Pour Valls, le FN peut conduire «à la guerre civile»

« Supercherie » la semaine dernière, « arnaque » après le premier tour et désormais pourvoyeur d’un risque de « guerre civile ». Lancé dans son marathon pour faire échouer le Front national (FN) dimanche, le Premier ministre Manuel Valls n’y va pas par quatre chemins. « Il y a deux visions pour notre pays. Il y a une vision qui est celle de l’extrême droite qui, au fond, prône la division. Cette division peut conduire à la guerre civile. Et il y a une autre vision qui est celle de la République et des valeurs, qui est le rassemblement », a estimé le chef du gouvernement sur France Inter, à l’avant-veille du second tour des régionales.

Durant les longues interviews de ce vendredi matin, jamais Manuel Valls n’a parlé du «Front», préférant l’expression «extrême-droite».

« L’extrême droite est au fond dans l’arnaque, parce que son projet, c’est une arnaque ». Le FN « trompe les gens, (est) toujours dans l’outrance, tient des propos insupportables », a-t-il accusé peu après, en fustigeant « le clan Le Pen qui, en plus, est poursuivi par la justice ».

«Je n’ignore rien des difficultés de mes compatriotes, je connais leurs souffrances, mais ce n’est pas en ne parlant que de ces souffrances, en les exploitant » qu’on gère une région, a-t-il fustigé.

(…) Le Parisien

103619759_o