Pénurie de masques : les autorités n’ont pas vu plus loin que le bout de leur nez

Ah quand même il serait de remettre en cause la gestion de cette crise sanitaire… le gouvernement navigue à vue et fait n’importe quoi.


L’Etat est-il responsable de la pénurie de masques FFP2 dont doivent s’équiper les personnels soignants pour se protéger d’éventuelles contaminations par des patients ? La polémique grossit. Face à la pénurie, qui frappe surtout les médecins de ville, le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait annoncé le 23 février la commande de dizaines de millions de ces masques. Une réunion a eu lieu jeudi avec plusieurs fabricants qui ont répondu à l’appel d’offres, mais les masques ne sont annoncés que pour dans trois ou quatre semaines. Preuve que le sujet est brûlant, Emmanuel Macron a annoncé mardi la réquisition de «tous les stocks et la production de masques de protection», ajoutant : «Nous les distribuerons aux professionnels de santé et aux Français atteints par le coronavirus.» Mais encore faut-il qu’il y ait des stocks.

Colère

Depuis une semaine, l’inquiétude et la colère des médecins croît. Elle se transforme aujourd’hui en reproches pour imprévoyance. Dix millions de masques ont bien été déstockés et seront distribués cette semaine aux médecins via le réseau des pharmacies, mais il ne s’agit que de masques chirurgicaux, des masques anti-projections que les malades ou possibles malades doivent porter pour ne pas contaminer leur entourage. Mais «ce dont nous avons besoin, c’est de FFP2», déplore Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français, qui craint pour la suite, évoquant un «déficit d’anticipation par rapport à la situation épidémique redoutée». «En cas d’épidémie, seuls les malades les plus graves seront hospitalisés, les autres resteront à la maison. Il faudra les soigner à domicile. Et les médecins seront en première ligne. Mais avec quelles protections ?» Lors d’une conférence téléphonique avec des représentants des personnels de santé, lundi, Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, s’est voulu rassurant, selon un participant : «La double protection suffit.» A savoir un masque chirurgical pour le patient, et un pour le médecin. «C’est du bricolage, tranche Jean-Paul Ortiz, qui en veut pour preuve ce qui avait été fait lors de l’épisode du H1N1. Les médecins avaient reçu dans leur cabinet des masques FFP2 et des lunettes dans des kits.»

S’il n’y a pas eu de distribution de FFP2, c’est qu’il n’y en a plus dans les stocks de la réserve stratégique. L’Etat a en effet décidé il y a une dizaine d’années de ne plus conserver ce type de matériel et de ne pas renouveler les stocks arrivant à péremption après 2010. Les autorités avaient notamment invoqué «la plus grande disponibilité de certains produits et de leur commercialisation en officine de ville».

«Sites à l’arrêt»

Lire la suite sur Libération