VIDEO. Alfortville : les sans-papiers prennent d’assaut la mairie

Rappelons que ces mairies sont tenues par… la gauche.

Nous reprenons ici le titre du journal Le Parisien. Mais pour nous ce ne sont pas des sans papiers (expression de propagande qui n’existe pas en droit), mais des clandestins.


Vers 8 h 30, les sans-papiers venus de Vitry mais aussi de Montreuil  ou Courbevoie  ont investi le hall de la mairie pour obtenir un rendez-vous avec la préfecture.

Dans la brasserie de l’Hôtel de ville reconvertie en poste médical, les blessés, allongés sur des civières, sont soignés par les pompiers et le Samu. Les commerçants, à qui la municipalité a conseillé de baisser le rideau, observent les stigmates de l’évacuation de la mairie par la police. Dans le bâtiment municipal, qui a fermé en urgence, l’odeur du gaz lacrymogène flotte encore dans les couloirs. Il est 11 heures ce mardi à Alfortville et le coup de force du collectif des travailleurs sans papiers de Vitry vient de se terminer.

Vers 8 h 30, les sans-papiers investissent au goutte-à-goutte le hall. « On ne se doutait de rien, souffle un employé. On voyait bien qu’il yavait de plus en plus de monde mais le temps qu’on comprenne il était trop tard ». Venus de Vitry mais aussi de Montreuil (Seine-Saint-Denis), de Courbevoie (Hauts-de-Seine) ou d’autres foyers, les manifestants entendent obtenir un rendez-vous avec la préfecture pour « dénoncer les reculs opérés par l’autre loi Cazeneuve sur le droit des étrangers ». « Notre collectif ne peut plus faire de dossiers groupés pour les demandes de régularisation, pointe Mamadou Diallo, le délégué. Sur Internet, il faut des mois et des mois pour obtenir un rendez-vous. » Quel rapport avec Alfortville ? « Le locataire de la mairie [le sénateur-maire (PS) Luc Carvounas, NDLR] assume le bilan du quinquennat de François Hollande, ayant voté en tant que sénateur un certain nombre de lois scélérates que nous combattons », expliquent les organisateurs.

lire la suite