Le FN tient Valls pour responsable des agressions subies par ses candidats

Le siège du Front national, à Nanterre.

Contre la stigmatisation de Manuel Valls et ses invectives, le Front national a trouvé une riposte: accuser le premier ministre d’être responsable des agressions dont seraient victimes les candidats en campagne. Si le FN ne recense pas précisément tous les actes, et si la corrélation entre l’appartenance au FN et l’agression difficilement se vérifier, Nicolas Bay, secrétaire général du parti, veut croire que la recrudescence des actes augmente à mesure que le premier ministre concentre ses attaques. «Il a instauré un climat d’agressivité, les militants d’extrême-gauche se sont libérés, depuis qu’il est entré en campagne contre nous les actes d’agression se sont multipliés», assure-t-il au Scan.

La première agression dont le parti de Marine Le Pen s’est ému s’est déroulée le 3 mars, à Savigny Le Temple, en Seine-et-Marne. Pendant que le candidat FN Romain Lamalle-Gauthe collait des affiches, il aurait été pris à partie «par un voyou se réclamant du Parti socialiste», selon un communiqué du FN intitulé «la racaille suit les conseils de la classe politique». «’Seul le PS et l’UMP peuvent coller des affiches et certainement pas le FN’, a-t-il hurlé. Ensuite cette racaille a attrapé le candidat à la gorge en répétant ‘je vais te tuer, je te jure, tu vas mourir’ et l’a frappé violemment plusieurs fois. Romain Lamalle-Gauthe s’est vu délivrer plusieurs jours d’incapacité», dénonce le parti d’extrême-droite. Le délit sera jugé en octobre. «Les appels à la haine et à la violence contre le Front National se multiplient de la part des plus hauts responsables politiques et évidemment portent leurs fruits», accuse alors le FN, bien que Manuel Valls ne soir alors pas encore entré en campagne.

Quelques jours plus tard, le 16 mars, un candidat à Saint-Junien (Limousin) dit avoir été agressé avec quatre autres militants alors qu’ils collaient des affiches pour le FN. Le journal local Le Populaire du Centre, qui se fait écho de l’affaire, indique que des personnes les auraient «bousculés». La brigade anti-criminalité serait intervenue, sans pouvoir interpeller les auteurs, poursuit le média. Le FN souhaiterait déposer plainte.

À Sartrouville (78), c’est une remplaçante de candidats FN âgée de 83 ans, Marie-Françoise Lire la suite

Le PS remporte deux cantons grâce à des binômes UMP et UDI qui n’ont pas déposé leurs candidatures en préfecture

Le Parti socialiste vient déjà de remporter deux cantons, avant même que les électeurs ne se déplacent pour voter au second tour des départementales. Le binôme PS Arnaud Boulesteix – Isabelle Briquet dans le canton de Limoges-5, et celui Union de la gauche Gulsen Yilidrim – Gilles Begout dans le canton de Limoges-9 n’auront en effet pas d’adversaires dimanche 29 mars.

La faute à leurs concurrents UMP et UDI. Comme le rapporte Le Populaire, le binôme UMP dans le canton de Limoges-5 et le binôme UDI dans le canton de Limoges-9 ont oublié de déposer leurs candidatures en préfecture avant la date limite, à savoir mardi 24 mars à 16h.

Le binôme UMP, composé de Mamadou Touré et – Christine Suberbielle n’a pas pu déposer sa Lire la suite

Deux candidats UMP se désistent au profit du FN dans le Vaucluse

On va finir par croire que Nicolas Sarkozy n’a aucune autorité au sein de l’UMP. Après la Gironde et le Gard où les candidats et élus UMP ont appeler à voter PS, ce sont désormais deux candidats UMP qui refusent de voir la Gauche l’emporter :

« Arrivés en troisième position au premier tour des élections départementales dans le Vaucluse, le candidat François Pantagène (UMP) et son binôme Michèle Sorbier (UMP) ont décidé d’ignorer les règles arrêtées par l’UMP en se désistant au second tour pour permettre au binôme du FN d’avoir les plus grandes chances de l’emporter. »

Valeurs Actuelles précise que ce désistement de candidats de l’UMP au profit du Front national est le seul recensé jusqu’à aujourd’hui. Pour le moment…

Canton de Bollène : le binôme FN se retire au profit de la Ligue du Sud, pour faire barrage à la gauche

communiqué du FN du vaucluse

En concertation avec nos candidats Georges Michel et Jeanne Yvan et avec l’autorisation du bureau exécutif, je vous annonce le retrait de nos candidats FN qualifiés au deuxième tour sur le canton de Bollène. Je tiens à faire savoir, qu’au lendemain du premier tour, j’ai contacté le président de la Ligue du Sud en vue d’établir un accord équitable. Cette initiative consistant à obtenir des désistements respectifs de nos candidats à Bollène et des leurs à Orange où nous sommes arrivés en première position. Une fois de plus, je me vis opposer un refus et reçu la proposition aberrante du retrait de nos deux binômes en échange de l’apparentement des élus LDS au groupe FN. Nos candidats étant arrivés en tête à Orange, cette proposition était totalement injustifiable auprès des électeurs qui nous ont fait confiance. Comme aux sénatoriales, ce micro-parti empêche toute négociation raisonnable.

Manifestement dépourvu de stratégie, la Ligue du Sud préfère s’enfermer dans une solitude coupable, mue par les règlements de compte personnels en favorisant ainsi la gauche au détriment des idées patriotes pourtant majoritaires chez les Vauclusiens. Après mûre réflexion et refusant de voir le scénario des sénatoriales se reproduire, j’ai pris la décision de demander, malgré tout, le retrait des candidats de Bollène afin de ne pas prendre le risque de voir l’élection d’un élu de la majorité PS sortante. J’espère que nos électeurs de Bollène comprendront ce choix et y verront la volonté de servir l’intérêt général plutôt que les revanches politiciennes.

Je souhaite également qu’en cas d’élection du binôme de la Ligue du Sud à Bollène, ce Lire la suite

Nicolas Sarkozy : « Il faut attaquer le FN brutalement, question de vie ou de mort »

Nicolas Sarkozy a affirmé mardi devant le groupe UMP à l’Assemblée qu’il fallait « attaquer le FN brutalement, frontalement », que c’était « une question de vie ou de mort » pour son parti, ont indiqué plusieurs députés de cette formation à l’AFP.

sarkozy-argent-qatar

« Il n’y aura aucune alliance avec le FN. Tout candidat qui se risquerait à une alliance serait instantanément exclu de l’UMP », a réaffirmé le président de l’UMP, ajoutant, à cinq jours du second tour des élections départementales, qu’il « n’y aurait pas l’ombre de l’ombre d’une hésitation ».

M. Sarkozy a également affirmé qu’il y avait « une poussée du FN en zone péri-urbaine et en zone rurale », ont rapporté les mêmes sources.

« Dans certains départements, le FN a fait des scores extravagants. Xavier Bertrand pourrait mieux en parler que moi dans l’Aisne », a-t-il ajouté.

Il y voit « plusieurs raisons: dans certains territoires, c’est sociologique. Dans d’autres, cela concerne plus particulièrement les zones frontalières. Enfin dans d’autres, nous payons nos haines internes et nos divisions ».

« Nous ne pourrons pas continuer à avancer sans donner de solution pour les zones Lire la suite

Les autorités craignent l’après-Charlie dans les «quartiers sensibles»

Dans une note confidentielle, le service central de renseignement territorial observe un repli communautaire plus marqué depuis les attaques contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher.

La note, datée du 4 mars, sonde «l’ambiance générale dans les quartiers sensibles». À diffusion restreinte, le document révélé par Le Parisien émane du Service central de renseignement territorial (SCRT). Les auteurs du rapport font part d’un certain repli communautaire dans les «quartiers sensibles» au cours de six premières semaines de 2015, marquées par les sanglantes attaques contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher. Cette note, qui n’englobe pas Paris et sa petite couronne, souligne néanmoins qu’aucun incident violent significatif n’ont été relevé à cette date.

«Les signes d’un communautarisme identitaire et religieux s’affichent de façon plus évidente dans les zones sensibles de l’ensemble du territoire nationale, souligne les auteurs du document cité dans Le Parisien. Les attentats perpétrés en début d’année ont joué un rôle de révélateur de la dérive d’une partie de la jeunesse dans les quartiers, qui trouve dans une version dévoyée de la religion une façon d’affirmer sa haine des institutions.»

Ainsi, pour appuyer leurs constatations, le SCRT souligne la faible représentation de la communauté musulmane à Marseille dans le mouvement d’émoi qui a suivi les attaques. Les fonctionnaires de police notent même «une poussée du courant salafistes» dans certaines régions comme le Var.

Le SCRT a récemment ressuscité les anciennes missions des Renseignements généraux, dissous Lire la suite

Zone euro : 2017 sera une année catastrophique (Natixis)

Dans une étude publiée le 17 mars dernier, le groupe bancaire, né de la fusion des groupes Caisse d’Épargne et Banque populaire, fait part de son pessimisme à moyen terme. Le pôle de recherche économique de Natixis craint en effet que plusieurs facteurs qui se cumulent conduisent à ce que 2017 soit une très mauvaise année pour la zone euro.

• Le rééquilibrage du marché du pétrole après la baisse du prix du pétrole en 2014 devrait conduire à une remontée de ce prix, d’où une perte de demande et de croissance, et le retour de l’inflation à un niveau voisin de l’objectif de la BCE

• La BCE devrait donc arrêter le Quantitative Easing, d’où remontée des taux d’intérêt à long terme, normalisation des primes de risque, ré-appréciation de l’euro; en conséquence des difficultés pour les investisseurs (qui ont accumulé des actifs avec des rendements et des primes de risque faibles); des difficultés pour les emprunteurs publics et privés, un recul de la demande;

• Dans certains pays (France, Espagne, Italie), la nécessité de réaliser un ajustement budgétaire important dans un environnement plus défavorable: croissance plus faible, taux d’intérêt plus élevés.
Tous les facteurs qui soutiennent la croissance en 2015 – 2016 (baisse du prix du pétrole, dépréciation de l’euro, taux d’intérêt nuls, report de l’ajustement budgétaire) s’inversent donc, d’où une croissance qui, au lieu d’être nettement supérieure à la croissance potentielle comme en 2015 – 2016, devient en 2017 inférieure à la croissance potentielle.

Celle-ci ne semble pas de plus devoir devenir plus forte, avec la poursuite du sous-investissement des entreprises.

La croissance de la zone euro devrait être assez bonne en 2015-2016 (graphique 1) grâce à un ensemble important de facteurs favorables:

• la baisse du prix du pétrole et du coût de l’énergie importée (graphique 2);

• la dépréciation de l’euro (graphique 3);

• le niveau très bas des taux d’intérêt (graphiques 4a – 4b);

• le report dans le temps de la correction des déficits publics dans certains pays (France, Italie, graphique 5).

Malheureusement, nous pensons que, avec l’inversion de ces tendances, l’année 2017 devrait être une mauvaise année pour la zone euro.

1) Remontée du prix du pétrole Lire la suite

Pour Sarkozy, rien en commun entre le FN et l’UMP : et le patriotisme ?

Après 10 ans d’un pouvoir improductif et décevant de la droite, et trois ans de gestion calamiteuse de la gauche, on souhaiterait que les débats qui animent leur vie politique se situent à un autre niveau que celui du cochon dans les assiettes ou du tchador à l’université.

sarkozy

Les résultats du 1er tour des élections départementales ont un peu surpris les sondeurs et les commentateurs. Le tout est de savoir ce qui est vraiment surprenant. L’abstention a été moins forte que prévu. Deux raisons l’expliquent en grande partie. D’abord, la comparaison avec les dernières élections cantonales était faussée. Celles-ci, comme d’habitude, ne concernaient qu’un canton sur deux et subissaient le sort des partielles. Cette fois, le scrutin touchait pratiquement tout le territoire.

Ensuite, la campagne a été nationale dans le fond et la forme et a bénéficié d’une couverture médiatique importante. La participation était de 45 % en 2011. Elle est de cinq points supérieure cette année, mais elle était de 65 % en 2008. Le décalage par rapport aux prévisions n’a donc rien de rassurant. Un électeur sur deux a considéré que ce scrutin ne l’intéressait pas. Le divorce entre une bonne partie du peuple et la caste politique se confirme.
La seconde surprise vient de la place respective du Front national et de l’UMP, alliée à l’UDI et au MoDem. Avec plus de 25 % des voix, le premier annoncé arrive derrière, avec un retard de cinq à six points. C’est là encore une fausse surprise. Les élections locales reposent sur des implantations locales plus fortes pour l’UMP-UDI. La gauche fait moins mal qu’attendu pour la même raison. Le FN a un déficit considérable dans ce domaine. Sa progression de 10 points depuis 2011 est donc remarquable et il bénéficie déjà du résultat des élections municipales : on le voit du nord au sud.
Lire aussi : La branlée du siècle (petit éloge du populisme) !

Le FN est premier dans 43 départements, se maintient dans 1.100 cantons et voit huit de ses candidats élus. Dans cette élection qui lui était la plus défavorable, ses résultats supérieurs à ceux des européennes, les plus favorables en raison de leur nature de vote proportionnel défouloir, sont le fait objectivement le plus nouveau. Il reste que l’absence fréquente de personnalités connues, la mobilisation supérieure ont favorisé les partis de Lire la suite

Ain : un candidat EELV suspendu pour avoir appelé à faire barrage à la droite et non au FN

Éliminé dès le premier tour, Jean-Claude Boucher a préfère apporter son soutien au FN qu’à la droite locale. Il a été suspendu du parti en attendant une probable exclusion définitive.

Contacté par le journal local, l’homme insiste: «Je ne dis pas de voter Front national. Mais j’appelle les électeurs à battre M. Billoudet par tous les moyens».

Le positionnement a de quoi surprendre. Jean-Claude Boucher, candidat écologiste aux élections départementales dans le canton de Replonges (Ain) a obtenu, dimanche, 6,09% des voix. Trop peu pour rejoindre au second tour le duel FN-divers droite.

En suivant les consignes de vote dictées par la direction d’Europe-Ecologie-Les Verts, Jean-Claude Boucher aurait dû appeler à voter, au nom du «front républicain», pour le binôme divers droite (24,91%). Mais dans un communiqué, le feu candidat a préféré appeler à faire battre le binôme divers droite Lire la suite

Un site propose 5 euros aux électeurs FN : Marine Le Pen porte plainte

Lu sur fdesouche

Un site Internet propose depuis dimanche soir de donner 5 euros aux électeurs FN qui se prendront en photo au second tour dans l’isoloir avec leur bulletin de vote.

En faisant cela, toute personne qui pourrait être identifiée, s’expose à des poursuites. Afin d’empêcher les électeurs du FN de se mettre en contradiction avec la loi, le parti de Marine Le Pen a décidé de porter plainte.

Le site internet votefnetgagne5euros.com s’adresse aux électeurs FN tentés de gagner 5 euros : « prends une photo de ton vote dans l’isoloir, Front national/Rassemblement Bleu Marine le 29 mars, vote et reçois 5 euros sur Paypal ».

En réalité, il n’est pas possible de gagner 5 euros en votant FN, car la pratique est illégale. Le code électoral interdit fermement de promettre quelque contrepartie que ce soit contre un vote. Par ailleurs, il est interdit de faire quoique ce soit qui puisse influencer le vote et la peine encourue peut aller jusqu’à deux ans de prison.

L’article L 106 qui édicte ces règles est clair : « Quiconque, par des dons ou libéralités en argent ou en nature, par des promesses de libéralités, de faveurs, d’emplois publics ou privés ou d’autres avantages particuliers, faits en vue d’influencer le vote d’un ou de plusieurs électeurs aura obtenu ou tenté d’obtenir leur suffrage, soit directement, soit par l’entremise d’un tiers, quiconque, par les mêmes moyens, aura déterminé ou tenté de déterminer un ou plusieurs d’entre eux à s’abstenir, sera puni de deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 15 000 euros. Seront punis des mêmes peines ceux qui auront agréé ou sollicité les mêmes dons, libéralités ou promesses. »

Sollicité pour réagir sur le sujet par de nombreux internautes, le FN a communiqué sur Twitter :

Nos confrères de L’express qui ont tenté de s’inscrire, affirment quant à eux, ne pas avoir reçu de mail de confirmation de leur inscription.

Source

Villeurbanne : il frappe sa sœur car elle portait des jupes

Il n’appréciait visiblement pas du tout ses tenues vestimentaires. Ce vendredi après-midi à 15 heures, un jeune homme de 17 ans a été interpellé par la police rue Henri-Legay, à Villeurbanne. Selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône, l’adolescent s’en était violemment pris, la veille, à sa petite sœur, âgée de 12 ans seulement.

Deux jours d’ITT

En effet, jeudi, le mineur aurait frappé sa sœur car cette dernière portait des jupes. La victime s’est vue prescrire deux jours d’ITT. L’ado a été présenté au parquet ce dimanche avait d’être laissé libre. Une information judiciaire a toutefois été ouverte.

Source