Sarkozy un président perdu

La fin du spectacle approche. Ce sera un soulagement. Ras le bol du cirque électoral. C’est lassant leur jonglerie, leur numéro de funambule, leur tour de prestidigitateur.
Rarement campagne électorale m’aura semblé aussi démagogique et mensongère. Limite putassière. Ça racole. Ça tapine. On fait les yeux doux aux pauvres égarés du vote FN, les grincheux, les neuneux, les illuminés. On se contorsionne comme une anguille. On fait les plus belles promesses. faut se donner du mal pour les séduire les déprimés, les colériques, les scrogneugneux, les avinés, les incultes, les analphabètes, les ronchons, les grognards, les capricieux. Ceux que l’on dénonce à longueur de journée comme des islamo-pétochards, des républicains Old school, des identitaires apeurés, des petits blancs désintégrés… faut les entendre les racistes frileux, faut les comprendre les xénophobes dépassé… Ils ne sont pas bien dans leur tête voilà tout. Ils se sont trompés de colère. Alors on les cajole. On les dorlote. Il n’y a aucune raison de laisser cette escouade de naufragés du suffrage universel se noyer dans les eaux troubles du fascisme… ils se sont perdus sur les chemins escarpés de la post-modernité… guidons-les vers l’ avenir radieux du monde d’après.

Et pour mener cette opération de salubrité publique, tous les coups sont permis. Même les plus bas. Même le mensonge, le travestissement, la feinte indignation. À cet exercice le candidat Sarkozy est champion. Le boniment c’est son rayon. Dix ans qu’il en use et en abuse le grand sauveur de la patrie. Le candidat du populo…. le président bling-bling devenu porte voix des invisibles et des oubliés. Une vrai mutation. Quand on sait qu’il ne jurait que par le modèle libéral anglo-saxon, le voir aujourd’hui endosser les habits du dernier patriote capable de barrer la route à l’européisme et au relativisme d’une gauche hégémonique, on se dit que la vie politique de ce pays est très malade.

A l’entendre parler on se demande bien qui a pu mener pendant 5 ans cette politique désastreuse qui aura causé l’augmentation du nombre de chômeurs, l’explosion de notre dette, et la perte de notre triple A. Où se cache cet étrange président ? Où se trouve celui qui a imposé à la France un traité européen que le peuple souverain avait eu la sagesse de rejeter ? On a perdu sa trace. Disparu. Évaporé. Il a fait Pschiiiit le président sortant… comme les affaires de Chirac…. Pschiiiit !!
Interrogé sur cette disparition, Nicolas Sarkozy a déclaré n’avoir jamais entendu parler d’un type aussi incompétent. Lui, il est étranger à tout ce qui vient de se passer… il est le candidat des petits et des sans-grades. Rien à voir avec l’hurluberlu que l’on décrit. D’ailleurs, en tant que patriote il ne pourrait pas être cet opportuniste qui a ouvert le capital de nos entreprises les plus stratégiques aux émirs du Qatar. Ce serait indécent. Pas le genre de Nicolas Sarkozy. C’est un homme droit Nicolas. Courageux. Intrépide. Incapable d’une telle fourberie.
Comment peut-on penser un seul instant qu’il aurait osé, lui Nicolas Sarkozy, signer un traité européen de discipline budgétaire sans même consulter le peuple ? Allons soyons sérieux. Il n’y a qu’un socialiste pour faire ça !
Nicolas c’est pas le même acabit. Pas fait du même métal le bonhomme. Il est la voix du peuple !

Et qu’on se le dise : il n’y en a pas deux comme lui. Il a le copyright : la Nation c’est moi, « France for ever ». Entre lui et la France, c’est comme avec Carla, c’est du sérieux. Pas comme cette carpette qui a gouverné le pays pendant 5 ans avec des ministres de gauche alors qu’il s’était fait élire sur un programme de droite.

Nicolas le jure : il ne lui viendrait pas à l’esprit de nommer comme directeur des programmes de la première radio publique de France, l’ancien responsable d’un journal satirique d’extrême gauche . Lui n’oserait jamais déclencher une guerre avec comme commandant des opérations un philosophe à l’encolure germanopratine, et en prenant le risque en prime de mettre au pouvoir des islamistes racistes et sanguinaires à la place d’un dictateur que l’on recevait en ami, un an plus tôt dans les jardins de l’Élysée. Non, Nicolas Sarkozy ne sera pas cet homme. On ne le verra pas non plus monter sur les estrades pour réciter un discours proche du FN tout en choisissant comme porte-parole une ministre auteur d’un livre anti-front national. Pour qui le prend-t-on ? Ce serait un parjure que d’appeler les électeurs à la vigilance contre le socialisme et choisir en cas de duel PS/FN, le candidat de gauche… c’est mal le connaitre le candidat des mortifiés, des consternés, des offensés, des prosternés…

Certains de ses proches racontent qu’en privé Nicolas s’indigne des résultats obtenus par ce président qui a gouverné la France de 2007 à 2012 et qui s’est évaporé dans la nature.

Vous trouvez ça normal vous que ce paltoquet ait fait entrer plus de 1millions d’immigrés légaux pendant 5 ans ? a-t-il interrogé au cours d’une soirée pizza son fidèle compagnon Claude Guéant. C’est beaucoup 1 million… c’est trop… elle a raison la dame blonde qui passe des fois à la télé… Autant vous dire que moi, et ben, il n’est pas né celui qui m’obligera à obéir aux ordres du Medef et de l’Europe de Bruxelles s’est-il empressé de rajouter en roulant des mécaniques sur les coussins qui lui servent de réhausseur, et devant la mine médusée de son complice.
Faut dire que ça le mortifie cette politique laxiste à Nicolas. Il ne peut pas comprendre que ce mystérieux président fuyant et transparent, ait naturalisé tous les ans 130 000 immigrés fraichement débarqués.
On a qu’à leur donner le droit de vote tant qu’on y est ! se serait rebellé le candidat des oubliés. Et pourquoi pas inscrire le mot diversité dans la constitution, ou même le rajouter à notre triptyque républicain… je vous le dit Claude, ce président avait des idées de socialistes. Une rose fanée. Un marteau de plomb et une faucille rouillée…Ah, il vont voir de quel bois je me chauffe…les socialo-écolococos !!!!!

L’apothéose fut quand son ami de toujours lui apprit que depuis 10 ans des prédicateurs islamistes et antisémites étaient autorisés à entrer sur le territoire pour participer au congrès de l’UOIF.

Mais il est où ce dingue ? se serait-il enflammé l’immaculé candidat des pauvres et des miséreux. Il faut stopper cet imposteur. Lui barrer la route. Il n’a plus rien à faire à l’Elysée…. Si on lui laisse encore 5 ans il va finir par accepter la finance islamique…. et là ça serait le pompon….
Quoi ? Que me dites- vous Claude ??? C’est déjà fait ? Ce type a autorisé la finance islamique en France !!!! Oh le renégat… le scélérat… le perfide… l’apprenti dictateur à la noix de coco… le capitaine d’eau douce….


De mémoire de gaulliste on n’avait jamais vu une telle colère chez un patriote. Ça l’a regonflé à Nicolas. Des ailes lui ont poussé. Une tornade. Un sauveur venait de naitre. Du tréfonds de son âme on entendait vibrionner la douleur d’une France en souffrance… c’était le retour de la Nation gauloise fière et insoumise.  Elle était là, dans ces yeux rougis par l’envie d’en découdre, dans ces bras repliés sur un corps vitaminé par le désir protecteur et rassurant d’enlacer dans son entier un peuple opprimé par 5 années de démence… la France était là, en train de sauter sur un canapé de fureur et de rage, comme un enfant qui vient de se rendre compte que le père Noël n’existe pas…..

Si j’attrape cette Olibrius , ce sycophante, ce bougre d’ectoplasme de moule à gaufre, ce Forban, ce polichinelle, je le ratatine, le dépèce, le désarticule… ça va être une boucherie.

En matière de boucherie, Claude guéant n’osa pas dire à Nicolas Sarkozy que le président sortant devenu plus anonyme que le soldat inconnu, avait accepté que 50% de la viande distribuée dans le pays soit halal. Pis même : ses acolytes avaient refusé de voter une loi européenne en faveur de l’étiquetage.
En apprenant cela, son sang n’aurait fait qu’un tour… et dans un si petit corps, c’est dangereux.

Ce fut la lecture de quelques lignes sur la discrimination positive, la laïcité ouverte, le droit de vote des immigrés, le curé au dessus du maitre d’école, sur «L’islam, religion de progrès, de science, de finesse, et de modernité» , écrites par le président volatilisé, qui le décida à se présenter à l’élection présidentielle afin de réveiller la France des assommés.

Claude, il va falloir m’apprendre des trucs sur ce pays que vous appeler la France et les français. Faut que je les débarrasse du père Ubu qui la gouverne depuis 5 ans.

Il ne sera pas utile de s’intéresser aux sujets qui concernent l’avenir de la Nation monsieur Sarkozy, lui répondit l’aide de camps du candidat des humiliés. Ce pays est engagé depuis quelques années dans une ère post-démocratique. Les élections qui s’y déroulent n’ont pas l’importance qu’elles avaient naguère. On continue à faire un peu semblant pour divertir le français toujours un peu nostalgique, mais plus on avance et plus on a du mal à cacher la vérité.

Mais quelle est cette vérité Monsieur Claude ? s’enquit Nicolas le vaillant.

Dans le monde d’avant, la France était la France. Elle était entourée de frontières. Elle possédait une monnaie. Elle avait une banque centrale et un parlement dont les élus du peuple étaient chargés de légiférer au nom du peuple souverain. Le gouvernement en place se dotait d’un budget que le parlement voté… c’était une sorte de démocratie….

Oh, ça devait être dur d’être le président de ce pays !!! Et aujourd’hui c’est comment ?

Plus aucune des souverainetés que je vous ai cité n’existe, déplore Claude Guéant, la mine affligée. L’élection à laquelle vous voulez participer est la voie que nous devons emprunter pour entrainer le peuple vers la construction d’une Europe fédérale sous commandement bruxellois. Dimanche les français ne sont pas appelés à voter pour un président de la république. Non, ils vont choisir sans trop en avoir conscience le gouverneur d’ un territoire que nous nommerons dés à présent l’a-france, et qui ne sera en rien comparable avec la Nation que nous avons connu.

Mais que devons nous faire ?

Alors Claude guéant s’agenouilla, posa fermement ses deux mains sur les épaules du candidat des affamés et en le regardant droit dans les yeux lui pontifia à l’oreille :

Nous devons faire comme les autres  Nicolas !… comme les islamo-bobos, les Coco-verts, les Verts-cocos, les stalino- mélenchoniens, les libéraux-socialos, les Sexo-strauss-Khaniens…. nous devons dire ce que leurs média veulent qu’on dise… faire ce que les guestapistes du racialisme sympa nous commandent de faire…. parler comme les règles de la novlangue nous l’impose…. insulter ceux que tout le monde insulte, continuer à faire comme avant, se taire, ou mentir, ou faire semblant… et pour cela je vous le confirme, mon ami….vous êtes l’homme de la situation…. il y aura toujours des gugus pour croire à vos sornettes….

Jérôme Cortier