Repentance : le Crif dénonce les « propos révisionnistes » de Marine Le Pen sur le Vel d’Hiv

Marine Le Pen a raison. La République avait été abolie. La France était occupée. Les fonctionnaires obéissaient à l’occupant qui était devenu le maître du pays.
La France était à Londres. C’est cette vision de l’Histoire qui a présidé jusqu’à Chirac. Et ce grand gland nous a jeté dans la tourmente de la repentance.

Lire la réponse de Marine le pen


Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) « dénonce« , dans un communiqué, les propos de Marine Le Pen, dimanche 9 avril. La candidate du Front national a jugé, dimanche lors de l’émission le Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, que la France n’était « pas responsable » de la rafle du Vel d’Hiv en 1942 à Paris.

 

Par ces propos, Marine Le Pen s’inscrit dans la tradition vichyste et collaborationniste de son père.

« Le Crif dénonce des propos révisionnistes qui dévoilent le véritable visage du Front national« , explique le communiqué. Le Crif juge ces déclarations comme « une insulte à la France, qui s’est honorée en 1995 à reconnaître sa responsabilité dans la déportation des juifs de France et faire face à son histoire, sans mémoire sélective« .

Jacques Chirac avait reconnu, en juillet 1995, la responsabilité de la France au cours de la rafle du Vel d’Hiv où plus de 13 000 juifs avaient été arrêtés.

Marine Le Pen a expliqué « que de manière générale, plus généralement d’ailleurs, s’il y a des responsables, c’est ceux qui étaient au pouvoir à l’époque, ce n’est pas la France« .