Vote UMP : les votes de trois fédérations d’outre-mer oubliés

Addendum : Les deux protagonistes de la grande embrouille étaient les invités des journaux télévisés.

Fillon renonce à la présidence de l’UMP

Invité au JT de TF1, François Fillon a indiqué qu’il comptait renoncer à la présidence de l’UMP : « Je renonce à la présidence de l’UMP. Il y a une fracture politique et morale. Ce que je demande c’est qu’Alain Juppé constitue une équipe et nous propose une sortie de crise pour qu’on puisse régler cette question de façon collégiale », a-t-il réclamé.

L’ex-premier ministre a également indiqué qu’il n’allait pas déposer de recours devant la commission interne à l’UMP. « Je n’ai pas confiance. Il n’y a jamais eu la direction de l’UMP une véritable instance indépendante. Si je dois déposer un recours, ce sera devant la justice. Si personne n’écoute ce qu’on demande, alors oui je déposerai un recours devant la justice. J’irai jusqu’au bout. »

François Fillon a cependant rejeté l’hypothèse d’un éventuel départ de l’UMP. « C’est mon parti, je ne veux pas le quitter. La France a besoin d’une UMP qui représente la morale, l’éthique. Je mesure la souffrance des militants et je sais que je suis en train de faire va susciter des critiques. Mais ce n’est pas mon sort qui est en cause mais l’honneur de mon parti. »

Un recours en justice ? Copé ne « peut pas l’imaginer »

Invité sur le plateau de France 2, Jean-François Copé a réagi à la menace brandie par son adversaire de saisir la justice si sa demande d’une direction collégiale confiée à Alain Juppé n’était pas entendue. « Je ne peux pas imaginer qu’il aille à une telle extrémité. Les militants ont voté, les résultats ont été proclamés », a-t-il indiqué. Et de renvoyer à nouveau aux statuts de l’UMP, qui indiquent que la commission des recours doit être saisie en cas de contestation.

Le président de l’UMP a déploré le « spectacle absolument désolant » donné par sa famille politique. « Je ne peux pas accepté que François Fillon et ses amis parlent de ‘fracture morale’ sans se remettre en cause », a-t-il assuré, tout en se disant « disponible » pour une rencontre avec son adversaire.


Les votes de trois fédérations d’outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna et Mayotte) correspondant à 1.304 voix, n’auraient pas été comptabilisés.
En prenant en compte ces votes, François Fillon aurait recueilli 88.004 voix, et Jean-François Copé 87.978, et l’emporterait donc avec 26 voix d’avance.
Source : 20 Minutes

Après Copé, c’est maintenant Fillon qui revendique la victoire. Eric Ciotti, directeur de campagne de François Fillon, a affirmé cet après-midi lors d’un point presse à l’Assemblée que plusieurs fédérations UMP (Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, Mayotte) n’avaient pas été prises en compte par la Cocoe avant la proclamation de la victoire de Jean-François Copé.


Présidence UMP : le camp Fillon demande… par BFMTV

Les fillonnistes estiment qu’au final, François Fillon l’a emporté par 88.004 voix contre 87.978 à son adversaire. Et ils demandent à la Cocoe de modifier le résultat final. Source : Le Figaro

Pour Marine Le Pen : l’UMP n’est plus une opposition « crédible et sérieuse »… ça devient un gag

Après le départ de Pierre Méhaignerie, c’est aujourd’hui le trésorier de l’UMP estime «possible» qu’il quitte son poste.
«Je suis en pleine réflexion, je l’étais déjà ce matin. J’avoue que là, c’est un nouvel événement», a indiqué le député sur LCP. «En tout cas, je trouve que c’est tellement pitoyable», a-t-il ajouté.


Reportages : Dominique Dord, trésorier de l'UMP… par LCP