Profanation d’une mosquée : Le journal l’Humanité s’indigne et déplore le silence de Manuel Valls

Le journal l’Humanité est indigné. Vendredi dernier l’un de ses journalistes a poussé un grand cri d’horreur. Une lamentation éprouvante. Une pleurnicherie inconsolable. Dans un article ayant pour titre : Mayotte. Loin des yeux, loin des indignations de Manuel Valls, les communistes accusent le ministre de l’intérieur d’être resté silencieux à la suite de la profanation d’une mosquée à Mayotte. Pour le quotidien, autrefois bouffeur de curé aujourd’hui lécheur de babouche, c’est la preuve que Manuel Valls vire facho.

Il faut dire que là bas l’affaire n’a pas été prise à la légère.

Tout commence le 31 décembre. Des militaires en goguette et méchamment éméchés déposent la tête d’un porcelet devant une mosquée de l’île. Sur un territoire où plus de 90% de la population est de confession musulmane, l’affront est de taille. Aussitôt les autorités montent au créneau et 30 000 mahorais se répandent dans les rues pour condamner les profanateurs.

Il ne s’agit pas de la mosquée de Labattoir qui a été profanée mais réellement la religion et tous les mahorais à travers leur identité (à partir de 3mn58)

Ces derniers sont mis en examen et seront jugés le 26 février pour « provocation à la haine, à la violence, ou à la discrimination en raison de l’appartenance à une religion ». En attendant le jugement, le procureur de la république leur demande de quitter le territoire. « Compte tenu de la gravité de cette profanation qui heurte ce que les gens ont de plus profond, il me paraît difficile maintenant pour ces personnes-là de continuer à rester à Mayotte dans leur propre intérêt », a averti Mansour Kamardine, avocat au barreau de Mayotte et ancien député UMP.

Que veut dire cette précaution? Est-ce-que cela signifie que dans un département français (Mayotte est devenu le 101ème département de France en 2011) dont la population est à majorité musulmane, l’état est incapable de garantir la sécurité et l’intégrité d’un citoyen ayant porté atteinte à la religion d’Allah ?

Que risquent les militaires ? le Lynchage ?

Quoi qu’il en soit, cette profanation en pleine affaire Dieudonné est passée totalement inaperçue en métropole. Pour l’organe de propagande de la CGT et du PCF, c’est un scandale. Et le mutisme de Manuel vall sur cet incident islamophobe est la preuve que celui-ci n’agit que par calcul. Car les musulmans, selon l’Humanité, ne représentent pas je cite : « un grand intérêt en termes de récupération politique… ».

Pas loin d’y voir le symptôme d’une islamophobie d’état, les plumitifs du quotidien communiste considèrent que Manuel Valls a fait preuve d’un deux poids deux mesures inexcusable. Là encore, selon les communistes, le ministre de l’intérieur préfèrerait montrer de la compassion en faveur des catholiques outragés plutôt qu’à des musulmans se trouvant à des milliers de kilomètres de Paris.

On serait prêt à rire si ces affirmations n’étaient pas aussi grotesques et contraires à la réalité politique de notre pays.

Il n’y a en effet que les communistes pour développer des idées pareilles. Encore une fois leur idéologie les prive de la plus infime lucidité sur le réel.

N’ont-ils toujours pas vu que ce sont des églises qui se vendent sur le bon coin, et des mosquées qui se bâtissent en France.

À qui feront-ils croire que Manuel Valls n’est jamais au chevet de l’Islam ?

À qui peuvent-ils affirmer sans être ridicule que les catholiques profitent d’un traitement spécial, alors qu’ils sont le plus souvent ignorés par l’état quand une église est vandalisée ?

Qu’ont-ils à dire quand le président préfère souhaiter une bonne fête religieuse aux juifs ou aux musulmans mais ignore les catholiques à l’occasion de noël, de pâques et tous les autres jours saints de l’année ?

Où est le deux poids deux mesures?

Le désir d’apparaitre comme des opposants au pouvoir socialiste pousse les anciens bolchos à mentir. En fait ils partagent avec Valls la même duplicité.

Bigots de l’athéisme contre les catholiques, ils deviennent les grands prêtres de la tolérance quand il s’agit de défendre l’Islam dans ce qu’il a de plus ordurier et d’irrationnel. C’est cette dérive qui les a entrainé à soutenir les mollahs pendant la révolution iranienne, le FLN pendant la guerre en Algérie, et à trouver des excuses au Hamas ou au Hezbollah.

A-t-on déjà vu dans les colonnes de l’Humanité une tribune dénonçant l’activisme des Pussy riots contre l’église orthodoxe en Russie ?

Où est la critique communistes des Femen quand elles miment un avortement sur l’autel d’une basilique ? Quand les journalistes de l’Humanité ont-ils osé dénoncé les racailles qui, à Carcassonne, ont caillassé des fidèles à la sortie de la messe ?

Si Marx considérait la religion comme l’opium du peuple, les communistes français ont toujours vu l’islam comme une planche de salut. Les points communs entre ces deux idéologies mortifères ne manquent pas… et si l’Islam n’existait pas, les communistes l’auraient inventé…

Et c’est ainsi qu’Allah deviendra grand en France.

 

Jérôme Cortier