Moody’s abaisse les notes de BNP, SocGen et Crédit agricole

Les banques Françaises ont contracté des prêts toxiques, et ont été très actives en Europe, investissant en Italie, au Portugal, en Espagne… mais surtout en Grèce, où elles se sont exposées de façon irresponsable. Début 2011, BNP Paribas possédait 5 milliards d’euros de titres de dette souveraine, la Société générale 2,7 milliards, et le Crédit agricole 600 millions. Des titres difficiles à écouler aujourd’hui. Et c’est sans compter les filiales grecques de ses banques françaises qui ne seront jamais remboursées de l’argent qu’elles ont prêté à des entreprises grecques aujourd’hui en faillites.

C’est pour cela que l’agence Moody’s vient de dégrader la note de la BNP, du Crédite agricole et de la société générale…
Le risque ultime, pour les banques, est de manquer de liquidités au point de faire défaut. Elles ne pourront plus se financer sur les marchés interbancaires. Les banques devront alors se tourner vers l’Etat. Un État lui aussi en faillite, qui sera dans l’impossibilité de répondre à la situation désastreuse de trois établissements bancaires aussi importants…. surtout si cet État reste dans l’euro….

Le terrorisme intellectuel et l’inquisition de la gauche doit cesser !

De toute évidence la gauche n’ a toujours pas rompu avec son tropisme totalitaire. Et elle vient une nouvelle fois d’en apporter la preuve cette semaine.

Invitée à débattre par une association étudiante de l’université Paris-Dauphine, Marine Le Pen a été interdite de parole par des membres d’associations et partis politiques de gauche (UNEF, UEJF, SOS-Racisme, MJS, NPA). Leur action, illégale et violente, n’ a semble-t-il ému personne. Pis même, le chargé du projet présidentiel de François Hollande, Michel Sapin a répondu qu’il comprenait cette « manifestation » en ajoutant que : « On a le droit de manifester, heureusement, et ensuite si l’un ou l’autre recule, c’est sa responsabilité ».

Monsieur sapin se souvient sans doute des années où son camp se réjouissait de la victoire de Mao, accompagnait PolPot, portait des valises aux assassins du FLN, menait un ancien droitard avec la francisque en bandoulière jusqu’à l’Elysée et soutenait toutes les dictatures socialistes ou communistes de l’Afrrique à l’Oural en passant par l’Amérique latine. Ce petit sapin de circonstance n’ a pas de leçon a donner en matière de démocratie… c’est un enfant du fascisme rouge ! Et c’est donc normal que le petit conifère décoré de toutes les ignominies de l’histoire ne trouve pas embarrassant de soutenir une action violente qui remet au cause les fondements de la démocratie et de la liberté d’expression.
Car, une action qui consiste a s’imposer physiquement contre des étudiants pacifiques, a perpétrer des dégradations matérielles empêchant un débat de pouvoir se tenir, a soumettre par la force ses propres critères en matière de liberté d’expression et ainsi imposer une censure… n’est pas une manifestation mais une opération fasciste.

Quoi que l’on pense de Marine Le Pen et du parti qu’elle préside, il est inconcevable que dans un pays libre ce genre de procédé totalitaire soit accepté avec autant de légèreté par une caste médiatique et des partis politiques qui ont le cynisme de se dire encore républicains.
Car qu’auraient-dit nos vertueux censeurs de la bienpensance si ces milices de gauche avaient été de droite ou du FN ? Quelle aurait été l’indignation des petites têtes des Grandes Gueules de RMC, pour qui cet évènement n’est qu’une provocation supplémentaire de Marine Le Pen (voir vidéo), si cette censure avait touché un candidat de gauche ?
D’un commun accord, et avec l’unanimité du soviet suprême, ils auraient appelé à la dissolution de ces brigades fascistes… Mais là c’est la gauche, et la gauche dans ce pays elle peut tout se permettre… même se comporter comme des talibans.
Continuer la lecture de Le terrorisme intellectuel et l’inquisition de la gauche doit cesser !

Les verts: une police de la pensée contre le rire et la caricature.

L’écrivain et billettiste patrick Besson a commis un crime, il a écris un texte comique et savoureux en singeant l’accent norvégien d’Eva Joly. Intitulé: Eva Joly, présidente de la république, ce billet commence par ces mots:

« Zalut la Vranze ! Auchourt’hui est un krand chour : fous m’afez élue brézidente te la République vranzaise. Envin un acde intellichent te ce beuble qui a vait dant de pêdises tans son hisdoire, sans barler éfitemment te doudes les vois où il a bollué l’admosphère montiale afec tes essais nugléaires, mais auzi les lokomodives à fapeur, les hauts vournaux, les incenties de vorêt, les parbekues kanzérichênes tans les chartins te panlieue, chen basse et tes meilleures, che feux tire tes bires, tes peilleures c’édait te l’humour, parze qu’il ne vaut bas groire que l’humour z’est rézerfé aux Vranzais te souche.« 

lire la suite

C’est peut-être honteux mais j’ai la faiblesse de trouver ça drôle et assez juste… comme une caricature de Daumier ou une imitation de Canteloup… mais pour SOS racisme, Les Verts, le Front de Gauche et toute l’armada des censeurs modernes, c’est limite de l’Humour nazi. L’inodore petite fleur des champs, cécile Duflot, en a eu les pétales froissées… et c’est avec la rapidité d’un commissaire politique de Corée du Nord qu’ elle a aussitôt exigé des excuses à l’écrivain NAUSÉABOND du POINT:

« Ce texte n’est pas seulement pas drôle, il est l’expression ouverte de propos xénophobes à l’encontre d’une candidate à l’élection présidentielle qui représente l’ensemble des écologistes« , écrit la responsable. »

Si demain les verts sont élus avec leurs camarades socialistes voilà à quoi va ressembler leur dictature du bien:


Le camp de la mort de la tolérance par Chevalier_du_Christ

Chantiers de Saint-Nazaire : les salariés étrangers montrés du doigt

Les sous-traitants locaux du chantier nazairien STX sont confrontés à la concurrence de plus en plus forte de la mains-d’oeuvre étrangère. Le sujet est d’autant plus sensible en période de baisse d’activité.
Un intérimaire témoigne

« J’en suis à cinq mois de chômage en 2011. 800 € pour vivre chaque mois contre 1 400 € d’habitude. Jusqu’à 2000€ avec les primes. Je travaille pour 12 à 13 € de l’heure. En ce moment, on me propose 9 €. Je ne peux pas accepter ça. »

Il montre aussi du doigt les syndicats qui ne bougent pas, sous prétexte que c’est l’Europe !

Ce Briéron d’une cinquantaine d’années, habitué à voguer d’un employeur à l’autre sur les quais de Penhoët, à Saint-Nazaire, est formel : « Je me retrouve en concurrence avec la main-d’oeuvre étrangère. On les croise à bord. On discute avec eux. On sait bien ce qu’ils gagnent. »

Il montre aussi du doigt les syndicats « qui ne bougent pas, sous prétexte que c’est l’Europe ! »

(…) « La base ronfle. On voit débarquer des gars des pays de l’Est, d’Espagne ou du Portugal », témoigne Jean-Michel Savary, élu CGT au comité d’entreprise. « Ils sont payés au Smic, ils font 50 ou 60 heures par semaine et leurs heures supplémentaires ne leur sont pas payées. » Les syndicats sont prudents. « Le sujet est délicat mais on ne peut pas rester sans rien faire, poursuit Jean-Michel Savary. Certains salariés des sous-traitants locaux travaillent depuis des dizaines d’années ici. Ils sont indispensables à la construction des navires. Ils doivent conserver leurs emplois et des salaires décents. »

source: Sud Ouest

La vie des français de souche dans un territoire perdu de la république.

Évènement: un journaliste du journal Le Monde (1) a osé sortir de son bureau pour se rendre en reportage dans une modeste cité d’une petite ville de la banlieue parisienne. Et là surprise !: misère, immigration, islamisation et violence. Pour ceux qui n’ont pu partir, ils ont le sentiment de vivre dans une impasse d’où personne ne viendra les sortir.

C’est bien Le Monde découvre le monde… en 2012 et à 6 mois des élections, il serait temps.

Quelques extraits:

Quand tout cela a-t-il commencé à déraper ? « C’est difficile à dire. Quand on s’aperçoit des choses, c’est trop tard. » M. Jean situe tout de même le basculement dans les années 1980. La cité a commencé à accueillir des familles délogées des squats de Paris qui entravaient les projets immobiliers de prestige dans la capitale. « Elles ont commencé à s’installer à un bout de la rue et puis ont remonté à chaque appartement libéré. On mettait quatre personnes dans un logement et on en voyait d’autres arriver avec des valises d’on ne sait où. Très vite, les gens se sont entassés dans des F3. »

Quand il s’agit de décrire les nouveaux venus, le discours s’embarrasse un peu, les mots deviennent encombrants, le vocabulaire forcément connoté. Alors on cherche, on change : les étrangers, les immigrés, les Noirs, les Africains, les Arabes, les Maghrébins. Les anciens habitants, eux, sont partis, appartement après appartement.

Autres circonvolutions, contorsions de langage pour décrire cette population en fuite : les Français, les Gaulois, les Blancs. Mme Françoise et M. Jean sont restés.(…)

(…) « Je vois des jeunes circuler à bord de voitures comme jamais je ne pourrais en avoir alors qu’ils sont officiellement au RSA. Ici, c’est tout petit. On connaît la situation de chacun. » Mme Françoise dit retrouver régulièrement de la drogue cachée derrière les compteurs. Elle ne descend plus seule dans sa cave. Même si sa cité a été épargnée par les émeutes de 2005, elle voit régulièrement de ses fenêtres des voitures brûler sur le parking, notamment au Jour de l’an.(…)

Continuer la lecture de La vie des français de souche dans un territoire perdu de la république.

Olivier Delamarche au sujet du triple AAA : « Il n’y a que Baroin qui y croit encore ! »

Quinze pays de la zone euro sont sous la surveillance des agences de notation, avec un focus particulier sur la France…. et on fait mine de s’étonner. Mais les marchés financiers n’ont pas attendu de voir la note française être dégradée par augmenter nos taux d’intérêts…. on le dit et on le répète la France n’a plus son triple AAA

Ce coup de semonce de Standard & Poor’s est le signe que les plans européens ne peuvent plus être ( il n’ont jamais été) une réponse à la crise. Et c’est surtout un message de défiance vis-à-vis de la zone euro et de doutes sur les solutions que sont en train de préparer les européens.

Les agences ont compris que la zone Euro va demander aux investisseurs internationaux de lui prêter plus de 800 milliards…. pour une zone dans laquelle des pays comme la France sont en récession, c’est un peu beaucoup trop…..

Et les agences comme le marchés savent que nos banques sont dans une situation qui n’ont rien à envier à celle de la banque Dexia avant qu’elle ne sombre. Nos banques n’ont plus d’avances, plus de devises… et peut-on penser un seul instant que l’Etat français pourrait leur venir en aide si jamais ce qui doit logiquement se passer arrive…. Groupama vient presque d’être nationalisé, et après ?

Alors Merkel et Sarko peuvent se torturer les méninges, nous mettre la tête sous l’eau ou nous refaire le coup de Maastricht… les carottes sont cuites… il faut revenir à nos monnaies nationales avant qu’il ne soit trop tard… si non c’est une Europe fédérale sous la domination d’une oligarchie qui détruira ce qui nous reste de liberté.

Zemmour: « Des gros chiffres, des milliards d’euros qui volent et disparaissent dans les sables mouvement du syndicalisme subventionné. (vidéo)

Même si le sujet du financement des syndicats s’avère un sujet sur lequel il est difficile de faire la transparence, le député Nouveau Centre du Loir-et-Cher, Nicolas Perruchot, a pourtant décidé de s’emparer de la question, et vient d’achever la rédaction du rapport issu de la commission d’enquête sur le financement des syndicats et des organisations professionnelles, dont il était le rapporteur.

Après l’audition de Bernard Thibault, François Chérèque ou encore de Laurence Parisot, le rapport assorti de 29 recommandations a vu le jour, sans pourtant être voté, ni même publié. En effet, ce rapport qui démontre que les syndicats sont trop payés par l’État alors qu’ils ne représentent que très peu de travailleurs (1), ne fait pas que des heureux. C’est ainsi que les députés PS ont décidé de le glisser sous le tapis avec la lâche complicité des députés UMP qui se sont abstenus.

Il faut se rappeler que ce sont ces mêmes syndicats qui ont accompagné la libéralisation et l’europe des marchés. Ce sont aussi eux, qui ont viré des syndicalistes militants FN. Un deux poids deux mesures exaspérant quand on connait les liens qu’entretenaient certains de ces syndicats avec les dictatures communistes. Et que dire aujourd’hui des Trotskystes du NPA et de Lutte Ouvrière, dont l’objectif est d’établir la dictature du prolétariat, qui composent une large partie de l’appareil militant du syndicalisme français.

Comme à son habitude, Zemmour a sauté sur l’occasion pour pousser plus profond le pieu dans la faille:

« Les syndicats français sont une coquille vide à la représentativité factice, vivant de subventions et de rentes, de situations politiques et médiatiques. »

« En ces temps de rigueur, ce système est à bout de souffle. Comment justifier les 20 000 fonctionnaires mis à disposition des syndicats ? Comment expliquer que notre système de formation professionnel coute 27 milliard d’euros par an pour un résultat aussi médiocre ? ».


Eric Zemmour : "La martingale syndicale" par rtl-fr

(1): Les syndicats ne regroupent que 8% des salariés et touchent 4 milliards d’euros par an de la collectivité, tandis que les cotisations ne représentent guère plus de 3 à 4 % du budget des organisations de salariés.

Arnaud Montebourg et le double discours souverainiste de la gauche !

Arnaud Montebourg a fait ces derniers jours une grande découverte : l’Allemagne défend ses intérêts. Mais où vivait Montebourg depuis ces 20 dernières années ? Ne s’est-il jamais rendu compte que l’Allemagne a toujours refusé de céder un pouce de sa souveraineté contrairement à la France qui, sous l’influence de l’idéologie européiste du PS et de l’UMP, s’est livrée pieds et poings liées aux dogmes de l’Europe des technocrates et de Jean Monnet.
Montebourg devrait plutôt s’en prendre à son nouvel allié François Hollande. C’est lui et ses mentors de l’époque qui, il y a plus de dix ans, ont confectionné un euro à la mode Allemande (1). C’est le PS auquel appartient Montebourg qui a le plus privatisé de services publiques en France, c’est lui qui a rédigé et signé la majorité des traités européens qu’ils condamnent aujourd’hui, c’est le PS qui a voté le traité de Lisbonne contre la volonté du peuple, c’est la gauche française qui fut pionnière de la dérégulation financière (2)… Montebourg peut bien sortir la panoplie du patriote et faire peur aux gogos en brandissant des casques à pointes, François Hollande peut bien prendre tous les accents souverainistes qu’il veut en déclarant : qu’il n’accepterait jamais que, au nom du contrôle des budgets nationaux, au nom de la coordination de la politique budgétaire, la Cour de justice européenne puisse être juge des dépenses et des recettes d’un État souverain »… leur prêchi-prêcha ne trompe plus personne, nous savons que ces petits boutiquiers sont prêts à tout pour séduire le chaland.

Notons au passage que l’indignation de Montebourg est la preuve de l’inanité de ses propositions en matière de protectionnisme aux frontières de l’Europe. Car il faut être naïf ou de mauvaise foi pour continuer à prétendre que la France en ruine pourrait imposer à une Allemagne souveraine et dominatrice un protectionnisme dont elle ne veut pas. Même sarko avec son plan au rabais se couche et va à la niche… ce ne sont donc pas les illusions d’un socialiste à bout de souffle et qui s’arrête au milieu du guet, qui vont impressionner l’Allemagne.

Il n’y a plus que l’incurable Cohn Bendit pour s’indigner avec la vigilance sincère d’un inquisiteur de ce genre de déclaration. Le reste n’est que pure comédie.

Car enfin, soyons lucide : que défend Arnaud Montebourg quand il s’attaque aux velléités nationalistes et protectrices de l’Allemagne ? Les intérêts de la France ? Non. Montebourg veut sauver l’Euro et la construction d’une Europe de béni-oui-oui. Et c’est là que réside la muflerie de l’internationaliste socialiste Montebourg.

Déclaration de montebourg sur son blog

Les Allemands mènent donc, sur la question de l’euro, une politique nationale, une politique servant leurs seuls intérêts : en faisant la politique des marchés et non pas des peuples, en imposant des plans d’austérité partout en Europe, en refusant les Eurobonds et l’intervention de la banque centrale européenne pour faire racheter la dette des États. Il me semble, en particulier, que les élites allemandes n’ont pas peur de proclamer qu’elles pensent d’abord en termes d’intérêts nationaux.

Soumis -même s’il s’en défend- à l’influence des dogmes post-modernes, il est tout simplement impossible à Montebourg de penser en terme de Nation et de patrie. Il va même jusqu’à militer pour des eurobonds alors que cela ne ferait que renforcer l’intégration de la France dans un fédéralisme européen sous domination allemande. C’est prendre le risque d’abandonner encore et toujours plus de notre souveraineté. Car si eurobond il y a, cela ne se fera pas sans condition de la part de l’Allemagne dans la mesure où c’est elle qui devra garantir les dettes de tous les pays de la zone euro, et ainsi mettre en péril sa bonne santé économique (3).

Cette proposition, lorsqu’elle a été publiquement énoncée par Barosso, a aussitôt provoqué une réaction négative sur les marchés financiers.
En une journée le taux d’intérêt de l’Allemagne a été relevé (plus de 2 %, la France est à presque 4 %) ce qui l’a empêché d’emprunter autant qu’elle l’aurait souhaité. C’est une spirale infernale dans laquelle les europeïstes de l’UMP et du PS sont prêts à nous balancer (4).
En militant pour des eurobonds, Arnaud Montebourg, comme tous ceux qui soutiennent cette idée, fait le choix de toujours et encore plus d’Europe fédérale, toujours et encore plus de Marché…et toujours et encore moins de démocratie et…de France.
Continuer la lecture de Arnaud Montebourg et le double discours souverainiste de la gauche !

Enrichissement culturel au Royaume-Uni : 3 000 victimes de crimes « d’honneur » en 2010

Une association a recensé près de 3000 victimes de «crimes d’honneur» dans le pays en 2010. Les plaintes déposées à la police ont doublé en un an dans certaines zones, dont Londres. L’immigration est une richesse !

Battues, séquestrées, mutilées, aspergées à l’acide ou tuées pour avoir porté atteinte à l’honneur de leur famille. Cette réalité a été vécue en 2010 par près de 3000 jeunes femmes résidant en Grande-Bretagne, selon une étude parue par l’Organisation pour le droit des femmes iraniennes et kurdes (Ikwro). Dans la seule capitale de Londres, ces «crimes d’honneur» ont doublé en un an, avec près de 500 cas.

Les données, collectées pour la première fois dans le pays, ont été obtenues par l’association grâce au Freedom of Information Act, une loi promulguée en 2000 par le gouvernement de Tony Blair qui permet à tout citoyen d’avoir accès à un très grand nombre de documents administratifs. Ikwro a ainsi envoyé une demande à l’ensemble des forces de police afin de connaître le nombre de violences qui ont été perpétrées l’an passé au nom de «l’honneur».

Le total, estimé à 2823 incidents, peut selon l’association être augmenté d’au moins 500 cas, 13 unités de police sur 52 n’ayant pas répondu à la demande. Dans certaines zones, les cas recensés ont doublé en un an. Ikwro estime également que ces chiffres sont sous-estimés, de nombreuses victimes n’osant pas porter plainte par peur de représailles.

«Un problème sérieux qui touche des milliers de personnes»

Pour l’association, la très grande majorité des femmes victimes de ces violences proviennent de familles originaires du sous-continent indien, d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient. «Elles résistent de plus en plus aux atteintes à leur liberté, comme un mariage forcé décidé par leur famille. De fait, elles sont plus exposées aux violences», explique au Guardian Fionnuala Ni Mhurchu, responsable de la campagne d’Ikwro. «Ces chiffres sont importants car ils prouvent qu’il ne s’agit pas d’un phénomène isolé. C’est au contraire un problème sérieux qui touche des milliers de personnes chaque année, dont un certain nombre subit de très importantes violences avant de porter plainte.»

Ces femmes subissent le courroux de leur famille parce qu’elles ont un petit ami, ont refusé un mariage arrangé, ont été violées, ou parlent simplement à des hommes. D’autres sont victimes de violences car elles sont homosexuelles, se maquillent, ou s’habillent à l’occidentale. «Les coupables de ces crimes sont considérés comme des héros dans leur communauté parce qu’ils ont défendu l’honneur de leur famille et la réputation de la communauté», a expliqué la directrice de l’Ikwro, Dina Nammi, sur la BBC.

L’association, forte de ces données, réclame que les autorités britanniques se donnent les moyens de lutter contre les «crimes d’honneur». Un porte-parole du ministère britannique de l’Intérieur a assuré que le gouvernement était «déterminé à mettre fin» à ces pratiques. Le Royaume-Uni est en effet avec les Pays-Bas le seul pays d’Europe à avoir élaboré une politique complète en la matière selon un rapport de la fondation suisse Surgir. La police britannique s’est ainsi dotée d’unités spéciales, tandis que tous les policiers du pays sont formés depuis 2009 à reconnaître les signes de violence liées à l’honneur. Des sites d’informations destinées aux jeunes filles ont également été mis en ligne pour inciter les victimes à porter plainte contre leur famille. Il n’existe pas de politique similaire en France.

Paru sur Le Figaro

Marie-France GARAUD : « La France a abandonné son indépendance »

Souverainiste, géopoliticienne, et infatigable gaulliste, il y a plus d’un an Marie France Garaud publiait Impostures politiques, un livre dans lequel elle dénonçait déjà l’abandon de l’indépendance de la France gouvernée depuis 30 ans par l’UMP et le PS. Et faisait référence à l’omnipotence de l’Allemagne… l’apprenti patriote Montebourg a décidément du retard à l’allumage !

L’Allemagne se construit une souveraineté dans l’Europe, et c’est le moment que l’on choisit pour aliéner la notre

On dit il y a quatre attributs de souveraineté: battre monnaie, faire les lois, rendre la justice, décider de la paix ou de la guerre.
Depuis que nous avons accepté comme nous l’avons fait depuis Maastricht… nous ne battons plus monnaie, nous ne faisons plus les lois, notre justice est soumise à la justice européenne, et nous ne décidons plus de la paix ou de la guerre, le dernier pas que nous franchissons c’est non seulement l’entrée dans l’OTAN mais c’est l’alliance avec les anglais donc avec les américains…par conséquent nous n’avons plus aucun élément de souveraineté.

Elections en Egypte : les Frères musulmans et les salafistes sont les grands vainqueurs.

La révolution égyptienne qui a tant fait espérer Mélenchon, va déboucher sur une victoire écrasante des Frères Musulmans ( 43% de vote favorables) et des islamistes en général. Car la véritable surprise de ce scrutin c’est la poussée des salafistes du parti Al-Nour. Avec 20% des suffrages exprimés, cette toute jeune formation d’illuminés favorables au djihad, dépasse même dans plusieurs circonscriptions le parti « Liberté et Justice » des Frères musulmans.
Ces résultats traduisent les votes de lundi et mardi dans le premier tiers de l’Egypte, alors que les élections vont se poursuivre dans tout le pays, jusqu’au 11 janvier pour les députés, puis jusqu’au 11 mars pour la Choura (Sénat). À savoir que les territoires considérés comme les plus conservateurs et favorables à l’islam ne ce sont toujours pas exprimés.
Le renforcement de l’islamisation en l’Egypte a donc commencé, et ce n’est en rien un bon présage pour les laïques et la communauté chrétienne copte ….

Le PS du Pas-de-Calais dans le collimateur de la justice

Après l’affaire Guérini qui nous a donné un aperçu du système clientéliste et affairiste mis en place par la gauche au sein du Département des Bouches-du-Rhône et de la Région PACA, c’est au tour de la fédération PS du Pas de Calais de se trouver dans la ligne de mire de la justice.
Gérard Dalongeville l’ex-maire PS d’Hénin-Beaumon, accusé de détournement de fonds, a semble-t-il décidé de balancer ses petits copains. Selon le journal Le Point Gérard Dalongeville expliquerait dans plusieurs courriers adressés à la juge de Béthune, Véronique Pair, le système de financement occulte mis en œuvre par la fédération PS du Pas-de-Calais (62) et y dénonce des emplois fictifs.

Si ces informations s’avèrent exactes, elles confirmeraient alors une série de révélations faites par Marine Le Pen.

1/ Dalongeville la balance:

Interrogée par les journalistes de France 3 Nord-Pas-De-Calais au sujet de l’affaire du Carlton de Lille, celle qui fut à l’origine des ennuis judiciaires de Dalongeville déclara :

« Je vais vous donner un scoop ! » a-t-elle lancé sur le plateau. « C’est M.Dalongeville qui s’est mis à parler de tout ça. C’est lui qui a donné un certain nombre d’informations à la police, et je vais vous dire que si j’étais à la place de certains élus socialistes de la région, je dormirais mal ». « Je peux vous dire que c’est M.Dalongeville, qui, entre autres, est à l’origine, par ses révélations de cette affaire du Carlton », a-t-elle insisté. « Je pense qu’il a dénoncé ou rendu publiques auprès de la police un certain nombre d’autres manoeuvres ».(1)

2-Le conseil Régional du Nord Pas-de-Calais pris en flagrant délit de Népotisme:

Les journalistes étaient restés un peu assommés par cette déclaration. Pourtant Marine Le Pen n’en est pas à son coup d’essai en matière de lutte contre la corruption dont se rendent coupables les élus du PS. À l’occasion des dernières élections régionales elle avait révélé le népotisme du conseil régional du Nord-Pas-De-Calais en divulguant une liste d’emplois fictifs et de salariés pistonnés placés là parce que fils, fille, neveu, femme etc… d’élus ou anciens élus de Gauche de la région.


Marine LE PEN divulgue ce que les socialistes… par laresilience

3- Les tripatouillages budgétaires de Percheron.:

À l’époque, les média nationaux n’avaient pas trouvé nécessaire de reprendre cette information qui pourtant en disait déjà long sur les pratiques du pouvoir socialiste. Pourtant Marine Le Pen n’avait pas ménagé sa peine. Toujours à l’occasion de ces régionales, Marine Le Pen nous apprenait les manipulations budgétaires du conseil régional Nord-Pas-De-Calais et de son président Daniel Percheron. Des tripatouillages qui ont fait l’objet d’une plainte auprès du procureur financier de la chambre régionale des comptes… mais là aussi les média nationaux sont restés bien silencieux…

(1)
Voir la vidéo: http://nord-pas-de-calais.france3.fr/info/le-pen-mele-dalongeville-a-l-affaire-carlton-71423722.html

L’UMP et le PS nous prennent pour des imbéciles quand ils osent encore parler de souveraineté

Alors qu’ils sont d’accord sur l’essentiel, une Europe fédérale, son euro et des majorités qualifiées, l’UMP et le PS paraissent incapables d’assumer un tel choix devant les Français, de plus en plus sceptiques, à quelques mois des présidentielles, et se livrent à une bataille politicienne très vive, pour essayer de prouver aux électeurs potentiels que chacun d’eux serait le meilleur garant d’une souveraineté nationale qu’ils piétinent à qui mieux mieux depuis des lustres.
Continuer la lecture de L’UMP et le PS nous prennent pour des imbéciles quand ils osent encore parler de souveraineté

Tunisie : l’offensive des fondamentalistes à l’université

Il ne faut pas s’attendre à ce que les islamistes au pouvoir dans les pays du Maghreb décident de changer les lois du jour au lendemain. La main mise du totalitarisme islamique se fait comme toujours par la pression sociale. Des individus revendiquent, des groupuscules manifestent, des fondamentalistes attaquent… et le pouvoir ne dit pas un mot…. attend que les mentalités changent sous l’effet de la propagande, de la contrainte, et de la peur.

Si l’on en croit le Mouvement démocratique arabe, c’est ce qui se passe dans les universités Tunisiennes..

Tunisie : l’offensive des fondamentalistes à l’université

« Nous sommes libres de porter ce que nous voulons. Nous voyons notre liberté dans le niqab ! » Dans l’enceinte de la faculté des lettres du gouvernorat de la Manouba, Sana, dont seules les pupilles noires sont visibles, brandit une pancarte « my niqab = my freedom » (« mon niqab = ma liberté », en français). Avec une petite centaine d’autres jeunes, cette étudiante en première année d’anglais appliqué manifeste, jeudi 1er décembre, devant l’administration de l’université pour l’instauration d’une salle de prière et le droit pour les femmes portant le voile islamique intégral d’assister aux cours et aux examens.
Depuis le début de la semaine, cours et examens ont été suspendus dans cette faculté située à 25 kilomètres de Tunis. Lundi 28 novembre, un groupe d’extrémistes a pris possession du bâtiment de la direction et organisé un sit-in. Certains appartiennent à l’université, d’autres non, à l’image de Salman Elzigui, étudiant en théologie à l’université Zitouna, toujours présent, alors que l’accès à la faculté est interdit à tout étudiant non inscrit depuis mercredi soir. Des évènements qui ont poussé le corps universitaire tunisien à lancer une grève générale ce jeudi 1er décembre.
Barbe, qamis (tunique) et calotte sur la tête, ce jeune homme à la voix posée est arrivé sur les lieux dès qu’il a « su que l’administration avait empêché une étudiante de passer un examen à cause de sa tenue vestimentaire ». « L’université doit engager des femmes qui s’occuperaient de vérifier les identités », défend Rania, 22 ans, le visage cerclé de rose et les mains gantées. Et les tricheries ? « Une femme pourrait passer dans les rangs pour vérifier si les étudiantes n’ont pas d’écouteurs ou si des documents ne sont pas camouflés sous leurs vêtements », soutient une étudiante en droit qui souhaite garder l’anonymat.
Derrière elle, Raja Ben Slama, maître de conférences et écrivaine, est prise à partie par une jeune femme dont on ne distingue pas les traits. La professeur refuse d’entamer la conversation : « Le niqab est déshumanisant. Je suis Tunisienne et cela m’angoisse beaucoup d’essayer de parler à des gens dont on ne voit pas le visage. » « On ne peut pas accepter cela dans ce pays qui a tant fait avancer la cause des femmes grâce au Code du statut personnel [instauré en 1956 par Habib Bourguiba, NDLR] », renchérit Habib Melak, enseignant au département de français et ancien responsable syndical estimant mener « une bataille civilisationnelle ».
Debout, sur le portail fermé de la faculté, un étudiant brandit un coran. De l’autre côté, certains appartenant à l’UGET, syndicat des étudiants, commencent à grimper sur les grilles vertes. Les deux camps s’affrontent à coups de slogan. « Dégage ! » versus « Allah Akbar ». Les yeux rougis, Safa, étudiante, observe, désarmée, la scène.

Suite sur le site du Mouvement démocratique arabe et une petite pensée pour Mélenchon

Continuer la lecture de Tunisie : l’offensive des fondamentalistes à l’université

Face à l’Allemagne sarkozy se couche !

On se demande bien ce que peuvent reprocher les socialistes à Sarkozy… il va enfin réaliser leur vieux rêve fédéraliste.
Le discours de Toulon est en effet une capitulation en rase campagne. Cohn Bendit peut bien tancé Montebourg, son idéologie libérale-libertaire va une nouvelle fois s’imposer. Nous assistons à l’aboutissement d’une construction européenne oligarchique qui depuis plus de 20 ans impose ses règles à des peuples devenus impuissants.

revue de presse et commentaires sur l'actualité