Comment la barbarie s’installe en France

Ce lundi matin, les mouvements antiracistes n’avaient toujours pas fait connaître leurs réactions à l’information, connue depuis hier : samedi soir, à Villeurbanne (Rhône), trois jeunes juifs portant la kippa ont été agressés par une dizaine d’individus qui les ont frappés à coups de marteau et de barre de fer. Hospitalisées, les victimes sont ressorties avec cinq jours d’interruption de travail.  Les agresseurs, décrits comme « d’origine maghrébine » par l’AFP, étaient toujours en fuite, lundi à midi.

 

Selon le député du Rhône (PC) André Gerin, de telles agressions se multiplient à Villeurbanne. L’élu communiste ajoute : « Oui, la gangrène intégriste existe bel et bien dans des quartiers de France. Se diffuse ce poison  de l‘obscurantisme religieux qui nourrit l’antisémitisme et le racisme anti-blancs. Arrêtons de faire l’autruche ».

 

Pour Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) : « Tout se passe  comme si Mohamed Merah (ndlr : le tueur de Montauban et de Toulouse, assassin de sept personnes dont trois enfants juifs exécutés dans leur école) était devenu une sorte de modèle, un exemple à suivre ».

Dans le mois qui a suivi le drame, le Service de protection de la communauté juive a recensé 140 actes anti-juifs, soit le tiers des actes comptabilisés pour l’année 2011. La barbarie s’installe en France, dans l’indifférence des belles âmes et autres « humanistes » de salons.

Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a condamné, lundi, un acte « très grave », d’une « violence insupportable ». Martine Aubry  parle d’un « acte ignoble ».

Ces indignations sont la moindre des choses. Mais il serait temps pour la gauche au pouvoir de se poser des questions sur les sentiments anti-juifs et plus généralement anti-français qui s’observent depuis longtemps dans les cités. Il serait temps qu’elle s’interroge sur ces mouvements prétendument antiracistes qu’elle protège en dépit de leur parti pris et des hiérarchies qu’ils opèrent dans les minorités à défendre. Il serait temps pour le PS qu’il confronte sa politique communautariste, destinée à s’attirer massivement l’électorat musulman, avec le risque de consolidation du multiculturalisme.

 

Le député (UMP) Jacques Myard relate, ce lundi, qu’à Sartrouville (Yvelines), il a été accueilli sur le marché des Indes par une jeune adulte : « Vous n’avez rien à faire ici, ici c’est un terre arabe, c’est une terre appartenant aux musulmans, ce n’est pas une terre française ; vous êtes des racistes, des sionistes,  vous devez partir ». Quand Manuel Valls demande à ses services une étude « sur ce qui a dysfonctionné » dans l’affaire Merah, il serait plus utile encore que le ministre de l’Intérieur se penche sur les mécanismes et les raisons qui ont créé des Français qui détestent la France et qui insultent, par leur intolérance et leur fanatisme, la démocratie laïque.

Source

Agression antisémite : « Les agresseurs sont très majoritairement des jeunes venant de la post-immigration maghrébine. C’est une évidence ! » (Jakubowicz/RMC)

Les GG de RMC débattent avec Alain Jakubowicz (Licra) de l’agression de trois Juifs par une bande de « jeunes » à Villeurbanne. Un auditeur de confession juive raconte comment il a été interpellé dans la rue par des Maghrébins. Avec Patrice Gourrier, Jacques Maillot et Pascal Perri.

« Je peux vous dire que pour le président de la Licra que je suis, ce n’est pas facile à dire. Mais il faut le dire parce que je crois que nos hommes politiques, mais également les services de police, ne nomment pas suffisamment les choses. Il y a une forme d’angélisme, on est en pleine campagne électorale, et aujourd’hui on veut ménager les Juifs, on veut ménager les Arabes, on veut ménager ceci, cela… Et du coup on ne dit pas les choses. » – Alain Jakubowicz

L’école et la gauche: le grand lavage de cerveau.

Deux sondages ont paru durant la campagne présidentielle, concernant le vote des étudiants dans les deux principales écoles de journalisme. Plusieurs centaines d’étudiants, une forte majorité pour Hollande au premier tour, des voix pour Mélenchon, Joly et les trotskistes de service.
Pas une seule pour Sarkozy, même au second tour. Ainsi se trahit l’emprise idéologique de la gauche sur le système médiatique, y compris au sein de la presse réputée de droite. De la PQR aux magazines en passant par les quotidiens nationaux, les chaînes de télé et les stations de radio, l’abordage du « réel » est saturé de présupposés qui déterminent le choix et l’ordonnance des sujets, la sémantique, la symbolique. Le « savoir » enseigné dans les écoles de journalisme a lavé les cerveaux pour y insinuer les attendus d’un conformisme subtilement bétonné.

J’apprends qu’au lycée français Jean-Monnet de Bruxelles, des surveillants ont célébré la victoire de Hollande en dansant sur les tables devant les élèves. « On a gagné ! », clamaient-ils sans vergogne, sachant qu’ils ne risquaient aucune sanction. Les profs exprimaient leur joie sans plus de retenue, certains ayant carrément exhorté en classe les « jeunes républicains » à combattre les idées du Front national. Dans ce même lycée, en classe de troisième, tel enseignant infligea à ses potaches une dissertation sur le thème suivant : « Immigration et métissage, deux pays, deux amours ». Sic. Afin d’étayer la réflexion des candidats au brevet, deux exemples leur étaient suggérés : la biographie de Jamel Debbouze et les « créations » de Thomas Mailaender à base de voitures convoyant des immigrés. Sic. Le même pédagogue invitait les élèves de la même classe de troisième à concevoir, je cite, « après la guerre, le rêve d’un monde nouveau » à partir de la Cité radieuse de Le Corbusier et des photos de Doisneau. J’ignore si l’initiative lui revient, ou si elle figure dans un programme. Elle reflète sur le mode grotesque une vaste entreprise de crétinisation et de manipulation des esprits juvéniles sans équivalent dans l’histoire de la pédagogie.

L’air de rien, tout y est : l’arrêt sur images d’une sous-culture de l’éphémère imputable à la télé, l’apologie sournoise du cosmopolitisme, la sur valorisation des minorités, la complaisance lâche des autorités. Ce qu’on serine aux étudiants dans les écoles de journalisme, on l’inculque en avant-première aux élèves dans les lycées ; la boucle est bouclée, les malheureux pataugeront ad vitamdans l’air du temps, captifs sans le savoir d’une idéologie démoralisante, dans les deux sens du terme.

Les enseignants en sont tout aussi captifs. Il serait trop commode de les incriminer. Tous les instits et les profs que je connais sont dévoués et très conscients du marasme de notre système éducatif. Tous déplorent l’incurie des parents, les méfaits du matraquage télévisuel et des jeux vidéo, l’absurdité des programmes, l’hétérogénéité des classes, la démagogie de politiques et de syndicalistes incapables de définir leur mission. Ils sont de gauche certes, mais outre leur sentiment de prolétarisation, ils cultivent la nostalgie de l’école de Jules Ferry. Ils vireraient de bord si une droite s’avisait de leur restituer de la dignité, donc de l’autorité, en assignant un sens à leur magistère. Continuer la lecture de L’école et la gauche: le grand lavage de cerveau.

Fête des mères : quatre mamans méritantes à l’honneur

La fête des Mères sera célébrée dimanche. La Ville a précédé le mouvement en organisant, hier, la remise des médailles de la Famille française.

(…) Elle s’est adressée en ces termes aux mamans présentes et à leurs familles : « Nous vous devons le respect pour avoir donné de votre personne, de votre temps et de votre amour pour avoir dignement élevé vos enfants. Vos enfants sont votre plus grande richesse. Longue vie à tous ! ».

Anne-Marie Aubrun (huit enfants) et Horiya Zaknoune (douze enfants) ont reçu la médaille d’or. Nezha Charafi (cinq enfants) et Fatima Stittou (quatre enfants), ont eu droit à la médaille de bronze remise par les élus présents à la cérémonie. (…)

La nouvelle république

Marine Le Pen: Mélenchon est un immigrationniste fou. (vidéo)

A l’occasion de la présidentielle, le MRAP avait adressé un questionnaire sur l’immigration et la lutte contre les discriminations à tous les candidats.
Le Front de gauche s’était particulièrement fait remarquer par des positions immigrationnistes inconsidérées:

liberté d’entrée et d’installation de tous les migrants, régularisation de tous les clandestins, carte de séjour automatique de 10 ans pour tout le monde, accueil obligatoire sur le territoire de toute personne voulant se faire soigner, droit du sol intégral, acquisition automatique sur demande de la nationalité au bout de cinq ans de résidence, droit de vote et d’éligibilité étendu à tous les étrangers résidant en France depuis 5 ans, rétroactivité des droits sociaux après régularisation (dont les droits à la retraite), droit automatique de visa pour un proche d’un étranger résidant en France.

Comme si tout cela ne suffisait pas à satisfaire le MRAP, le Front de gauche proposait de s’en prendre à la liberté d’opinion et d’expression. Toute prise de position pro-Algérie française serait considérée comme apologie de crimes de guerre. Et donc poursuivie pénalement .

Dans les manuels scolaires, la priorité serait donnée à l’étude des guerres coloniales et de l’esclavage.

Réponse du Front de Gauche au MRAP / lien 1 / lien 2

Brice Teinturier contre la gauche ethniciste et racialiste de Libé et Sos Racisme. (vidéo)

À l’annonce du gouvernement Ayrault, SOS Racisme s’est ému de l’absence de représentant de la diversité au sein de l’équipe gouvernementale:

«Au-delà de la faible présence des femmes, il est à remarquer qu’il y a un nombre infinitésimal de membres de cabinets ministériels issus des immigrations maghrébine et africaine, ainsi que des Dom-Tom.»

Il n’en fallut pas davantage pour que le journal Libération, bréviaire quotidien de la gôche bobo, enquête sur cette question ethniciste et racialiste:

… Les données récoltées par Libération donnent la couleur de cette caste particulière appelée pour définir et mener la politique du gouvernement, gérer les dossiers, préparer les projets de loi… Des hommes blancs issus des rangs de la haute fonction publique et bien souvent formés sur les bancs de l’ENA, école sociologiquement très monolithique.

(…) Jamais un gouvernement français n’avait accordé autant de place aux Français issus soit de l’immigration, soit des départements d’outre-mer.

Pourtant, cette diversité est quasi-absente des cabinets ministériels.

Cette vision ethniciste de la société est en rupture avec les principes républicains. Elle est la conséquence du multiculturalisme et de la diversitude, comme le souligne le chroniqueur de France Culture Brice Teinturier.

Depuis quand un ouvrier, mâle et blanc, tombé au chômage en Lorraine est-il socialement moins estimable qu’une jeune femme d’origine maghrébine, issue du meilleur milieu et habitant le centre de Paris ?

La substitution de l’identité de genre ou d’ethnie à l’appartenance de classe témoigne d’une évolution idéologique d’une partie de la gauche. Celle pour laquelle le multiculturalisme remplace le bon vieux socialisme, la diversité, la justice sociale.
Mais elle répond aussi, comme en écho, au discours d’une droite qui, l’échéance électorale approchant, a paru tentée par les appels du pied identitaires aux « Français de souche », présentés comme menacés par l’immigration d’origine extra-européenne.

La fin des terres

Entre disparitions des terres et colonisation nouvelle mode, un changement des pratiques et des méthodes s’impose.

 

L’agriculture est un marqueur particulièrement éloquent des inégalités qui sévissent à l’échelle internationale. Elle reflète une forme nouvelle d’impérialisme par l’accaparement des terres et la mainmise de forces financières sur des pays en voie de développement.

De puissants lobbies, peu regardants, investissent massivement dans les terres arables, au mépris de l’agriculture paysanne et des pratiques ancestrales qui ont façonné les paysages. Pendant ce temps, aujourd’hui, en France, disparaît l’équivalent d’un département de terres agricoles tous les sept ans.

Sur-évaluation des terres agricoles, urbanisation, les causes sont multiples. Le territoire se transforme à grande vitesse, abandonnant les champs aux lotissements standardisés, à la production d’énergie photovoltaïque, à l’urbanisation intensive. Loin des recommandations du Grenelle de l’environnement, la France continue à consommer ses terres et à réduire chaque année sa capacité de production agricole, s’obligeant à importer au prix fort de l’énergie des produits alimentaires et risquant à terme de mettre en péril sa souveraineté alimentaire. Dans les pays du Sud, les multinationales, les fonds de pension rachètent, spéculent et affament. Des solutions existent, elles nécessitent de dépasser les outils fonciers qui aujourd’hui ne fonctionnent plus.

Les plus pauvres en première ligne

Jamais les inégalités devant l’alimentation n’ont été aussi criantes entre le Nord et le Sud. Comble de cette agriculture qui marche sur la tête, ce sont les paysans des pays pauvres qui souffrent le plus de malnutrition. La crise financière de son côté, Continuer la lecture de La fin des terres

Propagande: La démocratie selon la mairie PS des Ulis (Essonne)…

Photo prise près du centre commercial Ulis 2. Pour information, Maud Olivier est l’actuelle maire des Ulis et se présente pour devenir député PS avec l’actuel maire d’Orsay, David Ros. Il serait intéressant de se poser la question de la légalité de cette affiche qui fait la promotion du droit de vote des étrangers financée par la commune…

source

Belgique: manifestation d’islamistes à la suite de l’arrestation d’une femme en niqab (vidéo)

À Bruxelles, une manifestation de soutien à Stéphanie, une jeune femme en niqab arrêtée jeudi pour avoir refusé de montrer son visage et décliner son identité, a dégénéré. Neuf personnes, parmi lesquels des mineurs, deux femmes en niqab et un leader de Sharia4Belgium, ont été arrêtées. […] RTL.be

Rappel: Toutes les études démographiques affirment que dans 15 ans la ville de Bruxelles sera à majorité musulmane.
Les revendications de certains groupes deviennent de plus en plus radicales, une situation qui ne cesse de préoccuper les autorités.

A savoir: Depuis juillet 2011, le niqab est interdit en Belgique. Cependant, certaines femmes qui ont été verbalisées à ce sujet ont obtenu gain de cause lors d’un recours en justice.
Ne nous trompons pas, ces polémiques et l’émergence de groupe radicaux ne sont que la conséquence des politiques d’immigration massives menées par les pouvoirs en place.

Revue de presse et commentaires sur l'actualité