Histoire,  Média-mensonge et propagande

Propagande et manipulation d’État: La Marche des beurs va entrer dans l’histoire de France

La Marche des beurs du 15 octobre 1983 va bientôt être commémorée. Un peu partout, des associations et collectifs se sont montés pour rappeler cet événement. Le gouvernement ne sera pas en retrait. François Lamy, ministre de la ville, doit se rendre lundi 14 octobre à Vénissieux, ville où Toumi Djaidja a lancé, avec son association SOS Avenir Minguettes, l’idée de cette marche « pacifique et revendicative ». Quelque 450 000 euros ont été débloqués pour soutenir les initiatives un peu partout sur le territoire.

Ce qu’on a souvent appelé le « Mai 68 des jeunes immigrés » semble n’avoir pas marqué les mémoires.

C’est l’histoire d’une amnésie collective. De l’oubli d’un événement majeur qui a pourtant secoué toute la société française, lui mettant sous les yeux la présence de milliers de jeunes issus de l’immigration qui demandaient à être reconnus. Le 15 octobre 1983, une petite quarantaine de jeunes immigrés partaient de Marseille pour dire stop aux crimes racistes et réclamer l’égalité et la justice. Ils lançaient la Marche pour l’égalité et contre le racisme, appelée ensuite Marche des beurs.

Ce fut pourtant, en 1983, un électrochoc dans la société. Pour la première fois, ces fils et filles d’immigrés dont on n’avait jamais imaginé qu’ils feraient souche sur le territoire, se mobilisaient.

Trente ans plus tard, une multitude d’initiatives s’apprêtent à commémorer cette marche. Tour à tour, des rencontres sont organisées dans toute la France durant un mois et demi, plusieurs livres sont publiés pour retracer cette épopée, et un film grand public, La Marche, de Nabil Ben Yadir, avec Olivier Gourmet et Djamel Debbouze, sort le 27 novembre dans 500 salles. […]

Le Monde

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE