Théorie du genre : «Notre rôle est d’exercer une vigilance d’intellectuels sur la manière dont ce débat se déroule»

Tribune de Sandra Boehringer (maître de conférence), Estelle Ferrarese (professeur de théorie sociale et politique) et Jean-Pascal Gay (maître de conférences) de l’Université de Strasbourg sur le genre .

Il ne nous appartient pas à nous chercheurs de nous substituer à la libre discussion démocratique. Ce qui, en revanche, est notre rôle est d’exercer une vigilance d’intellectuels sur la manière dont ce débat se déroule.

Et ici, nous devons le dire, les termes que les adversaires de la prétendue «théorie du genre » tentent d’imposer aujourd’hui ne sont pas seulement mensongers, ils empêchent en réalité un débat démocratique à la hauteur de ce que la société est en droit d’attendre sur des sujets aussi importants que l’égalité. […]

Pourquoi alors de telles inquiétudes ? L’outil du genre n’est pas nouveau. Depuis plus de vingt ans en France, des chercheurs et des enseignants travaillent avec cet outil conceptuel dans des domaines aussi variés que sont l’histoire, la sociologie, la biologie, la médecine, l’anthropologie, la psychologie, la littérature (entre autres).

L’ensemble de ces recherches reçoit le soutien académique et financier du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et du CNRS, et ces travaux sont également favorisés par l’Union Européenne. […]

Le Monde