Toulouse : Couteau, revolver, eau bouillante : deux policiers violemment agressés dans le quartier Arnaud Bernard

Ces faits n’ont rien à faire dans la rubrique faits-divers, ce sont au contraire des faits de société.
En les plaçant dans la colonne des faits-divers la presse tente de minimiser des actes commis dans leur grande majorité par l’immigration ou par ceux qui en sont issus. La régularité des attaques devrait nous interdire de penser que ce phénomène est exceptionnel. Une presse libre devrait y voir le signe irréfutable de la partition ethnico-religieuse qui est en cours dans notre pays.


(…)un équipage de la police municipale toulousaine a été très violemment pris à partie, vendredi soir, rue Gatien-Arnoult, dans le quartier Arnaud-Bernard.
Il était 20 h 30 lorsqu’un attroupement bruyant a attiré l’attention des fonctionnaires, devant le « Café Oriental ». Les policiers ont demandé aux personnes de parler moins fort et ont contrôlé l’établissement dans lequel ils ont constaté des manquements à l’hygiène et des papiers qui n’étaient pas en règle pour l’ouverture.

Une soupière de soupe brûlante jetée sur un des policiers

 

Des clients s’en sont mêlés et le gérant de l’établissement, un homme de 54 ans s’est soudain énervé. Il a proféré des insultes à l’égard des forces de l’ordre. Lorsque les policiers ont voulu faire des photos pour étayer leurs constatations, le frère du gérant, un homme de 63 ans s’est interposé. Les policiers municipaux ont tenté de calmer ce climat d’extrême tension puis de quitter les lieux. C’estalors que la violence s’est déchaînée. Le frère du gérant a empoigné un policier par son gilet pare-balles et l’a secoué. Les policiers se sont dégagés et ont voulu partir mais le gérant a ceinturé l’un d’entre eux tandis que son frère venait d’attraper un couteau. Il a pu être neutralisé dans un premier temps mais est parvenu à se munir d’un second couteau. Une fois encore, il a été maîtrisé. L’un des assaillants s’est alors saisi du revolver d’un des fonctionnaires de police dont il a tenté d’ôter le cran de sûreté. Une fois encore il a été maîtrisé mais des coups violents ont été portés sur les policiers et une soupière de soupe brûlante a été jetée sur l’un d’entre eux.