A Puteaux, une candidate FN et son enfant handicapé sont expulsés par l’office municipal HLM

L’UMPS est prêt à tout mettre en œuvre pour dissuader toute forme d’opposition patriotique à sa politique totalitaire et remplaciste.

Il serait temps que les français se réveillent.


Article du Parisien

Puteaux, jeudi 21 mai 2015. Rosa Congalves s’est retrouvée à la porte de son logement d’une résidence de l’office municipal HLM de Puteaux, alors que la mesure d’expulsion était suspendue. Son avocate a obtenu sa réintégration dans les lieux

Puteaux, jeudi 21 mai 2015. Rosa Congalves s’est retrouvée à la porte de son logement d’une résidence de l’office municipal HLM de Puteaux, alors que la mesure d’expulsion était suspendue. Son avocate a obtenu sa réintégration dans les lieux

En pleine campagne électorale à Puteaux, où les municipales se rejouent le 14 juin, la mésaventure d’une candidate du Front National risque d’attiser les tensions entre les frontistes et les partisans du maire sortant.

Mercredi soir, Rosa Congalves a trouvé la porte de l’appartement où elle vit avec son fils handicapé de 24 ans condamnée, et la serrure changée par un huissier. L’expulsion de cette habitante de la résidence des Fontaines est l’aboutissement d’une longue procédure initiée par l’office municipal HLM, présidé jusqu’au 11 mai par Joëlle Ceccaldi-Raynaud (UMP), qui a perdu tous ses mandats avec l’annulation des élections 2014. «Mme Ceccaldi connaît ce dossier mais elle n’a pas donné l’ordre d’expulser puisqu’elle n’est plus présidente de l’office», assure son directeur de campagne, «Et le bail du logement n’est pas au nom de cette dame».

En effet, le fils de Rosa, déficient intellectuel, vivait dans cet appartement avec son père, décédé en 2008. «Le fils a demandé la transmission du bail à son profit à l’office HLM de Puteaux, le tribunal d’instance de Puteaux ne l’a pas permis», explique le cabinet Gallet qui défend le jeune homme, «Nous avons saisi la cour d’appel de Versailles qui a décidé en février 2013 la suspension de l’exécution du jugement du tribunal d’instance de 2012». Et la cour d’appel devait se prononcer le 2 juin sur le fond du dossier… Le cabinet d’avocats estime que l’expulsion et le changement de la serrure représentent une violation de domicile et de décision de justice, il dépose une plainte contre l’office HLM, qui est à l’origine de la demande d’expulsion, et un recours administratif contre les représentants de l’Etat qui ont autorisé l’expulsion. Pour les avocats, c’est l’éternelle histoire du pot de fer contre le pot de terre, de particuliers qui luttent contre «un gros appareil».

Pour Rosa, deuxième colistière sur la liste FN de Gérard Brazon, c’est surtout symbolique du Lire la suite

Nouveau scandale de pédophilie chez les Verts allemands

Rappel:
Quand Marine Le Pen rappelle à Eva Joly les racines pédophiles des verts français et allemands. (vidéo)

Marine Le Pen ou Cohn Bendit ? A vous de juger !

Lu sur Fdesouche

Pédophilie dans les années 80 et 90.

Un rapport démontre des cas d’abus sexuels chez les Verts berlinois.

Il est question de nombreux abus sexuels sur enfants chez les prédécesseurs des Verts berlinois actuels. D’après des articles de journaux, il y a avait des pédophiles condamnés membres de la section régionale Berlinoise du parti Bündnis 90/Les Verts.

C’est d’après le « Tagesspiegel » et « Die Welt » le contenu d’un rapport interne au parti que souhaitent présenter les chefs de sections locales du parti Daniel Wessener et Bettina Jarasch en fin de matinée. Ont été analysée les activités pédophiles de membres du parti et de permanents de la Liste Alternative (rassemblement de partis écologistes, NDLR) dans les années 80 et 90.
Un membre de la commission d’enquête évoque, d’après le « Tagesspiegel », « jusqu’à 1000 victimes » de violences sexuelles.

Le cas spécifique de Berlin n’était pas évoqué dans le rapport du politologue Franz Walter datant de 2014 et commandé par le parti à l’échelle nationale.

L’étude récente met en lumière, d’après le « Tagesspiegel », un réseau d’abus au sein de l’ancienne Liste Alternative.
Il y aurait eu au moins trois différents auteurs d’abus sexuels au sein de la section Berlinoise.
Ils auraient fondés l’association « Jeune & Vieux » au sein du parti et créé un centre aéré (Freizeitladen) nommé Falckenstein-Keller à Kreuzberg. Là-bas auraient été abusés sexuellement de nombreux garçons, qu’ils avaient auparavant abordés dans des écoles primaires.

À en croire « Die Welt », la commission d’enquête est composée de membres des Verts et d’experts extérieurs au parti. Ces derniers mois, des archives externes et Lire la suite

Communautarisme: Roger Cukierman invite Nicolas Sarkozy à tenir une conférence à Paris pour les Amis du CRIF

Roger Cukierman, Président du CRIF, vous invite à une rencontre exceptionnelle avec le Président Nicolas Sarkozy, ancien Président de la République, Président de l’UMP (Les Républicains), lors d’une conférence-débat animée par Wendy Bouchard, Journaliste à Europe1 et M6

3Qmuolc

Mercredi 27 mai 2015 de 19h30 à 21h30
A l’Hôtel Intercontinental Paris Le Grand
2 rue Scribe, 75009 Paris

Cet évènement est proposé en exclusivité et gratuitement aux adhérents de l’association des Amis du CRIF. Il est soumis à une participation aux frais de 20€ par personne pour les non adhérents.

CRIF

Manuel Valls envisagerait-il d’interdire le Front national ?

Invité de la matinale de France Inter, l’avocat pénaliste à l’air perpétuellement renfrogné, Maître Éric Dupond-Moretti, avait eu ces mots à propos du Front national : « C’est un parti qui n’est pas républicain ». Puis, poursuivant sur sa lancée, il avait rajouté : « Je pense qu’il faut l’interdire, oui [le Front national]. Mais c’est compliqué car après, il y a des reconstitutions dissoutes. »

Je ne vais pas démontrer à nouveau que les antirépublicains sont les gens comme Me Dupond-Moretti ou Jean-Christophe Cambadélis, ou bien encore que la préférence nationale est consubstantielle à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et, donc, à nos institutions. Nul besoin, non plus, de s’attarder longuement sur l’idée que ces messieurs se font de la démocratie ; car lorsqu’ils s’interrogent sérieusement, et à voix haute, sur la possibilité d’interdire un parti qui rassemble un quart des électeurs, ils méprisent le principe même du pluralisme inhérent au régime politique dans lequel le « peuple commande ». Démonstration est donc faite que ces « Charlie » entendent avant tout créer, ou conserver, pour la France un mode de fonctionnement oligarchique, supranational et autoritaire.

Ce rappel d’actualité fait écho à la rumeur rapportée par Marine Le Pen concernant Manuel Valls. Il semblerait que ce dernier, effrayé par la poussée démocratique d’une force Lire la suite

Plainte : le Mrap demande que Riposte Laïque soit jugé à Mossoul

Total soutien aux camarades de Riposte laïque.


 

Eclatderire2La plainte que le Mrap compte déposer contre Riposte Laïque pour incitation à la haine contre les musulmans pourrait être jugée à Mossoul, la capitale culturelle de l’Etat islamique, sur base de la charia islamique.

C’est ce que souhaite le mouvement plaignant. N’est-ce pas ainsi qu’il faut le comprendre quand il déclare qu’il entend poursuivre Riposte Laïque « en fonction des convictions religieuses musulmanes », autrement dit en fonction des principes de la charia.

Le Mrap rejette ainsi ouvertement les principes fondamentaux de la République qui proclament qu’aucune religion n’a de statut privilégié au sein de l’Etat et veut imposer l’application des principes de la justice islamique pour examiner sa plainte.

Mais, puisqu’en France les tribunaux ne sont pas (encore) habilités officiellement à rendre des jugements basés sur la charia, il faudra donc aller à Djeddah ou mieux encore à Mossoul ou à Rakka. C’est là où les « convictions religieuses musulmanes » s’affirment dans toute leur grandeur et dans toute leur splendeur. Des convictions jihadistes en plein essor et en pleine extension et qui séduisent fortement la jeunesse musulmane en Occident, jeunesse dont le Mrap, adepte de la charia, fait son fonds de commerce.

Ce ne serait point étonnant que les autorités judiciaires françaises accèdent à la demande du Mrap. Le mouvement est répertorié au  département de Mme Taubira comme étant un bon et loyal fournisseur. Après tout, il s’agit d’incitation à la haine contre tous les musulmans. Y compris ceux du califat. Surtout ceux du califat, pourrait-on dire, puisque le califat est le représentant de tous les musulmans sur terre. D’autant que l’auteur de l’article qui appelle à la haine contre les musulmans est lui-même musulman, supposé l’être ou l’ayant sûrement été. C’est donc une affaire musulmano-musulmane qu’il faudrait mieux traiter à Mossoul qu’à Paris. La justice française n’a pas à s’immiscer dans ces affaires communautaires. Après tout, Mossoul, ce n’est pas si loin. On a déjà envoyé des gens se faire lyncher beaucoup plus loin. A Cayenne, par exemple.

Bien que l’occasion soit trop belle pour la justice Taubira pour administrer une bonne Lire la suite

Grande-Bretagne: les mesures radicales de David Cameron pour lutter contre l’immigration

Si Cameron a gagné les dernières législatives, et qu’il a stoppé l’avancé du UKIP, c’est parce qu’il a tenu un discours anti-immigrationiste radical. Espérons pour les anglais qu’il tienne enfin ses promesses.


 

C’est une série de mesures choc censées dissuader les immigrants de venir en Grande-Bretagne. Tout juste réélu à la tête du gouvernement britannique, David Cameron a annoncé ce jeudi 21 mai une longue liste de dispositions capables, selon-lui, de mettre un coup de frein à l’immigration dans son pays.  « Le nombre de gens qui viennent dans notre pays est trop élevé et doit être diminué », a-t-il ainsi affirmé.

Ce nouvel arsenal de mesures devrait notamment permettre aux policiers de se saisir du salaire des immigrés clandestins. En ce qui concerne l’emploi, les entreprises auront l’obligation de mener une campagne de recrutement au Royaume-Uni avant de songer à recruter une personne à l’étranger, hors de l’Union européenne (UE).

En matière de criminalité, David Cameron a également décidé de durcir le ton. Si un étranger est reconnu coupable d’un crime, il sera alors automatiquement expulser, sans avoir le temps de voir son appel être examiné par la justice. Sera également mis en place un fichage des criminels étrangers.

Djihadistes/al-Assad : pourquoi rien ne sera fait pour sauver Palmyre

L’État islamique s’est entièrement emparé de Palmyre ce jeudi. Hadrien Desuin, ancien élève de l’École spéciale militaire de St-Cyr puis de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale, dénonce l’inaction de la coalition qui préfère sacrifier la cité antique plutôt que d’apporter son concours à Bachar al-Assad.

Parce qu’on préfère sacrifier un pan entier de notre civilisation plutôt que de donner une victoire à Bachar, rien ne sera fait pour sauver Palmyre.

Le 13 mai, l’offensive de l’État islamique débutait à Palmyre, carrefour névralgique du désert syrien et vestige antique d’une civilisation bel et bien disparue. Deux grosses larmes de crocodiles ont coulé sur les joues de Laurent Fabius et François Hollande. Une semaine plus tard, une contre-offensive djihadiste fait reculer l’armée syrienne fidèle à Bachar Al-Assad. Laquelle doit céder à nouveau le nord de la ville après l’avoir repris quelques heures. Les combats continuent, pourtant la coalition anti-Daesh emmenée par les occidentaux détourne pudiquement le regard.

Elle continue de bombarder avec succès les positions djihadistes face aux kurdes, hier à Kobané et aujourd’hui à Hassaké, mais Palmyre l’indiffère. Quelques raids aériens bien guidés auraient pu stopper net les colonnes du Djihad. Mais parce que ce sont des alaouites qui résistent à la barbarie, rien ne sera fait.

[…]

Cette indignation stérile s’explique aisément : la bataille de Palmyre remet en cause le dogme de l’alliance tacite entre Bachar et l’EI. C’est le conte que rabâche depuis quatre ans les chantres de «l’opposition syrienne»: Bachar et l’EI sont alliés, ils sont les deux têtes d’un même hydre bicéphale. Tandis que des combats opposent depuis des années les troupes loyalistes aux soldats du califat à Der Ez Zor, à Damas et ailleurs; tout est fait pour minimiser sinon effacer la part que prend l’armée loyaliste dans la lutte contre Daesh.

Cette indignation stérile s’explique aisément : la bataille de Palmyre remet en cause le dogme de l’alliance tacite entre Bachar et l’EI. […]

Le Figaro

Un collège islamique à Nice à la rentrée avec la complicité d’Estrosi ? (vidéo)

Vidéo de Marie-Christine Arnautu :

Suite aux propositions de Jean-Claude Juncker de répartir les migrants entre les différents pays d’Europe, Eric Ciotti a une nouvelle fois fait des déclarations martiales contre l’immigration. Pourtant, son comparse Christian Estrosi n’hésite pas à frayer avec les islamistes radicaux de l’UOIF. Marie-Christine Arnautu dénonce ce double discours.

Source

Méditerranée: de plus en plus de migrants débarquent sur l’île grecque de Kos

Des milliers de touristes s’y rendent chaque été. L’île grecque de Kos est également devenue depuis quelques mois un point d’arrivée en Europe pour les migrants. Depuis janvier, 5.000 d’entre eux ont débarqué sur cette île située à six kilomètres des côtes turques. Les candidats à l’Europe ont dû débourser 1.200 $ pour effectuer la traversée. Les passeurs profitent de leur détresse. La plupart des migrants tente ensuite de rejoindre l’Europe du Nord.

Attentat à Tunis : le suspect marocain était arrivé en Italie à l’aide d’un bateau de migrants

MILAN : un Marocain soupçonné d’avoir participé à l’attentat du musée Bardo en Tunisie, qui a fait 22 morts le 18 mars dernier, a été arrêté mardi soir dans une commune de la région de Milan, dans le nord de l’Italie.  Ce sont les autorités tunisiennes qui ont porté leurs soupçons sur ce «ressortissant marocain», recherché au niveau international, selon un porte-parole de la préfecture de police locale.

Abdelmajid Touil, 22 ans, «connu sous le pseudonyme d’Abdallah», a été arrêté dans l’appartement où résident sa mère et ses deux frères, a précisé lors d’une conférence de presse Bruno Megale, chef du Digos (département de la police chargé des opérations spéciales et du terrorisme) de Milan.

Abdel Majid Touil avait été identifié en février 2015 au Port Empedocle (Sicile). Il était arrivé à bord d’un bateau de 90 migrants. A l’époque, une mesure d’expulsion avait émise contre lui.

Islamisation: Un maire FN doublé par le préfet PS et la communauté d’agglo UMPS sur la création d’une salle de prière

La communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines (Camy) a autorisé hier soir la vente d’un local de Mantes-la-Ville à une association musulmane qui souhaite en faire une salle de prière, contre l’avis du maire FN qui espère encore bloquer le processus.

La Camy a voté, à 44 voix sur 70 et 19 abstentions, « le projet de vente en direct d’une ancienne trésorerie » à l’association des musulmans de Mantes-sud (AMMS). L’ancienne municipalité PS avait décidé de racheter ce local à la communauté d’agglomération pour le revendre ensuite à l’association. Mais le maire FN Cyril Nauth, qui a pris la ville l’an dernier après avoir combattu le projet pendant sa campagne, avait séché le rendez-vous chez le notaire pour signer la promesse de vente.

Or les quelque 800 fidèles sont menacés de perdre leur salle de prière actuelle, installée dans un pavillon vétuste voué à la démolition: la mairie a demandé à la justice leur expulsion en raison d’une occupation illégale des lieux. Devant ce blocage, le préfet des Yvelines avait proposé à la Camy de réexaminer la question du transfert de la mosquée et d’une « éventuelle vente directe à l’association », sans passer par la mairie. C’est ce que l’agglomération a voté hier soir.

« On passe en force contre l’avis du maire », a commenté Cyril Nauth. « C’est inacceptable ». Le seul maire FN d’Ile-de-France compte « trouver d’autres moyens » pour bloquer le projet, « user de (son) droit de préemption » sur le local ou « attaquer le permis de construire ». L’édile invoque des « problèmes de circulation et de stationnement » à proximité de ces locaux comme de la salle de prière actuelle pour justifier son opposition à la présence du lieu de culte, se déclarant également inquiet d’éventuels « troubles à l’ordre public ».

« C’est une satisfaction, une décision longuement attendue », a de son côté réagi Abdelaziz El Jaouhari, président de l’association des musulmans de Mantes-sud. « Si jamais le maire procède à une préemption, il y a des voies légales pour la contester, dont nous userons », a-t-il ajouté.

Droite, gauche, même collège

Au-delà des polémiques, un demi-siècle d’idéologie

La droite libérale en général et l’UMP en particulier s’en prennent à la réforme des collèges et aux nouveaux programmes que veut imposer le pouvoir, c’est de bonne guerre, l’opposition que peut-elle faire d’autre que s’opposer ? Mais là encore, c’est un trompe-l’œil : entre la droite libérale et la gauche socialiste, il n’y a pas rupture mais continuité.

Cela est éminemment vrai de l’éducation où libéralisme et socialisme révèlent, là aussi, leur gémellité. Il peut y avoir désaccord ponctuel çà et là et modifications cosmétiques, mais leur vision de l’école se déploie dans le même « cercle de la raison » pédagogique et idéologique dont la matrice est le collège unique qu’un ministre de Giscard, René Haby, mit en œuvre en 1977. Cela dans la continuité du plan Langevin-Wallon, du nom de deux universitaires communistes qui furent chargés par le gouvernement du général de Gaulle de « démocratiser l’enseignement » dans le cadre du programme du Conseil national de la Résistance. Leur plan prévoyait un tronc commun pour les élèves de 11 à 15 ans par l’unification des programmes des cours complémentaires, collèges et lycées. C’était la première mouture du « collège unique », la droite n’a rien inventé…

L’égalitarisme forcené de Najat Vallaud-Belkacem entraînant le nivellement par le bas en est le dernier avatar. Mais aucun ténor libéral n’a remis ni ne remet en cause ce collège unique. Bruno Le Maire le souhaite « diversifié », François Bayrou, alors ministre de l’Éducation nationale voulait un collège unique « mais pas uniforme », un de ses successeurs, Luc Chatel disait clairement : « Sur le principe, je ne suis pas favorable à la suppression du collège unique, qui est une vraie avancée. »

L’idée de René Haby était qu’en regroupant tous les élèves, sans distinction, entre la 6e et la 3e, avec le même programme on allait démocratiser l’enseignement, ce collège devenant un « levier de l’égalité des chances ». Le postulat utopique étant celui-ci : en mettant tous les enfants sur la même ligne de départ, tous arriveront au même endroit au même moment.
C’était oublier que, si tous les hommes sont égaux en dignité, ils ne le sont pas en aptitudes, tous les collégiens ne sont pas aptes à poursuivre des études secondaires. Alors, pour ceux-là, on a abaissé le niveau d’exigences dont ont pâti les autres. C’est à ce moment-là que l’apprentissage s’est effondré.

Cette dérive égalitaire a abouti au diplôme pour tous, Jean-Pierre Chevènement souhaitant Lire la suite