Sisco: Rixe entre jeunes Corses et jeunes maghrébins (maj: Hocine, clandestin, est en fuite )

19 Aout

e placement sous contrôle judiciaire, assorti de l’interdiction de retourner à Sisco, s’applique à deux des trois frères, Jamal Benhaddou, 29 ans, plaquiste domicilié à Furiani au sud de Bastia, et Abdelillah Benhaddou, 38 ans, plaquiste. Leur sont reprochées des violences en réunion, avec des couteaux et des pierres.

Le troisième frère, Mustafa Benhaddou, 33 ans, ouvrier du bâtiment au chômage vivant à Furiani, a lui été placé en détention jusqu’au procès. Il doit répondre de violences en réunion, et notamment d’usage d’un fusil harpon, de jets de pierre et de menaces au couteau. Un quatrième frère, Hohcine, en situation irrégulière, est actuellement en fuite.

Le Point


18 Aout

Voir aussi: LE PROCUREUR DE SISCO: LES MAGHRÉBINS ONT PASSÉ LEUR JOURNÉE À AGRESSER TOUT LE MONDE

Voir aussi: Sisco : une vidéo bat en brèche le témoignage anonyme des baigneurs musulmans diffusé par BFM et i>Télé

17 Aout 2016

« Globalement, la version avancée par les jeunes est corroborée », indiquait hier soir une source proche de l’enquête. Le soir des événements, à chaud, les jeunes gens avançaient tous la même version sans aucune divergence sur le déroulement chronologique des faits et faisant état de détails identiques.

Le lendemain, dimanche, à l’occasion d’un rassemblement devant les grilles de la mairie de Bastia, cette même version était une nouvelle fois avancée par une jeune femme de dix-sept ans qui appartenait au groupe pris à partie. De jeunes gens. Selon un touriste rencontré à Sisco, témoin de la scène et entendu près de trois heures par les enquêteurs de la gendarmerie, signe de l’importance accordée à ses déclarations : « Ils [les familles d’origine maghrébine, ndlr] voulaient simplement privatiser la plage, ils n’ont pas accepté que des photos de l’endroit soient prises ». […]

Corse Matin

(…) « Globalement, nous pouvons dire que la prise d’une photo est bien à l’origine de ces violences, explique Frédérique Oliveaux-Rigoutat, procureur adjointe à Bastia. Cela a été confirmé par les premières auditions. »

D’après nos informations, plusieurs personnes d’origine maghrébine impliquées dans ces violences sont connues des services de police : « Quelques procédures ont été établies à l’encontre de ces individus. De la délinquance des banlieues, du droit commun », admet une source proche de l’enquête qui n’entend pas en dire davantage.

(…)
Source

16 Aout 2016

15 Aout 2016

Rixe en Corse : « Ils se sont mis à trois pour le tabasser », raconte la mère d’une victime

 La journaliste nous parle de communauté corse et de quartier multiculturel.. les mots ne veulent plus rien dire pour ces incultes.


Rixe en Corse : « Ils se sont mis à trois pour… par Europe1fr

14 aout 2016

Témoignage de la soeur de l ado agressé à la machette

Après la violente rixe en bord de mer, les Corses « montent » dans une cité de Bastia

Environ 500 personnes se sont rassemblées dimanche 14 août matin à Bastia au lendemain d’une violente rixe dans une crique en bord de mer à Sisco en Haute-Corse, qui a fait quatre blessés, a constaté une journaliste de l’AFP.

Le déroulement des faits est encore très flou. Une jeune fille mineure, témoin des affrontements, s’exprimant au mégaphone devant les personnes rassemblées, a indiqué que la rixe avait éclaté selon elle alors que plusieurs femmes qui se baignaient en burkini étaient prises en photo par des touristes. Des insultes ont été proférées par un groupe de jeunes gens d’origine maghrébine, selon la jeune témoin.

Selon ce témoignage, plusieurs hommes plus âgés, d’origine maghrébine, sont alors arrivés, munis de hachettes, s’en prenant à un groupe de jeunes gens corses, âgés de 15 à 18 ans qui étaient sur la plage. « Mon frère a été tabassé, il est choqué pour toujours », a déclaré l’une des manifestantes. Des parents des jeunes gens sont à leur tour intervenus et deux d’entre eux ont été blessés avec des harpons, a indiqué la jeune fille.

« Le ton est monté », « les gens du village sont descendus », a ajouté la jeune fille selon laquelle les pneus de plusieurs de leurs voitures ont été éclatés par des femmes maghrébines tandis que les villageois ont renversé une voiture et incendié deux autres véhicules appartenant à des membres de la communauté maghrébine.

« Vous n’avez qu’à venir nous voir à Lupino », un quartier périphérique, populaire et métissé de Bastia, aurait lancé l’une des personnes d’origine maghrébine.

SourceTémoignage en vidéo (que vous ne verrez pas sur BFM ou Itélé)

Première partie

Seconde partie

Témoignage

CpzvsGEWcAA2t4R

CpzvtHYXEAAr-3u

Cp0hrDZW8AAd2Zc

« Vous pouvez monter, mais restez calme »

En fin de matinée, dimanche, les manifestants ont été reçus à la préfecture de Bastia. À la sortie, dans une ambiance très tendue, la foule a crié « aux armes, on va monter parce qu’on est chez nous », sont allés vers une des cités du quartier Lupino, dont les gendarmes mobiles bloquaient l’entrée. En début d’après-midi, les manifestants se sont dispersées dans le calme, selon Corse-Matin.

Le maire de Sisco, Ange Vivoni avait lancé, à sa sortie de la préfecture, un appel au calme. « Vous pouvez monter, mais restez calme », a-t-il dit. Les personnes rassemblées « se sont dispersées dans le calme, au niveau de la cité des Monts », écrit Corse-Matin, selon qui « les forces de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes devant l’hôpital après avoir reçu des pierres sur leurs camions ».


13 aout 2016

Une rixe a éclaté aux alentours de 18h30 dans une crique au niveau de la sortie Nord de Sisco, vendredi 13 août.
Deux groupes de jeunes sont impliqués dans l’altercation : des Corses résidant dans la commune de Sisco et des jeunes issus de la communauté musulmane.

Parmi les deux groupes, cinq jeunes ont été blessés à l’arme blanche.Ils ont été transportés en urgence à l’hôpital. Leur pronostic vital n’est pas engagé.

Apprenant la nouvelle de cette rixe, une centaine d’habitants de Sisco se sont attroupés sur les lieux, provoquant d’importants mouvements de foule.

Une trentaine de personnes ont mis le feu à trois véhicules appartenant aux jeunes Maghrébins.

40 gendarmes et 30 CRS ont été dépêchés sur place. La circulation a été coupée dans les deux sens au niveau de Sisco.

On ignore à ce stade les causes qui ont déclenché la rixe.

France 3 Régions