AMERICAN SNIPER un film de Clint Eastwood

Tireur d’élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d’innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de « La Légende ». Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu’il ne parvient pas à retrouver une vie normale.

Plainte contre le Film:
Les musulmans font face aux États-Unis à un regain de menaces depuis la sortie de «American Sniper», a affirmé une organisation musulmane qui s’est adressée au réalisateur Clint Eastwood et à la vedette du film Bradley Cooper, pour les condamner.

Dans une lettre ouverte aux deux hommes parvenue samedi à l’AFP, le Comité anti-discrimination américain-arabe (ADC) affirme avoir constaté un regain de «menaces violentes» contre la communauté musulmane, «à cause de la façon dont les Arabes et les musulmans sont dépeints» dans le film, indique la lettre.

«Nous sommes la cible de centaines de messages violents», dont des «appels au meurtre», ajoute ADC, qui affirme être la plus importante association pour les droits des musulmans du pays.

ADC, qui a prévenu le FBI et les polices locales, demande aux deux vedettes d’Hollywood «de Lire la suite

Carburant : Les cours plongent, les taxes explosent

Vous ne le savez peut-être pas, mais vous payez davantage de taxes sur les carburants depuis le 1er janvier. La légère diminution actuelle de votre facture à la pompe étant liée à la baisse du cours du pétrole, les automobilistes ne sentent pas encore cette nouvelle hausse de la fiscalité… jusqu’à la prochaine augmentation du prix du baril !

35,5 milliards d’euros en 2014, puis 38 milliards en 2015 et 39 milliards en 2016, voilà ce que les taxes sur le carburant « rapportent » à l’État et donc coûtent aux contribuables ! Tous ces milliards sont autant d’argent en moins dans nos poches, un pouvoir d’achat qui, au mieux n’augmente pas, au pire diminue pour l’ensemble des Français.

De toute manière, le gouvernement ne s’en cache  pas : via le secrétaire d’État chargé du budget Christian Eckert s’exprimant devant l’Assemblée nationale, il annonce que la fiscalité des carburants, quatrième recette pour le pays après la TVA, les impôts sur le revenu et sur les sociétés, est « un élément essentiel de l’équilibre de nos comptes ». Autant dire que c’est un impôt amené à grossir aussi rapidement que notre argent est gaspillé…

Les gouvernants refusent de laisser les Français bénéficier de la baisse du cours du pétrole

Pire, le directeur de la communication de l’Union française des industries pétrolières (Ufip), Yves-Marie Dalibard, annonce à l’AFP que « la baisse des prix du pétrole continue à bien se traduire dans les prix des carburants [et qu’elle] a permis d’absorber la hausse de la fiscalité » sur les carburants intervenue en France au 1er janvier. Se contentant enfin du fait que « les prix ont retrouvé leur niveau de la fin de l’année dernière ».

Double augmentation du niveau de taxation des carburants en 2015 et 2016

Ce n’est pas tout, car l’alignement des taxes de l’essence et du gazole se faisant sans surprise sur le montant plus élevé du premier, vous allez tous payer davantage en 2015 et 2016. Ainsi, depuis le 1er janvier 2015, la contribution climat énergie (CCE), plus communément appelée « taxe carbone » ajoute 1,80 centime au prix de l’essence et 2 centimes au prix du gazole.

Et une augmentation similaire aura lieu le 1er janvier 2016. Pire encore : la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) du gazole, qui représente 81,3 % des ventes en 2014, augmentera aussi de 2 centimes. Malheureusement, tout porte à croire que ce n’est pas près de s’arrêter…

Une explosion des prix à la pompe sur le temps long

Le prix des carburants pour les contribuables a véritablement explosé ces dernières décennies, notamment à cause de la fameuse « taxe intérieure sur les produits pétroliers » (TIPP devenue TICPE).

En effet, celle-ci pouvait déjà représenter 40% des prix, en plus des 20% de TVA. Comme le fait remarquer l’association Contribuables Associés dans cet article, entre août 1990 et mars 2011, on notait déjà une augmentation de  76 % et 131 %  des prix à la pompe !

Pourtant, avec la baisse du prix du baril, et sans cette taxation véritablement abusive, vous pourriez payer beaucoup moins cher le carburant pour votre véhicule. Non seulement ces taxes extrêmement élevées réduisent votre pouvoir d’achat, mais elles incarnent un véritable « impôt moral » censé dicter votre conduite et vos choix en termes de mode de transport…

Trop d’impôts

Lire la suite

Le Venezuela au bord du défaut de paiement

Jamais Caracas n’a connu de fins de mois aussi difficiles. Le premier pays pétrolier par les réserves, qui a besoin de quelque 20 milliards de dollars pour 2015, ne peut même plus réellement compter sur ses amis.

La Chine à laquelle le président Nicolas Maduro vient de rendre visite lui a alloué quelque 42 milliards de dollars au cours des dernières années et a été pour l’instant remboursée avec du pétrole à hauteur de la moitié de ses engagements. Cette fois, elle n’a promis que des investissements, pas de ligne de crédit nouvelle.

Quant aux pays producteurs de pétrole démarchés par Maduro, ils ne veulent pas entendre parler d’un sommet extraordinaire de l’Opep, ni d’une coordination accrue sur les prix.

Résultat, les comptes du Venezuela, qui avait construit son budget avec une hypothèse de prix du baril de 100 dollars, sont dans le rouge vif. A moins d’un accord de dernière minute avec des nouveaux créditeurs comme le Qatar, le pays est au bord du défaut de paiement.

Si cette situation devait se concrétiser, « les risques de contagion sont minimes », estime Lire la suite

L’économie vénézuélienne plombée par la chute des prix du pétrole (vidéo)

Voilà où mène le modèle d’économie redistributive de Mélenchon. La politique de Chavez a consisté à redistribuer une partie des gains du pétrole pour acheter le vote et le silence des plus pauvres. Parallèlement à cela Chavez fut incapable d’impulser une politique d’industrialisation. Or quand le pétrole ne rapporte plus, il n’y a plus d’allocations, et le résultat c’est la faillite pour tout le monde

Baril à 50 dollars : risque de récession majeur pour le secteur pétrolier

Il y a des courses de fond. Celle-ci est une course vers le fond. Les cours du baril dégringolent à 50 dollars cette semaine, du jamais vu depuis le lendemain de la crise de 2008. Aussi vertigineuse qu’inattendue, la chute du prix de l’or noir atteint désormais 55 % depuis le début du mois de juin.

Est-ce la preuve d’un retour durable à l’abondance pétrolière ? Pas si vite.

Conséquence à la fois du boom du pétrole “de schiste” aux Etats-Unis et de la fragilité de la croissance économique mondiale, ce contre-choc pétrolier est en passe de mettre à nu bien des rois du pétrole.

D’ouest en est et du nord au sud, tous les producteurs pétroliers du monde, grands et petits, pompent aujourd’hui le brut à tombeau ouvert afin de sauvegarder un tant soit peu leurs chiffres d’affaires, en espérant que le concurrent d’à côté calanchera le premier.

Confrontée à de très graves difficultés économiques, la Russie de Poutine, aujourd’hui premier producteur mondial d’or noir devant l’Arabie Saoudite, a largement contribué à relancer le manège infernal en ce début d’année, en annonçant une production record pour le mois de décembre (alors même que Moscou laissait entendre l’été dernier que les extractions russes devraient chuter en 2015, faute d’investissements suffisants…) Lire la suite

Onfray : « Si la rédaction de Minute avait été ravagée par des tueurs … »

« Il n’y a pas de liberté d’expression en France, estime Michel Onfray.

Minute et Charlie Hebdo ne sont pas traités sur un pied d’égalité. La liberté d’expression, c’est pour tout le monde. Si la rédaction de Minute avait été ravagée par des tueurs, je ne suis pas sûr que la mobilisation aurait été comparable. Toutefois, je ne pense pas que la liberté d’expression soit le pouvoir de dire tout ce qu’on veut, quand on veut. Je suis athée, mais je ne crois pas que le blasphème soit la meilleure façon de lutter contre les religions. Il faut défendre la satire, l’ironie, mais le propre de la liberté, c’est qu’elle n’est pas illimitée. A-t-on la liberté de violer ? De massacrer ? De mentir ?

Nous vivons dans une société d’irresponsables, où n’importe qui fait n’importe quoi, sans souci des conséquences.

Charlie Hebdo , c’était la tyrannie de l’enfant-roi :

je dessine ce que je veux, comme je veux, quand je veux, avec force scatologie. Mais si votre dessin met le feu à tous les pays musulmans de la planète, si à cause de lui on brûle des chrétiens et leurs églises, faut-il continuer comme si de rien n’était ? Certains dessins et certains propos tuent. La responsabilité n’est pas un vain mot. »
lire l’intégralité de l’article

Insolite : + 20 points de popularité pour le gouvernement qui n’a pas su empêcher les attentats

Excellente Tribune du Paysan Savoyard pour le site Fdesouche. Il point du doigt l’immaturité politique de toute une catégorie de la population aliénée par Big Brother.

Tribune libre de Paysan Savoyard

Deux semaines après les attentats, la situation de politique intérieure conduit à dresser différents constats qui réussissent à susciter chez les observateurs pourtant endurcis que nous sommes, habitués à n’enregistrer jamais que de mauvaises nouvelles, un accablement accru et toujours renouvelé.

  • N’ayant pas su éviter les attentats, le gouvernement enregistre une hausse spectaculaire de sa popularité

Après avoir réussi à mobiliser autour de lui des millions de manifestants, le gouvernement enregistre dans la foulée une amélioration de 20 points de sa cote de popularité. MM. Valls et Hollande voient le nombre des personnes satisfaites de leur action augmenter fortement (40 % de satisfaits pour l’un, 61 % pour l’autre). M. Hollande, peut même envisager, pour la première fois depuis longtemps, d’être finalement présent au second tour de 2017.

C’est pourtant bien ce gouvernement qui n’a pas su prévenir les attentats. Ces attentats sont pourtant les plus sanglants commis en France depuis des décennies. Leurs auteurs étaient pourtant des délinquants et des islamistes archi-connus des services, avaient fait de la prison et étaient paraît-il surveillés.

Et voilà ce gouvernement récompensé et félicité pour son action.

Au fou !

  • Les attentats ont été commis par des immigrés : il faut donc dénoncer avec force les « semeurs de haine » qui voudraient arrêter l’immigration

L’extrême droite est dénoncée parce qu’elle « attise les peurs et sème la haine ». Le Front national a été pour cette raison rejeté de l’organisation de la manifestation d’union nationale. Le rejet de l’extrême droite est décrété par le gauche aussi bien par la droite.

Pourtant c’est bien par des immigrés que les attentats ont été commis. Pourtant ils l’ont été au nom de l’islam. Pourtant les terroristes, nés en France et de nationalité française, ont eu un parcours semblable à ceux de millions d’autres immigrés. Les attentats renvoient donc évidemment à la question de l’immigration, laquelle se trouve être, qui plus est, le plus souvent musulmane.

Et voilà qu’est mis en cause et dénoncé comme fauteur de troubles le parti qui, seul depuis 40 ans, met en garde contre l’ampleur de l’immigration et ses catastrophiques conséquences.

Au fou !

  • L’attentat ayant été commis au nom de l’islam, la lutte contre l’islamophobie est mise à l’ordre du jour

Le gouvernement a annoncé son intention de lutter contre l’islamophobie, qui sera poursuivi comme une forme d’incitation à la haine raciale. Il s’agit d’empêcher que ne soit opéré un « amalgame » entre les djihadistes et « l’immense majorité des musulmans », qui sont pacifiques et intégrés et ne doivent pas être « stigmatisés ». Lire la suite

Bravo les frères Kouachi : le terrorisme cela paye !

es frères Kouachi et Coulibaly ont été enterrés seuls et dans l’anonymat… mais ils ont réussi leur coup et fait avancer leur cause : celle de l’islamisation de la France, de l’Europe et du monde.

• 1- Des foules immenses ont défilé pour condamner leurs actes : mais dans ces foules, à part quelques notables jouant la partition de la taqiya, leurs coreligionnaires et leurs « frères » étaient absents. En Ile-de-France, il y a plus de 20% d’immigrés dans la population mais les foules qui défilaient étaient de race blanche et de civilisation européenne. Les Kouachi et Coulibaly n’ont pas été désavoués par les leurs.

• 2- Pire, dans les écoles, les collèges et les lycées de banlieue, des centaines, voire des milliers d’incidents, ont eu lieu lors de la minute de silence : beaucoup d’immigrés noirs ou arabes (à la deuxième ou troisième génération !) ne se sont pas sentis « Charlie », Charlie, ce journal qui avait blasphémé leur prophète.

portaits-3• 3- Allons plus loin : les manifestations et commémorations du 11 janvier 2015 ont eu pour thème « la liberté d’expression ». Et les semaines qui ont suivi ont été consacrées aux… limites à fixer à la liberté d’expression. Pour le double bénéfice des minorités musulmanes. Côté liberté d’expression, beaucoup de jeunes de banlieue demandent : Mais alors, s’il y a liberté d’expression, pourquoi n’a-t-on pas le droit de rire avec Dieudonné ? Pourquoi interdit-on ses spectacles ? Pourquoi ne peut-on pas critiquer Israël et les juifs ? Jouant les proviseurs de banlieue, le premier ministre Manuel Valls s’est fait mettre en difficulté sur ces questions par des collégiennes en dreadlocks… Misère de l’Etat !
http://www.fdesouche.com/556687-pontault-combault-77-collegienne-interpelle-valls-dieudonne

• 4- Dans le même temps l’interdit du blasphème progresse. Pour une raison : la peur et le conformisme. Depuis l’attentat contre Charlie Hebdo, on sait que représenter le prophète peut coûter la vie. Or la peine de mort, c’est dissuasif… D’ailleurs les Danois du Lire la suite

Un groupe de députés Front de gauche condamné pour licenciement abusif

Les députés de la Groupe démocrate et républicaine (GRD), dont les deux tiers des membres sont au Front de gauche, a été condamné aux prud’hommes pour le licenciement d’une collaboratrice. Le GRD va faire appel.

Le GRD, dont dix des quinze membres sont au Front de gauche, a été condamné pour le licenciement « sans cause réelle et sérieuse », en février 2013, de celle qui était leur attachée de presse depuis 2008.

Le président du GRD depuis juillet 2012, le député communiste André Chassaigne, lui Lire la suite

« L’euro est officiellement mort le jeudi 22 janvier 2015 »

Par Charles Sannat

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Le 16 septembre 2014, il y a peine quelques mois, j’écrivais l’édito du jour et je l’intitulais :

« Construction, union, intégration, désintégration, dislocation, et explosion !… »

J’y disais la chose suivante, et vous pourrez le relire en entier pour ceux qui le souhaitent car je vous indique le lien en bas de page.

« Construction, union, intégration, désintégration, dislocation, et explosion… voilà quelles pourraient être les différentes étapes de la vie à la mort de l’Europe tant l’ensemble européen est désormais à la croisée des chemins, coincé entre plus d’intégration (ce qui est actuellement souhaité) et la tentation de la désintégration où chaque pays membre, en particulier de la zone euro, souhaiterait pouvoir retrouver quelques marges de manœuvres monétaires pour adoucir des politiques budgétaires qui se doivent, face aux tombereaux de dettes souveraines accumulées et à l’absence de croissance, de devenir restrictives… »

Il ne s’agit pas de faire de la « gloriole » mais de remettre justement la décision très importante de la BCE concernant le QE annoncé de plus de 1 100 milliards d’euros. Un QE monumental, colossal, que dis-je, MAGISTRAL et pourtant, alors qu’il est salué par tous les commentateurs ou presque, par les marchés comme par les investisseurs, j’ai pourtant à cette occasion l’immense regret de vous faire part du décès de la monnaie unique appelée « euro ».

Derrière la « bonne nouvelle » se cache la première étape de la désintégration de la zone euro !

Bon, vous l’aurez compris, je ne suis pas triste du tout en fait. L’euro était très mal ficelé et cela n’a aucun sens de poursuivre cette aventure monétaire commune devenue désastreuse et c’est un premier pas très important qui a été fait aujourd’hui par Mario Draghi : il vient ni plus ni moins d’annoncer qu’il y aura de moins en moins d’euros dans les prochains mois, même s’il semble qu’il va y en avoir beaucoup plus et je vais me faire un plaisir de vous expliquer ce qui peut sembler, à première vue, un grand paradoxe.

Tout le truc tient dans cette simple petite phrase passée inaperçue ou sur laquelle on jette pudiquement un voile… « Les opérateurs de marché ont immédiatement réagi positivement à l’annonce, le CAC40 s’appréciant de 1 % en quelques minutes, avant une prise rapide de bénéfices lorsque Mario Draghi a précisé que les banques centrales nationales porteront 80 % des risques liés aux rachats, tandis que la BCE n’en portera que 20 %… »

Il faut bien lire et relire cette petite phrase et bien la comprendre pour ce qu’elle signifie, à savoir que chaque banque nationale va racheter ses propres obligations d’État et que la BCE en elle-même ne portera que 20 % du risque, c’est-à-dire au mieux 200 milliards sur les plus de 1 000 qui devraient être injectés !!

En clair, chaque banque centrale nationale vient d’obtenir le droit de battre monnaie pour des montants différents et à sa convenance ou presque. Alors je vous pose la question à 1 000 milliards d’euros :

Comment peut-on avoir une monnaie unique avec des banques centrales monétisant de façon hétérogène ?

Impossible, tout simplement, l’euro est mort et c’est un pas enfin vers la reconnaissance de cet état de fait. On gagne encore un peu de temps avant d’avouer officiellement que Lire la suite

Laurent Fabius assure que le Qatar ne finance pas le terrorisme : le ministre a menti

Le 21 janvier, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a déclaré sur RTL qu’il « n’était pas exact » que le Qatar finance le terrorisme islamiste. Plus précisément :

« Nous avons fait faire par nos services des enquêtes précises qui ont montré que cela n’était pas exact. »

Et d’ajouter :

« S’il était avéré que les choses changent, nous changerions nos modes de relations. Mais il n’est pas question, n’y d’accuser injustement, ni si peu que ce soit d’être complaisant avec le terrorisme qui est notre adversaire. »

Il faut être clair : Laurent Fabius a menti.

Fabius ne peut pas ignorer…

Laurent Fabius ne peut pas ignorer que, le 8 octobre 2012 sur « C dans l’air », Louis Caprioli, ancien sous-directeur de la lutte contre le terrorisme à la DST, a déclaré publiquement ceci :

« Des Français vont en Tunisie s’entraîner dans des camps djihadistes tunisiens financés par le Qatar, ou en Libye, notamment dans la région de Derna, où des gens s’entraînent avant d’aller faire le djihad en Syrie. »

Laurent Fabius ne peut pas ignorer que, le 8 octobre 2012 dans un entretien à « La Dépêche du Midi », Yves Bonnet, ancien directeur de la DST, a déclaré publiquement ceci :

« Il y a aussi le problème de l’argent qui est alloué par des pays salafistes. »

Puis, plus précis : Lire la suite

Laurent Obertone présente son nouveau livre « la France Big Brother » sur TV Libertés

Entretien exclusif avec Laurent Obetone, l’auteur de « La France Orange Mécanique », vendu à 120 000 exemplaires. Dans cet entretien, il revient sur son nouveau livre « la France Big Brother », véritable pamphlet contre notre conditionnement par le système actuel.

Cadavres excellents

Chronique n°7 de Richard Millet

L’unanimité sentimentale et politique dont la France s’est trouvée la proie, pendant la semaine du 5 janvier 2015, et dont la journée de dimanche a été le moment orgastique, ne doit pas faire oublier ce qui s’est passé ailleurs, pendant ce temps, Paris n’étant pas devenue la capitale du monde, comme le clamait le Spectacle ; d’autres personnes sont mortes, nombreuses, illustres ou inconnues, les illustres étant le cinéaste Francesco Rosi, auteur notamment de L’Affaire Mattei, Cadaveri eccelenti et Trois frères, et l’actrice suédoise Anita Ekberg, qui appellera à jamais Marcello dans la fontaine de Trevi ; les inconnus sont les gens qui ont péri dans un attentat, à Tripoli, au Liban, et ceux qu’une Nigériane de dix ans a envoyés ad patres après avoir fait exploser sa ceinture dynamitée.

Voilà qui nous rappelle que la guerre continue, que l’expansionnisme musulman la rend mondiale et que l’islam, dont la social-démocratie internationale clame haut et fort qu’il a sa place en Europe, trouve ses racines dans une haine de l’Occident qu’on peut d’ailleurs juger justifiée sur bien des points, notamment sur la question du matérialisme et du nihilisme : quoi de plus méprisable, en effet, que la veulerie physique et morale d’un continent occupé à se renier chaque jour !

L’islam n’est, hélas, visible que sur un arrière-fond d’extrême violence et, en Occident, dans son refus affiché des valeurs européennes, comme on l’a vu dans le refus que nombre d’élèves d’ « origine étrangère » ont opposé à la minute de silence décrétée en hommage aux morts de l’hebdomadaire d’extrême-gauche Charlie Hebdo. Ce sont ces mêmes élèves qui pratiquent l’amalgame tant redouté des sociaux-démocrates en clamant leurs doutes sur la gravité de ce qui s’est passé à Paris : comment ne seraient-ils pas confortés dans cette logique par leurs parents, les imams, ou par le régime turc, souteneur de l’Etat islamique, et qui prétend voir l’origine du drame non seulement dans la « stigmatisation » dont ces pauvres musulmans seraient victimes mais aussi dans une action du Mossad ! N’est-ce pas eux, enfin, qui font de cette religion, qui vient de faire condamner un blogueur saoudien à recevoir mille coups de fouet, une étrangère absolue ?

L’orgasme républicain n’est qu’un moment, une courte rémission de la maladie française : les discours immigrationnistes et culpabilisateurs n’empêcheront pas que se dévoile la vérité sur la guerre civile en cours, malgré les éditorialistes qui ont fait assaut d’obscénité pour refuser tout amalgame entre l’islamisme et l’islam, certains se déclarant même prêts à bêler : « Nous sommes tous des musulmans ». On sait comment finissent les moutons sous le coutelas recourbé…

Les supporteurs du club de football de Bastia ont, eux, justement rappelé par une banderole, dans leurs tribunes, le rôle du Qatar dans le soutien au terrorisme islamiste. Cette intervention situationniste devrait se répandre, en France ; elle montre que l’idéologie multiculturelle est un des bras du capitalisme mondialisé, et donne raison à Houellebecq : beaucoup de choses se jouent dans les stades, et il n’est pas innocent que le Qatar ait acheté le PSG ni qu’il finance, dans les banlieues, des « projets » qui ne visent nullement à encourager, rassurons-nous, la lecture de la Chanson de Roland, de Voltaire ou de Philippe Muray – à quoi il est vrai que l’enseignement officiel a renoncé depuis longtemps.

Les médias découvrent avec des yeux de pintade effrayée que le Yemen est aussi un territoire islamiste. Pas d’amalgame, donc, mais le nombre des pays où règnent l’islamisme, le salafisme, le wahabisme, la charia, pour ne pas parler du chaos, commence à Lire la suite