Présidentielle 2017 : les 3 propositions phare de Le Pen pour l’éducation (màj: vidéo)

Suppression du collège unique, soutien massif à l’apprentissage, introduction de la sélection à l’entrée de université, 50% du temps scolaire en primaire consacré à l’apprentissage du français.

Bravo!


23 sept 2016

22 sept 2016

La présidente du FN propose notamment de placer l’enseignement du français au cœur de l’école primaire et d’abolir le collège unique.

Marine Le Pen, présidente du Front national, à Paris le 17 mai 2016
Crédit : REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Jeudi 22 septembre 2016, à Paris, Marine Le Pen tenait sa Convention présidentielle sur le thème de l’école. Dans son discours de clôture, la présidente du Front national a esquissé les réformes qu’elle souhaiterait appliquer au monde de l’éducation si elle accédait au pouvoir après l’élection présidentielle de 2017.
(…)

3 dogmes à abattre

« Pour le primaire nous avons un objectif clair et c’est une réforme concrète que je propose : 50% du temps d’enseignement doit être consacré à l’apprentissage du français à l’école primaire », a lancé Marine Le Pen afin de « retrouver un niveau de lecture et d’écriture digne de ce nom ».

« Dans le secondaire, il faut en finir avec le dogme du collège unique, continue-t-elle. Le collège unique est une machine à frustration qui favorise les inégalités (…). À trop vouloir que les élèves soient tous les même, on efface leurs différence et on condamne alors des milliers d’élèves à se sentir écraser par le collège ».

Et Marine Le Pen de louer l’exemple du système éducatif de nos voisins allemands avec son système d’enseignement professionnel. En deuxième réforme, Marine Le Pen propose donc la suppression du collège unique et la revalorisation de l’enseignement professionnel.

Enfin, concernant l’enseignement supérieur, Marine Le Pen veut en finir avec l’interdiction de la sélection à l’entrée de l’université. « Des amphis bondés, des conditions d’études déplorables, des années d’études perdues… Il y a une sélection cachée, une sélection par l’échec », déclarait la présidente du FN, proposant de réintroduire la sélection à l’université pour renouer avec « l’idée d’excellence ».