Trop souvent agressés, les medecins quittent la banlieue.

Les nombreuses agressions de médecins recensées chaque année en France entraînent une véritable « désertification médicale » dans les zones les plus sensibles. Joselyne Rousseau, généraliste à Pierrefitte-sur-Seine (93), tire la sonnette d’alarme. Témoignage.

822. C’est le nombre d’agressions à l’encontre de médecins recensées en 2011 et dévoilé mardi par le Conseil national de l’Ordre des médecins. C’est moins qu’en 2010, année record avec 920 agressions, mais ce nombre reste anormalement élevé. Avec 67 déclarations d’incidents sur le département, la Seine-saint-Denis est le département la plus touchée par cet inquiétant phénomène. Conséquence, ce département est confronté à une véritable désertification médicale.

Joselyne Rousseau est médecin généraliste depuis trente ans à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). Elle a été victime de 18 agressions, principalement concentrées sur ces 6 dernières années. En 2010, l’une d’entre elles a été particulièrement violente: une arme sur la tempe, elle est braquée et plaquée au sol par deux jeunes cagoulés. Ils lui volent son sac à main, son portable, sa sacoche de médecin et ses clefs de voitures. Pourtant, cette femme déterminée de 56 ans ne s’en va pas. Bien au contraire, Joselyne Rousseau continue de pratiquer à Pierrefitte et tire la sonnette d’alarme, devant ce que le médecin, qui se décrit comme « une enfant de la banlieue », considère comme « véritable catastrophe sanitaire ».

Interview dans France Soir