«Welcome to New-York» : le coproducteur dénonce le boycott du film sur DSK

Le film « Welcome to New York », réalisé par Abel Ferrara et clairement inspiré de l’affaire du Sofitel à New York, doit sortir ce 17 mai. Une sortie qui ne plaît pas à Anne Sinclair, l’ex-femme de DSK qui, selon Vincent Maraval, le producteur du film, ferait tout pour l’interdire. […]

« Tout le monde nous a déconseillé de tourner ce film, nos amis comme nos ennemis », poursuit-il en affirmant que Dan Franck, un ami de DSK l’avait même menacé au cours d’un dîner. « Anne Sinclair dépensera toute sa fortune pour détruire ta vie », lui aurait-il lancé. Une menace qui ne l’a cependant pas découragé.

7sur7

——–

7ème art ? Vincent Maraval, le coproducteur du long-métrage directement inspiré de l’affaire DSK, est revenu hier dans le Journal du Dimanche sur les pressions autour du film, dont le rôle-titre est tenu par Gérard Depardieu.

Un boycott dans certaines salles françaises

C’est ce que laisse entendre le coproducteur de Welcome to New-York : «Je ne suis pas adepte de la théorie du complot. Mais là, les faits parlent pour moi et illustrent, à l’instar de ce que nous subissons depuis trois ans, les relations incestueuses qu’entretiennent dans ce pays les élites, les politiques, les médias» et de conclure «en France, on n’arrive pas à parler de notre histoire présente». Le co-producteur rappelle également qu’aucune chaîne française n’a souhaiter contribuer au financement du film.

Vincent Maraval accuse des distributeurs

«Je viens d’apprendre qu’UGC essaie d’empêcher la sortie du film sur ses écrans en Belgique en faisant pression sur ses exploitants. Deux partenaires médias importants nous demandent de retirer leur logo sur l’affiche. Ça me sidère» continue Vincent Maraval. Pour le long-métrage d’Abdel Ferrara, l’acteur principal, Gérard Depardieu, n’a été payé «que» 100 000 euros, soit «le dixième de son salaire normal» selon le coproducteur, toujours dans le JDD.

Le Festival de Cannes ?

Sur une possible présence au Festival de Cannes, qui débute ce mercredi, la réponse est simple : «ils ont le droit de ne pas l’aimer et de ne pas le prendre (…)». Quant aux critiques de la part de l’ancien couple Sinclair-Strauss-Kahn, Vincent Maraval déclare : «Abel Ferrara n’a rien contre eux. Il est américain. Il n’avait jamais entendu parler d’Anne Sinclair avant. Il a juste voulu raconter l’histoire d’un couple secoué par un tremblement de terre. Montrer les faiblesses d’un homme, c’est lui rendre son humanité. Ça peut parler à beaucoup d’entre nous. Abel s’est appuyé sur des faits réels pour créer une fiction».

La sortie de Welcome to New-York est prévue mercredi, uniquement en VOD (vidéos à la demande).