Puy-de-Dôme : une bonne partie des migrants venus de Calais s’est évaporée

Il y a un plus d’un mois, près d’une centaine de migrants ont été accueillis dans le département dans le cadre du démantèlement de la lande de Calais. Béatrice Steffan, secrétaire générale de la préfecture du Puy-de-Dôme revient sur cet accompagnement.

Dans la nuit du 25 au 26 octobre, 49 et 44 migrants sont arrivés respectivement à Clermont-Ferrand et Pessat-Villeneuve. Mercredi 23 novembre, 29 ont été accueillis dans un troisième Centre d’accueil et d’orientation (CAO), à Loubeyrat. 16 autres ont rejoint celui de Clermont-Ferrand. Secrétaire générale de la préfecture, Béatrice Steffan revient sur ce premier mois.

Un mois après le démantèlement de la jungle de Calais, où en est-on précisément dans l’accueil de migrants dans le Puy-de-Dôme ? « Le CAO de Pessat a une capacité d’accueil de 50 personnes. 44 migrants sont arrivés. Depuis, il y a une évaporation de 18 d’entre eux et trois ont bénéficié d’une aide de retour volontaire au pays. Ils sont donc 23. À Clermont-Ferrand, la capacité est de 54 places. 49 sont arrivés mais 20 sont partis. Le 23 novembre, 16 personnes, en provenance d’Île-de-France, ont été accueillies. Le CAO de Loubeyrat, en soutien jusqu’à présent, a accueilli 29 personnes. »

Ces départs sont-ils surprenants ? «Ce sont des évaporations classiques. Ce ne sont pas des centres fermés.

(…) La Montagne