Immigration clandestine : +48% en 2013 dans les pays de l’Union Européenne

Lu sur Fdesouche

[17 fevrier 23h30] L’info ci-dessous est parue au cours des 10 dernières heures dans la presse espagnole, grecque et portugaise. A l’heure où nous publions, nous n’en trouvons pas trace ailleurs, sauf sur la BBC en espagnol.
L’entrée d’immigrés en situation irrégulière [clandestins] dans les pays de l’Union européenne (UE) a augmenté de 48% l’an dernier en 2013, selon les données présentées aujourd’hui par Frontex, l’agence européenne pour la gestion et le contrôle des frontières.

BBC en espagnol / Presse espagnole1-2-3 etc. / Presse grecque : 1-2-3-4 etc. / Presse portugaise12

 

Lille : 3 militants colleurs d’affiches du FN Jeunesse agressés (vidéo)

Vous n’entendrez pas parler de cette agression dans les média…

Dimanche 16 Février à 20h : Agression en plein centre de Lille du responsable FNJ Lille Métropole, Jean-Baptiste Vendeville, et de deux jeunes militants alors qu’ils collaient des affiches du candidat tête de liste « Lille Bleu Marine », Eric Dillies.

Désormais, chaque Italien qui recevra de l’argent de l’étranger se verra confisqué automatiquement 20% de cette somme

Le journal italien Il Sole rapporte que le gouvernement italien vient de faire passer un décret applicable rétroactivement au 1er février 2014, et qui stipule que les banques devront prélever une taxe de 20% sur tous les virements de fonds en provenance de l’étranger.

20% des sommes reçues sur des comptes italiens seront donc systématiquement confisqués, et pour les récupérer, le titulaire du compte devra apporter la preuve qu’il ne s’agit pas de revenus non déclarés ou d’argent blanchi.

Cette mesure renverse donc la présomption d’innocence traditionnelle, puisque tous les Italiens qui reçoivent des fonds de l’étranger sont considérés a priori comme coupables potentiels de fraude ou de blanchiment d’argent, et que l’initiative d’apporter la preuve du contraire leur revient. Elle ne concerne que les particuliers, et ne s’appliquera pas sur les comptes des entreprises et des travailleurs individuels.

L’Italie est ainsi le premier pays à mettre en œuvre une recommandation du FMI. En effet, Lire la suite

Communautarisme et lèche babouche : Manuel Valls remet la Légion d’honneur au recteur de la mosquée d’Evry

Le recteur de la mosquée d’Evry – Courcouronnes, Khalil Merroun, recoit  les insignes de chevalier de la Légion d’honneur des mains du ministre de l’Intérieur et ancien maire d’Evry Manuel Valls (PS). A cette occasion, un grand dîner sera… Le Parisien

LmqasZu

Suicide des patrons : Un tabou français

En France, le tribunal de commerce de Saintes vient de créer une cellule psychologique destinée à aider les patrons à faire face aux moments difficiles de la vie d’une entreprise. Derrière cette initiative, se cache une réalité encore taboue en France : de plus en plus de patrons de PME se suicident.
Suicide

De nombreuses d’études se penchent sur les risques et les désagréments que vivent les salariés au travail, mais très peu évoquent ceux des patrons. Dans l’opinion publique française, le patron est souvent vu comme le responsable de ces souffrances, et jamais comme la victime.

« Lorsqu’un salarié se donne la mort, cela est traité dans les journaux comme un fait de société alors que le suicide d’un patron est généralement considéré comme un fait divers », commente Olivier Torres, professeur à l’Université de Montpellier et à l’EM Lyon, et qui s’est spécialisé dans la santé des dirigeants d’entreprise.

Il affirme que le nombre de chefs d’entreprise qui se donnent la mort n’a jamais été aussi grand. Selon l’Observatoire de la santé des dirigeants de PME, un ou deux chefs d’entreprises français se suicident chaque jour.

Les patrons sont en général plus stressés et ils sont plus exposés à la fatigue et au risque de Lire la suite

Le Young Leader Hollande a été formaté pour casser la Nation française et son peuple…

Les media et leurs « journaleux » « aux ordres » et nourris « à  la soupe des subventions publiques et fiscales » n’en ont que peu parlé…

Et pourtant, c’était sans doute l’essentiel de la rencontre récente entre Obama et Hollande, rencontre à l’issue de laquelle le squatteur de l’Elysée a montré ce qu’il était vraiment: le caniche atlantiste des USA mondialistes et leur porte parole européiste, en matière « économique » notamment.

Qu’on en juge…

A l’issue de ces contacts, le locataire temporaire de l’Elysée s’est engagé à accélérer les négociations entre l’Europe de Bruxelles et les USA à propos du « grand marché transatlantique » ou, si vous préférez, du TAFTA ( Transatlantic Free Trad Area)…

Cet  accord de partenariat est négocié depuis juillet 2008 entre les USA et l’Europe, prévoyant, notamment, que les législations des Etats se plient aux normes du libre échange sans frein, normes établies par et pour les grandes entreprises européennes et américaines, sous peine de sanctions pour les pays contrevenants au bénéfice des plaignants… ce qui revient, en fait, à demander aux Etats concernés d’abandonner leur souveraineté en matière de lois sur les échanges commerciaux, les normes de consommation, les nécessaires protection de l’environnement et des citoyens, les conditions de vie, de travail, de rémunération des « travailleurs »… Bref, de faire passer des pans entiers de l’autorité de l’Etat sous la coupe de l’ autorité des multinationales apatrides et dominatrices, ouvrant ainsi un espace nouveau à la Mondialisation.

Le lecteur curieux (de cette curiosité indispensable au citoyen pour qu’il puisse avoir accès à l’information et se déterminer en toute liberté de conscience) se reportera aux 3 textes que je propose à sa lecture (1), les limites de cet article ne pouvant les intégrer… Lire la suite

Un village veut radier ses moines des listes électorales

La gauche veut éliminer les moines parce qu’ils votent mal. Sur 200 électeurs, il y 70 moines. Boutin, Villiers et Le Pen y font 33 % des voix.

Mass of the Assumption-Fontgombault

——

À Fontgombault, un village de 259 habitants dans l’Indre, un collectif d’«indignés» ne voulant plus vivre au rythme de l’abbaye du XIe siècle présente une liste aux municipales.

(…)  «Il existe à Fontgombault une arithmétique particulière, explique Me Michel ­Navion, avocat du collectif. Sur quelque 200 électeurs “actifs”», 70 résident dans cette abbaye traditionaliste. Et c’est la seule commune de France où à des scrutins successifs Mme Boutin, M. de Villiers et M. Le Pen ont fait 33 % des voix. Étrange coïncidence…» Deux moines bénédictins siègent par ailleurs au conseil municipal, où Me Navion décèle «une certaine osmose avec un maire qui déclare que quand on s’installe à Fontgombault, on s’installe à l’abbaye».

(…) «Pour les Indignés, la question n’est pas de trouver une majorité sur son programme, mais bien d’éliminer des électeurs du camp adverse…»

(…) Ayant remarqué que 12 moines avaient quitté, à l’automne, l’abbaye de Font­gombault pour celle de Wisques, dans le Pas-de-Calais, et que seuls deux d’entre eux s’étaient inscrits sur les listes électorales de leur nouveau lieu de résidence, les «Indignés» ont donc saisi le tribunal.

Me Navion s’est appuyé sur plusieurs publications relatant l’arrivée de ces moines dans le Nord. L’une d’elles, le site Internet de l’abbaye de Wisques, évoque même leur «arrivée définitive».Mais, pour Me Cyrille Dutheil de la Rochère, avocat des moines, «si l’abbaye de Font­gombault a bien vocation à revivifier celle de Wisques, on ne sait pas encore combien de moines vont y rester définitivement, ni lesquels!»

(…) Le Figaro

A relire : Fontgombault (Indre) : Des «indignés» dénoncent un village sous «l’influence des moines» (Vidéo)

Perpignan «gagnable» par le FN selon Marine Le Pen

Marine Le Pen a livré, samedi, un réquisitoire exclusivement consacré à dénoncer l’immigration à Perpignan (Pyrénées-Orientales), ville «gagnable» pour le Front national où se présente son compagnon Louis Aliot. Près d’une semaine après le succès de la votation suisse par laquelle le pays a décidé de mettre en place des quotas d’immigration, la patronne du FN s’en est prise, devant plus d’un millier de partisans, à l’immigration, «sujet sur lequel on ne vous demandera pas votre avis»

«La France n’a plus les moyens d’accueillir correctement» les étrangers, a-t-elle dit. On ne peut plus «maintenir» l’Aide médicale d’Etat, les allocations journalières, le droit du sol, etc, a-t-elle listé. Dans une ville où l’insécurité figure au centre de la campagne, où le rejet des travailleurs étrangers, notamment espagnols, est répandu, elle a répété sa volonté de mettre fin à «l’immigration de masse» et appelé à nouveau à un référendum sur le sujet.

Le «clientélisme éhonté» du maire sortant

«Quand les grandes métropoles sont saturées, on ouvre les écluses en réclamant que les villes moyennes ou petites prennent leur part du fardeau» des demandeurs d’asile, «principale source d’immigration clandestine», a-t-elle déploré. Face à cela, les éventuels futurs maires FN feront évaluer le coût de l’immigration clandestine pour leur commune et demanderont à l’Etat des «compensations financières», a-t-elle annoncé.

lire la suite

Essonne : le commissariat des Ulis caillassé pour la troisième fois en deux ans

Attention, le gouvernement socialo-Kleptomane  étudie cette information pour savoir s’il ne s’agit pas d’une rumeur ou d’une manipulation lancée par l’extrème drouaaattttteueue. En ce qui nous concerne, nous conseillons humblement au gouvernement de se pencher sur la guerre en Algérie, et voir comment dans les territoires à majorité musulmane l’insurrection a démarré….
————–
Vers 23H00, une dizaine de personnes a lancé des pierres sur la façade et sur un véhicule de police, avant de tirer des feux d’artifice », a expliqué Bruno Leparc, secrétaire départemental adjoint Alliance, précisant qu’il s’agissait là de la « troisième attaque en moins de deux ans ».
Le poste de police, situé au rez-de chaussée d’un bâtiment en plein centre des Ulis, est inadapté: « C’est un commissariat, qui, au niveau sécurité, n’est pas du tout aux normes, il n’y a qu’un simple vitrage, et de fait les policiers deviennent des cibles », affirme Bruno Leparc.Le commissariat des Ulis a déjà été la cible d’attaques en novembre 2012 et en janvier 2013. Aucun des auteurs n’a pu être interpellé.