Selon un témoin, « les skinheads ne cherchaient pas la bagarre »

– Esteban et sa compagne, militants de la cause animale, étaient « ciblés » depuis six mois par les Vegan Antifa de Clément Méric.

– Manif en hommage à Clément également à Toulouse… Huff. Post

-

Addendum :

Esteban M., principal suspect dans l’enquête sur la mort de Clément Méric, a été mis en examen ce soir pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner.

Le juge d’instruction n’a pas retenu l’homicide volontaire, qualification choisie par le parquet dans l’ouverture de l’information judiciaire, et donc estimé, au vu des premiers éléments de l’enquête, que le suspect n’a pas eu l’intention de tuer le jeune militant d’extrême gauche.

Le Figaro

Addendum :


Clément Méric: un témoin décrit le début de l… par BFMTV

Dans cette vidéo vous apprécierez le pacifisme de cette extrême gauche si sympathique aux yeux de Valls et de la gauche affabulatrice.

« Un flic, une balle, justice sociale ! »

Fdesouche

Julien Terzic est un redskin ( communiste). C'est une figure du mouvement auquel appartenait clément Méric. Sur son T-Shirt figure un poing américain qui en dit long sur le pacifisme d'extrême gauche.
Julien Terzic est un redskin ( communiste). C’est une figure du mouvement auquel appartenait clément Méric. Sur son T-Shirt figure un poing américain qui en dit long sur le pacifisme d’extrême gauche.

(…) Un vigile présent sur les lieux du drame est qualifié de témoin « principal » par les policiers. L’homme met en cause les quatre militants du groupuscule antifasciste auquel appartenait la victime, et plus particulièrement l’un d’entre eux.

Selon ce témoignage, ce garçon très remonté avait des gants de boxe dans son sac et a incité les autres à se battre contre les skinheads, qui toujours selon le vigile, cherchaient plutôt à éviter l’affrontement et à partir discrètement.

Le témoin a précisé que Clément Méric aurait déclaré à propos des skinheads : « Ce sont des gens qui ne devraient même pas être vivants. » Il maintient toutefois que le jeune étudiant n’était pas le meneur, et que si son camarade ne l’avait pas poussé à se battre, rien ne serait arrivé.

Le Point

 

Clément Méric et le principal suspect étaient connus des services de renseignement

Clément Méric était, selon une source policière citée par l’AFP, connu des services spécialisés comme appartenant à un groupe de militants d’extrême-gauche « qui recherchent la confrontation » avec ceux d’extrême-droite, notamment la vingtaine de skins constituant le noyau dur des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR).