Y a-t-il une omerta médiatique autour de l’assassinat de Sarah Halimi « aux cris répétés d’Allah Akbar » ?

Noémie Halioua est journaliste


Me Goldnadel, avocat à la cour de Paris a été désigné par la famille de Sarah Halimi, avec Me Buchinger, pour défendre le dossier devant la justice. Lors de cette interview, celui-ci fait le point sur l’avancée du dossier et confie également sa stupéfaction à propos du silence médiatique qui recouvre l’affaire. « Un journal texan l’a évoqué tandis que la presse hexagonale conserve son mutisme », remarque-t-il. (Actualité Juive)

« Je ne voulais pas me prononcer avant d’avoir vérifié les faits car je me méfie beaucoup des rumeurs. J’attendais des éléments indiscutables. Je peux vous confirmer aujourd’hui plusieurs informations sur ce meurtre abominable : les nombreux et terribles coups sur la victime avant le meurtre sont désormais avérés, le meurtrier a également dit Allah Akbar et récité des sourates du Coran. Cela est maintenant vérifié. Un voisin qui a témoigné, a également enregistré le son de cette terrible attaque. »

A.J.: Avez-vous davantage d’éléments sur le profil de Kada Traoré, le

meurtrier ? Peut-on le qualifier d’islamiste ?  

« La famille confirme que c’était un musulman pieux, qui allait à la mosquée, sans qu’elle le présente comme un musulman fanatique. Il a le profil de tous les islamistes radicaux violents : son casier judiciaire est long comme un jour sans pain, avec des condamnations multiples et variées dans des histoires de drogues et de violence. En tout, on recense plus d’une vingtaine de condamnations. Aussi, et il est important de le noter, à notre connaissance, M. Traoré n’avait aucun passé psychiatrique. Pourtant lorsque la police l’a saisi après les faits, elle a considéré qu’il ne fallait pas l’incarcérer mais l’envoyer en psychiatrie. »

D'autres articles: