Viktor Orbán : « La Hongrie stoppe les migrants sur la terre ferme, Salvini démontre qu’ils peuvent également être stoppés sur les mers »

Viktor Orban, qui s’enorgueillit d’avoir empêché l’arrivée de réfugiés en Hongrie, souhaite que l’Italien réussisse à en faire de même sur les côtes de son pays.

Ils sont tous deux partisans d’une ligne dure contre les migrants en Europe. Le Premier ministre national conservateur hongrois, Viktor Orban, a affirmé mardi que le ministre de l’Intérieur, vice-président du Conseil italien et chef du parti d’extrême droite la Ligue, Matteo Salvini, était « son héros et aussi son compagnon de voyage » avant de le rencontrer vers 17 heures à Milan, nord de l’Italie.

« La Hongrie est la preuve que les migrants peuvent être arrêtés sur la terre ferme », a poursuivi le chef du gouvernement réélu pour la troisième fois en avril. Dès 2015, Viktor Orban qui se présente volontiers comme le fer de lance de la défense de « l’Occident » a fait construire une barrière de barbelés antimigrants sur plusieurs centaines de kilomètres à la frontière avec la Serbie et la Croatie.

« C’est là que débute la mission de Salvini. Il devrait démontrer que ces migrants peuvent être arrêtés également sur les mers », a ajouté le Hongrois dont le pays a interdit aux ONG de venir en aide aux migrants, avec des peines de prison à la clé. « Notre objectif est d’aider là où il y a des problèmes », en Afrique notamment, « pas d’apporter les problèmes chez nous », a déclaré Viktor Orban.

Le Parisien