Michel Onfray sur la mort de Fidel Castro et les pleureuses de gauche

Mort de Fidel Castro: «Un dictateur brutal qui a opprimé son peuple», réagit Donald Trump


On s’en doutait. Le président élu américain Donald Trump a choisi Twitter pour sa première réaction à la mort du père de la Révolution cubaine Fidel Castro, sans évoquer dans un premier temps ses réserves face au réchauffement historique des relations entre Washington et La Havane.

« Fidel Castro est mort ! », a-t-il écrit laconique sur le réseau social, sa plateforme de communication favorite, peu après 08 h locales en Floride (14 h GMT), où il passe en famille le week-end prolongé de Thanksgiving.

Puis, le président élu des Etats-Unis Donald Trump a affirmé samedi qu’il ferait « tout » pour contribuer à la « liberté » du peuple cubain après la mort de Fidel Castro, mais sans rien dire de la politique d’ouverture de son prédécesseur Barack Obama.

Le milliardaire républicain, qui entrera à la Maison Blanche le 20 janvier, a jugé dans un communiqué que le père de la Révolution cubaine décédé vendredi à l’âge de 90 ans était « un dictateur brutal qui a opprimé son peuple ».

La Maison Blanche n’avait pas encore réagi au décès de Fidel Castro.

Trump toujours aussi sceptique

Continuer la lecture de Mort de Fidel Castro: «Un dictateur brutal qui a opprimé son peuple», réagit Donald Trump

Christophe Guilluy. « La classe moyenne est en train de disparaître »

Après « Fractures françaises » et la « France périphérique », le géographe Christophe Guilluy dénonce dans « Le crépuscule de la France d’en haut » (Flammarion) la nouvelle bourgeoisie des métropoles, qui en oublie jusqu’à l’existence d’une France d’en bas, la laissée pour compte de la mondialisation.

Qu’est-ce qui caractérise cette nouvelle bourgeoisie. Est-elle différente de l’ancienne ?
Elle se présente comme différente mais sur les fondamentaux, elle fonctionne un peu comme la bourgeoisie d’avant. Elle vit là où ça se passe, c’est-à-dire dans les grandes métropoles, les secteurs économiques les mieux intégrés dans l’économie du monde. Elle est dans la reproduction sociale. On ne compte plus les fils de… Tout ça est renforcé par les dynamiques territoriales qui tendent à concentrer les nouvelles catégories supérieures dans les grands centres urbains avec une technique géniale qui est d’être dans le brouillage de classe absolu.

Que voulez-vous dire par brouillage de classe ?
Cette bourgeoisie ne se définit pas comme une bourgeoisie. Elle refuse bien évidemment cette étiquette. C’est une bourgeoisie cool et sympa. D’où la difficulté pour les catégories populaires à se référer à une conscience de classe. Hier, vous aviez une classe ouvrière qui était en bas de l’échelle sociale mais qui pouvait revendiquer, s’affronter, ce qui est beaucoup plus compliqué aujourd’hui. On a des gens apparemment bienveillants, qui tendent la main et qui se servent beaucoup de la diversité et de l’immigration pour se donner une caution sociale. Mais quand on regarde les choses de près, ce sont en fait des milieux très fermés.

La mixité sociale, le vivre ensemble c’est donc pour vous un mythe ?
Ça, c’est dans les discours mais dans les faits, ce que l’on observe, c’est une spécialisation sociale des territoires. Un rouleau compresseur, celui des logiques foncières, tend à concentrer de plus en plus ces catégories supérieures alors même qu’elles nous expliquent que l’on peut être dispersé dans l’espace, que via le réseau numérique on peut vivre n’importe où.

On assiste donc à une recomposition des territoires ?
Oui. Quand on prend sur le temps long, on voit bien qu’il y a une recomposition sociale du territoire qui nous dit exactement ce qu’est le système mondialisé. En gros, nous n’avons plus besoin, pour créer de la richesse, de ce qui était hier le socle de la classe moyenne : ces ouvriers, ces employés, ces petits indépendants, ces petits paysans. Avec le temps, ces catégories se trouvent localisées sur les territoires les moins dynamiques économiquement, qui créent le moins de richesses et d’emplois. C’est cette France périphérique de petites villes, de villes moyennes et de zones rurales. C’est un modèle que l’on retrouve partout en Europe.

Le mouvement des bonnets rouges en Bretagne était-il une réaction à ce modèle ?

Continuer la lecture de Christophe Guilluy. « La classe moyenne est en train de disparaître »

Mort de Fidel Castro : la répression née sous Fidel Castro continue aujourd’hui

L’actuelle porte-parole du mouvement a expliqué, sur franceinfo samedi 26 novembre, que « le régime a mis en place très tôt un système de répression de la dissidence » et durant ces années « de nombreuses personnes ont été incarcérées pour leurs opinions ». Cette répression continue sous la présidence de Raul Castro, le successeur de Fidel Castro, arrivé au pouvoir en 2008.

Geneviève Garrigos a cité l’exemple de la visite du Pape François en septembre 2015. « Raul Castro avait annoncé la libération de plus de 3 500 prisonniers, notamment chez les plus de 60 ans, mais en même temps, il y a eu 8 600 personnes arrêtées l’année dernière, et rien qu’au mois de septembre, pendant la visite du Pape, plus de 800 personnes ont été arrêtées« , s’est étonnée Genneviève Garrigos.

Un régime autoritaire toujours en place

Continuer la lecture de Mort de Fidel Castro : la répression née sous Fidel Castro continue aujourd’hui

Mort du dictateur Fidel Castro : Réactions attristées des « démocrates »

Alors qu’à Miami les cubains qui ont dû fuir la dictature fêtent la mort de Castro ici les mélenchonistes et nostalgiques de la peste communiste lui rendent hommage. Les mêmes qui traitent Marine le Pen ou Fillon de Pétainistes pleurent aujourd’hui à chaudes larmes un dictateur responsable de milliers de morts et qui aura passé sa vie à enfermer les homosexuels et ses opposants
Tout ça en dit long sur l’hégémonie culturelle de la gauche dans notre pays.

Voir: Mort de Fidel Castro : l’écrivain cubain Jacobo Machover dénonce les « flagorneries » de la gauche française

Mort de Fidel Castro : l’écrivain cubain Jacobo Machover dénonce les « flagorneries » de la gauche française

Jacobo Machover accuse de flatteries intéressées Jean-Luc Mélenchon ou encore Jack Lang, suite à la mort de Fidel Castro. L’écrivain cubain en exil en France depuis 1963 a réagi samedi sur franceinfo.

Après la mort de l’ancien dirigeant cubain, l’écrivain Jacobo Machover, exilé en France depuis 1963, a dénoncé samedi 26 novembre sur franceinfo les « flagorneries » de certaines personnalités de gauche françaises envers le « régime totalitaire ». Il vise notamment Jack Lang, Jean-Luc Mélenchon et Danielle Mitterrand qui « était pratiquement amoureuse de lui ».

L’auteur de « Cuba, une utopie cauchemardesque » les juge « complices de la répression, de la dictature, même s’ils emploient aujourd’hui un langage un peu plus modéré. 

« Il y a chez ceux qui veulent voir des côtés positifs, si vous voulez, quelque chose comme une certaine indulgence, poursuit l’écrivain, alors que l’essentiel est que les jeunes cubains essaient de fuir encore l’île par tous les moyens en risquant leur vie parce qu’il vaut mieux la liberté. Au slogan c’est ‘La patrie ou la mort’, nous on préfère la liberté, » explique-t-il avant de trancher : « Cette histoire de libérateur c’est comme un prétexte pour asseoir ce pouvoir totalitaire. »

Continuer la lecture de Mort de Fidel Castro : l’écrivain cubain Jacobo Machover dénonce les « flagorneries » de la gauche française

Clichy (92) : manifestation de 800 musulmans contre la fermeture d’une mosquée

On constatera qu’il y a plus de musulmans dans les rues  de Clichy pour manifester contre la fermeture d’une mosquée  que quand il y a des attentats.


Des fidèles protestent contre la transformation de leur mosquée en médiathèque. Jusqu’à 800 personnes selon la police, plus de 1000 selon les organisateurs, ont manifesté ce samedi devant la mairie de Clichy, dans les Hauts-de-Seine, contre la fermeture du lieu de culte musulman décidée par la municipalité, qui souhaite reconvertir l’espace. 

La manifestation, qui s’est déroulée « dans le calme » selon une source policière, était organisée par l’Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC). « On n’est pas contre le maire, on n’est pas contre la médiathèque, on demande seulement un lieu digne pour les 20.000 musulmans de Clichy« , a expliqué Hamid Kazed, président de l’UAMC.  […] Continuer la lecture de Clichy (92) : manifestation de 800 musulmans contre la fermeture d’une mosquée

Marine Le Pen en voyage à Mayotte pour dénoncer la politique d’immigration

La présidente du Front national s’envole vers l’Océan indien pour une tournée d’une semaine entre La Réunion et Mayotte.

Marine Le Pen effectue à partir de samedi un voyage d’une semaine dans l’Océan indien où elle a prévu de rencontrer les élus de ses fédérations et des acteurs économiques locaux. Le Front national, qui avait récolté 10,31 % des suffrages lors du premier tour de la présidentielle en 2012, se félicite d’être donné à près de 25% pour 2017 par certains sondages.

(…)

«C’est une honte»

Après La Réunion, la candidate à la présidentielle doit se rendre également à Mayotte pour défendre «l’État régalien» et dénoncer la politique menée en matière d’immigration.

«Ce qui se passe là-bas est une honte pour notre pays! Pourquoi faisons-nous subir cela aux Mahorais?» s’interroge Marine Le Pen, en dénonçant une «situation inenvisageable nulle part ailleurs en France, avec 50% d’étrangers dont 75% de clandestins». Selon elle, l’existence d’un village «entier d’enfants perdus et abandonnés», mériterait «l’intervention des institutions internationales».

Insécurité, effondrement économique… La présidente frontiste, qui veut se présenter à la présidentielle en tant que candidate des «oubliés» des territoires français, voit en Mayotte le «symbole» d ‘un «abandon total» d’un département par l’Etat.

Continuer la lecture de Marine Le Pen en voyage à Mayotte pour dénoncer la politique d’immigration

Le dictateur communiste cubain fidel Castro est mort.

Lire ou Relire

DES ANCIENS OFFICIERS NAZIS AU SERVICE DE FIDEL CASTRO

 

Quand Cuba envoyait les homosexuels dans des camps

« Au nom d’une moralité confuse et incertaine, les hippies, les homosexuels, les témoins de Jéhovah, les artistes idéologiquement « diversionnistes », sont envoyés dans des camps appelés Unités militaires d’aide à la production (UMAP)(…). Ils constituent la catégorie de citoyens dont la conduite est « impropre » », explique le sociologue Vincent Bloch, auteur de Rôle de la terreur dans le genèse d’un pouvoir totalitaire à Cuba.

Castro La puissance du mythe

(…) La prise de pouvoir de Castro commence par une épuration sommaire : six cent morts à la suite de condamnations prononcées par des tribunaux d’exception : «la nature totalitaire du régime y était inscrite dès le départ» (10). Après un éloquent « Des élections, pourquoi faire ? » prononcé à La Havane, Castro mit rapidement à l’écart les démocrates de son  premier gouvernement. Il marginalisa les religieux, susceptibles à ses yeux de coaguler les mécontentements, liquida les opposants à la collectivisation des terres. Il met en place un syndicat unique, fait interdire le droit de grève. De même, il organise son administration en la dotant d’outils de surveillance et de répression, telle la DSE, Département de la Sécurité d’Etat, surnommée la «Gestapo rouge» par les cubains eux-mêmes… De 1959 à 1976, Castro gouverne uniquement par décret, sans s’embarrasser des éventuelles observations d’une assemblée, fut-elle croupionne et constituée de représentants désignés par le régime… Il y a pire : il en fallait fort peu pour se retrouver prisonnier politique, condamné au travail forcé –qui comme dans tous les pays totalitaires, devient une composante structurelle de l’économie- Continuer la lecture de Le dictateur communiste cubain fidel Castro est mort.

États-Unis : Viktor Orban invité à la Maison Blanche par Donald Trump

Hongrie – Donald Trump a également fait part au Premier ministre de la «haute estime» dans laquelle il tenait son pays.

3404-victor-orban_5707211

 

 

 

 

 

 

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, l’un des rares dirigeants européens enthousiasmés par la victoire de Donald Trump, a indiqué avoir été invité à la Maison Blanche par le président élu des Etats-Unis.

L’invitation a été lancée à M. Orban lors d’un entretien téléphonique avec Donald Trump qui lui a fait part de la «haute estime» dans Continuer la lecture de États-Unis : Viktor Orban invité à la Maison Blanche par Donald Trump