Politique

Syrie : Et si Poutine avait raison

Poutine est sans doute celui qui a le mieux compris que les américains ont décidé de jouer la carte des islamistes. On se félicite que Le nouvel Economiste propose une autre interprétation de la situation que celle qui nous ait imposé par la caste politico-médiatique.

Pour Moscou, derrière la chute d’Assad se profilerait la création d’un grand espace sunnite-islamiste anti-occidental.

La crise syrienne n’en finit pas. D’une révolution, dans le droit fil de ce qui a été observé en Tunisie ou en Egypte, elle a mué en une véritable guerre civile avec son cortège d’horreurs et d’exactions. Bachar al-Assad a clairement une grande responsabilité dans la dégradation de la situation. Au lieu d’écouter, et de répondre, aux aspirations légitimes à plus de démocratie du peuple syrien, il s’est enfermé dans une logique clanique de repli sur soi et de recours à la force armée.

Si le dirigeant syrien tient encore, c’est en raison du soutien que lui accordent l’Iran, la Russie et la Chine, ces derniers pour l’essentiel sur le plan diplomatique. Cela est indubitable ; il est clair aussi que la solution au problème syrien passe en grande partie par Moscou. (…)

Vu de Moscou, en résumé, le bilan des révolutions arabes est accablant. Ces dernières ne conduisent pas à la démocratie, contrairement aux espoirs qu’elles avaient suscités initialement. En Tunisie, en Libye ou encore en Egypte, ce sont des régimes islamistes qui sont arrivés au pouvoir et qui, aujourd’hui, étouffent l’émergence d’une vraie liberté. Les minorités ethniques et religieuses ainsi que les femmes sont les premières à payer le prix de l’instauration, de fait, de la loi coranique et d’un ordre moral régressif.

 

Sans l’accord de la Russie, en effet, point de mandat de l’ONU pour une solution politique pleinement acceptée, encore moins pour une intervention militaire. La réticence de Moscou à lâcher Assad tient bien sûr au maintien de ses intérêts dans cette région du monde. La Syrie est un de ses gros clients, notamment en matière d’armements. La côte syrienne offre aussi à ses navires de guerre sa seule base permanente en Méditerranée, à Tartous. Elle tient aussi à certains principes, notamment à celui de la non-ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat. A cet égard, il est clair que le précédent libyen, où le mandat onusien a allégrement été transgressé par les Occidentaux pour éliminer physiquement Kadhafi, pèse significativement dans le blocage russe.

La Russie connait bien le monde musulman

Pour autant, ce serait toutefois bien méconnaître la réalité de la Russie contemporaine que de s’arrêter là. On l’oublie trop souvent, la Russie connaît bien le monde musulman. Tout d’abord, rappelons qu’entre 15 et 20 millions de Russes ont l’islam pour religion, localisés essentiellement dans le Caucase du Nord ou encore au Tatarstan. Ensuite, une guerre en Afghanistan mais aussi quelque 70 ans de présence en Asie centrale ont créé une vraie connaissance du monde arabo-musulman que des alliances avec des régimes arabes dits alors progressistes – c’était dans les années 1960 et 1970 – ont largement confortée.

 

L’Occident coupable de cécité

La chute de Bachar al-Assad, surtout si elle est brutale, ne peut mener, pour Moscou, qu’à l’instauration d’un régime là encore islamiste. L’Occident, vu de Russie, est coupable de cécité et d’aveuglement tant il n’a de cesse de soutenir des groupes armés qui, une fois arrivés au pouvoir, lui tourneront le dos pour s’inscrire dans le projet de création d’un grand espace sunnite-islamiste, par définition anti-occidental, mais aussi anti-chiite, que domineront, pétro et gazo-dollars aidant, l’Arabie saoudite et le Qatar. En tout cas ces derniers l’espèrent-ils.

Au final, la position de la Russie n’a rien d’un entêtement de principe, ni ne s’inscrit dans des relents de guerre froide comme ont pu l’accréditer certaines déclarations récentes de dirigeants politiques français. Elle est au contraire raisonnée et réfléchie. Et si Poutine avait raison ?