement intégré de l’OTAN, fermant ainsi la fenêtre historique qui avait été ouverte en 1966 par le Général de Gaulle et achevant ainsi la mainmise de l’OTAN sur l’Europe.

L’emprise de l’OTAN s’est en effet fortement accentuée sur l’Europe, il faudrait être sourd Lire la suite

Soumission : on y est presque !

La vraie soumission des faux résistants.

Les attentats islamistes contre Charlie hebdo et l’épicerie casher vont renforcer les lois antiracistes qui visent quasi exclusivement l’extrême-droite ou ce qu’il en reste. On ne se trompe certes pas de cible, mais on se donne bonne conscience antiraciste à moindre coût. L’ennemi principal reste celui d’hier, ce qui évite l’affrontement avec celui d’aujourd’hui. C’est l’islamisme radical qui fait monter l’antisémitisme en France en dénonçant la politique sioniste.

En réalité la montagne de mobilisation va accoucher d’une souris.

Soumission : on y est presque !Mais il y a pire… en fait on s’aperçoit au fil des semaines que la résistance affichée massivement et sans risque cède rapidement le pas à la lâcheté ordinaire. Le film Timbuktu, charge féroce contre les barbus maliens, va être récompensé mais il a été, dans certains endroits, déprogrammés. Même chose pour le film d’auteur l’« Apôtre » ou pour la pièce «  Lapidée ». Les caricaturistes eux-mêmes mettent la pédale douce pour le respect de l’autre… quand cet autre est musulman.

Soumission : on y est presque !En fait c’est, dans le milieu culturel, une sorte de «  courage fuyons » qui donne raison aux djihadistes. On n’ose plus critiquer l’islam pour ne pas stigmatiser les musulmans, on se «  soumet «  à sa vision du monde » par crainte, derrière le leurre du vivre ensemble. La mobilisation pour la liberté débouche sur une dynamique favorable à ceux qui veulent islamiser notre société. Un comble.

Soumission : on y est presque !On se refuse à nommer l’ennemi le plus souvent, on  se refuse à le combattre vraiment pour ne pas stigmatiser sa religion et la justice est là pour freiner toute tentation de défense immunitaire de l’identité. On va donc traquer les mauvais pensants non musulmans et gauchiser l’éducation nationale pour formater sans s’embarrasser des libertés de penser, les enfants de plus en plus jeunes. Comme dans tout régime totalitaire. Tout cela est stupide.

Les djihadistes qui veulent détruire notre civilisation pour y imposer leur obscurantisme religieux se réclamant de l’islam se moquent du durcissement des lois antiracistes et de l’éducation laïque. Ils sont dans un monde, dans une autre dimension où un livre et une proclamation  de soumission au seul vrai dieu, le leur, remplace toutes les connaissances  qui sont  donc inutiles sinon nocives.

On veut les impliquer dans un  système de pensée et de culture qu’ils considèrent comme le mal.

Ils n’ont pas besoin de lire puisqu’ils savent réciter. On leur applique une éducation qui est une rééducation à la Viet et qui n’est certes pas adaptée. L’antiracisme est le soviétisme d’aujourd’hui a-t-on  déjà dit…. Il le prouve chaque jour d’avantage en ne prenant pas en compte  les réalités du moment pour s’acharner sur le passé.

Ce n’est pas contre les nazis qu’il faut résister, mais contre les islamistes. La confiscation idéologique et le détournement de l’émotion de la tuerie de Charlie Hebdo auront des effets désastreux sur notre sécurité et le maintien de nos valeurs historiques.

Car cette émotion  est utilisée par des gens qui sont responsables de ce qui arrive et qui refusent de le reconnaître, car ils sont le bien et ne peuvent donc avoir tort, s’acharnant contre ceux qui avaient vu ou qui sont vraiment des insoumis….

La soumission objectivement progresse plus que jamais.

Jean Ansar

Source : Metamag.

Villeneuve d’Asq : « Une conversion à l’islam par jour depuis Charlie Hebdo, Et après? »

Le FN c’est le danger?

—–

Cherchons à être fort intellectuellement, économiquement, financièrement. À être fort politiquement; c’est à dire dans la gestion de la vie de notre société.Soyons gérants, participons à la gestion de cette société mes frères et sœurs. Ayons ce que ont ceux ont force dans cette société. Ayons notre lobby intellectuel.

Villeneuve d’Asq : « Une conversion à l’islam par jour depuis Charlie Hebdo, Et après? »

Qui sont en 2015 les vrais fascistes ?

Qu’est ce que le fascisme ? On a écrit des livres entiers sur le sujet, Le fascisme en action par exemple de Robert Paxton, mais nul besoin d’aller chercher si loin. Le fascisme peut se résumer en quelques mots : nationalisme, antiparlementarisme (ou dictature si vous préférez), centralisme économique et anticommunisme. Mussolini et Hitler sont sans doute ceux qui ont le mieux incarné le fascisme et naturellement au lendemain de la seconde guerre mondiale, cette doctrine est ressortie totalement disqualifiée.

Inutile de revenir sur l’anticommunisme. Après la chute du mur de Berlin ce n’est certainement pas là que se trouve le problème. Quant au centralisme économique, à ne pas confondre avec le collectivisme qui lui ne respecte pas les lois du marché et abolit la propriété privée, n’oublions pas qu’il fut au cœur du programme du conseil national de la résistance et d’une certaine façon aussi au cœur du programme commun de la Gauche en 1981. Le thatchérisme ou doctrine libérale qui lui est diamétralement opposé a fait florès à partir des années Reagan ; savoir quel système est le meilleur est une question qui est loin d’être tranchée, la crise de 2008 le prouve.

Voyons maintenant le nationalisme. Sans aucun doute, il a mauvaise presse en France, mais cela suffit-il pour qualifier un nationaliste de fasciste? Bien au contraire, toute l’histoire de la seconde moitié du XXème siècle foisonne d’exemples de nationalismes pas forcément vertueux mais très politiquement corrects : le sionisme, les mouvements de décolonisations du Tiers-monde, le nationalisme croate, bosniaque et aujourd’hui ukrainien pour ne citer que quelques exemples.

Reste donc la dictature du parti unique comme forme de gouvernement, et c’est bien là et nulle part ailleurs que réside le poison du fascisme. C’est pourquoi le mot fasciste tel qu’il est employé aujourd’hui devrait désigner exclusivement des partis ou des individus qui ne jouent pas le jeu démocratique. Lionel Jospin avait donc parfaitement raison de dire que le Front national n’est en aucun cas un parti fasciste. Populiste oui, fasciste non. Mais qu’en est-il des autres ?

Lorsque je songe aux lendemains de l‘affaire de Carpentras, à ce qui s’est passé dans les rues après le 21 avril 2002, aux ententes contre-nature pour faire barrage à n’importe quel prix au Front national, au traitement des élus de ce parti par les médias, au traitement Lire la suite

Avignon : après l’agression d’un prêtre, le cri d’alarme de l’archevêque?

Imaginez si ce monsieur avait été Imam ou Rabbin ce qu’aurait fait et dit la gauche et sa police politique.

——

Un frère de la paroisse St-Ruf a eu le nez cassé, lundi soir, au cours d’une agression après le vol de son téléphone. L’archevêque Cattenoz dénonce la récurrence des actes visant les religieux

Le père Grégoire a déposé plainte au commissariat ainsi que deux frères menacés au couteau et une jeune femme qui a reçu un coup en tentant de s'interposer lors de l'agression.

Le père Grégoire a déposé plainte au commissariat ainsi que deux frères menacés au couteau et une jeune femme qui a reçu un coup en tentant de s’interposer lors de l’agression.

Source

Législative dans le Doubs : le FN et le PS au 2e tour, l’UMP éliminée

Selon les résultats fournis par la préfecture, avec 28.8% des suffrages, le socialiste affrontera la frontiste Sophie Montel, arrivée en tête avec 32.6%. Charles Demouge, lui, est éliminé avec 26.5% des voix.
Le candidat UMP a certainement payé ses déclarations sur les petits blonds. En ce qui concerne le PS les média complices nous font croire que la présence de son candidat au second tour serait un sursaut citoyen dû à la bonne gestion des attentats de l’exécutif.
Ils oublient bien vite qu’il y a 60% d’abstention et que le PS perd 12% par rapport à la dernière législative. Encore une fois, les journalistes donne la mesure de leur débilité. Ils prouvent qu’ils ne sont que de sombres tartufes au service d’une caste qui les nourrie de subventions et d’avantages fiscaux.

Doubs : Marine Le Pen lance un appel à la « mobilisation générale»

La présidente du Front national a souligné aussi le «recul très important» du PS mais aussi celui de l’UMP « sèchement exclu » du premier tour.

Pour le Front National, ce premier scrutin de l’année 2015, organisé sur l’une des terres symboliques de la gauche, était espéré comme une confirmation de la vitalité enregistrée en 2014.

Dimanche soir, Marine Le Pen a immédiatement considéré que son parti avait «accentué, une fois encore, sa dynamique» dans une élection du Doubs pourtant marquée par «l’inconvénient» de la forte abstention (60 %).


La présidente du Front national a souligné aussi le «recul très important» du PS mais également celui de l’UMP «sèchement exclu» du premier tour.
Selon elle, la candidate Sophie Montel peut rassembler les électeurs au second tour dans le vent de cette dynamique favorable. «Quand on arrive en tête avec huit points d’avance sur son adversaire, l’hypothèse d’une victoire est parfaitement recevable», assure Marine Le Pen, qui avoue attendre avec impatience de connaître les consignes de vote de l’UMP.

«Le retour de Nicolas Sarkozy est un échec»
Marine le Pen

«Il a deux choix, prévient-elle, soit il appelle à voter PS et démontre une fois de plus que l’UMPS est une réalité politique en se mettant en rupture totale avec son électorat, soit il laisse l’élection se dérouler et alors notre candidate a ses chances.» Les frontistes ont estimé, dimanche soir, que cette législative partielle confirmait leurs analyses, notamment concernant la réaction des électeurs après les attentats de janvier, alors que, selon eux, les socialistes espéraient bien profiter de l’élan d’unité nationale. Concernant Nicolas Sarkozy, ils constataient également que son Lire la suite

Le site Fdesouche attaqué par des islamistes

Depuis quelques jours le site fdesouche fait l’objet de plusieurs attaques de pirates islamistes.

L’ancienne ministre PS Bertinotti mise en cause dans une affaire financière

François Hollande n’avait pas vraiment besoin de ça. L’ancienne ministre déléguée à  famille Dominique Bertinotti et actuelle conseillère d’Etat est mise en cause dans un rapport de la Chambre régionale des comptes, selon des informations exclusives du Parisien. Un scandale de plus pour le Parti Socialiste.

Scandale en vue pour Bertinotti

Le procureur financier de la Chambre régionale des comptes a constaté «des irrégularités» dans son dernier rapport, comme le révèle Le Parisien. Dominique Bertinotti est mise en cause pour la gestion du local municipal de l’Espace des Blancs-Manteaux, à Paris. «Le procureur financier de la CRC la défère Lire la suite

Le nouveau ministre grec des finances : « Le programme de Syriza ne vaut même pas le papier sur lequel il a été écrit ! »

Ah,ah,ah… Mélenchon va se tailler les veines. Non seulement Syriza a choisi de s’associer avec un parti de droite souverainiste pour gouverner, mais le ministre des finances du nouveau gouvernement semble ne pas partager les absurdités économique des doux utopistes et démagos de la gauche radicale….

———–

Je vais vous dire ce que je pense vraiment du programme de Syriza : il ne vaut même pas le papier sur lequel il est écrit ! C’est un catalogue de bonnes intentions non chiffrées qui ne pourront et ne seront pas tenues. Le plus grand mensonge de ce fourre-tout de politiques sans importances est que l’austérité sera annulée ! Une plaisanterie !

Lire ce programme est juste une perte de temps et je vous recommande de passer votre chemin. Ceux qui craignent le « gauchisme » de Syriza se trompent lourdement. C’est un conglomérat de petits partis en évolution permanente, passé en quelques années de moins de 4 % des voix à plus de 36 %. Ce qui compte, c’est que ceux qui le dirigent vraiment sont une petite équipe d’économistes compétents et surtout modérés au premier rang desquels on trouve Yanis Varoufakis, le nouveau ministre des Finances, qui ont compris la triste réalité grecque. C’est grâce à eux, que Syriza veut que la Grèce reste dans la zone euro même s’ils sont persuadés que la course à l’austérité est mortelle pour elle.

Je me rends bien compte du cynisme de ce que je viens d’écrire et que j’ai du gravement énerver mes lecteurs, surtout ceux de la gauche radicale qui espèrent que la Grèce sera le nouveau Vénézuéla, le nouveau Cuba, que dis-je !, la nouvelle Chine, celle de Mao, pas celle de l’hypercapitalisme actuel. Beaucoup d’entre vous ont dû trouver dans les lignes qui précèdent la confirmation de mon néo-libéralisme européïste. Vous allez rire : ces propos ne sont pas de moi, mais de Yanis Varoufakis, oui, oui, le ministre des Finances. Ils sont extraits d’un article de son blog écrit le 3 juin 2012, à la veille des élections législatives du 17 juin. Voici l’extrait dont j’ai tiré les phrases ci-dessus :

« Doit-on redouter « l’ultra-gauchisme » de Syriza? Ma réponse est un non retentissant. Je ne vous recommande pas de lire (même à ceux d’entre vous qui parlent grec) leur manifeste. Il ne vaut même pas le papier sur lequel il est écrit. Bien que plein de bonnes intentions, il contient peu de détails, est rempli de promesses qui ne pourront pas et ne seront pas tenues (la plus grande étant que l’austérité sera annulée); c’est un fourre-tout de politiques sans importance. Ignorez-le purement et simplement. Syriza est un parti qui a dû passer en l’espace de quelques semaines d’une agglomération de partis politiques marginaux à un parti important qui pourrait être en position de former un gouvernement dans les prochaines semaines. À plein d’égards, il s’agit d’un « travail en cours ». D’où son manifeste peu appétissant ».

Le texte (en anglais) est ici. Décoiffant de franchise, non ? Est-il destiné à rassurer ceux qui avaient alors peur de Syriza? Je ne le pense pas quand on voit le programme de Thessalonique adopté en septembre dernier et qui est en très fort recul par rapport à la marche vers le socialisme promis par la plate-forme d’origine que critique Varoufakis (ancien conseiller du premier ministre socialiste George Papandréou entre 2009 et 2011). Cela montre qu’en réalité, on ne sait pas exactement ce que fera Syriza qui s’est réservé des marges de manœuvre plus conséquentes qu’on l’imagine à 3000 km de distance…

Libération