Quand Mélenchon « analysait » le printemps arabe (vidéo)(rediff)

Mélenchon est allé faire le malin à Tunis pour soutenir ceux qui luttent contre les islamistes que Mélenchon nous interdit de critiquer quand il est en France. Nous rappelons au tartuffe du Front de Gauche que le parti Ennahda actuellement au pouvoir en Tunisie a été soutenu par une majorité de franco-tunisien que Mélenchon ne manque jamais de caresser dans le sens du poil en période d’élection :

Près de 34% au nord de l’hexagone, plus de 30% dans le sud : les Tunisiens de France ont largement voté pour Ennahda, dimanche. Du coup, le parti islamiste rafle 4 des dix sièges qui leur sont réservés au sein de l’Assemblée constituante.

Le Télégramme

Ces islamistes, que les média nous ont présenté comme modérés, ont aujourd’hui le pouvoir grâce à nos immigrés tunisiens. Et Mélenchon, à l’image de toute nos élites, fait comme si de rien n’était. Que feront ces gens quand ils pourront voter en France pour des partis communautaires ? On aimerait bien entendre Mélenchon sur ces questions. Ce jour-là, le petit père sans peuple continuera-t-il à affirmer que ces immigrés sont une chance pour la France ?
Mélenchon brasse de l’air. Il a soutenu la guerre en Libye, alors qu’elle ne pouvait faire que le lit de l’islamisme. Il a vu dans les révolutions arabes un réveil des peuples, alors qu’elles ne pouvait déboucher que sur une prise du pouvoir par des religieux.

Il ne fallait pourtant pas être grand clerc pour deviner que les printemps arabes ne seraient qu’un hiver islamiste. Or pour Mélenchon seuls les esprits dérangés ou d’extrême droite (HOUHOUHOU !!!!) étaient capables de faire une analyse aussi funeste. Mélenchon n’est rien. C’est un sophiste, un philistin, il me fait penser à ces communistes qui en 1975 ont soutenu la révolution iranienne de l’ayatollah Khomeini contre le méchant Oncle Sam.  On voit aujourd’hui le résultat… Mélenchon c’est la fin de la politique et le début du grand cirque.

Rappel de ce que disait ce grand Clown, il y a deux ans:

Rediffusion du 2 NOV 2011

Jean-luc Mélenchon a toujours des analyses fines, perspicaces, modestes et lucides. Pour ceux qui le suivent, il est l’oracle. Le penseur juste de nos temps injustes. Mais malgré ses talents de prophète, celui qui souhaite endosser les habits du Grand Guide n’est pour l’instant qu’un petit père sans peuple.

Alors, pour que cesse enfin cette situation inique… on a décidé de donner un petit coup de pouce au destin en mettant en valeur les propos tenus par Jean-Luc lors du « printemps » arabe… ce n’est que justice !