Le pape François félicite le travail des Youtubeuses «beauté»

Là, les cathos ne s’en relèverons pas. Toujours plus loin dans le pathétique, le modernisme et le multiculturalisme…

Totalement dément!

Voir aussi:  Paris : 10.000 ados au salon des « youtubeuses » beauté 


Le chef de l’Eglise catholique recevait ces jours-ci onze Youtubeurs. Dont la Britannique Louise Pentland qui parle mode et beauté. Le Pape dit adorer son travail…

Louise Pentland a un nouveau fan. Pour la Youtubeuse britannique, suivie par 2,5 millions de personnes sur sa chaîne de vidéos dédiée à la mode et la beauté, un abonné de plus passe facilement inaperçu. Mais celui-ci sort tout de même de l’ordinaire. Il s’agit ni plus du pape François, nouvel apôtre Continuer la lecture de Le pape François félicite le travail des Youtubeuses «beauté»

Régionales en Ile-de-France : focus sur ce qu’ont voté les électeurs issus de l’immigration

Une note de la Fondation Jean Jaurès réalisée par Jérôme Fourquet et Sylvain Manternach met en lumière les tendances de vote des différents électorats issus de l’immigration dans le cadre des dernières élections régionales en Île-de-France.

(…)

Ces élections régionales ont en revanche une nouvelle fois montré que cet électorat, quand il se rendait aux urnes, votait massivement en faveur de la gauche. Dans le cas d’une commune comme Argenteuil par exemple, si l’on prend les résultats du second tour pour disposer d’un rapport de forces gauche-droite très net, on constate une corrélation parfaite entre les scores de la gauche et de la droite et la proportion de prénoms arabo-musulmans sur les listes électorales du bureau de vote.

Dans les sept bureaux de vote comptant moins de 20 % de prénoms arabo-musulmans sur les listes électorales, Valérie Pécresse fait jeu égal avec Claude Bartolone, mais ce dernier prend très nettement l’ascendant dès que la proportion de prénoms arabo-musulmans augmente.

L’électorat issu de l’immigration continue de rejeter massivement le  FN

Pendant la campagne, certains médias se sont fait l’écho de la volonté du Front national de s’adresser et de se rapprocher de l’électorat issu de l’immigration. Wallerand de Saint-Just fit éditer 600 000 tracts sous la forme d’un magazine fait sur mesure qui fut distribué aux habitants des zones dites sensibles. Comme le relevait le Parisien, ce document comportait un encart spécifique à l’adresse de la communauté musulmane au titre évocateur : « Musulman peut-être, mais Français d’abord » et des opérations et actions militantes furent organisées en banlieue avec notamment le collage d’une affiche ciblée. Nous avions montré sur la base des scrutins présidentiel et municipal que la population issue de l’immigration était très réfractaire au vote Front national. A partir d’une analyse par bureaux de vote, il apparaissait ainsi que plus la proportion de prénoms d’origine musulmane était importante dans un bureau de vote et plus le vote Front national était faible. Pour ce scrutin régional, nous avons eu de nouveau recours à cette méthode d’analyse que nous avons appliquée à plusieurs communes tests que sont Aulnay-sous-Bois, Bobigny, Melun et Sarcelles. Dans ces quatre communes, il ressort une nouvelle fois, que les bureaux de vote à plus forte proportion de prénoms arabo-musulmans sur leurs listes électorales sont ceux précisément où le Front national a enregistré ses moins bons scores à l’échelle de la ville. Ainsi à Aulnay-sous-Bois, la liste de Wallerand de Saint-Just a obtenu au premier tour 21,7 % mais seulement 8,4 % en moyenne dans les sept bureaux comptant 50 % ou plus de prénoms d’origine musulmane. Continuer la lecture de Régionales en Ile-de-France : focus sur ce qu’ont voté les électeurs issus de l’immigration

Nicolas Bay: Ce qu’il s’est passé à Verdun est honteux et indécent.

Tous ceux qui critiquent le programme économique du FN ou cherche à le faire passer pour un programme de gauche n’ont jamais lu l’économiste de De Gaulle, Jacques Rueff, ou encore le prix Nobel Maurice Allais. Les journalistes français souffrent d’une inculture crasse et d’une obsession idéologique anti-national.


Nicolas Bay (FN) : « Il faut réformer la… par Lopinionfr

Sur la cérémonie de Verdun, les réactions de Philippot et Collard

Inéligibilité de Dominique Reynié : un camouflet pour les « experts » et les collusions de l’UMPS (Maj)

Lire nos articles sur Dominique reynié, et plus particulièrement sur cette magouille des Ripoux-blicains du PS et de LR.

Cette affaire est un scandale d’État. Encore la preuve que la justice est manipulée à des fins politiques. Nous ne sommes plus en démocratie.


Article du Blog Politique de France 3 Midi-Pyrénées

(…)

La « bienveillance » de ses adversaires socialistes

Tout cette agitation (souterraine) et le sol qui commence à trembler sous les pieds de Dominique Reynié sont bien partis d’une faille localisée dans l’Aveyron. Dominique Reynié a raison. Sa chute a des racines locales. Mais il a également bénéficié d’une « protection » également très locale. Une « protection » localisée dans… le camp adverse.

Lors d’une réunion à Millau, un militant socialiste interpelle ses instances départementales. Il connaît le dossier Reynié et veut saisir la justice. II demande l’autorisation au 1er fédéral de l’Aveyron. Carole Delga est présente. Un des piliers de sa campagne, l’ancien sénateur de l’Aveyron, Alain Fauconnier également. Réponse : non. Pas question de bouger.

Cette bienveillance peut surprendre. Eliminer ou du moins affaiblir un concurrent, c’est de bonne guerre dans une bataille électorale. Sauf, quand le concurrent est un concurrent utile. Suffisamment haut dans les sondages pour barrer la route à Louis Aliot et au Front National. Suffisamment bas pour ne pas constituer un danger pour la candidate socialiste.  

Il nous va très bien Reynié, faut surtout pas nous le changer ».

Quelques temps après la réunion de Millau, un des plus proches collaborateur de Carole Delga, explicite les choses : «Il nous va très bien Reynié, faut surtout pas nous le changer ». Ce sont quasiment les mêmes mots utilisés par celui qui va devenir le directeur de cabinet de la future présidente de Région. Laurent Blondiau est alors en charge de la campagne de Carole Delga. Lors d’une opération autour du Canal du Midi, il n’hésite pas à dire au staff de Dominique Reynié qu’il faut conserver le candidat de la droite.

A l’époque de ces propos, la date de l’enregistrement de la candidature Reynié par la préfecture approche. Beaucoup s’interrogent sur l’attitude du préfet de région : va-t-il siffler la fin de la partie ? Pour le staff de Carole Delga, pas de doute, il faut le maintenir en piste.

Jusqu’aux plus hauts sommets de l’Etat

Paradoxalement, dans le même temps, Dominique Reynié reste confiant et affirme qu’il est parfaitement serein. Mais c’est également le cas de son entourage politique. Sacha Briand (conseiller régional et maire adjoint de Toulouse mais aussi avocat) a toujours affirmé que la question de l’éligiblité de Dominique Reynié ne se pose absolument pas. Même ligne du côté d’un autre conseiller régional LR, lui aussi avocat et élu municipal (à Montauban), Thierry Deville.

Ce sont les concurrents de Dominique Reynié qui ont conscience que la foudre peut tomber. Le premier ministre, Manuel Valls, et le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve sont personnellement et directement avisés du dossier Reynié.

Article de la Dépêche du Midi

Le Conseil d’État a annulé vendredi pour des raisons d’inéligibilité l’élection comme conseiller régional de Dominique Reynié (Les Républicains), chef de file de la droite et du centre en Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées, près de 6 mois après le scrutin.

La plus haute juridiction administrative a estimé que M. Reynié, qui a mené la liste LR-UDI-MoDem aux régionales de décembre 2015, « ne pouvait être regardé comme ayant son établissement principal dans la région » lorsqu’il était candidat, le rendant ainsi inéligible.

lire la suite


Communiqué de presse de Louis Aliot, Vice-président du Front National

triangulaire-regionales

Le Conseil d’Etat vient n’annuler l’élection de Dominique Reynié, Continuer la lecture de Inéligibilité de Dominique Reynié : un camouflet pour les « experts » et les collusions de l’UMPS (Maj)

Toulouse: Les femmes veulent défendre leur place ( sur la place Arnaud Bernard)

Pour ceux qui ne connaissent pas Toulouse la place Arnaud Bernaud est le point névralgique d’un petit quartier maghrébin et islamisé au cœur de la vieille ville.
A la terrasse des café arabes, point de femmes. Le soir les vendeurs de shit sont les maîtres des lieux. Les soirées un peu festives se terminent souvent par des agressions. Les mosquées et les écoles clandestines islamistes installées dans certaines arrière-boutiques ont été dernièrement démantelées.

La place Arnaud Bernard c’est ce qui se passe à grande échelle dans les quartiers du Mirail. La place Arnaud Bernard c’est l’islamisation en modèle réduit de la France; c’est le grand remplacement qui prend ses aises.
Dans cet article vous retrouverez toute la mièvrerie du discours « républicain ». Une impasse contre l’Islam. L’immigration massive rend stérile la laïcité et improbable l’assimilation. Si ces femmes avaient un soupçon de cohérence, elles lutteraient contre la politique immigrationiste du LRPS.

Cliquer sur l’image pour lire l’article de la Dépêche du Midi

dep

Laurent Chalard : la démographie migratoire « joue très largement en défaveur de la droite populiste »

Pour Laurent Chalard, géographe-consultant, membre du think tank « European Centre for International Affairs », au regard des évolutions démographiques et sociologiques à venir, les droites populistes, en Europe comme aux Etats Unis, pourraient perdre leur solide assise électorale et disparaître du paysage politique.

Dans quelle mesure la droite populiste (en Europe comme aux Etats-Unis) peut-elle de souffrir d’un déficit électoral dans les prochaines années ?

[…] La population âgée, qui finira par décéder, serait remplacée par des jeunes générations beaucoup moins sensibles aux sirènes des idées populistes, d’autant que leur niveau d’éducation est plus élevé que celui de leurs aînés, la poursuite d’études supérieures, rare chez les personnes âgées de plus de 50 ans, se généralisant chez les jeunes générations.

Cependant, rien n’est moins sûr, car le Front National en France constitue un contre-exemple, qui montre qu’il faut éviter les conclusions hâtives en sociologie électorale reposant sur une corrélation entre seulement deux pays, en particulier concernant la stabilité de la base électorale d’un parti, cette dernière évoluant avec le temps. En effet, a contrario de l’Autriche et des Etats-Unis, l’électorat du Front National, principal parti de droite populiste en France, est aujourd’hui constitué majoritairement de jeunes actifs, alors que les retraités sont les plus rétifs à ce vote, donc les choses ne sont pas aussi simples. […]

Quelles sont les autres évolutions démographiques susceptibles de jouer en défaveur de la droite populiste ? En quoi la métropolisation, et l’arrivée de nouvelles générations électorales, pourraient-elles jouer en défaveur de ces courants ?

Aux Etats-Unis comme en Europe occidentale, l’arrivée à l’âge adulte de générations comprenant un pourcentage de plus en plus important d’électeurs issus de l’immigration, du fait de la poursuite continue de cette dernière depuis plusieurs décennies, des processus de naturalisation, de leur jeunesse moyenne et de leur natalité plus importante, joue très largement en défaveur de la droite populiste.

Continuer la lecture de Laurent Chalard : la démographie migratoire « joue très largement en défaveur de la droite populiste »

Marion Maréchal Le Pen: «Ils ne comprennent pas que le Front national est incontournable»

INTERVIEW – La députée FN du Vaucluse, invitée vedette du Rendez-vous de Béziers, organisé par Robert Ménard, n’a pas apprécié certains propos du maire, ni la façon dont est traité son parti. Elle a quitté les lieux plus tôt que prévu.

LE FIGARO.- Votre départ précipité est-il le signe d’une rupture avec Robert Ménard?

Marion MARECHAL-LE PEN.- Non, je ne le souhaite pas. Il n’y a pas de drame et je continuerai à discuter avec Robert. Mais s’il explique que ses idées devront s’incarner si le Front national ne les reprend pas, que devons-nous en conclure? Doit-on imaginer une nouvelle candidature pour la présidentielle? Une tentative de prendre deux ou trois points au FN et d’empêcher Marine Le Pen d’accéder au second tour? Moi, je ne partage pas cette stratégie. On peut avoir des alliés critiques, mais compte tenu de l’urgence de la situation, accordons-nous au moins sur le fait que le FN est le seul parti capable de changer les choses.

La vivacité des débats et des déclarations n’était-elle pas prévisible?

Continuer la lecture de Marion Maréchal Le Pen: «Ils ne comprennent pas que le Front national est incontournable»

«L’Algérie est une bombe à retardement»

50% de la population algérienne à moins de 30 ans. Le jour où se pays explose, la France fera partie des victimes.


Interview Ali Benouari met en garde les Européens sur le risque d’effondrement du système algérien après le départ d’Abdelaziz Bouteflika.

Installé en Suisse depuis plusieurs années, Ali Benouari suit avec inquiétude l’évolution de la situation politique en Algérie. En 2014, l’ancien ministre des Finances du gouvernement Ghozali est retourné en Algérie et a essayé de se présenter à l’élection présidentielle. Le pouvoir a tout fait pour entraver ce retour au prétexte que l’intéressé n’aurait pas recueilli les 60 000 signatures de parrainage. Visiblement, il en faut plus pour arrêter Ali Benouari, qui tire aujourd’hui la sonnette d’alarme en prédisant une faillite financière de son pays d’ici à la fin du mandat du président Abdelaziz Bouteflika.

Pourquoi montez-vous au créneau ces derniers temps pour dénoncer avec autant de véhémence la faillite du système algérien?

Parce que l’Algérie est rongée de l’intérieur et que personne ne prend vraiment la mesure de ce qui est en train de se passer. Tout le système risque de s’effondrer. Abdelaziz Bouteflika a mené le pays dans une impasse en refusant d’engager des réformes. Le système de gouvernance est à bout de souffle. En figeant les choses, il a détruit le rêve d’une union des peuples nord-africains et compromis la stabilité et l’avenir de la région.

Vous ne noircissez pas trop le tableau? Il y a tout de même l’argent du pétrole même si les cours sont au plus bas pour le moment…

Non. Le pays ne produit presque rien. Il survit grâce aux importations. Le déficit de sa balance des paiements atteindra des sommets en 2019, de même que le chômage et l’inflation. Quant à l’argent du pétrole, il a été gaspillé, pillé. Les besoins sociaux de près de 45 millions d’habitants, dont 5 millions de plus au cours de l’actuel mandat, ne pourront bientôt plus être couverts. La manne pétrolière aurait pu servir à remettre le pays sur les rails grâce à des réformes hardies. Mais cela n’a pas été le cas.

Que va-t-il se passer selon vous?

Le déficit budgétaire, qui dépasse déjà 12% du PIB, restera important et ne pourra plus être financé, dès l’année prochaine. S’il n’est pas résorbé d’une manière ou d’une autre, il ne sera plus possible de payer les fonctionnaires, d’assurer les services publics et de maintenir les subventions aux catégories sociales les plus vulnérables. La loi de Finances 2016 a sonné le début de l’austérité. Les troubles sociaux ont déjà commencé. Les grèves et émeutes ne pourront plus être calmées comme autrefois par des hausses des salaires parce qu’il n’est plus possible de compter sur l’augmentation de la rente pétrolière. Ce modèle tire à sa fin. Si on continue sur cette lancée, l’Algérie court à la faillite et les effets s’en ressentiront bien au-delà des frontières du pays.

Pourquoi êtes-vous aussi remonté contre les dirigeants européens et français notamment?

La France doit arrêter de soutenir une dictature qui n’a rien à envier à celles de Ben Ali, de Moubarak ou de Kadhafi. Elle doit aussi cesser de fermer les yeux sur les fortunes colossales soustraites au peuple algérien et qui sont investies en France. Le défilé des politiciens français qui viennent chercher des soutiens à Alger avant chaque campagne est aussi indécent qu’insupportable. La France et l’Europe doivent changer leur attitude et prendre conscience de ce qui est en train de se jouer. L’Algérie est une bombe à retardement. Et pas seulement pour elle-même. Ce pays est le plus grand pays d’Afrique. Il jouit de plus d’une position géographique très particulière, face à l’Europe de l’Ouest avec laquelle il entretient des liens denses et multiformes, mais aussi du fait de ses frontières. Si le pays bascule dans le chaos, la crise syrienne fera figure de fait divers. (TDG)

Continuer la lecture de «L’Algérie est une bombe à retardement»

Toutes les propositions de ‘Oz ta droite’

Lu sur Fdesouche

Les propositions qui ont été adoptées à mains levées en conclusion du Rendez-vous de Béziers organisés par Robert Ménard.

 

Parce que la France a besoin d’identité et d’autorité.
Parce que la politique n’est pas un métier ni la France une entreprise.
Parce qu’il vaut mieux ouvrir les portes par le mérite que les fermer par l’argent.
Parce qu’à force de naturaliser en masse, on dénature en bloc
Parce que mieux vaut le risque dans la liberté que la certitude dans l’assistanat.
Parce que mieux vaut une préférence nationale que l’appauvrissement général.
Parce que l’insécurité est une guerre et l’ordre une libération.
Parce que mieux vaut faire des enfants que les importer.

Oz ta droite !

Oz ta droite, ce n’est pas un programme, c’est une frontière. Celle que la gauche interdit de franchir. Celle qu’une partie de la droite ne passe qu’en contrebande, le temps d’une élection. Une frontière qui délimite le monde dans lequel nous vivons de celui dans lequel nous pourrions vivre.
Un monde où les mots auraient un sens, où les actes ne seraient pas feints, où le débat ne serait pas le monologue des miroirs. Un monde où le réel serait enfin affronté et pas dénié ou détourné.
Un monde où la personne prendrait le pas sur l’individu, le peuple sur le marché, le politique sur le juridique.
Pour rejoindre ce monde, il suffit de passer la frontière.

Passe la frontière ! Oz ta droite !

De l’air

  • Moratoire de cinq ans sur les impôts ainsi que les réformes des collectivités territoriales.
  • Fin du statut de fonctionnaire, sans rétroactivité, pour les agents des ministères non régaliens et les collectivités territoriales.
  • Abolition des lois attentatoires à la libre d’expression.
  • Principe de supériorité du politique sur le juridique : limitation du contrôle de constitutionnalité.
  • Simplification radicale des normes et obligations administratives pour les agriculteurs, artisans, commerçants, professions libérales, PME, sous un seuil de chiffre d’affaires déterminé.
  • Mise en place du « chèque scolaire » pour donner aux familles le libre choix de l’école.
  • Moratoire sur l’ouverture de grandes surfaces.
  • Supprimer le principe de précaution et instaurer une liberté d’expérimentation.
  • Exiger la préférence agriculturelle française.

De l’effort

  • Suppression des 35 heures.
  • Retraite à 65 ans.
  • Moratoire sur les dépenses budgétaires hors Famille et Défense jusqu’au retour de l’équilibre budgétaire et afin de réduire la dépendance envers les banques.
  • Priorité aux économies dans le domaine de l’Etat providence.

De l’ordre

  • Dénoncer l’adhésion de la France aux articles de la Convention européenne des droits de l’homme qui privent la police et la justice françaises des moyens de mener à bien leurs missions.
  • Déchéance de nationalité pour les terroristes et les apologistes du terrorisme.
  • Installation d’un poste de gendarmerie permanent, couplé à des moyens juridiques spécifiques et conséquents dans une première série de 100 zones de « non-France » jusqu’à complet rétablissement de la présence républicaine et française.
  • Abaissement de la majorité pénale à 15 ans.
  • Expulsion systématique des condamnés étrangers à l’issue de leur peine de prison et conclusion d’accords bilatéraux pour que ces étrangers purgent leur peine de prison dans leur pays.
  • Création d’une Garde nationale composée de volontaires sélectionnés, âgés de 25 à 50 ans, sans double nationalité, et constituée sur une base départementale, pour un effectif total de 100 000 hommes et femmes.
  • Nouvelle réglementation sur la légitime défense pour les forces de l’ordre.
  • Supprimer la règle qui permet à tous les condamnés à moins de deux ans de prison d’échapper à la prison.

De l’indépendance

  • Sortir la France de l’organisation militaire intégrée de l’OTAN afin de retrouver notre souveraineté stratégique.
  • Rétablissement de la supériorité des lois françaises sur la réglementation européenne et les traités internationaux par une réforme de la Constitution adoptée par référendum.
  • Maintien du parc nucléaire français.
  • Augmentation de la part du PIB consacré aux armées et à la défense pour atteindre 3%.
  • Engagement à refuser le traité transatlantique.
  • Suspension de l’espace Schengen.
  • Favoriser des voies alternatives à l’Ecole Nationale de la Magistrature pour déformater les futurs magistrats.

Du mérite

  • Liberté donnée aux universités de sélectionner à l’entrée leurs étudiants, quel que soit le cycle.
  • Élargissement des bourses scolaires au mérite.

Du sens

Continuer la lecture de Toutes les propositions de ‘Oz ta droite’

Verdun: la mise en scène des jeunes qui courent à travers les tombes fait polémique

Cette cérémonie a été encore une fois l’occasion pour l’oligarchie de nous vendre sa propagande immigrationiste, européiste, anti-nationale et mondialiste.
Mais ce qui choque c’est le festivisme déplacé dans ce contexte. Feu Philippe Murray nous avez prévenu.


La mise en scène de la grande cérémonie de commémoration de la bataille de Verdun ce dimanche confiée à un cinéaste allemand ne plaît pas à tout le monde. Outre des internautes indignés, le FN a déjà marqué son opposition à cette scène montrant des jeunes courir à travers les tombes de l’ossuaire de Douaumont.

[…] une scénographie conçue par le cinéaste allemand Volker Schlöndorff où 3.400 jeunes, Continuer la lecture de Verdun: la mise en scène des jeunes qui courent à travers les tombes fait polémique

Autriche : soupçons d’irrégularités sur l‘élection présidentielle

En Autriche, une enquête a été ouverte pour irrégularités trois jours après la victoire à l‘élection présidentielle du candidat écologiste, Alexander van der Bellen, sur le candidat nationaliste Norbert Hofer. .

Dans cinq bureaux de votes, le dépouillement des votes par correspondance aurait commencé trop tôt et sans la présence d’une commission de contrôle. Le FPÖ, le parti d’extrême-droite, exclut pour l’instant toute contestation des résultats.

“Les résultats démocratiques doivent être respectés, a affirmé le chef du parti, Heinz Christian Strache. Il y a de nombreux soupçons de la part de la population, ils doivent être vérifiés par des juristes et des gens indépendants. Le peuple n’aime pas ce genre de choses, il veut avoir confiance en la démocratie et l’Etat de droit et nous devons nous en assurer.”

Continuer la lecture de Autriche : soupçons d’irrégularités sur l‘élection présidentielle

«Populisme, nationalisme, extrême droite» : et si on arrêtait avec les poncifs ?

Au moment des élections en Autriche, de nombreux commentateurs ont fustigé le «populisme» du candidat du FPÖ. Retour sur une notion souvent abordée de façon paresseuse, estime Vincent Coussedière, agrégé de philosophie.

«Le populisme est anti-islam et (ou) anti-immigré et (ou) anti-européen»: Fort bien, mais un tel reproche suppose t-il alors qu’il faut être pro-islam ou pro-immigré ou pro-européen?

Le discours sur le «populisme» fonctionne comme une idéologie paresseuse, par laquelle les élites politiques et intellectuelles cherchent à éviter le défi qui leur est posé: reconstruire une véritable offre politique. Les exemples pris ci-dessous de cette novlangue ne sont bien sûr pas exhaustifs… […]

Si montée du populisme il y a, ce n’est pas celle d’une idéologie concertée et structurée comme au temps du fascisme et du communisme. C’est celle d’une demande politique des peuples européens confrontés à des défis communs qui ne sont pas pris en charge par les soi-disant partis de gouvernements. […]

Marine Le Pen : Présidente du Front National (France); Nigel Farage : Président du Parti pour l’Indépendance du Royaume-Uni (UKIP) (Royaume-Uni) ;Frauke Petry : Présidente de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) (Al:emagne): Matteo Salvini : Secrétaire fédéral de la Ligue du Nord (LN) (Italie)

L’hésitation des commentateurs sur la nature du populisme leur fait choisir souvent d’autres expressions: «repli nationaliste» et «extrême droite» sont les plus fréquemment employées. L’ennui est que ces expressions ne sont pas plus précises et pas moins dénuées d’ambiguïtés que celle de «populisme». […]

Quant à l’ «extrême droite», de quel extrémisme parle-t-on et de quelle droite? L’extrémisme suppose une visée révolutionnaire ou l’usage de la violence, ce qui ne s’observe pas pour nombre de mouvements populistes européens, la «droite» quant à elle peut être pensée sur un plan économique (ultra-libéralisme) ou institutionnel (nostalgie monarchique) ou moral (mœurs)? […] Continuer la lecture de «Populisme, nationalisme, extrême droite» : et si on arrêtait avec les poncifs ?