L’étude sur la lutte contre le racisme de l’association communautariste et racialiste « le CRAN » dénoncé comme une supercherie.

« Le Cran » et « République et diversité » ont publié mercredi leur classement des villes impliquées contre le racisme. Une analyse qui se revendique statistique mais de quelles statistiques parle-t-on justement ?

images

Atlantico.fr : Le Cran et République et diversité ont publié le palmarès des villes impliquées contre le racisme. Quels sont les actes racistes visés par cette étude ? Quelle est sa grille de lecture ?

Guylain Chevrier : Tout d’abord, avant de répondre, il faut regarder les intentions de ce rapport qui se présente comme scientifique et indépendant, c’est-à-dire objectif. Notons en préalable, qu’il est réalisée par le think-tank République et diversité et le CRAN, institutions toutes deux présidées par le même Louis-Georges Tin. On ne peut pas être plus juge et partie. Le CRAN entend distribuer médailles et bonnets d’âne, à travers ce prétendu « baromètre des villes contre le racisme. » On entend évaluer les villes « à la pointe du progrès » au regard des discriminations, dit-on. Le mot progrès est-il ici au fait de son usage, car de quoi parle-t-on ? On parle d’un progrès qui lie la lutte contre les discriminations à la promotion des minorités visibles. […]

La lecture que fait le CRAN ici de la lutte contre les discriminations est à prendre avec tout le recul nécessaire. Car cette association se revendique de représenter une population, selon la couleur, censée se discriminer pour faire valoir ses intérêts propres par rapport aux autres, mise en concurrence avec les autres.

Lorsqu’on juge, comme c’est le cas de ce rapport, les discriminations et le racisme à l’aune du nombre de personnes représentatives d’une diversité des origines dans les exécutifs municipaux, on réclame une catégorisation de la population sur une base qui est totalement contraire aux principes républicains. C’est une logique qui rejoint les statistiques ethniques et la logique des quotas. […]

Cette analyse présente les personnes dites, issues de la diversité, tendancieusement comme victimes principales des injustices sociales. C’est ainsi que l’on entend justifier cette grille de lecture qui confond lutte contre les discriminations, promotion de la diversité et justice sociale. […]

Étonnement, il omet totalement de son analyse les manifestations de groupes qui se réclament de minorités de droits en revendiquant des aménagements à la loi commune, par auto-discrimination, qui font fracture avec le vivre-ensemble et posent des problèmes graves de vie sociale.  […]

On trouve ce sous-titre dans le rapport : « 3 mois avant les élections municipales ». On y Continuer la lecture de L’étude sur la lutte contre le racisme de l’association communautariste et racialiste « le CRAN » dénoncé comme une supercherie.

Un logo de la Société Générale rappelant celui de la « Manif pour Tous » déplait aux LGBT.

Un appel a été lancé par l’Inter-LGBT le 5 décembre.

« (…)Nous souhaitons donc que cette image ne soit plus utilisée par aucune marque et nous demandons au ministère de la Justice de la retirer pour qu’il n’y ait pas d’ambiguité possible avec des images qui ont heurté beaucoup de gens. Ce logo ravive trop de souvenirs homophobes. »

3376309_mains

Dans la publicité de la Société générale, qui promeut sa complémentaire santé, des mains s’ouvrent sur ces quatre silhouettes, découpées dans le papier, sous ce slogan : « Vous protéger vous et votre famille… ». Rien de méchant a priori… sauf que cette ribambelle ressemble à s’y méprendre au logo utilisé depuis fin 2012 par le collectif « Manif pour tous », à l’origine de la mobilisation contre l’ouverture du mariage et de l’adoption aux homosexuels. Il n’en fallait pas plus pour que Cash ! , l’association LGBT des métiers de la finance, tire la sonnette d’alarme mardi dernier en interpellant la direction de la banque sur le sens de ce visuel.

(…) Le parisien

Nuit chaude à Carcassonne : des individus cagoulés entrent chez les CRS et 18 voitures brûlées

Carcassonne a connu une nuit particulièrement agitée. Des individus cagoulés, qui avaient cisaillé la clôture, se sont introduits, jeudi à 2 heures du matin dans la caserne CRS avant d’être mis en fuite. Dans les heures qui ont suivi, 18 voitures ont brûlé dans 7 incendies volontaires allumés aux quatre coins de la ville.

Les événements qui ont secoué la nuit de mercredi à jeudi, à Carcassonne, semblent bien avoir fait monter d’un cran ce qu’il est convenu de classer au rang des violences urbaines. Alors que d’importantes forces de police et de gendarmerie étaient rassemblées dans la ville, dès mercredi soir, afin de réaliser, jeudi au petit matin, une opération d’envergure sur un camp de gens du voyage, (lire en page suivante), une série d’incidents graves a secoué la ville, justifiant une intervention du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, la mise en place d’une cellule de crise à la préfecture et l’envoi immédiats de très importants renforts de gardes mobiles.

La première alerte de cette nuit chaude, et celle qui semble le plus inquiéter les autorités, se situe à 2 heures du matin à la caserne de la CRS 57, route de Narbonne, à la sortie de Carcassonne.

Deux hommes cagoulés, après avoir neutralisé une partie du système de vidéosurveillance, ont cisaillé la clôture avant de s’introduire dans l’enceinte de la caserne. Repérés et poursuivis par les hommes de garde, ils prenaient la fuite jusqu’au parking tout proche où les attendait une voiture.

Même si cette caserne est située dans un quartier sensible, c’est la toute première fois dans son histoire qu’elle fait l’objet d’une intrusion. On ignore évidemment quelles étaient les intentions de ces hommes cagoulés et si leur tentative est à mettre en relation avec les incidents qui allaient suivre.

Le fait est que dans les heures suivantes, 7 foyers d’incendies volontaires à l’encontre Continuer la lecture de Nuit chaude à Carcassonne : des individus cagoulés entrent chez les CRS et 18 voitures brûlées

Une femme voilée à l’Assemblée nationale… sur invitation de Noël Mamère !

Lu sur le blog de Christine Tasin

2013_11_27_ismahaneassembleenationale

http://www.psm-enligne.org/index.php/2011-06-30-23-44-4/articles/2540-debat-sur-lislamophobie-a-lassemblee-nationale

Honte à nos députés qui ont accepté ce scandale. Honte à Mamère l’antirépublicain.

Je vous invite à signifier votre colère, en termes polis, à votre député, au Président de l’Assemblée nationale et à Mamère. Ma foi, pour lui, j’hésite entre le goudron et les plumes ou la condamnation à habiter et travailler en Seine saint Denis dans un quartier islamisé, sans chauffeur, sans femme de chambre, sans gardes du corps… pendant un an. Juste un an. Et avec sa fille s’il en a une. Pour voir.

Qui sont ces veaux, ces abrutis qui élisent un Mamère à l’Assemblée nationale ? Suffit-il qu’une vache ou un serpent aient l’étiquette PS ou Europe Ecologie Les Verts pour qu’ils soient élus ?

Ils ont osé.

Ils ont osé, pour préparer les députés et l’opinion à voter les lois qu’ils préparent contre l’islamophobie, c’est-à-dire contre la liberté d’expression, c’est-à-dire pour le retour au délit de blasphème confier à une voilée le discours introductif que l’on peut lire ci-dessus.

Ismahane Chouder est la vice-présidente du Collectif des féministes (sic !) pour l’égalité (re-sic !) née en 2003 contre la loi sur le voile à l’école…

Son combat est simple : autoriser le voile et interdire l’islamophobie.

Ses arguments, à lire dans son discours d’introduction, sont limpides : il y aurait un déferlement de violence(s) contre les musulmanes, pauvres petites choses perdues au milieu de vilains racistes.

On pourrait en rire, parce que la dame oublie de dire que s’il y a provocation elle vient des Continuer la lecture de Une femme voilée à l’Assemblée nationale… sur invitation de Noël Mamère !

Scandale : la Ripouxblique socialiste efface la dette du journal l’Humanité avec l’argent des contribuables

Les socialistes kleptomanes viennent de faire passer un amendement qui prévoit l’effacement de la dette de 5 millions d’euros contractée par le journal communiste et de propagande de la CGT et du Front de gauche, l’Humanité. Depuis de nombreuses années ce journal est en faillite. Il est diffusé auprès d’à peine 40 000 personnes, et sa dette s’élève à 10 millions d’euros. L’État socialiste a donc décidé de fermer les yeux sur la moitié de la dette du journal.

staline-lhumanité-600x360 Encore une fois, la presse d’opinion, qui ne se vend plus,  vit des subsides de l’État, donc de nos impôts. Un scandale ! Surtout quand on sait que les patrons de PME et PMI, ou les artisans croulent sous les taxes et ne bénéficient jamais de la même mansuétude de la part du fisc. Le PS est un parti de mafieux qui transforme notre pays en pétaudière néo-féodale.

Signer la pétition : Moi contribuable, je ne veux pas payer la dette du journal l’humanité. Je signe et je fais signer cette pétition.

 

voir et lire l’article additionnel sur le site de l’assemblée nationale

AMENDEMENT N°410

présenté par

le Gouvernement

———-

ARTICLE ADDITIONNEL

APRÈS L’ARTICLE 33, insérer l’article suivant:

Les créances détenues sur la Société nouvelle du journal L’Humanité au titre du prêt accordé le 28 mars 2002, réaménagé en 2009 et imputé sur le compte de prêts du Trésor n° 903‑05, sont abandonnées à hauteur de 4 086 710,31 euros en capital. Les intérêts contractuels courus et échus sont également abandonnés.

EXPOSÉ SOMMAIRE

L’article 24 de la loi organique relative aux lois de finances précise que « toute échéance qui n’est pas honorée à la date prévue doit faire l’objet, selon la situation du débiteur : – soit d’une décision de recouvrement immédiat, ou, à défaut de recouvrement, de poursuites effectives engagées dans un délai de six mois ; – soit d’une décision de rééchelonnement faisant l’objet d’une publication au Journal officiel ; – soit de la constatation d’une perte probable faisant l’objet d’une disposition particulière de loi de finances et imputée au résultat de l’exercice dans les conditions prévues à l’article 37. Les remboursements ultérieurement constatés sont portés en recettes au budget général. » Or, la Société nouvelle du journal L’Humanité ne peut faire face au remboursement de sa dette contractée auprès de l’État (prêt du fonds de développement économique et social – FDES), sur le capital et les intérêts, parce que ses résultats financiers sont très faibles et qu’elle ne possède plus d’actifs.

Par conséquent, il est nécessaire d’abandonner cette créance détenue par l’État sur cette société.

Ce prêt a été initialement accordé à partir du compte de Trésor n°903‑05 « Prêts du fonds Continuer la lecture de Scandale : la Ripouxblique socialiste efface la dette du journal l’Humanité avec l’argent des contribuables

Christophe Guilluy : « La France périphérique représente 60% de la population, mais elle est invisible aux yeux des élites »

Christophe Guilly revient sur cette « France fragile » éloignée des grandes villes et victime de la mondialisation.

800px-Lotissement_Maule02Pourquoi cette invisibilité des classes populaires?

C. G. Elles le sont d’une part parce qu’on a abandonné « la question sociale » dans les années 80, mais aussi parce que ces catégories vivent dans cette France périphérique éloignée des métropoles d’où proviennent les élites.

Loin de Paris, mais aussi des grandes villes qui sont les premières bénéficiaires de l’économie mondialisée et d’une société ouverte. Mécaniquement, les politiques publiques se sont de plus en plus concentrées sur les grandes villes, qui rassemblent désormais 40 % de la population, en délaissant la nouvelle question sociale naissante dans la France périphérique.

Outre son invisibilité, quelles sont les caractéristiques de cette population ?

C. G. On ne peut pas dire qu’elle ait une conscience de classe. Mais cette France périphérique représente désormais un continuum socioculturel où les nouvelles classes populaires sont surreprésentées. Elles ont en commun d’être des victimes de la mondialisation. Elles habitent loin des territoires qui comptent et qui produisent le PIB national. Si les ouvriers étaient au cœur du système productif et donc dans les villes, aujourd’hui, les nouvelles classes populaires sont au cœur d’un système redistributif de moins en moins performant.[…] Dans cette France fragile, il n’y a pas de création d’emploi. […]

Cela aura-t-il des conséquences pour les élections municipales de mars 2014 ?

C. G. La défiance des classes populaires vis-à-vis des responsables politiques gagne maintenant les maires, qui sont considérés comme impuissants face au délitement du territoire et eux-mêmes victimes des décisions et des représentations portées par les élites.

Politiquement, ces nouvelles classes populaires sont désormais très éloignées des grands partis, c’est pourquoi elles constituent l’essentiel des abstentionnistes et des électeurs du Front national.

Une partie de la France fragile vit également dans les métropoles, et notamment Continuer la lecture de Christophe Guilluy : « La France périphérique représente 60% de la population, mais elle est invisible aux yeux des élites »

Nicolas Doze : Explosion du travail au noir et du “travail gris”

Petite précision : d’un point de vue philosophique, le travail au noir est néfaste pour l’État et donc, dans une démocratie, pour la collectivité. En revanche, d’un point de vue économique, le travail au noir aurait tendance à favoriser la consommation,mais représente également une concurrence déloyale pour les entreprises qui se l’interdisent. Le problème c’est que l’État a tout fait pour que nous rentrions dans un cycle infernal où les verrous qui garantissent le consentement à l’impôt risquent de sauter les uns après les autres…. et c’est là que l’Histoire intervient et nous rappelle que les plus grandes révoltes sont souvent nées de l’impôt devenu confiscatoire…. si l’argent n’entre plus dans les caisses de l’État, l’État n’est plus… et c’est le bordel.

Addendum 06/12/2013: La dangereuse explosion du travail au noir

Les récentes réformes fiscales dans le champ des services à la personne ont renchéri le coût du travail de 12 %.

Un raz de marée. Selon le dernier baromètre O2-Market Audit réalisé fin novembre, un Français sur trois déclare travailler ou avoir travaillé au noir, contre seulement 13 % en 2008. Ce n’est pas le seul chiffre choc de ce sondage. Sont ainsi payés «au black» plus de la moitié des baby-sitters et des aides scolaires, un tiers des salariés dans le domaine des tâches ménagères, ou encore 42 % dans l’accompagnement des personnes âgées.

«Cette tendance est préoccupante», juge Guillaume Richard, le PDG et fondateur de l’entreprise de services à la personne O2, le leader du marché. Près de 20 % des sondés déclarent recourir au «travail gris» (variante du travail au noir qui revient à ne déclarer que quelques heures travaillées) contre 2 % seulement il y a cinq ans..

Particuliers employeurs comme salariés s’y retrouvent, chacun pour des raisons différentes. Côté particulier, la réduction des avantages fiscaux attachés au travail à domicile – suppression du régime au forfait en 2013, abaissement du plafond des niches fiscales en 2012, retour sur l’exonération de 15 points de cotisations patronales en 2011 – a renchéri le coût du travail de 12 % en deux ans.

Une note qui pourrait encore grimper… «Après la disparition du forfait cette année, nous allons subir un second coup de massue avec le passage de la TVA de 7 % à 10 % au 1er janvier», prévient déjà Charles Dauman, le directeur général de la société Shiva.

Ces mesures pénalisent aussi les employés. Moins d’heures déclarées équivaut à une retraite plus basse à terme et une fiche de paye inférieure dès à présent, avec les problèmes d’accès au logement et au crédit que cela peut poser. Mais s’ils choisissent de ne pas déclarer toutes leurs heures, c’est afin de ne pas dépasser le seuil de revenu qui leur bloque l’accès aux aides sociales. Ou encore, pour d’autres mieux lotis, afin d’échapper à l’impôt sur le revenu…

Le Figaro

 

Tu m’étonnes… courbe de Laffer : trop d’impôt tue l’impôt.

Tabac : la France ouvre encore plus ses frontières !

Une bonne nouvelle pour les trafiquants, une très mauvaise pour les commerçants honnêtes. On dit merci qui ? Merci Bruxelles.

l_plan-lutte-contrefacon-cigarette-valerie-pecresse-ministre-budget

– – – – – – –

Lu sur France Transaction

Tabac : jusqu’à 10 cartouches par personnes !

Mauvaise nouvelle pour les buralistes, après les augmentations successives du prix du tabac, le gouvernement vient d’annoncer l’augmentation des quotas d’importations de cigares et cigarettes en provenance des pays européens.

Dès le 1er janvier 2014, les Français pourront ramener jusqu’à 10 cartouches de cigarettes des pays de l’Union européenne, soit 50 cartouches par voiture, contre 5 auparavant. Pour les cigares, l’addition est encore plus salée avec une multiplication par 20 du volume autorisé, passant de 50 par personne actuellement à 1.000 !

Tabac : l’Europe met le feu au poudre !

Cette décision est issue d’un arbitrage de la Cour européenne datant de mars 2013 et qui a condamné la France à ouvrir son marché, considéré comme « indûment protégé ».

Avec cette nouvelle réglementation, les échanges transfrontaliers risquent d’exploser et avec eux le marché noir. Déjà très actif depuis de nombreux mois, le trafic pourra désormais s’organiser en toute impunité avec des cargaisons pouvant aller jusqu’à 100.000 euros par voitures (5.000 cigares et 500 paquets de cigarettes).

Avec la hausse annoncée du paquet à 7 euros en janvier 2014, les buralistes risquent de ne pas faire long feu…

AME : « Les Sénégalais débarquent en charter à Roissy pour suivre une chimiothérapie »

Les Sénégalais débarquent en charter à Roissy pour suivre une chimiothérapie à l’hôpital Saint-Louis, les Chinois viennent se faire enlever la prostate, les insuffisants rénaux des pays de l’Est affluent en car pour profiter d’une dialyse… Et qui finance tout ça ? La France. » Si le Dr Didier Legeais, chirurgien urologue à Grenoble et vice-président de l’UCDF (Union des chirurgiens de France), affirme ne jamais refuser de soigner un patient, quelle que soit sa nationalité, il déplore que les pays d’origine ne prennent pas en charge ces opérations, souvent extrêmement coûteuses.

« Que les étrangers réclament nos compétences, c’est une excellente nouvelle, argue-t-il. Mais que les Français financent la santé de leurs voisins, n’est-ce pas stupéfiant ? Notre pays est devenu une véritable vache à lait médicale. »…

En cause, la « philosophie de supermarché », dénoncée par de nombreux Continuer la lecture de AME : « Les Sénégalais débarquent en charter à Roissy pour suivre une chimiothérapie »

Directive détachement des travailleurs : Marion Maréchal Le Pen dénonce le cynisme de l’UMPS.

Encore un fois Marion Maréchal Le Pen montre l’hypocrisie des élus socialistes et de l’UMP. Ils ont organisé  le dumping social et aujourd’hui,à quelques mois des élections, ils pleurent sur les conséquences des causes qu’ils chérissent.

En quelques phrases la députée du Var a démontré toute l’incompétence de cette caste au pouvoir depuis 30 ans.

 

Avec cette directive, l’UE a permis une délocalisation inversée pour les secteurs non délocalisables. Elle permet à un employeur de recruter pour un temps donné, une personne envoyée spécialement d’un autre État membre, tout en versant uniquement les charges sociales de son pays d’origine. Or la France a au sein de l’UE le taux le plus élevé de charges sociales rapportées aux salaires. Ajouter à cela le fait que le salaire minimum est un des plus élevés, et que plusieurs de nos partenaires n’en ont pas, il ne fallait pas être madame Irma pour anticiper que la directive détachement était un arrêt de mort pour la compétitivité de nos entreprises.

C’est la prime à l’embauche étrangère et au chômage français. N’en déplaise à certains collègues, j’assume : je défend d’abord le travail des français en France. Alors traitez moi de xénophobe si vous le souhaitez pourtant il me semble que c’est l moindre des choses pour un homme politique français.

La crise actuelle est due à votre silence sur ce sujet depuis 1996 et à l’élargissement totalement irresponsable à l’Est que vous avez encouragé et voté.

Derrière les attaques médiatiques et festives anti-FN se cachent la volonté totalitaire d’en finir avec la dissidence patriote.

Le système s’échine à diaboliser le FN. Tous les jours les comptes facebook des militants konk-non-à-la-haineFN ou RBM sont décortiqués par des journalistes dont le seul talent ne repose que sur leurs compétences de délateurs staliniens. Ils y cherchent le  » dérapage » sur la route de la bienpensance qu’ils ont eux même balisé. La semaine dernière le journal le Monde ( propriété des milliardaires de gauche Mathieu Pigasse et Pierre Bergé ) publiait une série d’articles anti-Fn dont l’ un avait pour titre « « Le programme du FN produirait un profond et durable appauvrissement »« . Le journal les Échos dans un esprit moutonnier qui caractérise si bien les faibles d’esprits se fendait d’une analyse intitulée  » les aberrantes propositions économique du FN ». Toujours dans la même semaine, sur TF1 cette fois, c’est un reportage qui dénonçait la montée du FPO en Autriche en évoquant pèle mêle le nazisme, le nationalisme et….. le Fn. Même dans « Plus belle la vie » on tente d’insinuer que le danger fasciste rode. Ça ne m’étonnerait pas  de voir dans la météo d’evelyne dheliat des messages subliminaux sur le retour des heures les plus sombres de notre histoire.

Comme si cela ne suffisait pas, le PS, et la cohorte de ses affidés, organisent, ici et là, meeting et marches contre le racisme en prenant pour cible… le FN.

À l’occasion d’une soirée anti-raciste organisée par le ministère de la culture, donc avec notre fric, le cacochyme Guy Bedos n’a  pu s’empêcher de baver sans retenu sur Marine Le Pen. Son jugement politique est tellement fin qu’il se passe de commentaire :

Bien sûr dans cet océan d’injures, d’approximations, de manipulations, et de propagandes, aucun média n’aura évoqué les agressions dont font l’objet Marine Le Pen, les militants et les locaux du FN. Rien sur les atteintes à la liberté d’expression. Rien non plus sur les problèmes concrets que le FN est le seul à aborder et que la caste fait mine aujourd’hui de découvrir après les avoir volontairement occulter.

Des pratiques  dignes des régimes totalitaires.

Dans les Lettres Luthériennes, Paolo Pasolini a une phrase prophétique : « Le fascisme peut revenir sur la scène à condition qu’il s’appelle antifascisme ».

Nous y sommes.

Regardez ces socialistes sur scène, on les croirait sortis du cerveau d’Orwell.
Regardez ces socialistes sur scène, on les croirait sortis du cerveau d’Orwell.

Car ces démocrates qui ont refusé le vote des Français sur la constitution européenne ne sont pas des démocrates !

Ces républicains qui ont délégué l’ensemble de notre souveraineté à des instances supra-nationales non élues, ne sont pas des républicains !

Ils sont les gardiens d’un système qui nous maintient la tête sous l’eau. Héritiers des communistes révolutionnaires, ils rêvent d’un homme nouveau libéré de ses racines, de ses ambitions nationales, de son attachement à un passé, à une histoire. Robespierristes, ils n’ont pas abandonné l’être suprême et la terreur qu’il est nécessaire de déployer pour y parvenir.

Leur obsession : tuer dans l’œuf toute forme de dissidence

Il est faux de croire que la caste se contentera de terrasser le FN. Pour eux ce parti n’est qu’une cible derrière laquelle ils espèrent toucher et tuer les patriotes et leurs idées.

Car si le FN avait un autre nom, ou s’il avait à sa tête un autre chef, la hargne des journalistes et la haine des politiques de l’UMP, du PS ou des mélenchonistes, seraient la même. Ce qu’ils refusent c’est que la Nation française ait un avenir. Ce n’est pas le FN qu’ils veulent détruire, mais l’idée de protectionnisme, de frontière, d’Europe des nations, de souveraineté, de peuple français, de racine, d’assimilation, d’avenir national.

À leurs yeux, un patriote est un chien au sens où l’entendait Jean Paul Sartre quand il parlait des anticommunistes. Nous sommes ces européens que Sartres, encore lui, voulait voir mourir afin de libérer les damnées de la terre (“Abattre un Européen, c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé ; restent un homme mort et un homme libre.” préface des damnés de la terre de l’anticolonialiste Franz Fanon)

Oui ils veulent l’extinction des idées patriotes

Je me souviens de la campagne de Jean-Pierre Chevènement pour la présidentielle de Continuer la lecture de Derrière les attaques médiatiques et festives anti-FN se cachent la volonté totalitaire d’en finir avec la dissidence patriote.

Philippe Martel (FN) : « Les Français ne savent plus très bien qui ils sont, à quelle identité se rattacher »

Il peut s’en passer, des choses, au cours d’un déjeuner. Un proche d’Alain Juppé peut par exemple se changer, par une recette inattendue, en proche de Marine Le Pen. Présenté à la présidente du Front national par son camarade de promotion à l’ENA, Paul-Marie Coûteaux, Philippe Martel, ex-militant du RPR qui n’avait jamais voté FN, a ainsi décidé de rejoindre le parti d’extrême droite. Lui qui avait dirigé le cabinet du maire de Bordeaux au Quai d’Orsay dirigera désormais celui de la candidate frontiste. […]

3517017_6_1034_philippe-martel-nouveau-directeur-de-cabinet_87e1da1a87d0f4ec316ee0f247990675

Le Point.fr : Pourquoi cette « conversion » au FN ?

Philippe Martel : Je ne me suis pas réveillé un matin en me disant, mais bien sûr, il faut rejoindre le Front national. Ça a été une lente évolution. La première chose, c’est la présidentielle de 2002. J’ai voté Chirac, mais j’ai été troublé par les réactions hystériques à l’arrivée de Le Pen au second tour. Le refus du débat, cet anathème jeté sur quelques millions d’électeurs, j’ai trouvé ça profondément antidémocratique. Ensuite, il y a eu chez moi une prise de conscience de ce qu’était en train de devenir l’Europe. Je me suis rendu compte que les institutions européennes telles qu’elles avaient évolué cachaient des politiques économiques ultra-libérales non adaptées au modèle français de tradition colbertiste et de moins en moins adaptées à la mondialisation. En 2005, pour la première fois, j’ai voté non à une question européenne. […]

Pourquoi ne pas agir au sein de l’UMP ?

Il y a des gens qui essayent, comme Henri Guaino ou Jacques Myard. Mais dans une UMP qui, idéologiquement, est complètement « UDFisée », c’est impossible de faire passer ce type d’idées. Avec tous ces présidentiables (bientôt, même Nadine Morano va se sentir pousser des ailes !), je crois de toute façon que l’UMP a vocation à exploser pour revenir à une dualité politique traditionnelle : un parti relevant plutôt de la droite orléaniste, centriste et libérale, et un parti qui relève davantage de la droite bonapartiste, comme le RPR autrefois.

Et Alain Juppé ?

J’ai travaillé longtemps pour lui et n’ai jamais eu à me plaindre, il a été un excellent patron. Ce que je constate simplement sur le plan politique, c’est qu’il a considérablement évolué. À l’époque du traité de Maastricht, il avait hésité, ça ne lui était pas complètement naturel d’être pour. Maintenant, c’est un européiste militant. Je l’ai dit et je le maintiens, il s’est boboïsé. […]

Contestez-vous que le FN soit un parti d’extrême droite ?

Aujourd’hui, ça me paraît aussi excessif et aussi mal placé que de dire que François Hollande est un homme d’extrême gauche ! L’extrémisme se juge aux propositions, pas au ton du discours. Si vous prenez le programme du FN, que vous regardez point par point, vous ne trouvez aucune mesure extrême.

Sortir de l’euro, c’est assez extrême ! Continuer la lecture de Philippe Martel (FN) : « Les Français ne savent plus très bien qui ils sont, à quelle identité se rattacher »

Des églises à vendre sur leboncoin.fr

L’archevêché de Bordeaux a décidé de mettre en vente deux de ses églises sur leboncoin.fr. Les deux bâtiments vont être transformés en logements.

eglise-2207882-jpg_1920471

Des châteaux ou des entrepôts, Patrick Schaudel en avait déjà vu passer. Mais des églises, jamais. C’est pourtant bien de l’une des deux églises mises en vente sur leboncoin.fr par l’archevêché de Bordeaux que ce promoteur est désormais l’heureux propriétaire, comme le révèle Sud Ouest.

Ne pouvant faire face au coût de restauration de la chapelle du Christ Rédempteur située à Talence, dans la banlieue sud de Bordeaux, l’archevêché a tout bonnement décidé de s’en séparer. Le lieu de culte, qui date de 1907, va donc bientôt connaître une seconde jeunesse. Un architecte travaille actuellement à sa reconversion en résidence, l’objectif étant d’y loger 16 appartements.

Eglises reconverties Continuer la lecture de Des églises à vendre sur leboncoin.fr

Revue de presse et commentaires sur l'actualité