Le candidat Hollande a réglé 700 000 euros à la société des proches de Kader Arif

La société du frère de Kader Arif, visée par une enquête préliminaire, a travaillé pour le candidat Hollande pendant la primaire et la campagne présidentielle de 2012 pour environ 700 000 euros, d’après des factures consultées par Mediapart. La collaboration a été brutalement interrompue à un mois du premier tour. En compensation, le PS aurait versé un « dédommagement » à l’entreprise. (…)

Source

De l’identité…

Texte de Renaud Camus pour Boulevard Voltaire

À quelques jours du congrès du Front national, la presse remplaciste, c’est-à-dire la presse (car il n’y en a pour ainsi dire pas d’autre), parle unanimement de nos amis identitaires comme constituant au sein du FN une sorte de lobby — le mot apparaît fréquemment (lobby identitaire, ce n’est pas du tout une expression suspecte, idéologiquement : au contraire). Les mêmes, d’autre part, sont couramment dépeints comme étant situés à la droite du FN : ce qui, vu des Inrockuptibles, du Figaro ou du Monde, est évidemment très très très à droite.

Je crois ce tableau complètement erroné, et même absurde. D’abord les identitaires sont beaucoup plus qu’un lobby. Et surtout leurs convictions sont beaucoup trop répandues dans le corps social, à défaut du corps politique, pour qu’elles et eux puissent être cantonnés sans ridicule et sans mésinterprétation sérieuse à la droite de la droite. Ce n’est d’ailleurs pas les désobliger, j’espère, que d’observer que leurs idées (qui pour l’essentiel sont les miennes) dépassent très largement leur présence et leur force objectives, numériquement. Disons, pour tourner les choses autrement, et avec la grande sympathie que j’ai pour eux, que l’identité est une chose trop importante pour être laissée aux seuls identitaires.

C’est d’autant plus vrai que la question de l’identité ne peut plus être posée sans que surgisse aussitôt celle de la survie. S’agissant de l’Europe comme de la France, « le pronostic vital est engagé », comme disent si drôlement les journalistes remplacistes (il n’y en a pour ainsi dire pas d’autres). Ma conviction est qu’il y a dans tous les partis des identitaires, c’est-à-dire des hommes et des femmes qui ne peuvent pas se résigner à voir mourir si bêtement, si salement, une des plus hautes civilisations que la terre ait portées. Or, jusqu’à présent, ce grand refus n’affleure pas politiquement. La peur, l’hébétude, l’endoctrinement sans relâche l’empêchent de se manifester. On voit, à sa place, s’agiter creusement un théâtre d’ombres : parti remplaciste de gauche, socialiste ; parti remplaciste de droite, partagé entre l’hyperremplacisme de conviction d’un Alain Juppé et le remplacisme opportuniste de Nicolas Sarkozy, qui passera dans l’autre camp comme il l’a déjà fait, au moins en paroles, s’il se convainc qu’il y a pour lui plus à y gagner — c’est-à-dire le pouvoir, le pouvoir d’assister bras ballants, comme un Hollande avec effets de menton, au changement de peuple.

Fasse le ciel à présent que le remplacisme anti-identitaire (c’est un pléonasme) ne Lire la suite

Cynisme et communautarisme: La petite phrase de Sarkozy sur Dati fait polémique (vidéo)

Ce type est un désastre. Il avoue qu’il a choisi ses ministres femmes pour l’image et non pour leurs compétences. Il a fait un casting comme un producteur télé à la recherche de candidat pour une télé réalité. Ses ministres ont été mise au gouvernement pour leur couleurs de peu et leurs rengaines.Sarkozy est l’archétype du post-moderniste aliéné par l’exemple américain. Rien dans son approche politique n’est français.
Le pire est évidement les raccourcis communautaires et racialistes pour répondre au dogme de la diversité … là on atteint de sommet de l’inconséquence intellectuelle. On pourrait lui faire remarquer qu’il a oublié Fadela Amara et son frère Hassein Amara , cambrioleur et tueur et étranger en situation irrégulière. ais aussi son gouvernement d’ouverture avec la pédophile Mitterand, l’opportuniste Besson, et l’incompétent Kouchner… pendant ses mandats Sarkozy a été à la hauteur de sa réputation, et il l’est toujours, minable et stupide.

Le Point Relire : Jamal Dati arrêté pour agression sexuelle et violences

——

« J’avais voulu Rachida Dati comme garde des Sceaux parce que je m’étais dit que Rachida Dati, avec père et mère algérien et marocain, pour parler de la politique pénale, ça avait du sens. » Voilà une phrase de Nicolas Sarkozy qui a déjà commencé à faire parler d’elle. A peine prononcée par l’ex-chef de l’Etat lors de son meeting à Boulogne-Billancourt mardi soir en réponse à une question de militant, la sortie était déjà twittée. Notamment SOS Racisme


Sarkozy sur Dati : avec des parents «algérien… par liberation

 

Le maire PS d’Aubervilliers assimile la délinquance à la guerre des boutons et incite les victimes à partir (vidéo)

Même dans des sujets de propagande, les manipulateurs ne peuvent parvenir à filtrer totalement le réel…..

Dresde : des milliers de personnes réunies pour dénoncer l’islamisation de l’Occident (+ vidéo)

Étonnante manifestation à Dresde (1). Plus de 5500 personnes recensées par la police, ont défilé lundi 24 sous la bannière PEGIDA « Patriotische Europäer gegen Islamisierung des Abendlandes » qui signifie (Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident)
(1) Dresde est une ville d’Allemagne de l’est qui fut pratiquement rasée par les alliés en 1945

575334teilnehmerderpegidademonstrationaufdemtheaterplatzin1403721h

Après l’argent russe du FN, le sapin russe de Notre-Dame de Paris

Les journalistes de la caste s’offusquent, s’indignent. L’objet de leur courroux ?: le prêt d’une banque russe au FN et le financement du sapin de noël de Notre-Dame de Paris par Moscou. Selon eux il s’agirait d’un affront à notre souveraineté.
Nos petits collabos sont moins vigilants quand il s’agit de l’argent du qatar, des émirats, ou des États-unis!

——–

Il y a quelque temps, le clergé parisien a fait un appel au don à ses fidèles : il n’était pas en mesure d’offrir aux Parisiens le traditionnel sapin de Noël du parvis de Notre-Dame, financé chaque année avec les commerçants du quartier.

Le devis était de 80.000 euros, le double du prix habituel, une somme inaccessible.

Le recteur-archiprêtre de la cathédrale, Monseigneur Jacquin, a donc pris contact avec diverses ambassades « pour les sensibiliser » et ce sont les Russes qui ont été les plus réactifs. Moscou a donc offert ce sapin aux Parisiens, au nom d’un « merveilleux symbole de l’unité, de la fraternité et de la compréhension mutuelle entre les peuples chrétiens », a expliqué Igor Tkatch, le représentant du gouvernement de Moscou à Paris.
b3ei_gqcmaamm5t

Pour Noël prochain, le contact est déjà pris avec les ambassades d’Ukraine et d’Autriche.

Monseigneur Jacquin a plaidé pour des relations bilatérales dissociées du champ politique, Igor Tkatch et Alexandre Orlov (ambassadeur de Russie en France) ont affirmé que la générosité russe devait uniquement être vue comme un « cadeau », alors que les relations sont très tendues entre nos deux pays, à l’heure où François Hollande refuse d’honorer un contrat signé.

Sans considération politique, le fait que la Russie offre ce sapin de Noël peut être vu comme un beau symbole pour les chrétiens, et malgré tout tristement vécu par de nombreux Français…

Ceux qui auraient préféré que la mairie de Paris ne cède pas gratuitement l’emplacement de la place Vendôme pour l’installation d’un plug anal géant, ne se serve pas des impôts des Français pour installer une exposition de propagande pour l’aide médicale d’État (AME) devant l’hôtel de ville, ne lègue pas tant de subventions à des associations qui militent pour la destruction de la famille… Et qu’elle utilise cet argent pour offrir aux Parisiens ce sapin de Noël, comme pour leur montrer qu’elle n’avait pas oublié les racines de la France.

Mais c’est la Russie qui l’a fait.

Par ailleurs, d’autres Français auraient sans doute aimé que la classe politique, qui passe son temps à vénérer la « démocratie » comme pour mieux cacher ses ambitions totalitaires, s’offusque que des banques françaises refusent de prêter de l’argent à un parti politique soutenu par de très nombreux Français – le Front national – plutôt que de s’offusquer de voir ce dernier emprunter à l’étranger pour pouvoir continuer à porter leur voix.

Car, là encore, en effet, c’est la Russie qui a répondu.

Ce que ces Français retiendront, c’est que la Russie est le pays qui aura permis que perdure Lire la suite

Propaganda/ Immigration et délinquance : bobard d’État sur France 2

Voir le reportage dont il est question sur Fdesouche

Voilà le genre de twett relayé par l’équipe de l’émission Infrarouge, ça se passe de commentaire. On voit bien quelles étaient les intentions politiques des journalistes staliniens en charge de cette opération de manipulation des masses:

France 2 s’est surpassée, hier soir, 25 novembre 2014 : avec l’argent des contribuables (la redevance), France 2 a prétendu démontrer qu’il n’y avait aucun lien entre immigration et délinquance. D’après un reportage de John Paul Lepers. Un homme qui est au journalisme et à la statistique ce que DSK est à sainte Bernadette. Il s’agissait, selon Renaud Dély (d’opinion) du Nouvel Observateur, d’une « enquête à vocation pédagogique à diffuser dans les écoles de journalisme » (sic) dans le but de « déconstruire des préjugés » (resic !).

Ben voyons ! Mais qu’est-ce qu’un préjugé ? En novlangue, c’est un fait politiquement incorrect qu’il s’agit de nier.

Car la corrélation immigration/délinquance ne souffre aucun doute. Certes, les immigrés ne sont pas tous délinquants (heureusement), mais une partie importante (très importante même) de la délinquance provient des populations immigrées.

Vous prendrez bien quelques chiffres ?

Selon l’INSEE (2011), les étrangers représentent 6 % de la population française mais 19 % des détenus au 1er avril 2014 [PDF], selon le ministère de la Justice. Soit un coefficient multiplicateur de plus de trois.

Selon le rapport Larrivé de l’Assemblée nationale, « environ 40.000 détenus peuvent être considérés comme de religion ou de culture musulmane », soit 50 % de la population carcérale alors que les musulmans ne représentent, selon les estimations, que 6 % à 9 % de la population. Bref, un coefficient multiplicateur de délinquance de plus de 5 (même en tenant compte des Français de souche convertis, ce qui est au demeurant une conséquence de l’immigration).

Allons plus loin : cela fait 60 % d’étrangers et/ou d’immigrés d’origine dans les prisons : 50 % de musulmans + de l’ordre de 10 % d’étrangers non musulmans venus d’Europe (Roms, notamment), d’Asie, d’Amérique du Sud ou de la partie non musulmane de l’Afrique.

Cela fait au grand maximum 30.000 Français de souche en prison pour 80.000 détenus. Bref, s’il y a surpopulation carcérale, c’est bien l’immigration qui en est la cause.

Et la population carcérale représente bien la population délinquante. Une étude de l’INHESJ Lire la suite

Aux Etats-Unis, la métamorphose hispanique d’une petite ville du Delaware

Rappel: Obama, ce doux dingue, vient de décider de régulariser, malgré l’avis du congrès, 5 millions de clandestins ”latinos”.
Lire: Obama régularise les clandestins : vers l’explosion des USA ? par Guillaume Faye

Deux jours après chaque élection depuis plus de 200 ans, la petite ville de Georgetown bariolée des couleurs américaines enterre littéralement la hache de guerre, une tradition surnommée «Return Day», à laquelle participent sans faillir vainqueurs et perdants du scrutin.

La métamorphose hispanique d’une petite ville… par 20Minutes

Mais le folklore échappe largement aux immigrés hispaniques qui font leurs courses un peu plus loin au supermarché El Mercado. Une télévision diffuse des émissions en espagnol. Les rayons proposent les mêmes produits qu’en Amérique centrale, d’où la majorité des immigrés arrivés à Georgetown depuis 20 ans sont originaires. Et la jeune caissière répond : «C’est quoi +Return Day+?».

En 1990, seuls 75 habitants de Georgetown, dans le Delaware (est), étaient d’origine Lire la suite

Après l’appartement, la CGT dépense 62.000 euros pour le bureau de Thierry Lepaon

Après le scandale des travaux de son appartement, le secrétaire général de la CGT va devoir s’expliquer sur la réfection de son bureau, qui a coûté quelque 62.000 euros, selon Le Canard enchaîné.

Un parquet à 7400 euros, un nouveau système électrique pour 10.000 euros, du mobilier fabriqué sur-mesure pour 21.600 euros… Non, ce n’est pas la facture des travaux de l’appartement de Thierry Lepaon mais celle… de « l’aménagement » de son bureau. Le Canard enchaîné dans son édition à paraître ce mercredi publie un extrait du devis des travaux, réalisés en début d’année au siège de la CGT, qui ont coûté au total plus de 62.000 euros.

Le journal satirique révèle ainsi que celui qui a succédé à Bernard Thibault souhaitait Lire la suite

La Commission européenne exige de la France un effort supplémentaire de 4 milliards d’euros

C’est un problème de confiance. Bruxelles ne croit pas la France quand elle affirme réduire son budget structurel. Michel Sapin avait envoyé une enveloppe de 3,6 milliards d’euros à l’Europe : cela ne suffit pas.

Le Premier ministre Manuel Valls en personne a envoyé une lettre en fin de semaine dernière pour assurer que la France ferait les efforts nécessaires. Elle a maintenant quatre mois pour le faire.

Marine Le Pen sur France 5 et Philippot sur Itélé: l’ emprunt auprès d’une banque Russe….

Caroline Roux est une journaliste qui fait son travail avec une certaine humilité (France5).

En revanche, la nullissime Laurence Ferrari a du mal à cacher son insondable crétinisme sous le fard putassier d’une impertinence prétentieuse.(itélé)


Voir Quand Ferrari flirtait avec Sarkozy

Nicolas-Sarkozy-et-Laurence-Ferrari-leurs-rendez-vous-secrets

La France championne du monde des prestations sociales

Elles représentent près de 32% du PIB de l’Hexagone, contre 22% en moyenne pour l’OCDE.

Les dépenses sociales sont en baisse en Grèce ou au Canada, mais restent toutefois élevées dans la plupart des pays de l’OCDE avec en moyenne 22% du PIB, la France étant la plus généreuse (près de 32%), selon de nouvelles données rendues publiques lundi soir. Ces dernières années, les dépenses allouées aux allocations chômage, maladie ou autres aides sociales ont connu des baisses importantes au Canada, en Allemagne, Islande, Irlande ou encore au Royaume-Uni, indique l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

La Grèce enregistre la baisse la plus rapide (-2 points), après avoir taillé drastiquement dans les salaires des fonctionnaires, de médecins, des pensions retraite, détaille Maxime Ladaique, statisticien à la division des politiques sociales de l’OCDE. Toutefois, dans la majorité des pays, les niveaux restent historiquement élevés. Quatre pays consacrent plus de 30% de leur PIB aux dépenses sociales: la France, la Finlande, la Belgique et le Danemark. En Italie, en Autriche, en Suède, en Espagne et en Allemagne, elles représentent plus d’un quart du PIB.

A l’opposé, Turquie, Corée, Chili et Mexique dépensent moins de 15% de leur PIB pour les prestations sociales. Les trois derniers pays sont actuellement un niveau similaire à ceux des pays européens dans les années 1960. Comparé au niveau de 2007 d’avant-crise, le ratio dépenses sociales/ PIB a augmenté de 4 points en Belgique, Danemark en Irlande et au Japon. Il est en baisse au Luxembourg, en Espagne et en Finlande.

La santé, un poste de plus en plus important

Dans le détail, les pays consacrent en moyenne davantage de dépenses aux prestations en espèces (12,3% du PIB) qu’aux services sociaux et de santé (8,6% du PIB). Mais dans les pays scandinaves, au Canada, aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni, un meilleur équilibre entre les prestations en espèces et les prestations en nature est fait, remarque l’OCDE.

Ainsi les dépenses liées aux personnes âgées, aux maisons de retraite, aux personnes handicapées ou encore aux crèches sont importantes en Suède (7,5% du PIB) et au Danemark (7%), contre 3% en France ou 1% en Italie et en Pologne. Les pays scandinaves «sont très développés» et comptabilisent de nombreuses institutions pour accueillir les personnes âgées ou les enfants en bas âge, explique l’expert.

Les prestations en espèces ciblées sur la population dans la vie active représentent 4,4 % du PIB en moyenne dans les pays de l’OCDE: près de la moitié (1,8%) au titre des prestations invalidité/accidents du travail, 1,3 % pour les prestations familiales, 1 % du PIB pour les indemnités de chômage, et le reste pour des transferts sociaux.

La santé (coût des hôpitaux, médecins, médicaments) est un poste de plus en plus important pour les dépenses publiques, passé de 4% du PIB en 1980 à 6% en 2012. Cette augmentation Lire la suite

Propaganda/ Ukraine : informations faussées et commentaires à sens unique, par Acrimed

Depuis la fin du mois d’août 2014, les événements en Ukraine sont chaque jour de plus en plus imprévisibles : alors que les « séparatistes pro-russes » – ainsi qu’ils sont nommés dans les médias français – perdaient du terrain, des renforts, peut-être en provenance de Russie, ont permis de mettre en défaut l’armée ukrainienne. Pour les médias français, cet interventionnisme supposé de Vladimir Poutine est inacceptable. Le président russe serait même en train de déclarer la guerre à l’Europe et de violer le droit international. Retour sur un traitement médiatique unilatéral et biaisé.

À situation complexe, commentaires simplistes : telle semble être la dure loi à laquelle se soumettent quelques diseurs de bonne aventure. Si Acrimed n’entend pas prescrire ce qu’il faut penser de la situation en Ukraine, du moins pouvons-nous débusquer les parti-pris falsificateurs qui ont tendance à inonder une grande partie de la presse française, bien que quelques médias ne sombrent pas dans la caricature (notamment Le Figaro) [1]. Absence de recul sur les événements (en particulier à Libération et au Monde) et pis, oublis, voire réécriture de l’histoire : tels sont les principaux biais de la couverture médiatique du début du mois de septembre 2014. Rien ne semble avoir évolué depuis novembre 2013… Passage en revue de quelques libertés, parmi d’autres, prises avec les faits.

Gouvernement légitime et référendums illégitimes

Bernard Guetta sur France Inter (25 août 2014) en est certain : « l’Ukraine quant à elle, l’écrasante majorité de sa population en tout cas, refuse de revenir à son asservissement passé, défend son indépendance et voudrait pouvoir vite intégrer non pas l’Otan mais l’Union européenne. » C’est pourtant oublier une partie des faits politiques récents de ce pays. Président en place et démocratiquement élu en 2010, Viktor Ianoukovitch – certes corrompu comme ses prédécesseurs – demeurait en tête des sondages d’opinion jusqu’à son départ forcé en février 2014 [2]. Étonnant d’ailleurs que les médias français – pourtant toujours très friands de ce type d’enquête – n’en aient pas révélé l’existence.

En 2012, le parti de M. Ianoukovitch (le Parti des Régions) avait également remporté les Lire la suite

Euro : bientôt la fin ?

L’Italie pourrait ouvrir le bal. En panne de croissance pour le treizième trimestre consécutif, elle s’embourbe dans la récession et affiche au compteur une dette de près de 2.200 milliards d’euros. D’après l’économiste Jacques Sapir, les conseillers de Matteo Renzi jugent inéluctable une sortie de l’eurozone au printemps 2015, à moins que l’Allemagne accepte le déploiement d’un plan d’investissement de grande envergure.

L’économiste Claudio Borghi est lui aussi un partisan convaincu du retour à la lire, de même que l’Américain Edward Luttwak, qui estime que l’Italie n’a plus le choix. The Guardian pronostique que les Transalpins auront abandonné l’euro dans les deux ans – près de la moitié y seraient d’ailleurs favorables. L’ineffable Beppe Grillo a publiquement réclamé un référendum sur la question lors d’un discours au Parlement européen mi-novembre.

De leur côté, les médias italiens, tels Libero Quotidiano ou Affaritaliani, tablent, eux, sur une sortie de… l’Allemagne. Le parti d’Angela Merkel, anticipant un probable effondrement de l’euro, envisagerait en coulisses de ressusciter le bon vieux deutsche mark, échaudé par la stagnation de son économie, la montée des partis souverainistes européens, l’incapacité de la France à respecter les 3 % de déficits publics et le rejet de plus en plus marqué des politiques d’austérité par les populations saignées à blanc.

En Espagne, la timide reprise de la croissance à 1,3 % ne console guère les 24 % de chômeurs, ni les 34 % de salariés qui touchent moins de 753 euros par mois. En Grèce, où le chômage tutoie les 27 % et où treize ans seront nécessaires pour revenir au niveau d’avant-crise, se profile une crise sociale majeure. Au Portugal, où 20 % des habitants survivent avec moins de 409 euros mensuels, le Parti communiste milite pour une sortie de la monnaie unique. En France, si les mesures suggérées par le rapport franco-allemand présenté à Emmanuel Macron sont adoptées, le gel des salaires pendant trois ans, la flexibilité du marché du travail et l’assouplissement des 35 heures auront un effet dévastateur sur le pouvoir d’achat et la consommation, et aggraveront encore le chômage.

Selon une récente étude du cabinet d’audit PwC, 20 % des dirigeants européens pensent que l’eurozone pourrait imploser. L’agence de notation Standard & Poor’s craint un risque de triple dip recession (troisième récession d’affilée) en Europe. Un constat relayé par David Cameron, qui n’exclut pas une nouvelle crise mondiale. « La situation de l’inflation en zone euro devient de plus en plus difficile et l’élan en faveur de la croissance reste faible », reconnaît Mario Draghi, le président de la BCE, prêt à investir pour racheter de la dette des États membres. Combien de centaines de milliards seront encore dilapidés pour sauver une monnaie qui ne marche pas ?

Des calculs effectués par Jacques Sapir et ses collègues (à consulter sur son site Lire la suite

Lettre ouverte de Marine Le Pen au Gouverneur de la Banque de France‏

Lettre ouverte à Monsieur Christian Noyer concernant les réserves d’or de la France

Monsieur le Gouverneur,

Au nom des Français et en ma qualité de principal chef de l’opposition, j’ai l’honneur de vous écrire, car il est de mon devoir de vous présenter une requête sur les réserves d’or de la France, relevant de l’intérêt supérieur de notre nation.

Avant même le déclenchement de la crise de 2008, le Front National avait anticipé et informé les institutions politiques de l’aggravation à venir du contexte macro-économique et géopolitique. Dans le cadre du modèle économique de plus en plus ultralibéral adopté par la France sous la pression de Bruxelles, aucun des fondamentaux économiques ne peut s’améliorer durablement. Tous les Français peuvent constater que les politiques d’austérité exigées par l’Union Européenne et la BCE et menées par le gouvernement sont un échec avéré et grave pour notre pays.

L’institution monétaire que vous dirigez a pour mission historique d’être la banque centrale dépositaire des réserves monétaires nationales et notamment des réserves d’or. Selon notre vision stratégique et souveraine, celles-ci n’appartiennent ni à l’Etat, ni à la Banque de France mais bien au peuple français et de surcroît servent de garantie ultime à la dette publique et à notre monnaie.

Dans la guerre froide monétaire qui se joue entre les pays occidentaux et les pays des BRICS, l’or reprend progressivement un rôle important. Selon le Conseil Mondial de l’Or, les réserves officielles d’or de la Chine, de l’Inde et de la Russie ont fortement augmenté entre 2007 et 2013.

Pour ces raisons et compte tenu de l’accroissement rapide des risques systémiques mondiaux, il est de la plus haute importance pour la solvabilité future de notre nation d’engager, d’ici mi-2015, une procédure d’audit détaillé dont les résultats feront l’objet d’un rapport. Ce rapport devra obtenir la validation des autorités macro-prudentielles françaises, l’ACPR, puis sera rendu public dans l’année.

Cet audit exhaustif devra contenir :
– un inventaire complet des quantités d’or physique affichées actuellement à 2435 tonnes ainsi que leur qualité (numéro de série, pureté, barres ‘Good Delivery’…), réalisé par un organisme français indépendant (à définir). Cet inventaire, sous contrôle d’huissier, devra indiquer le pays dans lequel les réserves d’or sont stockées, en France ou à l’étranger.
– Un recensement de tout contrat d’engagement financier officiel ou secret vis-à-vis de banques et sociétés privées, ou de prêt bilatéral entre la France et des institutions nationales ou internationales, ayant gagé l’or de la France afin de garantir le sauvetage de l’euro. Dans ce cas, l’audit exhaustif devra contenir les conditions des contrats d’engagement ou de prêts.

Par ailleurs :
Attendu que le 30 novembre prochain, aura lieu en Suisse une votation suite à une demande de référendum d’initiative populaire « Sauvez l’or de la Suisse » du parti UDC (Union Démocratique du Centre) qui propose le rapatriement de leurs réserves d’or sur leur sol.
Attendu qu’à la demande de certaines banques centrales nationales avisées, ce phénomène de campagne pour le « retour des réserves d’or nationales » et le contrôle démocratique existe depuis 2013 en Allemagne (Bundesbank), en Pologne etc.
Attendu que la Banque centrale néerlandaise a indiqué récemment qu’elle avait rapatrié 122,5 tonnes d’or.
Attendu que le 19 mai 2014, la Banque de France au côté d’autres banques de l’Eurosystème, Lire la suite