Fil Info

Affrontements à Massy : « Monsieur le maire, faites quelque chose », dit un habitant

Après de violentes rixes qui ont fait deux blessés à Massy, l’escalade de violence entre les bandes rivales de la ville inquiète les habitants.

Un jeune homme de 23 ans est toujours hospitalisé à Massy dans l’Essonne, après de violents affrontements entre bandes rivales. Il a reçu deux coups de couteau, a eu les deux chevilles brisées et souffre d’un traumatisme crânien.

Ce jeune homme est la principale victime des deux bagarres qui ont opposé90 personnes dans la nuit de vendredi à samedi 10 mai. Les affrontements ont eu lieu à  quelques heures d’intervalle dans cette commune de 43.000 habitants.

Des bagarres de plus en plus fréquentes

Sur place, les habitants sont à bout. À 35 ans, Ali connait par cœur le béton des deux quartiers qui se sont affrontés. Pourtant, il était loin de s’imaginer une telle escalade. « Tout ce qu’on peut dire, c’est monsieur le maire, faites quelque chose », dit-il.

À Massy, les expéditions punitives se sont multipliées en quelques années. Chaque concert, chaque rassemblement, peut tourner au règlement de compte entre cités rivales.

Selon un ancien acteur du secteur associatif, ce n’est que la conséquence de l’abandon des quartiers populaires par la mairie. « Il n’y a personne pour s’occuper des jeunes, les parents ont une part de responsabilité, mais de nos jours on voit qu’ils sont débordés, lâche-t-il. Si on ne fait rien, l’escalade risque de se poursuivre. »

On fait tout ce qu’on peut pour qu’il n’y ait pas de violence.Vincent Delahaye, maire de Massy

Vincent Delahaye, le maire de Massy, rejette tout désengagement. Mais il avoue subir la loi de ces bandes qu’il dit « organisées ».  « On fait tout ce qu’on peut pour qu’il n’y ait pas de violence. Malheureusement il y a certaines rivalités, parfois sur fond de drogue, qui font qu’il y a des choses qui restent et peuvent entrainer des actions vraiment déplorables », affirme-t-il.

L’opération policière de vendredi soir a nécessité l’utilisation de flash-ball et de grenades assourdissantes, du jamais vu en plein centre-ville.

RTL

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE