Universités bloquées et dégradées : pour Jean-Luc Mélenchon « La violence dans les facs est le fait de l’extrême droite »

Les médias n’ont absolument pas évoqué les violences commises par l’extrême gauche. Grâce à ce mensonge par omission, Mélenchon peut encore jouer aux résistants….

A chaque attentat commis par un islamiste Mélenchon se tait. Il ne désigne personne. On le voit même prendre des pincettes pour condamner l’attentat. Mais il suffit de deux ou trois claques dans la gueule de quelques crasseux gauchistes pour que Mélenchon se prenne pour Jaurès.

Mélenchon est un sale type.  Un démagogue très dangereux. Son influence et ses amitiés vont aujourd’hui des indigènes de la République aux gauchistes les plus violents. Melenchon fait croire que le danger c’est l’extrême droite pour minimiser la menace gauchiste et s’épargner de faire une critique de l’islam, ce qui pourrait lui être électoralement dommageable.


Jean-Luc Mélenchon somme par voie judiciaire Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, de s’expliquer pour ne pas l’avoir informé des menaces de mort dont il a fait l’objet pendant les législatives.

« Je me suis porté partie civile dans cette affaire parce que j’ai appris qu’un groupe de gens avait l’intention de me tuer, ainsi que Monsieur (Christophe) Castaner (secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement) « , a expliqué sur Europe 1 dimanche le fondateur de La France insoumise. Il indique en outre que plusieurs élus de son groupe à l’Assemblée nationale font eux-même l’objet de menaces. « Sur 17 que nous sommes au groupe insoumis, il y en cinq qui font l’objet de menaces de mort« , révèle-t-il. […]

« L’extrême droite doit être prise au sérieux comme danger de violence et de meurtre. C’est eux qui attaquent à Montpellier un amphi d’étudiants, c’est eux qui attaquent à Tolbiac, c’est

eux qui me menacent de mort. C’est eux qui font des contrôles d’identité dans la rue dans au moins deux villes. Ça suffit ! Maintenant le ministre de l’Intérieur doit prendre au sérieux la menace que représentent les groupuscules radicalisés de l’extrême droite« , a-t-il conclu.