Le deuxième choc

Les récents événements meurtriers ont été un choc pour tout le monde. De plus ou moins grande intensité, mais pour pratiquement tout le monde. D’abord, les événement eux-mêmes : un attentat au fusil d’assaut avec douze morts innocents au beau milieu de Paris, plus d’autres événements tragiques – prise d’otages et meurtres. Certains se sont arrêtés là, mais pour d’autres, un deuxième choc a eu lieu : le refus catégorique de tirer les moindres conclusions du drame.

fou-folie-1336x648

Que des journalistes et politiciens (ce qui est maintenant la même chose), ceux qu’on appellera les « officiels » du système, osent, avec un culot inouï, ressasser que « cela n’a rien à voir avec l’islam », que « les premières victimes sont les musulmans », que « ce sont les même intégristes que les catholiques » et que finalement, comme le dit Libération, « les responsables sont d’abord Zemmour et Marine Le Pen » pour peut-être bientôt nous sortir que « ce sont des catholiques proches des idées du FN qui ont tiré » (ce qu’ils avaient commencé à faire pour les derniers attentats), on ne s’étonne plus trop. L’imposture est la condition de leur prestige, la mauvaise foi celle de leur succès, le mensonge est la pierre angulaire de leur pouvoir.

Mais là où on est proprement sidéré, c’est de voir des gens ordinaires, des amis ou connaissances reprendre comme de dociles caisses de résonance ce discours d’abrutis, répéter la formule magique consacrée « padamalgam », réciter en se balançant d’avant en arrière et les mains sur les tempes le manifeste du Parti Vivrensembliste : « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de la lutte des gentils modérés démocrates contre les méchants nauséabonds intégristes, surtout les catholiques. »

Ces gens, nous les connaissons, nous les apprécions, nous les estimons ; devant eux se dresse un panneaux lumineux grand comme celui d’Hollywood avec marqué ISLAMISME. Aucune réaction, ils ne voient rien, leur regard traverse l’obstacle comme s’il eût été de l’air. Le pire est que cet aveuglement volontaire est tellement absurde, si insensé, presque dément, qu’on n’arrive nous-mêmes pas à y croire. Nous ne pouvons pas accepter, nous refusons de voir qu’ils ne voient pas, parce que c’est impossible qu’ils ne voient pas, c’est juste là ! C’est paradoxalement cet aspect irréel de la chose qui alimente en nous une éternelle lueur d’espoir : ils ne peuvent qu’être sous l’empire de quelque hypnose, il vont se réveiller si on les secoue assez fort, ils vont se libérer de l’illusion dont ils sont captifs !

Mais il faut nous rendre à l’évidence : oui, ils sont sous hypnose, en théorie ils suffirait de les réveiller. Le problème, c’est qu’ils sont leur propre charmeur. À peine ouvriront-ils les yeux qu’ils seront à nouveaux envoûtés. C’est comme une drogue ! C’est une drogue, le mensonge est devenu vital à leur organisme mental. Ce n’est pas d’intelligence qu’il s’agit mais de volonté et d’amour de la vérité : leur cerveau imbibé de rêves et de miel n’a plus la force d’affronter un monde hostile et cherche désespérément à lui échapper. Faisons le deuil de nos espoirs : à l’heure qu’il est, s’ils avaient la capacité de voir, ils verraient déjà.

Bien sûr que les musulmans ne sont pas tous personnellement responsables, comme les communistes n’étaient pas tous responsables des attentats perpétrés dans toute l’Europe. Sauf que les bolcheviks ont fini par prendre le pouvoir et, soixante ans plus tard, le décompte des morts passait à cent millions. Mais peut-être était-ce déjà là l’œuvre d’Éric Zemmour.
Charles Rouvier

Un élève tué devant son lycée à Marseille

Un lycéen de 16 ans a été poignardé lundi devant son établissement, le lycée Camille-Jullian situé dans le quartier de La Barasse, à Marseille. On ignore pour le moment les circonstances exactes de ce drame.

«Il y a eu un échange d’insultes, une altercation, et on l’attendait à la sortie», a simplement déclaré le procureur Brice Robin à l’AFP, soulignant que le mineur avait «peut-être» succombé à un coup de couteau.

La Provence

Un lycéen tabassé après un échange sur l’attaque de «Charlie Hebdo»

Un élève du lycée technique et professionnel Blaise Pascal de Châteauroux a été passé à tabac vendredi par trois autres élèves après avoir publié sur Facebook des messages rappelant «deux des valeurs de la République que sont la tolérance et la laïcité», à l’occasion d’un échange sur les attentats à Paris, a-t-on appris lundi auprès du proviseur de l’établissement.

Le lycéen, âgé de 15 ans, a été sérieusement blessé, et s’est vu délivrer une incapacité totale de travail de huit jours, a indiqué le proviseur, Fabien Lascaux. «Ce n’est pas lui qui avait insulté la religion des agresseurs», a-t-il expliqué. Trois élèves, âgés de 15 et 16 ans, soupçonnés d’avoir molesté le lycéen, ont été convoqués lundi par la direction du lycée et comparaîtront prochainement en commission de discipline. Ils reconnaissent les faits et disent «s’être énervés», selon le responsable de l’établissement scolaire qui accueille un millier d’élèves et étudiants.

Une semaine de la citoyenneté va être organisée, la semaine prochaine, dans l’enceinte du lycée, a encore indiqué Lascaux.

Marine Le Pen: Quand j’entends Nicolas Sarkozy proposait la création d’une commission je tombe de ma chaise

La première question qu’ils se sont posés une fois l’attentat commis ce fut: est-ce-que ça ne va pas profiter au Front National. C’est scandaleux.

Romain Goupil ou les leçons de morale d’un ancien 68art devenu chantre de la guerre

Le guignol que vous voyiez là, fait partie de ceux par qui notre malheur arrive.

Lire Marianne: http://www.marianne.net/Les-idiots-utiles-de-la-guerre-en-Irak_a239573.html

Goupil est aussi un membre du cercle de l’oratoire. Atlantiste, c’est un cercle de réflexion belliciste soumis aux intérêts américains.


Romain Goupil revient sur les attaques du 7… par culturebox

Marine Le Pen: Ce sursaut a tout d’abord été celui du peuple français. (vidéo)

Je suis totalement sidéré par la saloperie des média qui ont accompagné la grande kermesse du pouvoir sans même être capable d’émettre une pensée construite, une analyse pertinente, une réflexion critique. L’unanimisme était total, un conformisme a faire rougir de jalousie toutes les dictatures.
Et aujourd’hui que leur idéologie multiculturaliste a fait des morts, ils continuent à faire les malins en s’en prenant au seul parti qui a su décrire ce qui nous attend. Cette obsession à défendre les musulmans qui pourraient être meurtris par des amalgames est non seulement une imbécilité mais tout à fait abject; car c’est en partie cela qui nous prive de notre liberté de nous défendre.

Quand je vois cette vidéo, je me dis que les djihadistes sont vraiment cons, car ils ne savent même pas choisir les bonnes cibles.

Si les français n’ouvrent pas les yeux très vite, ils vont très vite regretter de s’être comporter en mouton.


Marine Le Pen : "honte de quoi ?" par Europe1fr

Face à l’Islam, il y a deux camps : les collabos et les résistants

Depuis que les actes de guerre islamiques se multiplient contre la France, avec comme point d’orgue les drames de ces derniers jours, ce régime et son ineffable ministre de l’Intérieur n’ont qu’une seule priorité : sauver l’image de l’islam, pour mieux justifier la poursuite de la politique immigrationniste de son gouvernement.

Depuis des mois, niant l’évidence, Cazeneuve, dans la continuité de Valls, n’a cessé d’évoquer des actes de déséquilibrés, relayé sur tous les plateaux de télévision par les prétendus musulmans modérés, et toute la collabosphère Plenel-Askolovitch-Fourest. Bien évidemment, personne n’entendra des propos comme ceux de Pierre Cassen, sur TV-Libertés, accusant ouvertement l’islam et ses textes sacrés des crimes commis par des musulmans contre des Infidèles, dont les journalistes de Charlie Hebdo.

Jouant à fond sur l’émotion, ce régime a osé organiser une manifestation indécente, regroupant les islamistes de l’UOIF, émanation des Frères musulmans en France, toute la clique politicienne de la droite et de la gôche (en virant le Front national), des chefs d’Etat étrangers et Jean-Claude Juncker, président de l’Union européenne, cette officine Lire la suite

Ce sont les musulmans qui tuent, mais sus au FN

Article de Caroline Alamachère de Riposte Laïque

Musulmans-aux-roses

Sourates-tuez-les-mecreants

Gaspard-Proust-chretiens-integristes

« L’important c’est qu’il n’y ait pas d’amalgame » (Une femme parmi les manifestants)

°°°°°°°°°°°°°°°°°

C’est Dalil Boubakeur, en fauteuil roulant, qui ouvrait le bal, lui qui comme des millions d’autres musulmans doit quotidiennement prononcer la formule « Allah Akhbar ». Le symbole est énorme, tout comme l’a été Ahmed, ce policier tué et constituant à lui seul, pour la plus grande joie des journaleux, la preuve que l’islam n’avait rien à voir avec les tueurs.

Il faut tout de même se rappeler que l’ineffable Boubakeur avait en 2006 porté plainte contre Charlie Hebdo après la publication par le journal des caricatures. Il était donc particulièrement cocasse de le voir donner le coup d’envoi d’une marche défendant la liberté d’expression et rendant hommage aux victimes de sa rédaction. Si ses jambes ne le portent plus, son hypocrisie et sa pratique de la takkyia restent, elles, bien vivaces.

 

Intouchables

Cette manifestation, sorte de grand barnum surréaliste pour laquelle la SNCF avait exceptionnellement cassé ses prix, associant dans une même communion l’UOIF, le CRIF, Angela Merkel, Netanyahou, Abbas, Erdogan, BHL, des LGBT, le premier ministre turc qui n’hésite pas à faire enfermer des journalistes, Haïm Korsia mais aussi Dieudonné, nous a donné à voir un beau spectacle.

Sur France 2, l’emphase du moment était telle qu’il a été annoncé 66 millions de manifestants. Rien de moins !

Il y a bien eu un petit incident diplomatique lorsque M. 
Netanyahou a réclamé que les juifs quittent la France et que leur foyer était en Israël, à quoi Manuel Valls a répliqué que la France sans les juifs cesserait d’être la France ! On appréciera à sa juste valeur la réponse du premier ministre…

Les manifestants, brandissant avec force conviction des crayons pour impressionner les djihadistes qui entendraient s’attaquer encore à la liberté d’expression, ne semblaient nullement choqués que le FN n’ait, lui, pas voix au chapitre. Ceci étant dit, s’associer à une telle farce médiatique qu’Orwell n’aurait pas reniée, aurait été se rabaisser.

Lever des crayons et des pancartes « je suis Charlie » était évidemment bien moins risqué et beaucoup plus politiquement correct que de brandir les fameuses caricatures de Mahomet qui ont valu à Charlie Hebdo deux attentats. Défiler pour la liberté d’expression en brandissant ces dessins aurait eu du vrai panache, l’avertissement aurait été crédible : non, la liberté d’expression n’est pas négociable ! Au lieu de cela nous avons assisté à un défilé de Bisounours décérébrés incapables de penser par eux-mêmes et de réaliser que l’exécutif et les médias se fichent d’eux, parce qu’ayant subi une propagande telle que leurs cerveaux se sont dramatiquement atrophiés.

Pour l’occasion le PSG affichait son soutien à Charlie Hebdo aujourd’hui, sauf dans les pays musulmans. Mais bon, pas d’amalgame, puisque tel était le mort d’ordre, même si l’on n’a pas vu beaucoup de voilées défiler pour dire leur amour de la liberté d’expression et leur soutien aux victimes.

Toute la journée les contradictions auront été de mise avec des rappels perpétuels à la religion des uns et des autres, avec cette apothéose à la synagogue. Les journalistes n’ont eu de cesse de renvoyer à leurs origines des manifestants pourtant français « comme vous et moi », comme si cette particularité faisait d’eux, quoiqu’il arrive, des Français différents, à part, comme si au fond pour ces journalistes ils n’étaient pas tout à fait aussi français que cela.

Comme au soir du 6 mai 2012, les drapeaux étrangers ont fleuri sur les écrans sous prétexte de défendre l’unité nationale et la République, cette République des élites qui nous pousse à notre propre détestation, qui n’hésite pas à mépriser, à diviser le peuple français et à le mettre en danger pour mieux régner sur lui en l’empêchant de retrouver sa véritable unité.

Si tous les manifestants étaient Charlie, l’esprit de Charlie Hebdo lui n’y était certainement pas. Le dessinateur Luz a fustigé l’aberration du message de la manifestation, si éloignée de l’esprit du journal : « Au final, la charge symbolique actuelle est tout ce contre quoi Charlie a toujours travaillé : détruire les symboles, faire tomber les tabous, mettre à plat les fantasmes ». L’esprit du journal antireligieux n’y était d’ailleurs pas non plus quand des imams, à la demande de Marek Halter, sont allés faire leurs prières sur les lieux au lendemain de l’attaque.

Les politiques européistes et mondialistes de tous bords, ceux-là même qui importent l’islam et ses djihadistes sur notre sol, se donnaient la main avec, comble de cynisme, la Lire la suite

Charlie Hebdo : quand en 2006 un ministre italien a dû démissionner pour avoir montré une caricature de Mahomet

18/02/2006 : « Caricatures : le ministre italien des Réformes démissionne »

Le ministre des Réformes Roberto Calderoli a démissionné samedi du gouvernement italien après avoir été accusé par la Libye d’offense à l’Islam pour avoir arboré un T-shirt avec une caricature du prophète Mahomet, a annoncé l’agence Ansa «J’ai démissionné», a-t-il annoncé à la presse.

Roberto Calderoli est un des dirigeants de la Ligue du nord, le parti populiste et xénophobe dirigé par Umberto Bossi. Sa démission avait été réclamée par le chef du gouvernement Silvio Berlusconi et par tous les dirigeants des autres partis du gouvernement (…).

Source

La France que vous laisse l’UMPS: Au Val-Fourré, le succès du commerce « ethnique »

NUTILE de chercher de l’alcool ou des côtes de porc… Ici, vous êtes chez Valprim, à l’entrée du quartier du Val-Fourré, qui réunit presque la moitié de la population de Mantes-la-Jolie : 20 000 habitants, dont une forte proportion de musulmans français ou étrangers.

Par M.G

Alors, même si les responsables se défendent de s’être lancés dans le commerce  ethnique, Valprim s’est adapté à sa clientèle :

le saucisson halal a remplacé le saucisson à l’ail, et le jambon de dinde, le jambon de porc.

Les fruits et légumes viennent de tous les horizons : figues, dattes, manioc, papaye… Autre détail frappant :

les caissières portent le voile.

Mais ici, cela ne gêne personne.

Voile ou pas voile, les clients sont au rendez-vous.

Les habitants d’origine étrangère retrouvent ici des produits de leur terroir à des prix accessibles.
Les autres viennent découvrir des denrées exotiques, dans un magasin ouvert tous les jours et pour des prix plus abordables que dans n’importe quelle petite épicerie. Dans ce joyeux melting pot, les responsables de Valprim ont réussi à trouver la recette du succès, résolvant une équation a priori insoluble : maintenir ses ventes dans un quartier pauvre…

leparisien.fr

Union nationale ? Non : sidération, récupération et manipulation

« Le défilé du 11 janvier fut ainsi un éloquent symbole de l’unanimisme cosmopolite de la superclasse mondiale servie par les médias de propagande ».

Hollande est un grand président. Il va remonter dans les sondages. L’attaque contre Charlie Hebdo et l’hyper casher de Vincennes sont des aubaines pour lui. Le voici devenu père de la nation, l’artisan d’un nouveau consensus français : « Ensemble », et le président autour duquel la planète se presse. Mieux que l’Union nationale, l’Union mondiale ! Chapeau, l’artiste !

Et pourtant les événements de Paris, Dammarie-les-Lys et Vincennes sont la conséquence de quarante ans de politique migratoire (depuis le regroupement familial décidé par Chirac en 1976) : une politique à laquelle toute la classe politique défilante a pris sa part :

– L’immigration galopante, d’abord, s’accélérant à chaque pseudo alternance : du RPR ou de l’UMP vers le PS, mais aussi du PS vers l’UMP.

– La folle politique de la nationalité, consistant à donner le titre de Français à des Coulibaly ou des Kouachi qui ne le sont ni par l’origine, ni par la culture, ni par leur cœur.

– L’échec des politiques d’intégration poussant à choyer et à présenter comme modèles des voyous de banlieue : les frères Kouachi invités par France 2 (chaîne de service public) comme rappeurs, puis pour l’un d’entre eux bénéficiant d’un emploi aidé à la mairie de Paris comme « ambassadeur du tri » (sic !). Coulibaly était reçu en 2009 par le président Nicolas Sarkozy à l’Elysée : l’occasion d’obtenir un portrait flatteur dans Le Parisien. Coulibaly et Kouachi n’étaient pas considérés comme des marginaux mais comme des exemples.

Des « exemples » dont la place aurait été en prison si nous n’avions pas une folle politique judiciaire.

Car c’est aussi la politique sécuritaire des gouvernements successifs qui a été mise en échec : 10 lois liberticides contre le terrorisme, pour quels résultats ? Un manque de jugeote des services consistant à alléger le dispositif de protection de Charlie Hebdo… à l’automne 2014 : bravo Cazeneuve, bravo Boucault !

Et c’est au moment où les gouvernants ont laissé s’implanter une immigration musulmane de peuplement en France qu’ils ont déstabilisé les gouvernements arabes laïcs en Irak, en Egypte, en Libye et en Syrie, et qu’ils ont encouragé la fabrication du monstre islamiste. Pourtant deux acteurs du chaos syrien, le Turc Erdogan et l’Israélien Netanyahou ont été invités à défiler à Paris…

A vrai dire, ce fut le défilé des incendiaires : politiques de Sarkozy à Hollande, internationaux de Cameron à Merkel, associatifs de SOS-Racisme à l’UOIF qui avait réclamé l’interdiction des dessins sur Mahomet.

Le défilé du 11 janvier fut ainsi un éloquent symbole de l’unanimisme cosmopolite de la superclasse mondiale servie par les médias de propagande.

Le défilé du 11 janvier 2015, c’était un peu comme une marche silencieuse pour le droit des enfants, avec au premier rang Marc Dutroux, Emile Louis et Patrick Henry.

Propagande univoque et silence du FN

Ce qui est le plus sidérant – au sens propre du terme – c’est l’absence totale de prise de recul et de réflexion critique de la part des médias mainstream.

Le Front national lui-même semble avoir été réduit au silence : soit parce qu’il n’a pas eu la parole ; soit parce que ses principaux dirigeants ont fait profil bas. A l’image de ce premier tweet de Florian Philippot : « Horreur, infinie tristesse » ; ou de la « déclaration solennelle » de Marine Le Pen évoquant le « Pas d’amalgame » ou « les Français de toutes origines » et appelant à « l’Union nationale ». Pas un mot sur les causes, pas un mot sur les responsabilités.

Devenu littéralement inaudible, le Front national semble avoir payé le prix fort de la pasteurisation, sans recueillir pour autant le bénéfice de la dédiabolisation car il est resté totalement marginalisé et pestiféré. Il y a là incontestablement une double limite au discours « national-républicain » : on n’a pas besoin du FN pour dire « tout le monde il est français » et confondre Français administratif et Français de civilisation ; la réalité c’est que la « conception citoyenne de la nation » n’est que le cache-sexe du communautarisme. Lire la suite

Karim, 27 ans, est dubitatif.Comme d’autres, il croit au «complot».

Dans le quartier multiethnique de Barbès, Samir, 29 ans, et ses copains, tous d’origine algérienne, discutent avec véhémence des événements sanglants des trois derniers jours. Karim, 27 ans, est dubitatif.

Comme d’autres, il croit au «complot», ne peut pas imaginer que des musulmans radicaux soient les auteurs de la mort de 17 personnes. «Il n’y a pas le djihad dans le Coran. Le djihad, c’est lorsque c’est la fin du monde», dit-il.

Samir, lui, ne doute pas que les frères Kouachi et Amedy Coulibaly soient des djihadistes, mais il peine à les condamner, car les victimes de «Charlie Hebdo» avaient «insulté le prophète» avec leurs caricatures: «Je suis rebeu (arabe en argot). On n’insulte pas le prophète», lâche-t-il.

«Au moins, on a des méchants pour faire ça! (venger le prophète)». Il dit qu’il ne prend plus le métro, de peur d’attentat. Dans le bus, note-t-il, «on nous regarde de travers».

Et lui-même craint les islamistes radicaux, car il n’est pas pratiquant. Alors aller marcher, c’est non: «Ca va rien changer et tu vas te faire cramer la gueule devant les caméras».

Mohamed, 29 ans, s’emballe estimant qu’il n’y a pas eu une mobilisation suffisante en France pour défendre la Palestine. Pour lui, «en Palestine, ce sont les juifs les terroristes». Un autre estime que «François Hollande est allé chercher des histoires en allant au Mali et en Irak», où sont engagées des forces armées françaises dans la lutte contre le terrorisme. […]

Source/a>

Kouachi/Coulibaly : derrière la stupeur, le scandale d’Etat

11/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Jusqu’où irons-nous dans l’horreur et l’abjection ? A quel moment nos gouvernants cesseront-ils de mettre nos compatriotes en danger ? Malgré les beaux discours – d’une propagande très vite écœurante -, le réel nous montre que nous ne sommes pas en mesure de lutter efficacement contre ces terroristes de l’intérieur. A tel point que l’on peut parler de véritable scandale d’Etat.

Pour preuve plusieurs relatifs aux frères Kouachi et à Amédy Coulibaly. Eléments qui font froid dans le dos et qui devraient inciter les gouvernants à se taire, voire à prendre des mesures radicales contre les erreurs qu’ils ont commis.

Premier exemple sidérant : Chérif Kouachi. Comme l’indiquent nos confrères de L’Express, ce terroriste a bénéficié de failles béantes de son contrôle judiciaire en 2011 :

Le parcours de son cadet Chérif, au passé judiciaire plus lourd, pose davantage de questions. Ce dernier a assuré à BFM TV s’être rendu dans ce pays, se réclamant d’Anwar al-Awlaki, tué en septembre 2011, par un drone américain: “Nous on te dit juste qu’on est les défenseurs du prophète et que j’ai été envoyé moi, Chérif, par Al Qaeda au Yemen et que je suis parti là-bas et que c’est cheikh Anwar al-Awlaki qui m’a financé”, a déclaré Chérif Kouachi à la chaîne de télévision.
Sa version semble aujourd’hui confirmée. Son séjour aurait été beaucoup plus court que celui de son frère aîné. Mais “il était à l’époque sous contrôle judiciaire”, rappelle un magistrat. Chérif Kouachi était en effet poursuivi dans le cadre de la tentative d’évasion d’un des responsables des attentats de 1995 en France (il obtiendra finalement un non-lieu).

Oui, vous avez bien lu. Etant sous contrôle judiciaire, dans le cadre d’une instruction au sujet d’une tentative d’évasion d’un terroriste, Chérif Kouachi a pu cependant se rendre au Yémen, donc passer un contrôle aux frontières à l’aller et au retour. Yémen considéré comme un des foyers du terrorisme islamiste…

Autre élément grave dans le contrôle et la surveillance de ces islamistes. Là encore un fait relevé bien trop tard par les médias, le comportement pour le moins particulier de Saïd Kouachi quand il était embauché… par la mairie de Paris comme ambassadeur du tri (non ce n’est pas une blague de Philippe Muray) :

« Endoctriné », « ingérable », « renvoyé ». Voilà comment est décrit Saïd Kouachi par ses anciens collègues de la mairie de Paris… Entre 2007 et 2009, le tueur de « Charlie Hebdo » a été employé à la Ville, au service propreté, comme « ambassadeur du tri ». Il a bénéficié d’un des contrats aidés, dit « emploi jeune », contrat de trois ans payé au smic qui n’est pas allé jusqu’à son terme… « En 2009, la Ville a employé beaucoup de jeunes des quartiers. Ça a pas mal défilé », indique un fonctionnaire, sous couvert d’anonymat.

Nos confrères du Parisien apportent une précision pour le moins sidérante quand les autorités nous répètent ad nauseam qu’il ne faut pas faire d’amalgames et que tout cela n’est qu’affaire de loups solitaires :

Dans ces services de propreté de la Ville, il y a eu « la difficulté de gérer plusieurs dizaines de cas difficiles parmi des agents intégristes, dont Saïd Kouachi », poursuit Stéphane. Il évoque des ambassadeurs du tri « qui refusent de serrer la main aux femmes » ou qui « amènent leur tapis de prière et imposent d’interrompre leur service pour revenir faire prier dans les ateliers ». Et qui posaient des « problèmes de comportement ».

Quant à Amédy Coulibaly, pourtant considéré lui aussi comme djihadiste à surveiller avent la commission de ses actes, sa compagne Hayat Boumedienne, là encore, a pu quitter sans problème le territoire français sans encombre ni inquiétude des services, alors que là aussi ce n’était pas une islamiste de fraîche date…

Elle a quitté la France le 2 janvier dernier en se rendant en Turquie. Turquie qu’elle a quittée pour la Syrie le 8 janvier dernier. Le gouvernement turc, plus que favorable à l’Etat islamique, affirme que la France ne l’a pas prévenu quant au profil particulier d’Hayat Boumedienne.

Quant au meilleur que l’on garde pour la fin, l’on ne sait si l’on dit rire jaune. Farid Lire la suite