Média-mensonge et propagande,  Politique,  vidéo

Sarkozy: Blabla et fraude sociale

Nicolas Sarkozy a mis en place une stratégie de communication qui consiste à élaborer et prononcer des discours trompeusement performatifs.
La forme performative consiste normalement à faire de la parole un acte. Ce sont des expressions qui font littéralement ce qu’elles énoncent. Par exemple: lors d’un mariage le maire prononce la phrase performative:  » je vous déclare mari et femme ». À partir de cette déclaration le couple devient un couple marié.
Mais l’expression n’est performative que si la personne a réellement l’intention de faire l’acte et si le contexte s’y prête. Si la phrase  » je vous déclare mari et femme » est prononcée dans un repas de famille bien arrosé, elle n’ a aucune chance de transformer la situation d’un couple.

Et c’est là que se cache la fumisterie de Nicolas le petit. Quand il souhaite faire un coup médiatique, le président de la république met en scène ses propositions en organisant un déplacement sur le terrain. Ce choix lui permet de donner une dimension d’urgence au sujet abordé et de faire croire que son discours va automatiquement se transformer en acte … Or ses discours répétés en boucle depuis 5 ans ne peuvent être performatifs car ils ne sont jamais suivis d’actes. Et le meilleur lieu pour que la parole d’un président se transforme en acte, n’est pas à la tribune d’un meeting ou à la télévision, mais à l’Élysée et à l’assemblée nationale.

En presque 10 ans- 4 ans comme ministre de Chirac et presque 5 ans comme président- Nicolas le petit n’aura donc été que le président du blabla.

Un petit exemple de mise en scène nous a été donné récemment sur la question de la fraude sociale.

Déjà en 2007 sa majesté promettait d’agir contre les méchants fraudeurs:

« Je veux être le président qui n’aura aucune indulgence envers les fraudeurs. Je veux être le président qui mettra tout en œuvre pour combattre la fraude et punir les fraudeurs quels qu’ils soient. »

discours-de-lorient

En Novembre 2011, Nicolas le petit revient sur la fraude sociale et déclare:

« Je vous le dis, nous devons être sans indulgence contre les fraudeurs et contre les tricheurs. Il ne s’agit pas dans mon esprit de désigner des boucs émissaires, de monter les uns contre les autres, cela n’aurait aucun sens. Il s’agit de préserver un acquis social. Si la fraude prospère, nous ne pourrons pas garder notre modèle social. Ceux qui refusent de lutter contre la fraude sont ceux qui préparent la désagrégation de notre modèle social. »

On est quand même effrayé quand on se dit qu’il y a encore des français pour croire encore aux paroles de cet hurluberlu !