Après peugeot, Obama oblige Renault à quitter l’Iran

Voilà ce qui nous attend avec le grand Marché Transatlantique que nous concoctent l’UMPS, l’europe et Les États-Unis.

Obama avait déjà demandé à Peugeot de cesser toute relation commerciale avec l’Iran. Or pour la marque au Lion, l‘Iran était son marché le plus important après la France, comme le révèle Jean-Pierre Mercier, délégué CGT de l’usine PSA d’Aulnay-Sous-Bois dans cette vidéo.


Public Senat 2012.07.12, Peugeot PSA embargo… par Hieronymus20

Aujourd’hui les États-Unis demandent à Renault de quitter le marché Iranien, faute de quoi l’Alliance Renault-Nissan risquerait de ne plus pouvoir commercer avec les États-Unis. Renault a produit à travers ses partenaires 100.000 voitures en Iran l’an dernier… Déjà, PSA avait dû se retirer en 2012 sous la pression de GM. Un manque à gagner pour l’industrie tricolore !

Implantés historiquement, les deux constructeurs français sont frappés de plein fouet par le “diktat” américain. Ils détenaient tous les deux une part très importante du marché local… contrairement aux multinationales de Detroit GM ou Ford qui en étaient absentes !

100.000 voitures Continuer la lecture de Après peugeot, Obama oblige Renault à quitter l’Iran

93% des cours d’eau français contaminés par les pesticides

Pour le Commissariat général au Développement durable, la contamination par les pesticides est « quasi généralisée ». Dans 35 % des cas, l’eau est même jugée « impropre à la consommation humaine ».

589320_0202915474105_web_tete

La contamination par les pesticides des cours d’eau en France est « quasi généralisée », les grandes régions agricoles ou viticoles du bassin parisien, du nord et du sud-ouest étant les plus touchées, indique le Commissariat général au Développement durable. « La contamination des cours d’eau est quasi-généralisée en France, essentiellement par les herbicides en métropole et des insecticides en Outre-mer », écrit le Commissariat dans une note « indicateurs et indices » datée du 22 juillet et consultable sur le site du ministère de l’Ecologie .

Les zones les plus touchées sont les grandes régions céréalières, maraîchères ou viticoles que sont le nord de la France, le Bassin parisien, le Sud-Ouest, l’amont du Rhône et la Martinique. « Seuls 7% des points en sont exempts. Ils sont majoritairement situés dans des régions peu agricoles ou à agriculture peu intensives », soit le quart sud-est de la France et l’Auvergne, écrit le Commissariat.

Perpigan : Un nouvel incident relance le débat de la sécurité au tribunal

Le tribunal avait déjà été attaqué en 2012 : Attaque du portail du tribunal : une plainte déposée pour «outrages» et une enquête en cours.

– – – – – – – – –

Jeudi soir, l’atmosphère déjà lourde de chaleur s’est soudain chargée d’électricité, le long du tribunal, où une soixantaine de personnes attendait la sortie de quatre Perpignanais condamnés à de la prison ferme pour des vols avec violence. De l’autre côté du quai, le service d’escorte renforcé, en rang serré, tente d’évacuer les détenus.

« Depuis la foule, l’un des jeunes hommes, âgé de 20 ans, insulte copieusement les policiers et harangue de plus belle ses camarades en réitérant ses insultes », décrit Franck Rovira, du bureau départemental du syndicat Alliance Police nationale. Le jeune homme en question sera finalement interpellé, tandis que policiers nationaux et municipaux constituaient un cordon humain afin de l’extraire jusqu’au véhicule.

Les syndicats ulcérés

Une situation qui n’est pas sans rappeler la série de violences d’octobre dernier, toujours lors du transfèrement de détenus, au cours desquels le portail donnant sur le quai De-Lattre-De-Tassigny avait été enfoncé. Et qui a provoqué, hier, la même vague d’indignation chez les syndicats policiers.

« Nous ne pouvons que constater à nouveau que la sécurité des policiers n’est pas assurée, pas plus que ne l’est celle d’éventuels passants. Devons-nous attendre qu’un drame se produise pour qu’une décision soit prise ? », demande Pierre Ceriana pour Unité SGP Police, réclamant à ce qu’il soit remédié à cette situation « insupportable et dangereuse ».

 

De son côté, le bureau d’Alliance se dit « atterré par le comportement inacceptable de ces jeunes voyous, prêts à en découdre pour soustraire leurs amis des mains de la justice, et par la violence des propos qui sont tenus envers les forces de l’ordre ».

Et, évidemment, les syndicalistes s’interrogent sur le sas de sécurité, promis à l’issue des événements de l’automne dernier… et toujours inexistant. « Ces travaux d’isolement des détenus en attente de transfert auraient dû être faits depuis longtemps ! », s’insurge Alliance.

source

Dictature des bisous : Le procés politique de Génération identitaire (vidéo)

Les 19 militants de Génération Identitaire ayant déployé une banderole sur la terrasse du siège du parti socialiste ont été condamnés à des amendes après 9h00 de procès. (un peu long pour une banderole)

En plus du versement de l’euro symbolique : 500€ d’amende en sursis pour quinze, 10€ par jour pendant 90 jours un soit 900 euros d’amende pour un militant et 500€ sans sursis pour trois personnes. Ils sont condamnés pour violation de domicile. De plus, les 19 militants sont condamnés à verser chacun 190 euros pour les frais de justice du PS.

Peines auxquelles il faut ajouter 100€ pour le Parti Socialiste et 90€ de frais de justice.

Qu’auraient bien pu dire le PS, la gauche et ses média complices, si l’Église de France avait porté plainte contre le LGBT ??????

BQFvyaPCEAAWh9-

Niqab : un contrôle d’identité tourne au pugilat à Marseille (audio)

Une femme de 18 ans portant un voile intégral a refusé de se soumettre à un contrôle de police mercredi à Marseille. En plus de son refus, elle a agressé les forces de l’ordre. D’autres personnes l’ont rejointe. Résultat : trois policiers blessés et les interpellés remis en liberté.

QUATRE FEMMES VERBALISÉES POUR PORT DU VOILE INTÉGRALDans la nuit de mardi à mercredi à Marseille, trois policiers ont été tabassés après un contrôle d’identité qui a mal tourné. Vers 00h45 à proximité de la mosquée Es-Sunna, trois agents de police se sont approchés d’une jeune femme de 18 ans qui portait un voile intégral, le niqab. Conformément à la loi de 2010 sur le voile intégral, des policiers ont décidé de faire un contrôle d’identité. Mais cette dernière a refusé de se soumettre à l’autorité policière.

« Je n’obéis pas aux lois de la République »

« Je n’obéis pas aux lois de la République », a-t-elle expliqué. Elle s’est alors mise à crier et a dénoncé une agression de la police. Elle a même donné des coups de poing au visage d’un policier. C’est là que le compagnon de la jeune femme s’est interposé, de manière à empêcher définitivement le contrôle d’identité. L’homme a ensuite appelé à la rescousse. Une cinquantaine de personnes ont rejoint la bagarre et roué de coups les policiers de la tête aux pieds. L’arrivée de renforts a permis l’interpellation de quatre personnes dont la femme voilée. Mais tous ont été remis en liberté dans la nuit par le parquet de Marseille dans un souci d’apaisement en période de ramadan.

« Le message donné est hors de propos »

Témoignage d’un policier

« Le signal donné à cette affaire par le parquet de Marseille nous laisse dans l’expectative la plus totale, explique David-Olivier Reverdy est secrétaire adjoint du Syndicat de police « Alliance » dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Comment peut-on s’en prendre aux forces de l’ordre et être remis en liberté sans garde à vue, sans être inquiété ? Il me semble que le message donné à la population et à la délinquance, qui je vous le rappelle est assez prégnante à Marseille, est un message qui est absolument hors de propos. On aurait aimé le soutien de la justice et non pas une défiance à ce sujet. Encore une fois, les agents de police de Marseille se sentent délaissés ».

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

La restructuration de la dette européenne n’est plus un tabou. Les ennuis commencent…

Lorsque vous défendez courageusement une position dénoncée comme mensonge par une majorité d’aveugles et d’aboyeurs condescendants, il vous faut, pour tenir bon, vous répéter en boucle la citation d’Arthur Schopenhauer :

Toute vérité franchit trois étapes : d’abord, elle est ridiculisée. Ensuite elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.

 

En ce qui concerne la situation économique, il semblerait que nous entrions dans la troisième étape. Nous allons donc voir et entendre les tartuffes reprendre à leur compte un discours qu’ils considéraient hier comme un tissu de mensonges. Il n’y a rien d’étonnant à cela, c’est la mécanique qui permet aux bandits et aux salopards de se maintenir au pouvoir.

——————————————————————————–

Jadis considérée comme « populiste », l’option de la restructuration de la dette des pays européens dits périphériques devient « acceptable. » Mais passer à l’acte s’annonce délicat.

Les temps changent, et avec eux les convictions. Souvenez-vous, c’était il n’y a pas si longtemps, à peine quatre mois… C’était le temps où l’austérité, la réduction rapide des dépenses publiques et la dévaluation interne étaient les « seules alternatives » à la crise que traversaient les pays d’Europe du sud. Tous ceux qui osaient sortir de ce discours étaient considérés comme « populistes » et, en tant que tels bannis de la communauté des gens sérieux.

Au temps où toute alternative était du populisme

Proposer une annulation de la dette souveraine, par exemple, ne pouvait que flatter les bas instincts des peuples en faisant payer aux malheureux créanciers les erreurs des populations. Populisme, donc.

Qui se hasardait à proposer la réduction de l’austérité, ne tendait-il pas à faire croire que les Etats pouvaient encore vivre à crédit et donc à flatter les envies de dépenses publiques des électeurs ? Populisme, encore ! Tout ce que l’Europe comptait de « gens honnêtes » ne pouvait donc que rejeter ces options « faciles. »

C’était le temps où le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, pouvait avec mépris dénoncer la « sottise » du débat entre austérité et croissance, puisque des finances publiques assainies sont les conditions sine qua non de la croissance.

L’échec patent de la stratégie européenne

Ce temps est désormais révolu. La stratégie européenne a montré plus que ses limites : Continuer la lecture de La restructuration de la dette européenne n’est plus un tabou. Les ennuis commencent…

Encore 14.900 chômeurs de plus au mois de juin

L’inversion de la courbe du chômage n’est pas pour maintenant. Alors qu’en mai, le nombre de chômeurs en catégorie A (sans aucune activité) s’était stabilisé avec seulement 100 demandeurs d’emploi de plus, il est reparti en nette hausse en juin.

Selon les données fournies ce mercredi par la Dares, la division statistique du ministère du Travail, le mois dernier 14.900 personnes (+0,5%) de plus sont venues s’inscrire à Pôle emploi soit l’équivalent d’une ville comme Argentan (Orne). Au cours des 12 derniers mois, le nombre de chômeurs a flambé de 11,2% pour atteindre 3.279.400 en France métropolitaine, un record. Plus de cinq millions de sans emploi

En incluant les personnes ayant effectué une activité réduite (catégories B et C), 4.799.700 demandeurs d’emploi étaient sur les listes de Pôle emploi en France métropolitaine fin juin Continuer la lecture de Encore 14.900 chômeurs de plus au mois de juin

Un policier du 93: « Je ne contrôle plus les femmes voilées pour éviter les émeutes »

Laurent, policier de la BAC dans le 93, a décidé de faire une croix absolue sur le contrôle des femmes voilées. « Ca part presque systématiquement au clash ».

Quand il croise ces femmes au visage masqué, il passe son chemin. « Elles ne marchent presque jamais seules dans les cités. Donc on a pris le parti de ne plus les contrôler du tout, pour éviter ce qui s’est passé à Trappes. »

Une autocensure totale de plus en plus courante sur différents types de délits « pour acheter la paix sociale, pour éviter les émeutes, pour ne pas avoir de collègues blessés ».

Cela ne suffit pas toujours. « Il y a quinze jours, j’ai contrôlé des mecs suspectés d’un vol avec violence. Nous étions deux contre dix. On n’a pas fait le poids », confie-t-il, amer.

Le problème selon lui ne vient pas de la loi mais des mentalités. (…) Il y avait une forme de respect de l’autorité avant qu’il n’y a plus aujourd’hui. Maintenant, lors d’un contrôle, on n’a pas le temps de dire bonjour qu’on se fait déjà insulter. »

Pour Laurent, la loi est loin d’être la même pour tous. « Dans la Creuse, si vous conduisez Continuer la lecture de Un policier du 93: « Je ne contrôle plus les femmes voilées pour éviter les émeutes »

Catastrophe ferroviaire à Bretigny : des scènes de vol et de caillassage ont bien eu lieu (Maj)

Addendum 24/07/13

Le procureur de la République d’Évry, Eric Lallement, a indiqué cet après-midi, avoir « la certitude » qu’au moins « deux vols ont été commis au préjudice de deux passagers », en marge de lacatastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne) le 12 juillet.

Des objets appartenant à ces passagers ont été retrouvés à Châtelet, au coeur de Paris, a indiqué le magistrat. Il a évoqué également des images de vidéosurveillance où les enquêteurs ont pu voir des individus quitter la gare avec des valises qu’ils n’avaient pas en entrant dans le bâtiment.

 

Le Figaro

– – – – – – –

Valls admet du bout des lèvres des vols et du caillassage :

« Il y a bien eu un certain nombre d’incidents que personne ne minimise et qui sont évidemment inadmissibles (…) Il y a eu des jets de projectiles au moment de la mise en place du périmètre de sécurité et il y a eu sans doute des vols et des plaintes qui ont été déposées« . Yahoo

Addendum: <strong>Le Figaro – Brétigny: quatre plaintes pour vol

Quatre plaintes pour des faits de vol survenus après le déraillement du Paris-Limoges le 12 juillet en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne) ont été recensées, a indiqué aujourd’hui le parquet d’Evry.

Outre la plainte d’un médecin urgentiste victime du vol de son portable, le 12 juillet et pour laquelle une enquête du chef de vol en réunion et avec violences a été ouverte, « une enquête distincte est diligentée sur la commission de faits de vols, commis lors de l’évacuation des blessés par la Sûreté départementale de l’Essonne », a indiqué le parquet. Trois plaintes ont déjà été recueillies.

Addendum 19 juillet

Témoignage d’un agent SNCF ayant participé aux secours

Addendum : Communiqué de Marine Le Pen

Brétigny-sur-Orge : mensonges et dissimulations d’Etat Continuer la lecture de Catastrophe ferroviaire à Bretigny : des scènes de vol et de caillassage ont bien eu lieu (Maj)

Présidentielle de 1995 : M. Balladur soupçonné d’avoir détourné les fonds spéciaux de Matignon

Nous rappelons à toutes fins utiles que le porte parole et homme orchestre de la campagne de Balladur en 1995 s’appelait… Nicolas Sarkozy. Et qu’il est possible que l’attentat de Karachi ait un lien avec l’affaire des rétro-commissions touchées par le gouvernement français lors de la vente des frégates et des sous-marins au Pakistan.

– – – – – – – – – – – – – –

Pour Edouard Balladur, le spectre de la Cour de justice de la République (CJR) se rapproche inexorablement. En délivrant, le 18 juillet, un réquisitoire supplétif pour « détournement de fonds publics » et « recel » aux juges chargés du volet financier de l’affaire de Karachi, Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, le parquet de Paris a conforté les soupçons de malversations entourant le financement, en 1995, de la campagne présidentielle de l’ancien premier ministre. Nicolas Bazire, l’ex-directeur de son cabinet à Matignon, qui dirigea aussi sa campagne, est déjà poursuivi dans ce dossier.

article_sarko-balla2

Le délit de « détournement de fonds publics », dont sont désormais saisis les juges, vise le recours, par le premier ministre-candidat, aux fonds secrets, qui auraient abondé de manière illicite sa campagne présidentielle. Le réquisitoire du parquet répondait à une ordonnance du 26 juin des juges. Outre les fonds spéciaux, la campagne de M. Balladur aurait également bénéficié de « rétrocommissions » issues de ventes d’armes fin 1994 au Pakistan et à l’Arabie saoudite.

(…)

Par exemple, en novembre 2011, Frédéric Aucher, un ancien gendarme, militant RPR de longue date, avait expliqué aux policiers de la division nationale d’investigations financières et fiscales (DNIF) dans quelles conditions il était devenu, début 1995, secrétaire général de la campagne de M. Balladur.

« Lorsque l’on m’a demandé de venir à la campagne et que M. Pierre Mongin m’a demandé de quitter mon poste du ministère de la coopération, il m’a dit qu’il compenserait ma perte de salaire par une enveloppe de fonds secrets de Matignon, avait-il révélé. En fin de mois, Pierre Mongin me remettait des espèces. Le montant a évolué au fil des mois. Le premier mois, j’ai eu 30 000 francs, puis 50 000 francs à deux reprises. »

M. Aucher s’est dit certain qu’il s’agissait des fonds secrets, car cela lui avait « été présenté comme cela par M. Mongin », précisant que «  tous les billets étaient d’un montant de 500 francs« . En décembre 2012, l’ex-trésorier de la campagne de M. Balladur, René Galy-Dejean, avait été encore plus explicite s’agissant d’un dépôt suspect de plus de 3 millions de francs en liquide, en avril 1995, sur le compte de l’AFICEB (Association de financement de la campagne d’Edouard Balladur). Il avait assuré avoir été convoqué par Pierre Mongin à Matignon en ces termes : « Arrivé dans son bureau, avait rapporté M. Galy-Dejean, il me montre plusieurs boîtes en carton et me dit : ‘Voilà 3 millions en petites coupures’. C’est cette somme que j’ai apportée à la cellule trésorerie. »

article à lire sur Le Monde.fr

Le journal l’Humanité au tribunal pour licenciements abusifs

Précision : le journal des cocos, à l’instar de la majorité de la presse française, ne se vend plus. Il reçoit donc en échange de sa perte de clientèle des subventions publiques. Selon l’infographie de l’OJim, le journal fondé par Jean Jaurés a reçu de la part de l’État, qui rappelons le est en faillite, 3 millions d’euros en 2012, 6 millions en 2011, et près de 7 millions en 2010. L’Humanité est un journal communiste dont les actionnaires majoritaires sont Lagardère (via sa filiale Hachette Filipacchi), TF1 et la caisse d’épargne.

– – – – – – –

Une société satellite du groupe L’Humanité, la SDPP, employait 23 salariés pour promouvoir des abonnements au quotidien communiste. La structure étant une-hq_25déficitaire, elle fut liquidée en 2011. S’ensuivirent deux jugements estimant que L’Humanité aurait dû proposer des mesures de reclassement aux licenciés.

L’enjeu financier est essentiel pour le journal communiste, une condamnation en 2014, après confirmation du jugement par la cour de cassation, pourrait représenter jusqu’à deux millions d’euros d’indemnités pour licenciements abusifs, soit environ les deux tiers des subventions étatiques reçues en 2012… La fédération CGT des professionnels de la vente accuse la direction communiste « d’adopter les pratiques de la ligne la plus dure du patronat qu’elle dénonce pourtant à longueur de colonnes ».

Ojim.fr

Abdelaziz poignarde un individu à Loos (59). « C’était le début du ramadan, j’étais un peu sur les nerfs. »

La scène se déroule vendredi 12juillet, vers 20h rue du Maréchal-Foch à Loos. Une voiture est arrêtée en double file. Son pilote discute le bout de gras avec un piéton, qui s’avérera être le propriétaire d’un restaurant kebab.

Sans gêne, les deux n’ont que faire du bouchon qui se forme et duquel montent les coups de klaxon.

kebab1-650x375

Le conducteur d’un fourgon situé en première ligne se penche par la portière et leur demande combien de temps ça va encore durer. Manifestement, la question n’est pas du goût des deux intéressés, principalement du propriétaire de la sandwicherie orientale.

Après quelques noms d’oiseaux, la menace se précise : « Sors, si t’es un homme ! », lui balance le type sur le trottoir. « J’ai commis l’erreur de ne pas me dégonfler », expliquera plus tard la future victime aux policiers.

Effectivement. Rentré dans son restaurant, l’homme en ressort armé d’un couteau. Après un coup circulaire, la lame se plante dans le coude droit du conducteur de la camionnette, qui en sera quitte pour une belle trouille et des points de suture. «

J’ai cru pendant deux secondes que j’allais mourir », avouera la victime, un éducateur spécialisé. « Avant de retourner chercher le couteau, il avait dit qu’il allait m’égorger. »

Dans le box de l’audience des comparutions immédiates, Abdelaziz E., 26 ans, admet la réalité des faits à un détail près. « J’étais en train de couper de la salade et j’avais déjà le couteau avec moi quand je suis sorti pour discuter. »

Le président Jean-Marc Defossez ne relève même pas. « Ce qui trouble beaucoup avec Continuer la lecture de Abdelaziz poignarde un individu à Loos (59). « C’était le début du ramadan, j’étais un peu sur les nerfs. »

« A Marseille, les policiers arrêtent de contrôler les femmes voilées pendant le ramadan » (RMC)

Dans Bourdin & Co, une policière se désole de la difficulté d’appliquer la loi contre le voile d’intégral, notamment à cause des autorités qui cherchent à éviter toute émeute et de l’agressivité des musulmans.

« Les Saoudiennes, on n’y touche pas. […] Ils nous arrivent d’avoir des gens intégralement voilés, avec des gants, un masque médical et des lunettes noires. Ce qui revient plus ou moins à la même chose. » – Ouina

Revue de presse et commentaires sur l'actualité