Trappes : 200 émeutiers attaquent le commissariat en soutien à un islamiste.

Plus on avance, et plus les évènements ressemblent aux prémisses de la guerre civile en Algérie. Mais le problème pour le gouvernement sozialiste c’est l’extreeeemmme drouaaate

– – – – – – – – – –

Addendum dimanche 21 juin :

Malgré l’appel au calme des autorités et des associations, malgré le renforcement du dispositif policier, des émeutes urbaines ont de nouveau eu lieu à Trappes dans la nuit de samedi à dimanche pour la 2e fois consécutive après celles de vendredi soir. […]

Des voitures, des poubelles et du mobilier urbain ont été incendiés et détruits. Quatre personnes ont été interpellées.

Interrogé sur BFM TV, David Callu, du SGP Police, a aussi affirmé que des heurts se sont produits dans les villes voisines, notamment Elancourt et Guyancourt.

TF1 News

– – – – – – – – –

Addendum : Afin de ne pas affronter une nouvelles fois les islamo-racailles, la justice et l’état ont préfèré se coucher devant les menaces et ont choisi de  libérer celui qui a tenté d’étrangler un policier. Le jeune Nicolas Buss, militant de la manif pour tous, qui a fait deux mois de prison fermes pour avoir refusé de donner son ADN lors d’un contrôle, n’a pas connu cette chance….

L’homme dont ils réclamaient la libération a été relâché ce samedi. Selon la préfecture des Yvelines, il a été placé sous contrôle judiciaire et sera présenté devant la justice en septembre.

Une sanction bien trop clémente pour Thierry Mazé. « Il a tenté d’étrangler un policier, c’est une tentative de meurtre! Il aurait dû être puni. Sinon, à quoi ça sert de faire respecter la loi? Les collègues de Trappes sont écoeurés », s’indigne le syndicaliste, qui déplore que les peines-planchers n’aient pas été appliquées. Autrement dit, que l’agression d’un agent de l’ordre ne soit pas automatiquement sanctionnée par une lourde peine.

L’Express

 – – – – – – – – – – –

Une émeute musulmane préméditée. Sur twitter des appels à manifester devant le commissariat ont été lancés à tous les musulmans de Trappes.
emeute premeditée

addendum : vidéo de Line press après l’émeute

Ecouter la bande son de cette vidéo dénichée par Fdesouche, on y entend le cris de ralliement des djihadistes et on y découvre la complicité des habitants avec les émeutiers islamistes:

« Takbir ! Allah Akbar »>

La situation est tendue ce soir à Trappes (Yvelines) où entre 200 et 400 personnes « hostiles » se sont rassemblées devant le commissariat. Une dizaine de fourgons de CRS protégent le bâtiment alors qu’un hélicoptère survole la ville où sont déployés de nombreux policiers. Le Figaro

Le Monde

Le rassemblement, « violent » selon une source préfectorale qui n’en pas expliqué l’origine, s’est formé aux environs de 20 h 30. La manifestation faisait suite à l’interpellation jeudi d’un homme, dont l’épouse avait été contrôlée par les policiers parce qu’elle portait un voile intégrale. La police accuse le mari de s’être opposé au contrôle, assenant des coups à un policier, tentant même de l' »étrangler » selon Le Parisien, ce qui lui a valu d’être interpellé puis placé sous mandat de dépot.

Jeudi, des fonctionnaires de police procèdent au contrôle d’une femme voilée. Très vite, le ton monte. Un attroupement se crée. Le compagnon de la femme s’en prend à un des policiers et tente de l’étrangler. Cet homme de 21 ans est immédiatement interpellé et placé en garde à vue.

Vendredi après-midi, une quarantaine de personnes hostiles aux forces de l’ordre s’étaient rassemblées devant le commissariat. Vendredi soir, des CRS, aidés par un hélicoptère, ont investi le quartier. Le commissariat, lui, était quadrillé par des policiers.

« Il est inadmissible qu’à la suite de l’agression d’un policier, une manifestation se déroule devant un commissariat pour demander la libération de l’auteur », indique le syndicat Alliance. Les faits qui se déroulent à Trappes sont graves. C’est l’autorité de l’Etat qui est remise en cause. »

Le parisien

« L’AUTORITÉ DE L’ETAT REMISE EN CAUSE »

Si la place Beauvau n’a pas encore réagi à ces faits, un représentant du syndicat de police Alliance, Thierry Mazet, a critiqué dans Le Parisien un comportement « inadmissible ». Selon Thierry Mazet, « les faits qui se déroulent à Trappes sont graves. C’est l’autorité de l’Etat qui est remise en cause ».

trappes2