Blog d'actualité

Après l’arrivée de 6000 migrants à ceuta le premier ministre espagnol conspué. (Maj: 2700 migrants expulsés vers le Maroc)

Le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a annoncé mardi que 2 700 migrants – sur les 6 000 débarqués la veille – avaient été expulsés vers le Maroc et que ces renvois se poursuivaient. Un accord signé entre Madrid et Rabat permet en effet aux autorités espagnoles de renvoyer les Marocains arrivés illégalement dans l’enclave.

Dans cette crise, l’Espagne a reçu le soutien de l’Union européenne (UE), qui fait pression sur le royaume chérifien. La commissaire aux Affaires intérieures de l’UE Ylva Johansson a appelé les autorités marocaines à empêcher les “départs irréguliers” depuis son territoire. “Les frontières espagnoles sont les frontières de l’Europe”, a-t-elle insisté.

“L’Union européenne veut bâtir une relation avec le Maroc basée sur la confiance et des engagements partagés. La migration est un élément clé à cet égard”, a ajouté la responsable suédoise.

Le Conseil européen, qui représente les Vingt-Sept, a exprimé, de son côté, “tout son soutien et sa solidarité avec l’Espagne”, par la voix de son président Charles Michel. “La coopération, la confiance et les engagements partagés devraient constituer les principes d’une relation forte entre l’Union européenne et le Maroc”, a ajouté Charles Michel sur Twitter.

InfoMigrants


Sur fond de tensions diplomatiques entre le Maroc et l’Espagne à propos du Sahara occidental, 6 000 migrants ont rejoint l’enclave espagnole de Ceuta, le lundi 17 mai. La presse espagnole déplore l’attitude marocaine, qui encourage l’émigration pour déstabiliser l’Espagne.

(…) Avec cette arrivée massive, qui s’est produite sous le regard des autorités marocaines – qui ne sont pas intervenues, dans un premier temps – “le Maroc punit l’Espagne”, titre le site d’information madrilène El Confidencial. Ce “record” – bien supérieur aux 130 personnes qui avaient atteint les côtes de Ceuta à la fin d’avril – s’ajoute aux tensions diplomatiques qui opposent les deux pays situés de part et d’autre du détroit de Gibraltar.

Courrier international