«Tous les jours je subissais une agression»: des médecins urgentistes témoignent

«Tous les jours je subissais une agression»: des médecins urgentistes témoignent

«Madame Buzyn, Monsieur Macron, entendez notre détermination à faire bouger les choses au sein des urgences». Un slogan répété maintes fois ce jeudi par des infirmiers et aides-soignants de toute la France, réunis à Paris sous l’imposant bâtiment du ministère de la Santé et des Solidarités. En cause? Un malaise profond qui frappe leur métier depuis maintenant plusieurs années. «En moins de 10 ans ça a changé», lance Corinne, aide-soignante aux urgences de l’hôpital Saint-Louis, à Paris. «On est resté au même nombre de personnel pour quatre fois plus de patients. En moins de trois ans, on est passé de 36.000 passages à 41.000 dans notre hôpital», chiffre celle qui habite le même service depuis 19 ans. Et pour elle, la bataille ne s’arrêtera pas tant qu’ils n’auront pas «été entendus». Pendant ce temps, les slogans fusent au centre des manifestants, la plupart allongés et muets pour imager «la mort des urgences». «L’hôpital nous fout à poil», lancent d’autres, …

[…]

Le Figaro