Une militante de l’UNEF avoue avoir inventé son agression à Paris

Ah, Ah, les jeunes étudiants socialistes ne savent pas aussi bien mentir que leurs ainés. Et dire que Canal+ a organisé toute une série de reportages sur les dangers de l’’extrême droite avec pour seule preuve le témoignage d’une mythomane qui depuis plus de deux semaines mène tout le monde en bateau…..minable.

Voir le dossier que le blog Fdesouche consacre à cette affaire… croustillant.

tweet agression

Article du Monde

L’une des deux militantes de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), qui avait porté plainte assurant avoir été agressée à Paris, a reconnu devant les enquêteurs avoir tout inventé, a-t-on appris lundi 4 novembre de sources proches du dossier.

Cette militante, étudiante à l’université de Nanterre, avait porté plainte, expliquant avoir été bousculée le 21 octobre dans le quartier de la Bastille, insultée et menacée : « On va te violer, sale Arabe. On sait où t’habites, sale gauchiste », lui aurait lancé son agresseur, selon un porte-parole du syndicat. Elle est convoquée prochainement devant la justice pour « dénonciation de délit imaginaire », a précisé l’une des sources.

(…) L’annonce de ces agressions successives avait soulevé l’inquiétude au sein de l’UNEF. Mais près d’une semaine après le dépôt de la seconde plainte, les enquêteurs du 3e district de la police judiciaire chargés de l’affaire ont convoqué l’étudiante de Nanterre. Elle a alors avoué aux policiers avoir « inventé cette histoire » et a été placée en garde à vue quelques heures, selon une source proche de l’enquête. Aux enquêteurs, elle a ainsi expliqué son mensonge par la volonté de donner plus d’ampleur à l’agression de sa camarade de Paris-I.

Interrogé lundi par Le Monde, un porte-parole de l’UNEF s’est dit surpris de ce mensonge, précisant : « On a relayé ses propos car nous n’avions aucune raison de douter de la parole de cette jeune militante. » L’étudiante, elle, n’a pas souhaité répondre au téléphone aux journalistes. (…)