Les évêques demandent à Hollande de faire échec à la création d’un « délit d’entrave numérique à l’IVG »

Dans une lettre publiée lundi soir, le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, a demandé à François Hollande de faire échec à la création d’un « délit d’entrave numérique à l’IVG », dénonçant une atteinte «grave» aux libertés.

Il conclut sa lettre sur les conséquences qu’une telle loi aurait dans les mentalités et pointe le danger d’une «atteinte très grave aux principes de la démocratie».

Sous la présidence de Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, l’épiscopat français n’est pas enclin à taper du poing sur la table. Mais il lui arrive de le faire, d’où l’importance de la lettre ouverte que cet évêque a adressée, le 28 novembre, au nom de tout l’épiscopat, au président de la République, François Hollande. Continuer la lecture de Les évêques demandent à Hollande de faire échec à la création d’un « délit d’entrave numérique à l’IVG »

Marine Le Pen : « Pendant que les mosquées salafistes ouvraient, les entreprises fermaient lorsque Fillon était 1er ministre »

Voir: SOUS LA PRÉSIDENCE DE NICOLAS SARKOZY IL S’EST CONSTRUIT PLUS DE 140 MOSQUÉES CHAQUE ANNÉE EN 5 ANS.

Selon le New York Post la France et l’Allemagne auraient versé de l’argent à la fondation Clinton

Le New York Post rapporte que l’administration Trump demandera aux gouvernements étrangers d’enquêter sur les fonds de gouvernements étrangers qui se sont retrouvés dans la Fondation Clinton.

Selon le New York Post :

Les gouvernements étrangers seront encouragés à enquêter sur les finances de la Fondation Clinton : beaucoup d’entre eux ont d’ors et déjà coupé les vivres de ce groupe touché par des scandales (…)

Une source proche de l’équipe de transition du Président élu Donald Trump a dit au Post que la nouvelle administration prévoyait de faire pression sur les ambassadeurs américains pour qu’ils abordent le sujet de la Fondation avec les gouvernements étrangers — et suggèrent d’enquêter sur les transactions financières. (…)

Quelques jours après la défaite d’Hillary Clinton à l’élection, les contrôleurs financiers du gouvernement français ont commencé à suivre les traces de dizaines de millions d’argent public qui a terminé dans les coffres de la Fondation Clinton, selon un document consulté par le Post.

Selon Die Welt

[…]
Ce n’est que maintenant, en consultant la liste des donateurs de la « Foundation », qu’on s’aperçoit que le ministère fédéral de l’Environnement a effectué un versement qui se chiffre en millions. Au troisième trimestre 2016, au plus fort donc de la bataille électorale, 1 à 5 millions de dollars provenant des deniers publics allemands ont été transférés à la fondation familiale. Continuer la lecture de Selon le New York Post la France et l’Allemagne auraient versé de l’argent à la fondation Clinton

L’inquiétant niveau des élèves français en maths et sciences

L’enquête internationale Timss, rendue publique mardi 29 novembre, décrit une chute des performances en terminale S et de lourdes difficultés en CM1.

téléchargement (21)

 

Une chute vertigineuse des résultats des élèves de terminale S et des scores mauvais en CM1. Alors que droite et gauche ferraillent sur l’école à l’approche de l’élection présidentielle, l’enquête internationale Timss (Trends in International Mathematics and Science Study) sur les mathématiques et les sciences, rendue publique mardi 29 novembre, apportera des arguments aux candidats. Face à son constat radical, Continuer la lecture de L’inquiétant niveau des élèves français en maths et sciences

Italie : Le record d’arrivées de migrants de 2014 battu en 2016

Le nombre de migrants arrivés cette année en Italie par la mer a dépassé le record établi il y a deux ans, selon les chiffres annoncés lundi par le ministère italien de l’intérieur. Depuis début 2016, 171 299 personnes ont atteint les côtes italiennes par bateau.

Le total pour 2014 était de 170’100. L’an dernier, 154’000 migrants ont réussi la traversée, ce qui porte le nombre d’arrivées à près d’un demi-million en trois ans. Plus de 176’000 demandeurs d’asile vivent désormais dans des centres d’accueil italiens et les demandes ont également atteint un niveau record cette année.

Parmi les arrivants de 2016 figurent 36’000 Nigérians, qui représentent 21% du total, 20’000 Erythréens et 12’000 Guinéens, ainsi que 23’000 mineurs non accompagnés. Le ministère de Continuer la lecture de Italie : Le record d’arrivées de migrants de 2014 battu en 2016

Patrick Buisson : « La France de François Fillon n’est pas la France en souffrance des catégories populaires »

Patrick Buisson analyse le résultat de la primaire pour Le Parisien :

L’élection à droite est un succès. C’est une bonne nouvelle pour la démocratie ?

Non, car les partis se servent des primaires comme d’une procédure de relégitimation pour tenter de remédier à leur profond discrédit. Leur seul objectif est de conserver le monopole de sélection des candidats à la présidentielle. Les primaires accentuent la dérive vers le suffrage censitaire. Ne vont voter que les inclus, les catégories favorisées, les retraités. Ce qui ne fait qu’aggraver la crise de la représentation en renforçant le poids politique des classes privilégiées, alors qu’il faudrait rouvrir le jeu démocratique.

Si on vous suit, François Fillon, c’est la droite sans le peuple…

Il y a une bonne et une mauvaise nouvelle pour la droite. La bonne, c’est que la droite redevient la droite en se libérant partiellement de l’hégémonie idéologique de la gauche avec l’écrasante défaite de Juppé. La mauvaise, c’est que la droite ne semble pas en mesure pour l’instant d’élargir sa base sociologique. La France sénatoriale et provinciale de François Fillon n’est pas la France en souffrance des catégories populaires, qui ne sont pas allées voter. Pour l’emporter en 2017, il doit impérativement sortir du ghetto des inclus et des privilégiés, s’il veut disputer l’électorat populaire à Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. C’est ce désenclavement sociologique qui a fait la fortune du gaullisme en 1947 avec le RPF, en 1958 avec le retour du Général et de Nicolas Sarkozy en 2007. C’est une équation très difficile à réaliser.

 

Quel conseil lui donneriez-vous ?

De sortir de sa contradiction qui est l’incompatibilité fondamentale entre libéralisme et conservatisme. Le risque pour Fillon, c’est d’être perçu comme le candidat du patronat et des classes dominantes, le candidat de la « mondialisation sauvage ». On voit bien l’espace carcéral symbolique dans lequel le FN et la gauche vont chercher à l’enfermer. Or, son succès s’explique par deux facteurs : il est apparu capable de restaurer la fonction présidentielle dans sa dignité et sa sobriété. Et il a attiré un électorat davantage préoccupé par l’abrogation de la loi Taubira que par la suppression de l’ISF.

Croire que Fillon a été élu sur son programme économique est un contresens qui se paiera au prix fort. Continuer la lecture de Patrick Buisson : « La France de François Fillon n’est pas la France en souffrance des catégories populaires »

Ces membres de l’équipe Fillon qui collaborent avec des mosquées en mairie

Ces membres de l'équipe Fillon qui collaborent avec des mosquées en mairie

Ces membres de l’équipe Fillon qui collaborent avec des mosquées en mairie

Le site de campagne de François Fillon affiche les portraits de ses soutiens parmi les parlementaires, souvent maires de grandes villes, dont au moins cinq (nous continuons de fouiller dans nos archives) ont soutenu activement des projets de mosquées, souvent radicales, sises sur des terrains municipaux.

Caroline Cayeux

Caroline Cayeux, maire de Beauvais, s’est démenée pour faire aboutir la construction de la grande mosquée, gérée par les islamistes de l’UOIF, nous écrivions dans notre livre Ces maires qui courtisent l’islamisme(Tatamis, 2015) :

Capture d’écran 2016-11-21 à 10.17.53« La ville compte pourtant déjà trois mosquées, deux rue de Clermont et une rue du Faubourg Saint-Jacques, et deux salles de prière implantées dans les quartiers Saint-Jean et Argentine. « Les sites actuels sont dans un état catastrophique, estime Caroline Cayeux, maire de Beauvais dans Le Courrier Picard.[1] Le but est de ne faire plus qu’un seul site pour offrir un lieu de culte digne et sûr». Madame le maire, membre de l’UMP, préfère une Grande Mosquée avec coupole et minaret, plutôt que des salles de prières.(…) D’une superficie de 1 951 m², les parcelles de la ville ont été vendues au prix de 120 000 euros. Une bonne affaire !

« Vous l’avez rêvé, on l’a fait », s’exclama le maire ajoint UMP Olivier Taboureux à l’adresse du banc de l’opposition socialiste lors de ce même conseil municipal. (…)Mohrad Laghrari est adjoint au maire de Beauvais depuis la reconduction de Caroline Cayeux à la mairie en mars 2014. Proche de l’association Espoir et Fraternité qui gère la mosquée, il était sur son stand lors du salon de l’UOIF en 2012, afin d’y donner une conférence sur la citoyenneté[2]. Chaque année, ce proche de Caroline Cayeux va au congrès des islamistes comme en témoigne ses photos personnelles sur Twitter (il y était encore a l’édition 2014, où nous avions trouvé de la littérature djihadiste) Lire la suite dans l’enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme

[1] La future mosquée de Beauvais, s’expose au Bourget, Harmonie, 12 avril 2012
[2] Une mosquée après plus de vingt ans d’attente pour la communauté musulmane de Beauvais, Le Courrier Picard, 9 juillet 2010.

Gilbert Meyer

Continuer la lecture de Ces membres de l’équipe Fillon qui collaborent avec des mosquées en mairie

Fillon commence à reculer pour élargir la base des gogos qui iront voter pour lui. Bien joué, c ça la politique.

Rappel: Henri de Castrie, PDG des assurances AXA, fait partie de l’équipe de campagne et de peut-être du gouvernement de fillon.

François Fillon arrondit les angles

xvmabc4ce28-b5a0-11e6-bf76-e1dbf4b7eab3

Le candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle a pris, lundi soir, «l’engagement» que les plus modestes «ne seront pas moins remboursés demain qu’aujourd’hui».

François Fillon démine les attaques de la gauche. Invité lundi soir du journal télévisé de France 2, le candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle a tenu à arrondir les angles sur la manière dont il envisageait de réformer la sécurité sociale. «Je le dis ce soir, je prends l’engagement de faire en sorte que toutes les personnes qui doivent être protégées, Continuer la lecture de Fillon commence à reculer pour élargir la base des gogos qui iront voter pour lui. Bien joué, c ça la politique.

Pierre Gattaz, président du MEDEF, trouve le programme de Fillon enthousiasmant

Pierre Gattaz, qui a dit ne pas faire de politique et ne soutenir aucun candidat, salue toutefois le programme « accès sur l’économie »du visage de la droite et du centre, François Fillon. « C’est un programme pragmatique. La France a besoin de se redresser et l’objectif c’est d’aller au plein-emploi. Il met l’entreprise au coeur de son programme, ça nous va bien. Tout ça nous souhaitons l’entendre de tous les candidats », a-t-il déclaré sur le plateau d’Yves Calvi, ce lundi 28 novembre.

Le patron du Medef a trouvé le programme de François Fillon « enthousiasmant ». « Il nous donne une vision, que la France redevienne une première puissance économique en Europe (…) Nous avons un problème de fiscalité, de simplification du marché du travail, de la simplification de la législation et de formation… Il parle de ces choses-là ». Pierre Gattaz attend désormais des programmes détaillés venant de la gauche et de l’ancien ministre de l’Economie Emmanuel Macron. Mais on objectif, il le répète, c’est « le plein-emploi ».
Source

François Fillon, un conservateur du 19e siècle

La Tribune

Conservateur ? Ultralibéral ? Réactionnaire ? Modéré ? Gaulliste ? Thatchérien ? François Fillon, désormais candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle de 2017, a été cuisiné à toutes les sauces. Laquelle est la plus juste ? Au-delà des étiquettes, il peut être utile de revenir aux inspirations du nouveau chef de file de la droite et à sa tradition historique. Et pour cela, il convient évidemment de revenir au programme qui lui a permis, à la surprise générale, d’emporter deux tiers des voix lors de la primaire.

La réaction est désordre

Pour comprendre d’où vient François Fillon, il faut examiner ses positions sur la société française. Sur ce plan, on l’a souvent décrit comme un « réactionnaire ». C’est, en réalité, inexact. Certes, le nouveau candidat propose un retour sur quelques points de la loi Taubira, mais ce retour est partiel et ne porte que sur une loi récente. Pour le reste, il n’y a pas de remise en cause des évolutions de la société depuis la fin des années 1960. « S’il est bien entendu indispensable de défendre les valeurs familiales qui fondent notre société, il est aussi nécessaire de prendre en comptes ses évolutions », explique le projet de François Fillon qui, par ailleurs, consacre un chapitre aux droits des femmes et au renforcement de la lutte contre le « sexisme ». Un authentique réactionnaire chercherait non seulement à revenir sur la loi Taubira, mais également sur tout l’héritage de « mai 68 » en favorisant le retrait des femmes de la vie active ou en revenant sur le droit à l’avortement, par exemple. Rien ne dit que ce soit les convictions profondes de François Fillon, mais ce n’est pas son programme. Continuer la lecture de François Fillon, un conservateur du 19e siècle

Fillon et l’Europe, pas si souverainiste que ça

François Fillon a voté non à Maastricht en 1992. Dans son programme sur l’Europe, il fait plusieurs fois référence à Charles de Gaulle et plaide pour une Europe des Nations. Mais sur le plan économique, son logiciel reste le même, hormis un plus grand contrôle de la BCE, actuellement irréaliste.

François Fillon a beaucoup évolué depuis le référendum sur le traité de Maatricht auquel il a voté non, au côté de Philippe Seguin. Dans une tribune publiée par le Monde en mars 2012, on est en pleine campagne électorale, il affirme: « Aujourd’hui je défends l’idéal européen de toutes mes forces« . Et il explique que c’est la crise financière, le chaos à portée de main, la prise de conscience que l’édifice européen est fragile qui a forgé sa conviction.

Pendant la campagne des primaires, l’Europe n’a pas été un sujet central, mais il y consacre une rubrique sur son siteFrançoisFillon2017. Sa vision de l’Europe explique t-il, c’est « une EUROPE DES NATIONS, garante de notre souveraineté« . C’est un peu contre intuitif comme ça, si on est dans l’Europe et qu’on respecte des règles communes, on perd en souveraineté, mais NON, selon François Fillon qui cite plusieurs fois le général de Gaulle dans ses propositions détaillées sur l’Europe, il est possible de faire autrement.

Je suis ainsi pour une Europe des nations, une Europe qui, dans la lignée de celle voulue par le Général de Gaulle, soit garante de notre souveraineté. Mais je défends aussi l’urgence d’une France souveraine au sein d’une Europe qui partage des valeurs communes et un objectif commun : celui de notre souveraineté vis-à-vis de nos autres partenaires. Pour cela, l’Europe devra concentrer son action sur quelques domaines bien définis et laisser la liberté aux Etats nations de se gouverner comme ils l’entendent sur une majorité de sujets, en respect du principe de subsidiarité.

Bien… sauf que sur les sujets économiques, il n’y a pas de remise en cause du logiciel existant, pour utiliser un mot que j’ai beaucoup entendu lors de la soirée des primaires.

Non à Maastricht, Oui à l’Euro

Continuer la lecture de Fillon et l’Europe, pas si souverainiste que ça

Quand François Fillon était favorable aux minarets en France

capture-decran-2016-11-28-a-18-36-00

Un temps annoncé pour clore le colloque organisé par l’Institut Montaigne à Paris sur l’Identité nationale, Nicolas Sarkozy s’est finalement désisté au profit de son Premier ministre François Fillon.

Le gouvernement français n’est pas hostile à la construction de minarets à condition qu’ils s’inscrivent de « façon raisonnable et harmonieuse » dans l’environnement des villes, a affirmé aujourd’hui à Paris le premier ministre François Fillon.

« Quant aux minarets, qui sont d’ailleurs assez peu nombreux en France, je dis simplement qu’ils doivent s’inscrire de façon raisonnable et harmonieuse dans notre environnement urbain et social. Et la meilleure façon qu’ils le soient, c’est de faire confiance pour cela aux maires de nos villes », a déclaré François Fillon.
(…)

« Ce qui doit être combattu, c’est l’intégrisme, mais surtout pas les musulmans. Il ne faut pas tout confondre », a insisté François Fillon, qui s’exprimait lors d’un colloque sur l’identité nationale française, un thème qui fait l’objet d’un large débat initié dans tout le pays par son gouvernement.

« Il est normal et légitime que les pratiquants puissent exercer leur foi dans des conditions dignes. Je préfère des mosquées ouvertes à des caves obscures », a déclaré François Fillon. « Ce qui doit être recherché, c’est un islam de France, plutôt qu’un islam qui s’impose en France. C’est cet objectif que le gouvernement poursuit avec les représentants de la communauté musulmane », a-t-il encore dit.

source

François Fillon, la droite munichoise

« Ca n’est pas difficile de passer pour fort, va le tout est de ne pas se faire pincer en flagrant délit d’ignorance » Guy de Maupassant – Bel Ami
« Il y a une bourgeoisie de gauche et une bourgeoisie de droite. Il n’y a pas de peuple de gauche ou de peuple de droite, il n’y a qu’un peuple ». Georges Bernanos – Les grands cimetières sous la lune
François Fillon sera donc le candidat de la droite aux élections présidentielles de 2017. Opposé en duel à Alain Juppé, il a confirmé la dynamique du premier tour en balayant son adversaire. Le maire de Bordeaux était une baudruche médiatique. Il aura néanmoins réussi à prouver une chose essentielle : l’électorat de droite n’aura plus jamais de complaisance pour les complices de l’islamisme ou les tièdes. Si nous verrons plus tard que François Fillon n’a rien du dur que les médias se plaisent à décrire, il est certain que sa victoire s’est construite en rejet du multiculturalisme qu’Alain Juppé portait en étendard. En effet, une majorité des électeurs de François Fillon ne l’ont pas plébiscité pour son programme mais parce qu’il était un antidote à un homme que beaucoup craignait n’être qu’un Hollande bis, en pire. Sans rien accomplir de particulièrement notable, le Sarthois a accumulé un capital sympathie inversement proportionnel à la défiance suscitée par la personnalité du candidat Juppé ; lequel déclarait en campagne que 200.000 immigrés légaux par an n’étaient pas de trop ! Bien sûr, François Fillon ne pipait mot, trop heureux de profiter de l’amnésie proverbiale de la France de droite. Il ne sait que trop bien qu’il fut, pendant cinq ans, sans jamais montrer un signe d’agacement, premier ministre du président Nicolas Sarkozy. Cinq années durant lesquelles l’immigration massive ne s’est pas seulement poursuivie, mais aggravée dans des proportions dramatiques. Alain Juppé a été détruit pas sa Némésis, Ali. Il ne put jamais se défaire de cette seconde peau aux odeurs méphitiques.  Clou du spectacle, quelques personnalités se sont chargées de donner une aura sulfureuse à ce brave Fillon qui n’en demandait pas tant. Alain Juppé a tenté, dans une manœuvre de panique, de diaboliser son adversaire, rapidement rejoint en ce sens par toute la gauchosphère. Et c’est ainsi que le très lisse et très consensuel Fillon est passé, en l’espace d’à peine quelque jours, du statut d’ancien collaborateur soumis de Nicolas Sarkozy à celui d’homme du renouveau de la droite française, incarnation vivante du pays réel. Divine surprise pour tous les concernés, à l’exception d’Alain Juppé qui, par orgueil, refusait d’accepter sa défaite.
La thèse des trois droites étant inopérante en 2016, il est néanmoins à peu près certain que la victoire de François Fillon pourrait s’avérer être une offrande
Les élections primaires de la droite ont obtenu l’effet escompté par leurs concepteurs : constituer un véritable premier tour de l’élection présidentielle, au mépris de nos institutions. Continuer la lecture de François Fillon, la droite munichoise