Sarkozy courtise le vote pied-noir: Henri Cuesta réagit vertement à la visite du président-candidat.

En visite à Nice, Nicolas Sarkozy drague le vote des rapatriés d’Algérie. En 2007, cette stratégie lui avait pas mal réussi. Si on en croit Henri Cuesta président de l’association « Non au 19 mars 1962″, il n’est pas sûr que l’exploit se reproduise. Pour lui, il s’agit d’une opération séduction et dénonce les promesses non tenues du président de la République. »

On a tendance à croire que le vote pied-noir ne bénéficie qu’au FN. Ce n’est pas aussi simple, c’est un vote plus dispersé qu’il n’y parait. Au premier tour de la présidentielle, selon une enquête du Cevipof le vote des rapatriés d’Algérie et de leurs descendants se repartirait équitablement entre Marine Le Pen, François Hollande et Nicolas Sarkozy.
28% des pieds-noirs et 24% de leurs descendants, voteraient pour la présidente du Front national, indique le Centre d’études de la vie politique. Ils seraient respectivement 26% (pieds-noirs) et 31% (descendants) à se prononcer pour François Hollande. Mais si 26% des pieds-noirs s’apprêteraient également à voter pour Nicolas Sarkozy au premier tour, en revanche les intentions de vote de leurs descendants en faveur du président-candidat plafonnent à 15%. Le « total des candidats centristes » recueillerait 9% du vote des rapatriés et 14% des voix de leurs descendants. […]

Le Figaro