Politique

Racisme anti-blanc : «Casse-toi de là, sale Français. T’es pas chez toi ici, casse toi !» (vidéo)

Comment décrire l’état d’esprit qui est celui, actuel, de Michel del Burgo ? Colère ? Dégoût ? Incompréhension ? C’est un peu tout à la fois. Mardi soir, vers 18 h 30, le grand chef cuisinier qui s’apprête à ouvrir un restaurant de grand prestige à Carcassonne a été victime d’une agression qu’il ne s’explique pas. Et qui le rend malade. Il raconte.

«Je sortais de mon établissement et me rendais en centre-ville en voiture en passant par le quartier la Conte. Je me suis arrêté à hauteur du bureau de tabac, de l’autre côté de la chaussée, pour répondre à un appel téléphonique…

Tandis que je discutais, j’ai entendu des cris : «casse-toi de là, sale Français. T’es pas chez toi ici, casse toi !», raconte-t-il.

«Sur le moment, ajoute-t-il, je n’ai pas pris ces invectives pour moi». Et de poursuivre sa conversation… «Tout d’un coup, une pierre est venue briser la vitre latérale du véhicule utilitaire, un petit camion frigo. Et puis une seconde a fait exploser le pare-brise», raconte Michel Del Burgo qui n’a eu d’autre choix que de démarrer et partir.

(…)

C’est sans rapport évidemment, mais hier les propos de Jean-François Copé portant sur le «racisme anti-français» ont suscité de vifs débats. Ici, manifestement, il ne s’agit pas de mots, mais de faits.

La Dépêche

Racisme anti-blanc : « On traite ma fille de sale blanche, de boule de sperme, de lavabo, de sale blonde » (RMC)

Eric Brunet débat avec Gilles-William Goldnadel et Benjamin Abtan (SOS racisme) du racisme anti-blanc. Des auditeurs racontent comment ils ont été confrontés à ce racisme.

« J’ai été voir une assistante sociale pour avoir une place dans un foyer de jeunes travailleurs. La dame me dit qu’il y a une place qui va se libérer et on me la garde. […] Deux jours avant le jour J, la dame me dit ‘Monsieur, il n’y a plus de place pour vous’ […] ‘Vous comprenez, vous êtes Blanc, vous êtes Français, vous savez lire et écrire, ça sera plus facile pour vous de vous en sortir’. » – Camille