Saisie de subventions au FN : des responsables politiques s’inquiètent

Marine Le Pen et plusieurs responsables politiques se sont inquiétés lundi d’une atteinte au débat démocratique après la saisie de 2 millions d’euros d’aide au Rassemblement national (RN, ex-FN), un « coup d’Etat » des juges qui met le parti en danger de mort selon sa présidente.

Face aux critiques, le ministère de la Justice a affirmé dans un communiqué qu’il « ne saurait être admis qu’il soit porté atteinte à l’indépendance de l’autorité judiciaire« .

Le Parlement européen a estimé le préjudice total à 7 millions d’euros entre 2009 et 2017.

L’eurodéputé LR Brice Hortefeux a dit qu’il ne « comprenait pas pourquoi on met sous séquestre (un parti) alors qu’il y a une dotation de l’Etat qui arrive chaque année », ni pourquoi les assistants parlementaires « n’auraient pas le droit d’aider la famille politique grâce à laquelle » les eurodéputés ont été élus.

Les « conséquences » de cette saisie « me préoccupent« , a estimé au nom du « pluralisme » le secrétaire général délégué de LR Guillaume Larrivé.

Le RN a « raison de protester« , a affirmé le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde. « S’ils ont commis un délit, (…) il faut attendre la condamnation pour leur prendre l’argent« .

« La logique dans un pays démocratique c’est malgré tout de faire en sorte que le séquestre ne menace pas l’existence même d’un parti« , a renchéri le premier secrétaire du PS Olivier Faure, tout en estimant que « ça n’est pas à Marine Le Pen de se victimiser« .

L’ancien ministre LR Thierry Mariani dénonce une « utilisation politique de la justice« : « Demain, à qui le tour ? Les Républicains ? La France insoumise ?  »

« Il n’est pas juste qu’on frappe des gens avant qu’ils ne soient condamnés« , a réagi Jean-Luc Mélenchon sur BFMTV, tout en dénonçant les attaques lancées par le RN sur ce sujet contre LFI. […]

news.yahoo