Laïcité,  Politique

Réquisition de logements vacants : réactions de l’Eglise

C’est maintenant une certitude, Cécile Duflot est un boulet. La ministre du grand-n’importe-quoi veut réquisitionner les logements vides appartenant à l’Église. C’est toujours drôle de voir une cathophobe comme Duflot en appeler à la charité chrétienne. Drôle aussi le ton qu’elle prend: J’ai bon espoir qu’il n’y ait pas besoin de faire preuve d’autorité. Mais c’est qu’elle serait prête à envoyer les chars contre les curés la courgette du toujours plus de logements pour les immigrés  !. En envisageant de réquisitionner des logements appartenant à l’Église, Cécile Duflot ne fait pas que lancer un affront à la tête d’une institution qui n’a plus à apporter la preuve de son engagement en matière de charité, non, elle piétine aussi deux fondements de notre droit : la propriété privée et la laïcité.

Alors quelles seront les prochaines propositions de Duflot ?. La transformation de notre Dame en HLM ? La reconversion de tous les presbytères de France en salle de Shoot ou en centre de massage pour clandestins stressés ?

Autant dire que L’Eglise a peu apprécié les déclarations de l’incompétente immigrationiste. Et c’est une avalanche de communiqués qui vient de tomber sur la face Nord de Duflot, devenue en quelques mois l’Everest de la bêtise en politique.

L’Église se rebiffe

Le diocèse de Lyon réagit lundi matin aux déclarations de Cécile Duflot.

Dans le Parisien/Aujourd’hui en France, la ministre du logement demande à l’Eglise de mettre à disposition ses logements vides pour héberger les sans-abri. Pour le diocèse de Lyon, c’est déjà le cas dans le Rhône : « la maison diocésaine Saint-Irénée dans le 5e arrondissement accueille chaque hiver depuis trois ans 120 sans-abris. Le diocèse met le lieu à disposition et l’association Alynea gère l’accueil ».

Il affirme par ailleurs que « dans le cadre du plan grand froid, 800 nouvelles places ont été mises à disposition, dont 200 fournies par l’Eglise ou des œuvres chrétiennes, comme Notre-Dame-des-sans-abris ».

Pour le diocèse, « c’est sûr on peut dire que ce n’est pas assez, mais on ne peut pas dire que les chrétiens ne s’y collent pas. En tout cas pour ce qui est de Lyon et du Rhône, c’est quelque chose de significatif ».

L’Eglise catholique du Rhône ajoute qu’à Lyon « quand le commissariat a une famille à la rue, ils n’appellent plus le 115 car ils savent qu’il est saturé, ils appellent directement la paroisse pour savoir si elle peut les accueillir ». (…)

Lyon Mag

Les responsables religieux rappellent  que les associations religieuses comme le Secours catholique travaillent quotidiennement à l’accueil, la réinsertion et l’hébergement des sans-abri. Comme le remarque Le Monde.fr, le diocèse de Paris brandit l’opération Hiver solidarité, qui prévoit chaque hiver l’ouverture par plusieurs paroisses parisiennes de locaux destinés à héberger des dizaines de SDF.

Le Monde

«Avant d’en appeler à l’Eglise, Madame Duflot s’est-elle penchée sur les surfaces disponibles dans les administrations, les banques, les compagnies d’assurance, l’Etat ?», demandent le Diocèse de Paris et la Corref. «Enfin, pourquoi ne pas avoir mis en place le moratoire sur les expulsions dès le mois de mai? Nous aurions évité des centaines de situations qui sont aujourd’hui des urgences», s’interrogent ces deux institutions.

Ces deux institutions citent par ailleurs «quelques exemples issus de l’actualité de ces dernières semaines, des engagements sur le court terme comme dans la durée» en faveur du logement des sans-abri.

Durant tout le mois de novembre, la délégation de Seine-Saint-Denis a sensibilisé les paroisses du département afin de convaincre les bénévoles d’accueillir des SDF, soit dans les salles paroissiales, soit dans des appartements de prêtres inoccupés.

De même, l’opération «Hiver solidaire» est-elle lancée pour la 5e année consécutive dans les paroisses de Paris. «Ce temps fort d’accueil fraternel est une opportunité pour les communautés paroissiales de donner une place à la personne exclue, de tisser des liens entre ceux qui ont un toit et ceux qui n’en ont pas et partager des temps conviviaux».

Libé

 

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE