Sociétés écrans, placements offshore : client de HSBC l’ex-président du CRIF, Richard Prasquier, avait un compte au Panama

Des dizaines de contribuables français détenteurs de comptes ouverts à la HSBC Genève ont été interrogés ces derniers mois par les gendarmes. Confrontés aux listings Falciani, ils n’ont pu que reconnaître les faits. Certains avaient déjà été questionnés, en début d’année, par Le Monde.

Ainsi de l’ex-président du CRIF, Richard Prasquier. Le 24 janvier, il a confirmé aux enquêteurs l’existence d’un compte, ouvert par ses parents après la seconde guerre mondiale, dont il est devenu co-titulaire au décès de son père. Puis, avec HSBC (rémunérée 3 000 euros pour ce service), il a créé une société offshore localisée au Panama, dénommée Lotsun, détenant des avoirs pour 5 millions d’euros.

2 543 FRANÇAIS IDENTIFIÉS

« Cette société était implantée au Panama parce que c’est un paradis fiscal, a admis M. Prasquier. Le compte suisse ouvert à mon nom n’était déjà pas déclaré, et cette société n’avait effectivement que pour seul but de nous dissimuler encore davantage. » HSBC pouvait-elle ignorer ce processus de fraude ?