Philippot: « François Hollande a dit que certains partis ne sont pas totalement dans les valeurs de la république. Il a raison. Le PS et L’UMP n’y sont pas. »


Florian Philippot – 5 février 2015 par hurraken75

Manipulation et propagande: Son fils est au FN , il le rejette (vidéo)

addendum:

Voir aussi: I-Média démonte la propagande socialiste par France 2 au sujet du fils de Walter Broccoli au FN (TV Liberté)

Hier soir France 2 a gagné le concours Pol Pot de la propagande et devrait recevoir le prix Goebbels pour toute son oeuvre. À trois jours du second tour de la législative qui va opposer le FN au PS, la chaine publique a diffusé un reportage hautement capital pour l’information des citoyens: le témoignage de Walter Broccoli (ancien responsable FO d’Arcelor-Mittal à Florange) en rupture avec son fils depuis que celui-ci a rejoint les rangs du Front National.
Le pauvre merdeux de Florange parle avec des trémolos dans la voix comme une vieille arabe qui pleure son fils parti faire la guerre avec Daesh. De la grande comédie made in France2. À vomir.

Surtout quand on sait que ce petit rentier de la contestation est un opportuniste de première. Car grâce à quelques recherches sur le net, nous nous sommes rendu compte que le papa déçu par les choix politique de son fiston est une racaille qui bouffe à tous les râteliers. On s’est aussi aperçu que le reportage daté de décembre dernier et qu’il avait fait le jour du tournage un selfi souriant avec Maryse Burgot, la journaliste à l’origine du reportage et qui n’a jamais brillé par son objectivité. En fouillant bien le compte twitter du syndicaliste planqué, on a également appris que celui-ci était actuellement en Thaïlande, et qu’il envisageait d’être candidat UMP en lorraine. L’homme déboussolé par la conversion de son fils aux idées du FN, se console avec Hollande, Borloo, Mélenchon, et tous les caciques du système.

Face à cette mascarade digne des pires régimes staliniens, la réaction des internautes ne s’est pas fait attendre, et ce loustic, qui en 40 aurait donné son fils à la gestapo, s’est fait pourrir comme il se doit sur les réseaux sociaux.

On le répète: ARTE, France, 2, France 3, TF1, Canal+, BFM, Itélé… sont des média de propagande et de manipulation de masse. La France est gouvernée par Big Brother, et ne figure plus parmi les pays démocratiques.

Voici donc le reportage et des réactions sur twitter:

——–

Le témoignage de Walter Broccoli (ancien responsable FO d’Arcelor-Mittal à Florange) en rupture avec son fils depuis que celui-ci a rejoint les rangs du Front National.

UimCS1w-1

— Pierre S. (@FrDesouche) 4 Février 2015


Lire la suite

En pleine confusion à l’UMP, Nicolas Sarkozy avait rendez-vous à Abou Dhabi

Le président de l’UMP s’est envolé lundi pour donner une conférence rémunérée à Abou Dhabi, raconte Marianne ce jeudi. Pendant ce temps, son parti se déchirait sur la ligne à adopter face au FN…

Erreur de timing. Lundi 2 février, des voix divergentes se font entendre au sein de l’UMP sur la ligne à adopter pour le second tour de la législative partielle dans le Doubs. Faut-il appeler à voter PS pour faire barrage au FN? Appeler au « ni-ni »? Ne pas donner de consigne? Nicolas Sarkozy, lui, n’était pas là:en plein dans ce débat sensible à droite, il s’est rendu à Abou Dhabi pour y donner une conférence rémunérée, selon Marianne.

La pratique n’a rien d’illégal en soi. Au cours de cette journée, l’ex-chef de l’Etat a donné une conférence sur invitation du Cheikh Mansour et de son fonds souverain IPIC. Il a aussi été reçu par le prince héritier. Depuis sa défaite en mai 2012, Nicolas Sarkozy fait régulièrement des déplacements de ce type pour donner des conférences privées…

L’Express

Jean-Marie Le Pen et le front républicain : « Ils défendent leur gamelle »

Le président d’honneur du Front national était ce jeudi l’invité de France Info. Il a notamment réagi à l’appel à faire barrage au candidat du FN dans le Doubs lancé par Alain Juppé.

À partir de 5mn 27
 » Il y a une chose qui m’étonne. Il y a dans le pays 6millions de citoyens qui à peu près régulièrement pour le Front National.Ils sont représentés au parlement par deux députés. Qui représentent chacun trois millions de personnes. Et alors le fait qu’il y aurait un troisième député apparait comme une monstruosité à la classe politique. Il n’y a pas d’autres problèmes dans le monde, ni le chômage, l’insécurité ect..en Franc, non!non! y a un danger terrible… le Front National… le Front National… Pourquoi?! c’est parce qu’ils ont peur pour leurs gamelles.


Le Pen et le front républicain : "Ils défendent… par FranceInfo

7 millions de Franco-Algériens selon l’ambassadeur Français en Algérie

Et combien de Franco-marocains, de Franco-Tunisiens, de Franco-maliens, de Franco-sénégalais, de Franco-congolais…. on arriverait à plus de 15 millions que ça ne m’étonnerait pas.

Et il y a encore des crétins pour voter UMPS !?!?

——–

L’expression vie Fdsouche

Pour la première fois, le nombre de Français qui ont des liens directs avec l’Algérie a été révélé par un officiel français.

«Le nombre de Français ayant un lien direct avec l’Algérie avoisine les sept millions», a déclaré l’ambassadeur de France en Algérie, Bernard Emié, hier, qui était en visite dans la wilaya de Tlemcen. «Ce qui montre que les liens d’amitié sont très forts et primordiaux eu égard à une histoire commune, à une proximité géographique et au partage de la langue française», a-t-il précisé. L’Algérie et la France «ont choisi de se tourner vers l’avenir et de passer à la vitesse supérieure pour un partenariat d’égal à égal», a souligné le diplomate français dans son intervention à l’auditorium de l’université de Tlemcen, rappelant qu’après la visite d’Etat en Algérie du président François Hollande, en décembre 2012, les chefs d’Etat algérien et français ont décidé de donner une nouvelle impulsion aux relations bilatérales «pour un partenariat d’égal à égal afin de renforcer davantage les liens exceptionnels qu’entretiennent les deux pays»….

L’expression

[Tribune] L’apartheid ? Chiche ! – par Ulysse

Manuel Valls déclarait récemment qu’il y avait en France un « apartheid » (déclaration du 20 janvier 2015 lors de ses vœux à la presse).


Tout cela a conduit à la situation que nous observons aujourd’hui, à savoir, la relégation de la classe moyenne blanche hors des villes et des banlieues, son déclassement professionnel et social, sa victimisation systématique, en bas par le terrorisme du quotidien des racailles, en haut par ces institutions déviantes qui se vantent de défendre les « Valeurs de la République », tandis qu’elles ne font en vérité que trafiquer, tout en bas de l’échelle du Bien, les valeurs du grand patronat et les vains leurres vicieux d’un humanisme prométhéen.

La gauche hallucinogène nous inflige une fois de plus une réalité de substitution, soit un pur et simple mensonge qui la dédouane, au moins en apparence, de ses propres inconséquences coupables, qui la décharge de faire l’épreuve du réel et d’assumer les conséquences nécessaires de ses propres décisions. Comme n’ont pas manqué de le faire remarquer nombre de commentateurs, cette proposition de Manuel Valls, en plus d’être impertinente, niaise et idiote (puisqu’un apartheid désignerait une institution de droit visant à justifier des inégalités de fait) était en plus parfaitement injuste. A tout prendre, s’il y a bien une « institution de l’inégalité » en France, elle est officieuse et non officielle, de facto et non de jure, et elle concerne, non les populations immigrées prétendument « ghettoïsées », mais bien les blancs européens autochtones. En effet, ce sont les populations natives d’Europe qui sont, depuis plus de quarante ans maintenant, soumises contre leur gré à une submersion migratoire sans aucun précédent historique ; submersion organisée et/ou au moins avalisée par les structures étatiques nationales qui se sont imposées, (trahissant par-là toutes les exigences attachées à leur mission), comme les planificatrices du démantèlement et de la liquidation des identités historiques du Vieux Continent.

Regroupement familial, découragement systématique de la natalité autochtone via des politiques eugénistes délirantes, persécution morale du patriotisme, extinction par la force ou la ruse de toute velléité de débat national sur cette question, destruction des repères culturels et moraux traditionnels, saccage de l’instruction publique et de sa méritocratie au nom d’une éducation nationale qui promeut un universalisme abstrait dont la seule vocation est de détruire le sens de l’identité française enracinée… Tout cela a conduit à la situation que nous observons aujourd’hui, à savoir, la relégation de la classe moyenne blanche hors des villes et des banlieues, son déclassement professionnel et social, sa victimisation systématique, en bas par le terrorisme du quotidien des racailles, en haut par ces institutions déviantes qui se vantent de défendre les « Valeurs de la République », tandis qu’elles ne font en vérité que trafiquer, tout en bas de l’échelle du Bien, les valeurs du grand patronat et les vains leurres vicieux d’un humanisme prométhéen.

Eyes Wide Shut : l’immigration de peuplement, le peuplement des immigrés

Mais le pire n’est pas là.

Il n’est pas dans le fait de la persécution du Français de souche blanc et chrétien. Le pire, ce n’est pas d’avoir mal, c’est d’avoir mal et d’être obligé de dire que tout va bien. Le pire, c’est le refus institutionnalisé de l’expérience, son travestissement, sa falsification ; appeler le « fait » un « fantasme », la violence objective un « sentiment d’insécurité », la guerre que nous déclare l’islam une « lutte contre l’obscurantisme », la réalité indiscutable de la relégation des classes populaires blanches un « hoax d’extrême droite ». Le pire, c’est cette invraisemblable pression morale exercée à tous les niveaux de l’échelle sociale pour empêcher les personnes de dire, de nommer ce qui leur arrive, de simplement désigner le fait qui leur advient comme l’épreuve même de leur vie.

Disons les choses simplement : la génération qui est née dans les années 80 et à laquelle j’appartiens a vu la France être envahie. Elle n’a pas entendu pour s’en alarmer ou bien en rire les prédictions d’un Le Pen, d’un Enoch Powell ou bien les avertissements d’un Bardèche. Elle n’avait aucun a priori sur le destin de l’Europe, elle a été élevée dans l’idée que la xénophobie est évidemment un mal, que le racisme est une abomination et que toute culture s’ennoblit de se savoir devenir l’hôtesse bienveillante de traditions qui lui sont étrangères. Bref, elle a été éduquée dans le renoncement de principe à l’auto-imposition identitaire violente, dans le culte d’une sage tolérance et ce qu’elle a vu, c’est l’intolérance folle de ceux-là mêmes qu’on lui demandait d’accueillir à bras ouverts… Cette Lire la suite

Mur contre les cambriolages à Hénin-Beaumont: Selon que vous soyez un maire socialiste ou frontiste…

Communiqué de Presse de Steeve Briois, Maire d’Hénin-Beaumont

Alors que notre pays traverse une grave crise économique et sociale, qu’il est en proie à des attaques terroristes répétées, il est inquiétant de voir les médias s’emballer parce qu’un aménagement urbain a été érigé au quartier du Bord des Eaux d’Hénin-Beaumont pour empêcher les délinquants et cambrioleurs d’y circuler.

Cette décision a été prise au lendemain de l’agression d’un riverain, confronté à son domicile à deux cambrioleurs qui lui ont asséné deux coups de couteau, dont un à la tête. Une réunion rassemblant 200 habitants du quartier a ensuite été convoquée pour trouver des solutions urgentes à cette situation invivable : nous parlons là de cambriolages et d’agressions quotidiennes, sans que l’Etat socialiste que j’ai pourtant interpellé ne réagisse ou ne me propose de solution !

La mise en place d’un muret a été proposée aux 200 personnes présentes qui l’ont approuvée à près de 90% !

France 3, BfM TV, VDN, RTL, Europe 1 et M6 sont allés se ridiculiser en essayant de chercher des insatisfaits sur place. Ces journalistes pratiquent une discrimination claire parce qu’il s’agit d’une ville frontiste. Il est consternant de les voir s’émouvoir d’un exemple concret de démocratie participative, et très étonnant de ne pas les avoir vu se manifester lorsque l’ancienne municipalité a fait une chose similaire au Clos du Lac il y a quelques années. La démocratie directe, c’est la possibilité pour les habitants de se saisir des thématiques de leur quotidien, comment peut-on aujourd’hui le leur reprocher ? La sécurité de mes concitoyens est l’une des priorités pour laquelle j’ai été élu dès le premier tour, je n’y renoncerai pas !

Apartheid volontaire de Richard Millet

La classe politique a fait mine de s’émouvoir d’un vocable, celui d’apartheid, dont a usé M. Valls à propos des populations des quartiers défavorisés – devenus « les quartiers » par la paresse de l’apocope. Si le mot d’apartheid renvoie à une situation historique heureusement révolue, il a gardé quelque chose de son exemplarité négative et offre donc au premier ministre une expression forte dont il a grand besoin en ce temps de décomposition nationale. Les ébrouements suscités par ce mot dans la bouche d’un socialiste n’étant qu’effets de manches parlementaires, je voudrais rappeler que la haine du Blanc est aujourd’hui la chose du monde la mieux partagée, et que l’immigration massive et souvent sauvage a fait naître, comme en Afrique du sud, une classe de « petits Blancs » de plus en plus marginalisés et presque aussi méprisés que les Roms (lesquels ont, eux, la décence d’afficher leur refus de s’intégrer). Des Blancs d’ailleurs méprisés par les immigrés eux-mêmes, qui recrutent toutefois parmi eux de la chair à canon djihadiste.

L’apartheid dont souffriraient les populations de banlieue est en réalité le fait d’une partie considérable des immigrés, notamment celle qui obéit à la religion musulmane et refuse non seulement l’assimilation (pourtant l’unique façon d’être français) mais aussi de s’intégrer – l’intégration « républicaine » n’étant aujourd’hui qu’un pis-aller, l’antichambre du multiculturalisme communautarisé. C’est donc par la haine de ce qui est français (et, plus largement chrétien, juif, européen) que cette immigration fait croire qu’elle souffre de relégation, de « racisme », voire d’un apartheid où la maintiendrait une grande panne de l’ascenseur social.

Si l’on peut comprendre que ces gens-là n’aient pas le goût de s’assimiler à une nation dont Lire la suite

Grèce : « Une dette est une dette » pour le FN

Bravo. Depuis le début nous disons que la Grèce ne paierait pas la dette qu’elle nous doit. Le travail de Sarkozy, Hollande et Merkel aura consisté à transférer la dette que devait la Grèce aux banques aux États Européens. Aujourd’hui la dette ne doit pas être annulée mais être rembourser avec un rééchelonnement et un retour du pays à la dragme.
Mélenchon voudrait que l’on tire un trait et que la Grèce continue à s’endetter pour mettre en œuvre un programme étatiste qui ne va déboucher que sur une société d’assistés.Cette solution équivaut a trahir les épargnants et les contribuables français. C’est profondément anti-patriote. Une nouvelle preuve de l’inconséquence politique et de Mélenchon.

Sur ce dossier, et avant même que la crise de 2008 ne commence, seul le FN fait un sans faute.

voir le communiqué de presse de Marine Le Pen:

Grèce : Le Front National, pour le principe du remboursement de la dette !

 

——-

Article de Boursorama

Pour le Front national (FN), l’effacement d’une partie de la dette publique grecque est « irresponsable ».
Le FN « ne partage pas le programme politique de Syriza ». « Ne pas rembourser le principal de sa dette est un risque de réputation inacceptable et rembourser est un devoir éthique pour un ‘état de droit’. La dette grecque devient alors une question de politique étrangère », a expliqué le parti d’extrême droite ce mercredi 4 février.

« Une annulation de la dette publique de 50% comme proposée au gouvernement grec par Matthieu Pigasse, le banquier-conseil de Lazard (conseil du gouvernement grec sur la dette, NDLR) ou autre Barack Obama, est irresponsable, poursuit le parti de Marine Le Pen. Cet effacement d’environ 100 milliards d’euros de créances dont 23 pour la France, équivaudrait à un défaut partiel qui mettrait le feu au poudre des finances publiques européennes ».

« De même la solution financière grecque, de substitution d’obligations anciennes par des nouvelles, est inepte car elle correspond à une dette perpétuelle sur le dos du peuple », ajoute le parti.

Le FN se dit en revanche favorable à « un éventuel moratoire sur la dette avec un rééchelonnement de la durée et des intérêts pour permettre un nouveau départ à la Grèce et ainsi éviter une crise humanitaire ».

« Dans tous les cas, les négociations pour obtenir un accord global sur la situation budgétaire de la Grèce devront raisonnablement avoir abordé deux questions essentielles : le règlement définitif de la créance historique grecque sur l’Allemagne en réparations financières de guerre (162 milliards d’euros) » et « les moyens d’agir via sa politique monétaire souveraine (avec la drachme) afin de monétiser partiellement sa dette, en contrepartie de réformes structurelles douces mais efficaces. »

La position exprimée par le FN a été critiquée par l’eurodéputé et chef de file du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon: « Le Pen, Merkel et Hollande sont d’accord : meurent les Grecs pourvu qu’ils payent la dette ! – #Syriza#Tsipras », a tweeté celui qui est un fidèle soutien du parti au pouvoir en Grèce depuis les récentes législatives.

« Les masques tombent ! Le FN exige que les Grecs payent toute la dette. Leur soutien à Syriza était du Phili…pipot », abonde l’un de ses lieutenants, le secrétaire national du PG Alexis Corbière.

Alors que le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras est reçu mercredi à l’Elysée, le FN estime que François Hollande pourrait « prendre l’initiative politique d’organiser à Paris d’ici le printemps un ‘sommet sur la dette européenne’ avec les 19 pays de la zone euro, sous l’égide du légitime ‘Club de Paris’ ou de l’eurogroupe ».

Marine Le Pen (FN) dénonce la « fusion » de l’UMP et du PS

Marine Le Pen a dénoncé mercredi la « fusion » de l’UMP et du PS, fustigeant la position personnelle de Nicolas Sarkozy qui souhaitait appeler à faire barrage au Front national au second tour FN-PS de la législative partielle du Doubs.

A l’issue d’un vote serré, l’UMP a officiellement appelé mardi soir ses électeurs à voter blanc ou s’abstenir.

« Il y a des grands dirigeants de l’UMP, au premier rang desquels Nicolas Sarkozy, qui tout de même préfèrent faire battre le Front national : c’est, somme toute, une priorité », a regretté la présidente du FN, en marge d’une visite au salon Euromaritime à Paris mercredi.

« Ca en dit long sur la situation de fusion de l’UMP et du PS et de la réalité de l’+UMPS+. Chacun peut constater aujourd’hui que ce n’est pas qu’un slogan, c’est une réalité politique, » a-t-elle raillé.

Les remarques de Mme Le Pen visaient surtout le président de l’UMP, qui avait fait valoir devant le groupe UMP à l’Assemblée nationale mardi matin qu’il fallait dire « non au FN » -tout en proposant de « laisser les électeurs choisir »- car « le FN est passé d’un parti minoritaire à un parti dont la victoire au niveau national n’est plus hypothétique ».

Mais le soir, après de longs débats, le parti d’opposition a appelé ses électeurs à exprimer Lire la suite

Soyez homme : lisez Laurent Obertone

Texte de René Marchand

Amis de Riposte laïque et autres médias mal-pensants, si vous n’avez pas encore lu La France Big Brother, de Laurent Obertone, précipitez-vous pour l’acquérir. Je ne connais personne qui, ayant ouvert le livre, ne l’ait englouti d’une traite et recommandé aussitôt à son entourage.

Depuis des années, les médias nous bassinent avec des sociologues et des politologues issus de think tanks décérébrés dans le genre Terra Nova, de Sciences-Po reformatée Descoings, d’instituts de sondage bidons (« Yannick Noah, personnalité préférée des Français !»), de journaux aux mains de ploutocrates ou/et se gavant de subventions publiques Pédants, tranchants, se référant à leurs prébendes comme à des cautions intellectuelles, ces imposteurs n’ont jamais réussi à nous expliquer pourquoi la France est malade, affaiblie, bilieuse, et pourquoi tant de Français balancent entre le désespoir et la colère. Ils nous servent tous la même ragougnasse cuisinée par une même caste dirigeante dont ils sont les passe-plats. Plus personne ne leur prête la moindre attention. Mais on n’entend et on ne voit qu’eux et il nous est demandé de « faire avec ».

Et voici qu’un journaliste de trente ans nous livre un diagnostic particulièrement pointu sur les maux dont nous souffrons et nous expose leurs causes et leurs évolutions possibles avec intelligence et rigueur. Un travail si pertinent que, à peine paru, la caste des dominants l’a condamné à mort : par le silence médiatique (le même verdict avait frappé le précédent livre d’Obertone, La France Orange mécanique. Il s’est tout de même vendu, grâce à Internet et au bouche à oreille, à 200 000 exemplaires.)

Big Brother, le personnage de 1984, de George Orwell, tenait l’humanité  asservie, la surveillait à tout instant et la contrôlait. C’était une utopie. La France d’aujourd’hui est en train de réaliser cette utopie.

Big Brother, chez nous, aujourd’hui, c’est une bande, un gang de financiers, politiciens, hauts fonctionnaires, journalistes, intellectuels, associatifs, soudés par la jouissance de privilèges qu’ils se sont attribués au détriment du peuple. Le système fonctionne sur quelques idées simples, mais déclinées dans tous les secteurs de la vie humaine. Il s’agit de transformer l’homme naturel, pourvu d’instinct, de sensibilité, de conscience, de libre arbitre, en un animal domestique, soucieux seulement de complaire à son maître. Les recettes de base sont celles qui, à la fin du paléolithique, ont été appliquées pour fabriquer le chien à partir du loup. On s’assure de la bienveillance du sujet en lui procurant nourriture et confort, puis, usant de la récompense et de la punition, on lui demande de faire ce que veut son maître. Peu à peu, l’animal devient totalement dépendant ; il ne conçoit de vie que dans la dépendance. D’ailleurs il se sait incapable d’assumer les risques du loup dans la nature. Tout compte fait, il est très satisfait d’être devenu un chien.

Dans la période de dressage qui est encore la nôtre avant la mutation définitive, Big Brother utilise une large panoplie de moyens, comme déstabiliser le sujet en niant le réel, affirmer Lire la suite

UMPS: Vos impôts et les mosquées, Ces Maires UMPS qui courtisent l’islamisme (2015)

Bande annonce de l’enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015) réédition actualisée et augmentée.
ON y découvre comment les élus UMPS on permis l’installation des pires islamistes en France e comment ils ont organisé l’islamisation de notre payys.


Trailer : Vos impôts et les mosquées, Ces… par joachimv

Les Grandes Gueules (RMC) émettront depuis la mosquée UOIF de Bordeaux

RMC= radio mosquée couscous

—–

Sur son profil Twitter, la radio RMC a annoncé de son intention de faire l’émission Les Grandes Gueules du vendredi 13 février, en direct de la mosquée de Bordeaux !

Très populaire, cette émission animée par Alain Marschall et Olivier Truchot est suivie chaque jours par plusieurs centaines de milliers d’auditeurs, où un large panel d’opinions peuvent s’y exprimer.

Depuis cette annonce, la polémique bat son plein sur les réseaux sociaux et de nombreux fans de l’émission font part de leur colère « j’écouterai Europe 1 qui devient excellente radio », « C’est bon, j’ai vomi… », « Le public (et surtout les femmes) pourra-t-il y assister ? », « Les lèches-babouches sortent prendre l’air… 2017 sera une autre ère ! ».

La mosquée de Bordeaux appartient à la fédération musulmane de la gironde, branche locale de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) , issue des frères musulmans.

Attentats de Paris : Les Charlie morts de peur

Tribune libre de Paysan Savoyard

Face aux attentats de janvier 2015 à Paris, « le 11 septembre Français », des foules considérables se sont mobilisées. Quelques heures seulement après l’attentat de Charlie Hebdo un rassemblement important avait lieu place de la République suivi par plusieurs autres en province. De nouveaux rassemblements avaient lieu le lendemain puis le vendredi, alors que la vague d’attentats se poursuivait. Le dimanche, 4 millions de personnes selon les médias défilaient à Paris et dans toutes les grandes villes. Ces manifestations n’ont pas de précédent par leur caractère massif et soudain.

Les défilés répondaient à un appel lancé par le gouvernement, soucieux d’afficher sa réactivité, de détourner l’attention de son échec sécuritaire et de déclencher autour de lui un rassemblement propice à la restauration de son image. La droite l’a rapidement rejoint dans l’appel à manifester.

Les manifestations répondaient donc à un mot d’ordre. Mais ce n’est pas ce qui explique qu’elles aient été massivement suivies : même si la majorité des manifestants étaient sans doute des électeurs de gauche, ce n’est pas d’abord pour soutenir ce gouvernement fortement impopulaire que les manifestants se sont déplacés. Quelles étaient donc les motivations de ces millions de personnes qui ont défilé ?

Les manifestants ont défilé pour la liberté de la presse et la liberté d’expression ? Oui sans aucun doute. De nombreux électeurs de gauche sont des lecteurs de Charlie ou du Canard et partagent leur esprit libertaire et soixante-huitard.

Ils ont défilé pour affirmer et défendre la république et ses « valeurs humanistes » ? Oui aussi. « La défense de la laïcité contre tous les intégrismes » correspond bien à l’état d’esprit des nombreux Français déchristianisés.

Pour affirmer leur refus de stigmatiser les musulmans et d’opérer un amalgame entre les terroristes et « la grande majorité des musulmans, qui sont pacifiques » ? Oui probablement, là encore. Beaucoup de Charlie sont socialistes ; les chrétiens et autre modérés étaient également bien représentés : les uns et les autres sont attachés à l’objectif du « vivre ensemble » et ont voulu l’affirmer.

Mais à notre avis ce n’est pas pour cela avant tout que les Charlie se sont massivement mobilisés : les rassemblements n’auraient pas été aussi massifs si seuls les grands principes – liberté d’expression, laïcité, Vivre ensemble – avaient été en jeu.

La raison principale de cette mobilisation impressionnante est ailleurs. Elle n’a pas été exprimée : et pour cause elle n’est pas dicible. Les Charlie ont manifesté parce qu’ils ont peur.

Quoique collectivement pessimistes, les Français restaient jusqu’ici confiants quant à leur avenir personnel

Pas plus que les autres Français, les personnes qui ont manifesté n’ont spécialement peur de mourir dans un attentat : elles savent que le risque statistique en est faible. Ce n’est donc pas pour leur vie que les Charlie craignent : ils craignent pour leur mode de vie. Ces attentats leur ont fait prendre conscience que leur mode de vie et leur niveau de vie étaient menacés à court terme.

Les Français ont conscience, depuis longtemps déjà, que les choses vont se dégrader de façon inéluctable. Les enquêtes d’opinion le montrent nettement : depuis au moins trente ans, les Français sont massivement désillusionnés sur leur avenir collectif, dans une proportion de 60 à 80 % selon les périodes.

C’est le pays le plus pessimiste d’Europe.

Ceux qui ont un certain âge sont persuadés que leurs enfants auront une vie moins bonne que la leur ; les enfants en question le savent aussi.

Tout cela n’est pas nouveau et les Français n’ont pas attendu les attentats pour prendre conscience de ce que l’avenir est sombre. Ils savent que les tendances sont défavorables ; que l’environnement se dégrade ; que des civilisations qui ne sont pas nos alliées montent en puissance ; que la population mondiale explose, en particulier en Afrique et en Orient, à nos portes. Ils se doutent bien que tout cela va mal tourner, pour les Européens en particulier.

Mais, s’ils sont pessimistes sur leur avenir collectif, les Français sont en revanche plus positifs sur leurs perspectives personnelles. C’est ce que montrent également nettement les enquêtes d’opinion.

Ces enquêtes apparemment paradoxales renseignent donc clairement sur l’état d’esprit collectif : les Français pensent que ça va se dégrader à terme ; mais que cette dégradation sera progressive ; et qu’à court et moyen terme ils vont pouvoir pour ce qui les concerne tirer leur épingle du jeu.

C’est ce relatif optimisme pour le court et moyen terme que les attentats viennent mettre par terre.

Les Charlie pensaient pouvoir conserver encore un certain temps leur vie confortable

L’optimisme des Français à court et moyen terme est fondé sur le constat suivant : beaucoup de gens bénéficient encore d’une vie qui les satisfait et qui est objectivement très correcte.

Les classes moyennes, le gros des troupes des manifs, ont une vie correcte. Ils sont souvent fonctionnaires, actifs (5,4 millions) ou retraités. S’ils ne sont pas fonctionnaires, ils occupent fréquemment un emploi dans le secteur public (grande entreprise publique…) ou quasi Lire la suite