Emeutes antijuives : sidération et hypocrisie de la République

Emeutes antijuives : sidération et hypocrisie de la République

Texte de G.Faye

Après les émeutes de guérilla urbaine de Barbès et de Sarcelles, au cours desquelles, aux scènes de pré-guerre civile, d’incendies, de pillages, de vandalisme, se sont ajoutées, pour la première fois au grand jour et de manière intense, des violences nommément antisémites, le pouvoir, avec une sidérante hypocrisie, fait semblant de découvrir une situation nouvelle. En réalité, cela fait longtemps que le feu couve, que tout le monde sait et se tait : la ”communauté” arabo-musulmane, entrainant à sa suite d’autres populations immigrées, notamment africaines et turques, développe un antisémitisme ouvert qui passe de plus en plus des paroles aux actes. Ce mouvement est, en outre, suivi par une extrême gauche (qui mord sur le PS et les syndicats) dont l’ ”antisionisme” est souvent un faux nez et qui renoue, hypocritement et de manière refoulée, avec l’antijudaïsme de gauche des XIXe et débuts du XXe siècle.

Analysons la situation : 1) Les habits neufs de l’antijudaïsme. 2) Antijudaïsme islamique structurel. 3) Une République dépassée par les événements. 4) Les résidus de l’antijudaïsme de droite. 5) Extrême-gauche et antisémitisme. 6) L’avenir est sombre mais ouvert.

Les habits neufs de l’antijudaïsme

Fait marquant : pour la première fois, depuis la dernière guerre, en France, le ”pays des Droits de l’homme”, on a assisté à ce qu’il faut appeler des pogroms, ou des débuts de pogroms. Des commerces juifs ont été dévastés et incendiés par des  jeunes arabo-musulmans, ces chéris intouchables, protégés, excusés, par une partie de la classe politique et de l’intelligentsia.  Sans les forces de l’ordre, des synagogues auraient été incendiées. Plus tard, dans un quartier de Paris où existe une forte communauté juive, des ”bandes ethniques” ont écumé les rues en se livrant à des menaces et des agressions, et ce en dehors de toute manifestation.

En Allemagne aussi, bien que beaucoup moins intensément qu’en France, des slogans directement antijuifs ont été remarqués lors des manifestations contre l’intervention israélienne à Gaza. Les auteurs en étaient, à côté de l’extrême-gauche pro palestinienne et de quelques néonazis folkloriques, des immigrés turcs. Pas étonnant depuis que le régime semi dictatorial d’Erdogan se rapproche en douceur de l’islamisme.

Élément notable : les débuts de pogroms et les scènes de guérilla urbaine précités n’ont donné lieu qu’à très peu d’interpellations et encore moins de condamnations lourdes. Pis encore : les manifestations, interdites, n’ont pas été dispersées dès leur début. Ce qui ruine toute l’autorité de l’État français. On a l’impression qu’à chaque émeute urbaine, sous n’importe quel prétexte, provoquée par la jeune population d’origine immigrée à majorité musulmane, la réponse policière et judiciaire est d’une (in)explicable faiblesse. En réalité, la ”République”, surtout depuis qu’elle est aux mains de l’État socialiste, tremble de peur devant les populations islamisées.

Comme je l’ai démontré dans mon essai La nouvelle Question juive (Éditions du Lore), l’antijudaisme (appelé aussi antisémitisme) repart de plus belle mais sur de nouvelles bases, à la fois arabo-musulmane et d’extrême gauche, sous le paravent de l’antisionisme. S’y agrège une frange minoritaire de ”l’extrême droite”, celle qui a suivi Dieudonné, ce dernier ayant obtenu du fait de ses spectacles antisémites une importante notoriété et une sympathie populaire, en dépit de son manque de talent.

Les manifestations contre l’action militaire israéliennes sont un prétexte. Le but est les Lire la suite

Fusillade meurtrière à Dunkerque (Maj le suspect interpellé en belgique)

L’homme soupçonné d’avoir tué lundi en fin d’après-midi un couple et leur fille de 40 ans, à Grande-Synthe, près de Dunkerque (Nord), a été interpellé dans la soirée en Belgique, a annoncé le procureur à l’AFP.

Le suspect, un quadragénaire français « qui serait l’ex-conjoint de la fille, a été interpellé par la police belge » après avoir « manifestement tenté de se donner la mort par absorption de médicaments » et a été hospitalisé, a indiqué Eric Fouard, procureur de la République de Dunkerque.

——–

 Fusillade meurtrière à Dunkerque

Un automobiliste a ouvert le feu sur une voiture lundi à Grande-Synthe, près de Dunkerque, tuant deux septuagénaires et leur fille.

Un automobiliste a ouvert le feu sur une voiture ce lundi en fin d’après-midi à Grande-Synthe, près de Dunkerque. Un septuagénaire et sa fille de 40 ans ont trouvé la mort sur le coup. L’épouse de la victime, grièvement blessée, a succombé à ses blessures quelques heures plus tard, à l’hôpital.

La fusillade a eu lieu sur la voie publique, devant la salle des fêtes municipale, l’Atrium, place du Marché à Grande-Synthe, en fin d’après-midi, a indiqué à l’AFP Eric Fouard, procureur de la République à Dunkerque. « De nombreux témoins présents sur place ont vu la scène de très près. Il y a même des photos de l’agresseur, un homme qui aurait été aperçu descendant de sa voiture et tirant sur l’autre véhicule », a quant à lui déclaré le maire (PS) de Grande-Synthe, Damien Carême, qui s’est dit « pantois devant un tel événement ».

Immigration : la police s’alarme de l’arrivée massive de clandestins

Rappel :

 Immigration : la police s’alarme de l’arrivée massive de clandestins

INFO LE FIGARO – Une réunion de crise s’est tenue à Nice à la suite d’une note confidentielle de la Police aux frontières alertant sur l’entrée en France, via la frontière italienne, d’un grand nombre d’illégaux érythréens.

La pression de l’immigration clandestine devient intenable à la frontière entre la France et l’Italie. C’est ce que révèle un document confidentiel dont Le Figaro a eu connaissance. Il émane de la direction zonale sud de la Police aux frontières (PAF). Il s’agit du «compte rendu» d’une «réunion exceptionnelle» qui s’est tenue, le 9 juillet dernier, à la préfecture des Alpes-Maritimes, «provoquée», est-il précisé, par le «phénomène migratoire érythréen». Le préfet des Alpes-Maritimes en personne, Adolphe Colrat, a présidé cette réunion. Elle rassemblait une trentaine d’agents de haut rang, dont des chefs de service de Menton, Nice, Marseille, Toulon, Avignon, et jusqu’aux Alpes-de-Haute-Provence. Des responsables locaux de la gendarmerie, des douanes et de la SNCF étaient également conviés.

Leur constat se veut clinique. Tout part d’un «état statistique des migrants par voie maritime en Italie»: «Entre le 1er janvier et le 30 juin 2014, 61.591 migrants irréguliers ont débarqué en Italie, ils n’étaient que 7913 pour la même période en 2013, et seulement 4301 pour les six premiers mois de l’année 2012. Les Érythréens représentent 31 % de ces migrants (18.282). Les Syriens arrivent en seconde position, avec 10.371 (17 %).»

La suite? «Ce sont les répercussions en France, et nous les vivons maintenant», explique un agent de la Police aux frontière de la zone sud. Le rapport du 9 juillet indique ainsi que «les migrants en provenance de la Corne de l’Afrique et du Soudan sont au nombre de 5757 au 30 juin 2014. Il s’agit principalement d’Érythréens (ou de personnes se déclarant érythréens), pour 5235 (d’entre eux), soit 91 % des personnes interpellées».

Un flux jamais vu depuis le printemps arabe

Le compte rendu, remonté jusqu’au cabinet du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, précise que «la pression migratoire sur la frontière avec l’Italie s’est accentuée à partir du début du mois d’avril 2014. 694 Érythréens étaient interpellés contre seulement 68 interpellations entre janvier et mars 2014. Les interpellations progressaient de + 165 % au mois de mai (1845) et encore de 43 % au mois de juin (2628). Au total, pour le premier Lire la suite

Poissy : la chaîne de pizzerias refuse de livrer dans les cités

Poissy : la chaîne de pizzerias refuse de livrer dans les cités
A la suite d’incidents répétés, Domino’s Pizza a décidé de ne plus se rendre dans les quartiers sensibles. Trop dangereux pour son personnel.
4044989_11-1-307592193

La consigne est affichée ostensiblement sur le comptoir de la boutique. Place Racine, avenue de la Coudraie, avenue de Beauregard… Ces lieux ne font plus partie du périmètre de livraison de Domino’s Pizza situé en plein centre-ville de Poissy. Neuf adresses très précises sont ainsi estampillées « hors livraison »*. Non pas pour des raisons de distance, mais de sécurité du personnel.

« Nous avons établi cette liste depuis l’ouverture de la pizzeria, en mars 2012, à la suite de problèmes rencontrés par nos livreurs », explique le gérant remplaçant de la franchise.

Le dernier incident en date s’est déroulé il y a quelques mois, avenue du Maréchal-Lyautey, où une personne a tenté de voler le scooter alors que le livreur livrait la pizza. Rue Aigremont, plus question de vol, mais de scooter brûlé. « Et, à la Coudraie, nous avons eu notre livreur qui ne pouvait plus sortir des immeubles et personne n’a voulu lui ouvrir », poursuit le responsable.

Si cette décision est une mesure de sécurité, pour certains habitants, elle reste intolérable. « Quand on a un commerce, on doit livrer sans discrimination, s’exclame Mohamed Ragoubi, porte-parole du collectif des habitants de la Coudraie, cité située dans les hauts de Poissy. Les habitants Lire la suite

Reportage: “N’allez pas à Sarcelles…”


Reportage. Théâtre d’émeutes antisémites le 20 juillet, la ville du Val-d’Oise est une mosaïque explosive de communautés et de gangs rivaux, bien loin des clichés lénifiants sur le “vivre-ensemble”.

« N’allez pas à Sarcelles en ce moment, c’est vraiment dangereux. Plusieurs de vos confrères ont été agressés et dépouillés… » Le conseil, émanant d’une source policière, se veut amical. La veille, la préfecture du Val-d’Oise a rejeté notre demande d’accompagner les forces de l’ordre sur le terrain et refusé de communiquer la moindre information sur la situation locale. Parallèlement, ni le maire de Sarcelles, François Pupponi, ni ses adjoints n’ont donné suite à nos questions.

(…)

Dans ce village gaulois vivent les derniers Français de souche de la ville, ainsi qu’une bonne partie des 6 000 membres de la puissante communauté assyro-chaldéenne. Pratiquement personne n’accepte de témoigner à visage découvert.

Un commerçant explique : « On développe une mentalité d’assiégés. Les plus aisés déménagent loin d’ici ou dans les communes moins exposées du département. Mais les maisons achetées il y a quarante ans ont perdu de leur valeur, il est difficile de les vendre. Ceux qui sont contraints de rester développent des stratégies de contournement. On met ses enfants dans les meilleures écoles privées, quitte à se sacrifier pour le reste. On leur achète des scooters pour éviter les agressions dans les transports en commun. On fait ses courses dans les supermarchés des zones industrielles, moins fréquentés par la racaille. Il faut équiper ses maisons de système d’alarme, ne pas laisser une fenêtre ouverte, éviter les départs en vacances. »

Marie, Sarcelloise de 45 ans, est furieuse contre les journalistes qui ont présenté les violences comme une simple anomalie venue perturber une société multiraciale de bon aloi : « Le “vivre-ensemble” brandi par les médias est ridicule. Les personnes qui ont des amis dans les autres communautés sont rares. La vérité, c’est qu’on vit chacun dans son coin, en essayant de ne pas se croiser. Tant que ça marche, on évite les ennuis. »

Natif de “Little Jérusalem”, le quartier juif de Sarcelles, David Benzakoun, 38 ans, juriste, note une profonde dégradation des rapports entre les communautés : « Nous avons grandi ensemble, dans les mêmes écoles. Tout le monde se traitait de “sale feuj” [juif, NDLR], “négro”, “face de craie” ou “sale Arabe”, mais c’était pour rire. Le climat a changé avec la seconde Intifada, en 2000. J’en connais, ici, qui n’osent plus mettre leur kippa pour aller en centre-ville. Aujourd’hui, quand une bombe explose à Gaza, les éclats retombent à Sarcelles. »

 

Lire la suite sur Valeurs Actuelles

Roubaix (59) : un père de famille égorgé pour avoir réclamé moins de bruit

Âgé de 27 ans, il a réclamé la nuit dernière peu avant 4h00 moins de bruit à deux individus, dont l’un lui a asséné un coup de couteau à la gorge. La victime est décédée lors de son transport à l’hôpital.

La police confirme cette information de La Voix du Nord, un père de famille de 27 ans, est décédé la nuit dernière après avoir réclamé à deux individus de faire moins de tapage nocturne. Selon le quotidien en ligne, qui cite des voisins témoins : les deux individus, ivres, faisaient du gymkhana avec une voiture qu’ils incendieront par la suite. La victime se serait adressée à eux depuis sa fenêtre pour leur demander de faire moins de bruit.

N’acceptant pas d’être rappelés à l’ordre, ils se seraient introduits dans l’immeuble, commençant à frapper à toutes les portes. La victime, n’acceptant de nouveau ce raffut est sortie pour les raisonner.

La femme de la victime a eu le temps d’appeler les secours mais son mari est décédé lors de son transport au CHR de Lille. Aucune interpellation n’a eu lieu pour le moment selon la police. La PJ de Lille a été chargée de l’enquête. Le jeune père de famille avait 27 ans et trois enfants de 4 ans, 3 ans et 4 mois.

Source

Châlons-en-Champagne : Après les tensions, communautarisme à la piscine

Châlons-en-Champagne : Après les tensions, communautarisme à la piscine.
L’ambiance tendue pour le personnel s’est aggravée dans deux des trois piscines de l’agglomération où des demandes singulières viennent d’être formulées.

Alors que l’agent de sécurité, blessé voici une semaine, risque de garder d’importantes séquelles au niveau de l’œil, la tension entre certains usagers et le personnel de la piscine Régis-Fermier ne s’est pas atténuée (L’union de mercredi). Elle est même montée d’un cran en fin de semaine sur un tout autre registre.
Jeudi, dans l’après-midi, une requête particulière a été formulée à la direction de la piscine mengeotte. Pour que les incivilités ne s’y produisent plus, « un homme, qui s’est annoncé comme le représentant des jeunes qui posent problème » selon la direction de Régis-Fermier a demandé s’il était possible de réaliser quelques entorses au règlement.

En clair, qu’on laisse les jeunes qui le demandent entrer en short. « Selon lui, les tensions pourraient disparaître s’il y avait un assouplissement des règles pour certains mais également si l’un des agents de sécurité pouvait être remplacé par un représentant de la communauté maghrébine choisi par eux-mêmes », s’étonne la responsable de Régis-Fermier.

Loi de 2010

Toujours selon le personnel, il a aussi été demandé de réfléchir à laisser entrer des mères de famille en robe, c’est-à-dire en djellaba, au bord du bassin… La motivation : avec le règlement, des musulmans sont exclus des piscines. Une exception sur le voile a également été formulée. « Là c’est la loi de 2010 interdisant tout signe religieux dans les lieux publics que nous avons dû rappeler », tranche la directrice générale adjointe de la communauté d’agglomération de Châlons. « Ce n’est pas la première fois que des demandes de ce genre sont formulées. Ce qui nous a choqués, c’est que face à notre refus, des menaces ont été lancées, du chantage a été tenté. En clair, il ne faudra pas s’étonner si les tensions montent avec les jeunes dans les piscines… »

Pour elle, il est évident que le règlement reste le même pour tous. « C’est une question de Lire la suite

Irak. La ville de Sinjar aux mains des djihadistes. Exode de 200 000 personnes

La prise de Sinjar par les djihadistes de l’EI a jeté sur les routes jusqu’à 200 000 personnes. Les insurgés se sont emparés en même temps de deux champs de pétrole ayant une production totale de 20 000 barils par jour, Ain Zalah et Batma, et d’une petite centrale électrique. L’ONU évoque «une tragédie humanitaire».

Des djihadistes de l’État islamique (EI) se sont emparés dimanche de la ville irakienne de Sinjar, jetant sur les routes jusqu’à 200 000 personnes, selon l’ONU, et infligeant aux forces kurdes leur deuxième revers en deux jours. La prise de Sinjar, à 50 kilomètres de la frontière syrienne, constitue une nouvelle victoire pour les djihadistes qui ont proclamé fin juin un « califat » à cheval sur l’Irak et la Syrie, après s’être emparés d’importants pans de territoires. Elle provoque une vive inquiétude quant au sort des minorités que la ville abrite. […]

Située entre la frontière syrienne et Mossoul, Sinjar comptait 310 000 habitants, mais Lire la suite

Villepinte : le bus essuie un tir, une passagère légèrement blessée

Villepinte : le bus essuie un tir, une passagère légèrement blessée

La ligne de bus 615 qui relie Villepinte à Bobigny (Seine-Saint-Denis) a été interrompue dimanche après-midi. Les conducteurs ont décidé de cesser le trafic, l’un des bus de la ligne ayant été atteint par un tir.

Vers 15 h 30, en gare de Villepinte, un projectile a en effet percuté l’une des vitres du véhicule, les éclats de verre ont blessé légèrement une des passagères à la .

La femme blessée, enceinte de 4 mois, qui a reçu des éclats de verre au niveau du crâne a immédiatement été conduite à l’hôpital où elle a été prise en charge. Ses jours et ceux de l’enfant à naître ne sont pas en danger.

 

La police scientifique cherche à savoir d’où provenait le projectile et de quel type d’arme il s’agissait. Les enquêteurs recherchent le tireur. Le trafic devait reprendre normalement aujourd’hui sur cette ligne gérée par Transdev.

LeParisien.fr

Un soldat tunisien tué par des islamistes

On dit Merci Sarko.

Des combattants islamistes ont tenté de s’emparer dimanche matin la base militaire de Sbeïtla en Tunisie, tuant un soldat, a annoncé le gouvernement tunisien.

Depuis avril, des militaires ont été déployés en grand nombre dans la région des monts Chaambi, frontalière de l’Algérie, où ont trouvé refuge les combattants qui ont fui l’an dernier l’intervention française au Mali. Une quinzaine de militaires tunisiens ont été tués dans des attaques de barrages dans le secteur.

« Un groupe de terroristes armés a tenté de prendre d’assaut une base militaire. Des unités de l’armée et des forces de sécurité les ont combattus », lit-on dans un communiqué des ministères de la Défense et de l’Intérieur. Un soldat a été tué et un civil blessé, précise le communiqué. Selon la radio d’Etat, les islamistes ont également attaqué le commissariat de Sbeïtla.

Face à l’instabilité qui règne chez ses deux voisins libyen et malien, la Tunisie, déjà en lutte avec ses propres islamistes et notamment à ceux d’Ansar al Charia, tente d’endiguer l’arrivée sur son sol d’un afflux d’armes et de combattants étrangers.

Libye : le bilan BHL / Sarkozy

C’était il y a trois ans ; autant dire hier pour les médias français, mais une éternité pour le peuple libyen. Le début des « Printemps arabes », l’armée française, bras armé de la démocratie à Tripoli, Kadhafi le monstre et Sarkozy le sauveur. Bon, certaines mauvaises langues prétendent que le premier aurait un peu financé le second à l’occasion de sa campagne présidentielle de 2007. Ce que les gens peuvent être méchants…

Director Levy and cast members pose during a photocall for the film Le Serment de Tobrouk at the 65th Cannes Film Festival

Aujourd’hui ? Aujourd’hui le chaos. À en croire l’agence Reuters : « En raison de l’insécurité à Tripoli, l’ambassade américaine a été évacuée ce samedi. 70 diplomates ont été transférés en Tunisie. Pour les habitants de Tripoli, cette situation de guerre replonge la ville à l’été 2011 lorsque les insurgés anti-Kadhafi avaient repris la capitale. “On manque de fioul, depuis une semaine. Il y a une pénurie d’eau. Il n’y a plus d’eau dans les robinets. […] La différence avec 2011, c’est qu’on était sûrs qu’on n’allait pas avoir un canon sur la tête”, rapporte un habitant. »

Dans le même temps, selon Le Parisien : « Plus de cent morts en deux semaines d’affrontement, des combats qui s’intensifient près de Tripoli et à Benghazi. […] La Libye est entrée dans un conflit d’autant plus menaçant qu’il présente des dimensions multiples, mélangeant facteurs locaux et internationaux. »

Il est donc un peu loin, le temps où Bernard-Henri Lévy posait devant les photographes, lors du Festival de Cannes, flanqué de deux « démocrates » libyens d’opérette, affublés de lunettes noires et de keffiehs, façon Dupond et Dupont dans les aventures de Tintin au pays de l’or noir. Même silence radio chez les protagonistes de l’époque, cette Lire la suite

Un djihadiste franco-marocain arrêté à l’aéroport de Roissy

Un djihadiste franco-marocain a été interpellé à l’aéroport de Paris Roissy-Charles-de-Gaulle et placé en garde à vue, a annoncé samedi soir le ministère de l’Intérieur. L’homme était en provenance d’Istanbul après avoir été expulsé par les autorités turques.

Il a été interpellé à son arrivée en France par des policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) dans le cadre d’une enquête préliminaire pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes », a ajouté le ministère dans un communiqué.

Selon une source policière, le djihadiste présumé, né à Arles, dans le sud de la France, est âgé de 37 ans. Il a été placé en garde à vue dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Les faits exacts qui lui sont reprochés n’ont pas été précisés ni par cette source ni par le ministère, qui rappelle néanmoins que la Turquie « constitue la principale voie de transit des candidats au jihad, vers la Syrie ou l’Irak ».

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui salue dans un communiqué un « nouveau Lire la suite

Des œuvres de l’Élysée retrouvées en vente sur eBay

Des œuvres de l’Élysée retrouvées en vente sur eBay

Comment voulez-vous qu’ils vous protègent, ils ne sont même pas capables de faire attention au mobilier chargé d’histoire de l’Élysée ?!

salon-pompadour-2

On savait, depuis les révélations de Mediapart, que le mobilier de la République pouvait, parfois, subir les attaques de chiens présidentiels. On sait également aujourd’hui que certaines œuvres du Mobilier national, l’institution chargée de meubler les bâtiments officiels de la République, sont tout bonnement perdues… enfin peut-être pas pour tout le monde.

Ce vendredi 1er août, Le Figaro nous apprend que certains objets ont été mis en vente sur Internet. Voici ce qu’écrit le quotidien :

De son côté, le ministère de l’Intérieur a repéré, sur eBay, des objets de la manufacture de Sèvres, issus de l’Élysée : un attaché militaire, en poste dans les années 1950, avait pris l’habitude de les offrir. Cinquante ans plus tard, des assiettes ont donc refait surface.

Selon le rapport annuel de la Cour des comptes, 32 œuvres des musées nationaux et 625 meubles du Mobilier national sont considérés comme « non vus », après les derniers inventaires effectués à l’Élysée entre 2007 et 2009.

Du coup, « sous la pression du ministère de la Culture, des plaintes sont désormais Lire la suite