Repentance de Hollande sur le 17 octobre 1961 : Zemmour vs Domenach (vidéo)

On rappelle à Domenach ainsi qu’à la gauche francophobe et xénophile que l’édit de Nantes, qui permit de mettre un terme à la guerre de religion, préconisait dans son article premier l’oubli.
Le devoir de mémoire et la repentance sont des inventions récentes que l’on doit aux multiculturalistes dont l’objectif est d’en finir avec la Nation. Stratégie bien connue : Quand on veut tuer son chien on l’accuse de la rage.

L’Édit général (*), avec 92 articles généraux et 56 articles particuliers, dits «secrets», est en premier lieu un texte de pacification. Celle-ci passe par une amnistie générale, autrement dit l’oubli de toutes les offenses (le mot amnistie dérive d’une racine grecque qui signifie oubli).

L’article I énonce : «Premièrement, que la mémoire de toutes choses passées d’une part et d’autre, depuis le commencement du mois de mars 1585 jusqu’à notre avènement à la couronne et durant les autres troubles précédents et à leur occasion, demeurera éteinte et assoupie, comme de chose non advenue. Et ne sera loisible ni permis à nos procureurs généraux, ni autres personnes quelconques, publiques ni privées, en quelque temps, ni pour quelque occasion que ce soit, en faire mention, procès ou poursuite en aucunes cours ou juridictions que ce soit».