Éric Zemmour : Quand l’Europe souffle sur les braises ukrainiennes


Quand l'Europe souffle sur les braises… par rtl-fr

En complément :

En Crimée, bastion prorusse : « Kiev a été prise par des fascistes »

Le Monde

Sur la place de la mairie de Sébastopol, le grand port de Crimée dans l’est russophone de l’Ukraine, lundi 24 février, un colosse blond au visage rougi, essoufflé, pantelant, fend la foule. « Où est-ce qu’on s’inscrit pour la milice ? » demande-t-il. On indique à Alexeï Nitchik un stand où on s’enregistre prestement dans les brigades d’autodéfense créées ici samedi 22 février pour « défendre la ville », en miroir inversé de celles de Kiev et de l’ouest révolutionnaire.

A Sébastopol, peuplée en majorité de Russes et atterrée par le « coup d’État » de Lire la suite

Quand Sarnez, Kouchner, Lamassoure banalisent le néo-nazisme…. en Ukraine (vidéo)

On constate que les vérités se disent une fois que les magouilles ont été faites. Il y a un mois la télévision française refusait de parler des nazis qui constituaient une partie des manifestants de la place Maïdan. Il fallait dessiner un tableau en noir et blanc, propagande pro-europe oblige.
Or aujourd’hui, les mêmes qui traitent les militants FN de racistes, de fascistes, de xénophobes et de dangereux nationalistes, trouvent les neo-nazis ukrainiens très fréquentables. Voilà encore une preuve que l’indignation contre le FN est feinte et stratégique. L’UMPS nous prends pour des cons. Complices de l’extrême droite israélienne, des islamistes du Qatar et de la dictature saoudienne, l’UMPS ostracise les patriotes français afin que la domination européiste et mondialiste perdure….
Pour l’UMPS le nationalisme, même nazis c’est bien s’il soutient la dictature technocratique de’UE. En revanche, les patriotes euro-critiques, attachés à la souveraineté des nations, sont des salops….

Mention spéciale pour Kouchner. Comme BHL il aura été de toutes les saloperies. On se souvient qu’au Kosovo il n’a pas eu d’état d’âme en mettant en place les pires mafieux kosovar coupables d’être à la tête d’un trafic d’organes avec le corps des victimes serbes. ( voir notre article : “Guerre du Kosovo : un moment clef de notre Histoire” (vidéo))

il ne faut pas confondre nazi et nationaliste.
Alain Lamassoure

Même France2, après avoir volontairement fermé les yeux sur l’idéologie d’une partie des manifestants, reconnait à la fin des hostilités que les nazis tiennent une place importante chez les insurgés.

Ukraine, les partis d’extrême droite contrôle Kiev

Olivier Delamarche : « Cela fait des années qu’on se raccroche à des solutions qui ne fonctionnent pas »

Olivier Delamarche, du groupe Platinium Gestion, et Pierre Sabatier du cabinet Primeview, le 24 février 2014 sur BFM Business, mettent les points sur les i, dans l’émission “Intégrale Placements“, face à Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur.

Partie 1/2 :

Partie 2/2 :

L’Etat poursuivi pour crime contre l’humanité par le Cran

Le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) a assigné aujourd’hui pour « crime contre l’humanité » l’Etat et le groupe Spie, accusés d’avoir recouru au travail forcé au Congo dans les années 20 pour construire une ligne ferroviaire.

article_lg-tinLe chemin de fer Congo-Océan (CFCO), qui relie Brazzaville au port de Pointe-Noire (500 km), a été construit entre 1921 et 1934 par la Société de construction des Batignolles pour le compte de l’Etat.  »Des civils ont été embarqués de force pour alimenter les chantiers », a expliqué l’historien Olivier Le Cour Grandmaison lors d’un point-presse. « Au moins 17.000 indigènes sont morts en raison des conditions de transport et de travail. »  »Le travail forcé était de l’esclavage déguisé », a ajouté Louis-Georges Tin, président du Cran.

L’association agit donc sur la base de la loi Taubira de 2001 qui, en qualifiant l’esclavage de crime contre l’humanité, l’a rendu imprescriptible. [...]

Le Figaro

Comicocratie : pourquoi les humoristes sont devenus tout puissants

ENTRETIEN- Dérision systématique, rire obligatoire, infotainment…le philosophe François L’Yvonnet passe en revue la tyrannie de la rigolade et l’humorisation de notre société où les comiques ont pris le pouvoir.

47868e73FigaroVox: À la radio le matin, à la télévision le soir, des imitations de Canteloup aux émission de Ruquier, on a l’impression que le rire doit être systématique, sonore, obligatoire… Que vous inspire cette omniprésence de la rigolade?

François L’Yvonnet: D’abord, c’est insupportable, ces appels au rire, ces chauffeurs du rire. C’est un rire dénué de toute réflexion, un rire sans débat, un rire assené, martelé, obligatoire. Ou on rit ou on ne rit pas. Mais si on ne rit pas, ce n’est pas parce qu’on n’est pas d’accord, mais parce qu’on n’a pas d’humour. Si on ne participe pas à la grande rigolade avec les autres, on est un bonnet de nuit, un rabat-joie, un fauteur de sinistrose. L’ultime justification de ce rire généralisée sera que l’époque est sombre, et que par conséquent «ça fait du bien de rire».

Il y a quelque chose de très malsain dans la façon dont les médias les mettent en avant pour occuper ce qui ressemble à un vide: vide d’engagement, de réflexion, vide de pensée. Lipovetsky parlait de «l’ère du vide» après la fin des grands récits: ce vide, ce silence a fini par être occupé par eux, les néo-humoristes.

Comment expliquez-vous que l’humour soit devenu une composante décisive de l’information? Est-ce un phénomène nouveau?

Oui, un certain nombre de positions dans la presse et les médias qui étaient traditionnellement dévolues à des journalistes, des écrivains, des intellectuels sont désormais occupées par une classe composite, celle des humoristes, qui au départ se sont contentés de faire des billets drôles et qui progressivement se sont vus octroyer de plus en plus de pouvoir. Stéphane Guillon est un bon exemple: je suis persuadé qu’il n’a jamais eu une stratégie de conquête d’un lieu de pouvoir, il s’est retrouvé à occuper ce lieu de façon quasi-exclusive. Il joue à la fois le rôle de l’humoriste dont la fonction est de faire rire et celle du commentateur politique, de l’intellectuel, du moraliste, une position qui est celle du communicant revendiqué. Communiquant revendiqué qui n’est pas forcément un humoriste, je pense à Caroline Fourest par exemple…

Qui pour le coup est dénuée de toute humour…

Oui, mais justement je pense que c’est le revers, la face sombre d’un phénomène à deux Lire la suite

L’UE a soutenu un putsch contre un gouvernement démocratiquement élu, par Aymeric Chauprade

Via Realpolitik.tv
Le coup de force organisé par les États-Unis et l’Union européenne soutenant Tiagnibok (seul leader qui contrôlait les émeutiers) pendant les Jeux de Sotchi (les Russes ayant alors les mains liées) a donc fonctionné et débouché à l’effondrement du pouvoir légal la veille de la fin des Jeux (le 23 février).

Quelles leçons pouvons-nous tirer ?

1) Les récents événements dramatiques démontrent qu’il n’existe aucune solution politique viable et durable pour l’Ukraine dans les frontières actuelles car l’Ukraine est divisée géopolitiquement.

2) Le président Ianoukovitch qui a quitté le pouvoir de lui-même, et afin que le bain de sang cesse, avait certes des torts sérieux (corruption, incapacité à agir dès le début de la crise) mais il avait été élu démocratiquement (aucune contestation de l’OSCE) et était le président légal. C’est donc un coup de force, un coup d’État même, qui l’a poussé vers la sortie et ce coup d’État a bel et bien été soutenu par l’Union européenne.

3) Le sang a coulé parce que l’opposition a tiré la première à balles réelles sur les forces de l’ordre. Les premiers morts ont été des policiers. Qu’aurait fait un gouvernement occidental si des manifestants avaient tiré à balles réelles sur ses forces de l’ordre? On se souvient que l’autoritaire M. Valls aura quand même fait jeter en prison des petits jeunes de la Manif pour tous ou de Jour de Colère pour un simple jet de canette !

4) Dans cette situation dramatique, l’Union européenne et les États-Unis portent une très lourde responsabilité. Ils ont encouragé la rébellion qui a débouché sur la violence ; ils ont cautionné un coup d’État contre un gouvernement démocratiquement élu.

5) La trame de fond de cette affaire, ne l’oublions pas, est, premièrement l’affrontement entre les États-Unis et la Russie, les premiers voulant otaniser l’Ukraine, les seconds voulant y conserver leur influence stratégique.

C’est, deuxièmement, un affrontement historique entre l’Allemagne qui a toujours voulu contrôler (Hitler) l’ouest de l’Ukraine (ce qui explique les néo-nazis de Svoboda) et la Russie qui tente de refouler cette influence (ce qui explique les slogans anti-nazis des ouvriers de Donetsk).

6) L’affaire ukrainienne, après la Syrie, la Libye et tant d’autres depuis 1990, apporte la démonstration que l’antifascisme et l’antisémitisme sont une posture pour les partis dominants en France et non un combat réel, posture qui ne vise qu’à diaboliser les forces politiques réellement alternatives. Ce n’est en effet pas une conviction puisque, au nom de l’Union européenne, ces partis inféodés aux oligarchies pro-américaines ont soutenu les néo-nazis ségrégationnistes et antisémites de Svoboda, le fer de lance du coup de force contre le gouvernement légal d’Ukraine.

Une fois de plus, l’Union européenne prouve qu’elle n’est rien devant les tendances lourdes de l’Histoire et les enjeux de puissance. Sa rhétorique sur la démocratie et les droits de l’Homme est instrumentalisée. Les gesticulations bellicistes de BHL en sont l’illustration pathétique.

L’Ukraine face au réel Lire la suite

Montebourg accuse Jean-Marie Le Pen d’avoir fait l’éloge de la gestapo. Jean marie Le Pen porte plainte (audio/video)

Coincé, dans les cordes, replié après avoir reçu de nombreux coups, Montebourg n’a rien trouvé d’autre que l’insulte pour essayer de faire bonne figure face à Marine Le Pen à l’occasion d’un débat organisé par RTL.
Comme un enfant dans une cour de récréation, le minable petit ministre, qui ne redresse rien et ne produit pas plus, a reproché à Marine Le Pen d’avoir un papa qui aurait fait l’éloge de la Gestapo et l’occupation allemande.(1) Évidement parmi toutes les stupidités proférées par Jean Marie Le Pen tout au long de sa carrière, on n’en retrouve aucune qui puisse s’apparenter à ce genre de déclaration. Peu importe, pour le SSocialiste Montebourg, l’essentiel est de diffamer. C’est ce que l’on appelle le reductium ad Hitlerum et le point Goldwin.
France's Prime Minister Ayrault and Minister for Industrial Recovery Montebourg visit the Technology Research Institute Jules Verne in Bouguenais near Nantes

Le vieux menhir de la politique française a aussitôt décidé de porter plainte contre le ministre menteur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Quoi que l’on puisse penser de Jean-Marie le Pen, on doit reconnaitre qu’il a eu au cours de sa vie plus de courage pour défendre sa patrie que n’en montrent des socialistes comme Montebourg.
En novembre 1944, à 16 ans, il s’engage dans la résistance. Quand le colonel Henri de La Vaissière (alias Valin) des FFI (Forces françaises de l’intérieur), se rend compte de son âge, il lui demande de rentrer chez lui : « Désormais, ordre est donné de s’assurer que nos volontaires ont bien dix-huit ans révolus. Tu es pupille de la nation : songe à ta mère ! »
Après des études en droit, jean marie Le Pen sera le plus jeune vice-président du Comité Pierre de Coubertin et exercera les métiers de marin-pêcheur, mineur de fond, métreur d’appartements, ambulant des PTT, etc. En janvier 1953, il organise une colonne de secours d’étudiants volontaires pour porter assistance aux populations sinistrées lors d’inondations aux Pays-Bas. Il reçoit pour cette initiative l’appui de Vincent Auriol. En 1955, il part en Indochine où il sert comme officier dans le 1er Bataillon étranger parachutiste (sous-lieutenant). Dans la foulée, il va se battre en Algérie.

Autant dire que son CV est autrement plus impressionnant que celui d’un paltoquet comme Montebourg dont le plus grand courage a consisté à se séparer d’une journaliste inculte pour sortir avec une comédienne sans talent.

 

 

(1) « Je n’oublie pas que le président d’honneur du FN (ndlr Jean-Marie Le Pen) défendait il y a quelques années la gestapo et l’occupation allemande. » (Le Parisien).

Le débrief du Grand Jury :

Yves Thréard : Montebourg y est allé très fort parce qu’il a vu que le match était perdu. Il a quand même été assez baladé pendant tout ce débat…


Le Débrief du Grand Jury – Marine Le Pen et… par rtl-fr

Revue de presse économique de Pierre Jovanovic, avec Olivier Delamarche (Février 2014)

Dans cette 1ère partie de la Revue de Presse (février 2014), Pierre Jovanovic et Olivier Delamarche présentent les actualités économiques et financières du moment : nouvelles mesures de quantitative easing aux États-Unis et au Japon, débats sur l’avenir de l’Euro, situation économique en Europe et aux États-Unis, état du système bancaire mondial.

Partie 1/2 :

Partie 2/2 :

Dans la seconde partie, Pierre Jovanovic demande à Olivier Delamarche quelles solutions économiques devraient être mises en oeuvre : réformes bancaires, remboursement des dettes publiques. Ils analysent ensuite la conjoncture actuelle mondiale et dressent enfin une liste de plans sociaux annoncés dans les dernières semaines.