Presque 100.000 emplois détruits en France l’an dernie

Selon les chiffres définitifs publiés par l’Insee, en 2012, 99.500 emplois salariés ont été détruits dans le secteur marchand en 2012, soit la pire année depuis 2009. Industrie, construction et même services sont touchés.

C’est encore pire que prévu. Sur l’année 2012, le nombre d’emplois salariés dans les secteurs marchands a reculé de 99.500, un repli de 0,6% par rapport à 2011, selon les chiffres définitifs publiés par l’Insee. L’estimation provisoire ne faisait état «que» de 66.800 destructions de postes. L’année 2012 sonne ainsi comme une année particulièrement sombre sur le front de l’emploi, la pire depuis 2009 où près de 263.000 postes avaient été supprimés.

Sur le seul dernier trimestre, la destruction d’emplois salariés atteint 44.600, rythme comparable à celui du troisième trimestre où 46.000 postes avaient disparu.

Marine Le Pen défend le jambon face au fondamentalisme islamique (vidéo)

La chef du FN a fustigé Air France qui aurait banni le porc de ses plateaux repas, ou encore des associations humanitaires qui refuseraient des dons.

Sur i>Télé, l’eurodéputée a jugé que le « risque terroriste n’est pas sous contrôle tant que tous ces intégristes ne sont pas en prison ou expulsés ». Pour elle, loin d’incarner la fermeté, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls fait « comme Sarkozy » : « Quand les lumières se braquent, on en expulse un ou deux. » « Mais je ne suis pas sûre qu’il y ait une vision et un plan global pour maîtriser le fondamentalisme islamique », a-t-elle ajouté.

« Soumission aux revendications »

Selon elle, « la société française recule, les dirigeants français reculent face aux réclamations » de ce « fondamentalisme ».

« Lorsque l’on voit que notre compagnie Air France n’a plus de porc dans ses plateaux repas, que les cantines scolaires de plus en plus ne présentent pas de porc dans les repas, que les cantines de l’administration font de même, que des associations humanitaires comme Restaurants du coeur et Secours catholique refusent les dons de produits qui contiennent du porc, est-ce que là, on ne se soumet pas aux revendications des plus extrémistes ? », a demandé la dirigeante d’extrême droite.

(…) « On vit où, là ? On n’est pas en Arabie saoudite, on n’est pas au Qatar, on est en France ! », a-t-elle protesté. « L’intégrisme islamique, il ne pousse pas dans les champs en Bretagne », avait-elle auparavant répondu à une question sur les liens qu’elle a établis entre terrorisme et immigration.

Le Point

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Alger : Claude Bartolone rend hommage aux morts du FLN (vidéo)

Claude Bartolone a rendu hommage à la dictature militaro-socialiste d’Algérie et aux assassins du FLN. Le président de l’assemblée nationale oublie les milliers de disparus, de torturés et de morts français qui ont subi les conséquences de la collaboration entre la gauche française et les terroristes de l’indépendance Algérienne. Au PS c’est Collabo un jour, Collabo toujours.

Je veux d’abord m’adresser à vous, chers compatriotes qui avez fait le choix de rester en Algérie au moment de l’indépendance ou qui y êtes venus par solidarité alors que la République algérienne venait de naître. Vous avez traversé des moments difficiles pendant les années noires, mais vous n’avez jamais abandonné cette terre, soutenus par une population algérienne qui vous a protégés.

Jean-Jacques Jordi: je n’hésite plus à parler d’épuration ethnique

Mort d’Hugo Chavez, quelques réalités derrière la légende

Hugo Chavez vient de mourir. Les chefs d’Etat ainsi que les politiques semblent unanimes pour rendre hommage au « grand homme » et au « grand révolutionnaire ». Les hommages rendus traversent les clivages de l’extrême gauche (Jean-Luc Mélenchon : « Ce qu’il est ne meurt jamais ») à la droite nationale (Florian Philippot : « Chavez, c’était d’abord une volonté, un courage, à l’intérieur comme à l’extérieur de son pays »).

Mais derrière la légende et l’hagiographie, nous avons voulu en savoir un peu plus sur la réalité de la situation politique et économique du Vénézuela en posant quelques questions à Michaël Rabier, journaliste, correspondant en Colombie et au Venezuela. Chercheur à l’Institut Hannah-Arendt de l’université de Paris-Est Marne-La-Vallée. Avec Stephen Launay, il est l’auteur de « La révolution sans la révolution, Hugo Chávez et le socialisme du XXIème siècle », à paraître aux éditions Vendémiaire.

Hugo Chavez est devenu l’icône à la fois de l’altermondialisme de gauche et de l’antimondialisme de droite. A l’heure du bilan cette sanctification posthume est-elle justifiée ?
Je comprends bien pourquoi Chávez est devenu l’icône d’une certaine gauche, anticapitaliste et antilibérale, dans la mesure où il a fait sa carrière politique sur le renouvellement du mythe du « bon révolutionnaire » pour reprendre l’expression du regretté journaliste vénézuélien Carlos Rangel. En ce sens, il s’inscrit dans la « tradition » révolutionnaire, marxiste et tiers-mondiste, supposément typiquement latino-américaine, mais en réalité forgée par la mauvaise conscience des Européens, image sulpicienne dans sa version exotique – mais fausse, voire méprisante. Du côté de la droite nationale, mis à part la dilection de certains de ses partisans pour les uniformes militaires – caricature symétrique de la gauche altermondialiste à quoi ils réduisent souvent l’Amérique du sud –, je ne sais. Si ce n’est l’explication par son anti-américanisme obsessionnel… Que les Vénézuéliens sanctifient leur président qu’ils assimilent à la figure quasi divine du Libertador Bolivar, on peut l’entendre lorsque l’on connaît leur histoire politique, mais les autres ? A moins de rester prisonnier d’un rhétorique datant des années 70, je ne vois pas ce qu’a apporté Hugo Chávez au XXIème siècle, si ce n’est le recyclage de vielles lunes révolutionnaires et d’un tiers-mondisme victimaire. Continuer la lecture de Mort d’Hugo Chavez, quelques réalités derrière la légende

La mairie UMP de Nice en flagrant délit d’aide clientéliste aux musulmans (vidéo FR3)

Le double-discours de l’UMP sur sa prétendue fermeté envers l’islamisme et son prétendu souci de défendre la laicité est encore mis en lumière, cette fois à Nice. La mairie de Christian Estrosi, proche de Nicolas Sarkozy, a donc acheté un local pour le mettre à disposition des mususlmans qui priaient dans la rue, pour un tarif modique. Le chantage à la prière de rue a donc marché à merveille. Nissa Rebela, mouvement politique local emmené par Philippe Vardon a saisi la justice pour régler le problème…

Estrosi n’est pas un cas isolé à l’UMP, lire notre enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2010) pour cerner l’étendue du problème.

source

Scène de Far-West à Nantes : la CGT dénonce une attaque de tramway opérée par des « jeunes »

Les attaques de trains et de tramways sont devenues monnaie courante. Après Mulhouse et Marseille, aujourd’hui c’est à Nantes.

lu sur Novopress

L’émotion est grande parmi le personnel des transports en commun de Nantes. Le 23 février dernier, en fin de journée, un tramway a été attaqué par une bande de « jeunes » à Bellevue, un quartier dit « sensible » de l’agglomération nantaise. Une première dans la région. C’est le syndicat CGT de la Semitan (Société d’économie mixte des transports de l’agglomération nantaise) qui a révélé cette affaire jusqu’ici, selon Ouest-France, « soigneusement passée sous silence».

Alors qu’elle arrêtait la rame place des Lauriers, ce samedi vers 19h30, la conductrice a eu la peur de sa vie.

Une bande de « jeunes » armés de fumigènes et de barres de fer, qui avaient barré la voie à l’aide de poubelles et de containers, ont tenté de forcer les portes du tramway. Heureusement, une équipe dite de « prévention » de la Semitan est intervenue rapidement. Un véhicule a été caillassé. Lorsque les forces de police sont enfin arrivées, les « jeunes » avaient disparu. Trois véhicules de CRS ont du stationner sur place toute la nuit. Une plaine a été déposée.

La CGT a demandé à rencontrer le préfet afin de mieux connaître les mesures prises par la police pour assurer la sécurité dans les transports en commun. Selon Ouest-France, le délégué de ce syndicat, Ronan Gilbert, déplore en effet « une remontée des tensions et insultes ». Cette démarche, venant d’un syndicat dont la hiérarchie a toujours défendu la politique d’immigration et la régularisation des clandestins, traduit bien les graves difficultés rencontrées par les employés des transports en commun, en première ligne pour subir au quotidien les agressions des bandes de « jeunes » – les dommages collatéraux, en quelque sorte, de la politique soutenue par l’oligarchie syndicale.

Les “jeunes” de Nantes sont quand mêmes encore petits joueurs : ils n’arrêtent pas encore en pleine voie, comme par exemple les “jeunes” de Marseille, les TGV et les TER pour les attaquer, et les trains de marchandises pour les dévaliser.

En Moldavie et en Bulgarie, les gouvernements pro-européens renversés par le peuple.

Pratiquement aucun média français n’a évoqué ces révolution à l’intérieur de l’Europe.

1 – Moldavie : le gouvernement pro-européen renversé par le Parlement

Le gouvernement pro-européen de la Moldavie, ex-république soviétique, a été limogé par le Parlement.

« Il n’y a aucun argument pour maintenir au pouvoir le gouvernement actuel qui est responsable de l’appauvrissement et lié à la corruption », a déclaré l’ex-président Vladimir Voronine.
« Tous les abus du gouvernement ont été couverts par des fonctionnaires européens qui ont soutenu le pouvoir actuel ».

Plusieurs membres du gouvernement font actuellement l’objet d’enquêtes pour corruption et risquent des années de prison s’ils sont reconnus coupables.

Selon des analystes moldaves, la démission du gouvernement a été orchestrée par des forces hostiles à l’intégration européenne de la Moldavie.

2 – Le gouvernement bulgare démissionne

Sous la pression de la rue, qui a manifesté contre la hausse des factures d’électricité, le premier ministre a annoncé le départ de son équipe, laissant le pays face à un risque de chaos institutionnel.

À Sofia

Mâchoire serrée, visage bouffi, regard sombre… Le premier ministre bulgare avait la tête des mauvais jours lorsqu’il est venu annoncer, mercredi, la démission de son gouvernement devant les députés.

«Nous avons de la dignité et de l’honneur. C’est le peuple qui nous a confié le pouvoir, aujourd’hui nous le lui rendons», a déclaré Boïko Borissov en précisant que la vue d’un «Parlement assiégé» lui était «insupportable».

Cette annonce intervient après dix de jours de protestation contre la hausse du prix de l’électricité. Des incidents, parfois violents, avaient émaillé ces manifestations et la tension est montée d’un cran lorsque les médias ont rapporté le cas de deux immolations, dont une mortelle. «Nous avons notre Mohammed Continuer la lecture de En Moldavie et en Bulgarie, les gouvernements pro-européens renversés par le peuple.

ArcelorMittal Florange &Goodyear : Quand Hollande, candidat, promettait une loi

Les ouvriers de gauche seront encore et toujours les cocus des mondialistes immigrationnistes du PS, du PCF, du Parti de gauche et des verts. Ce sont les représentants de chacun de ces partis qui incarnent le mieux aujourd’hui la définition que l’on donne à l’extrême droiaaaaate

– – – – – – – – –

En visite sur le site sidérurgique d’ArcelorMittal de Florange le 24 février 2012, François Hollande, en campagne présidentielle, promet une loi obligeant ArcelorMittal à céder à un repreneur toute unité de production destinée à être fermée.


Hollande, promesse de loi pour le site… par _romegas

En visite à l’usine Goodyear d’Amiens, en octobre 2011, François Hollande promettait une loi pour empêcher les licenciements boursiers. Le moment a été immortalisé dans une vidéo amateur.

Philippe Béchade : « Plus personne ne nie que c’est la Fed qui tire les marchés depuis le début »

« Des cours qui montent et des prix qui mentent. On vit dans un mensonge et c’est ça qui m’est insupportable ».

Sur l’Irlande :

« C’est un scandale absolu…l’Irlande a obtenu 28 milliards d’euros pour renflouer ses banques. Comment les a-t-elle obtenus ? En faisant un chantage au risque systémique. Et la BCE a cédé… » L’origine du problème étant le dumping fiscal que pratique l’Irlande, « en quelque sorte, en donnant 28 milliards à l’Irlande, la BCE sponsorise, à l’intérieur même de l’Europe, un dumping fiscal qui s’exerce au détriment de la France, de l’Espagne, de l’Italie, etc. C’est incroyable ! »

Source

revue de presse et commentaires sur l'actualité