Laïcité

Au bout de 2 mois l’imposteur Normal 1er est déjà nu !

Nombre de rédacteurs de Riposte Laïque, notamment ceux qui ont multiplié les écrits contre celui qu’ils appelaient Hollande l’imposteur, comme Robert Albarèdes, Christine Tasin ou Empedoclatès, sans oublier notre dessinateur RI7, et encore moins les auteurs du prémonitoire « Bobo Jocelyn », constatent, au bout de deux mois, une évidence : ils avaient vu juste. Et souvent, dans ces cas là, la tentation est forte de traiter les Français d’imbéciles, alors que finalement, jamais un président n’a été aussi mal élu, et seulement grâce à l’apport déterminant du vote musulman.

Jamais un président ne se sera retrouvé nu aussi rapidement. N’oublions pas, tout de même, que Mitterrand, élu en 1981, attendra deux années avant de faire le contraire, la rigueur, que ce qu’il avait promis. Chirac, élu en 1995 sur le thème de la fracture sociale, imposera une austérité féroce, par son premier ministre Juppé, six mois après sa victoire. Sarkozy, élu sur le thème de la rupture, fera le contraire, durant cinq années, avant de retrouver un langage digne de 2007, en fin de campagne. Avec Normal 1er, l’imposture et la trahison se voient tout de suite !

En deux mois, Hollande a essayé de nous vendre tout ce qu’il critiquait chez son prédécesseur, avec un aplomb qui force l’admiration. Pendant cinq années, lui et les siens ont tapé sur Sarkozy, quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise, et aujourd’hui, ils font pareil, et même parfois pire !

Ne parlons même pas d’éthique. Qu’aurait-on dit si Sarkozy avait nommé à Matignon un Premier ministre déjà condamné, tout en promettant de faire le contraire ? Sans le moindre scrupule, Normal 1er a nommé le terne (Martine Aubry l’appelle le « naze ») Jean-Marc Ayrault, par ailleurs islamo-collabo notoire quand il était maire de Nantes. La succession d’Aubry est ouverte, et deux autres condamnés pour détournement d’argent public, Desir et Cambadelis, s’affrontent en coulisses. Et on parle d’Emmanuelli dans un rôle à la Caisse des Dépôts !

Que penser d’un nouveau comité Théodule, la moralisation de la vie politique en France, annoncée ce 14 juillet, et dont la direction échouera à Lionel Jospin (qu’il faut bien occuper) ? C’est se moquer ouvertement des Français, quand on sait que le PS a couvert autant que possible les véritables réseaux mafieux des Guerini en Paca, Kucheida dans le Nord Pas-de-Calais, et qu’il accepte une Sylvie Andrieux dans son groupe parlementaire, fermant les yeux sur l’argent détourné (700 millions d’euros) pour acheter les votes de la « diversité » dans les quartiers nord de Marseille, et là encore, notre ami Empedoclates avait annoncé la couleur ?

Les socialistes critiquaient la politique des « copains » de Sarkozy. Le meilleur ami de Hollande, Jean-Pierre Jouyet (ministre sous Sarkozy) est nommé à la tête de la Caisse des Dépôts, et on ne voit vraiment pas ce qu’ont pu faire d’exceptionnel Dominique Voynet ou Anne Hidalgo pour mériter la Légion d’honneur qui leur a été octroyée le 14 juillet.

Son retour en Falcon, au soir du premier tour, coûtera plus cher que la soirée au Fouquet’s, que la gauche et les médias reprocheront à Sarkozy durant cinq ans, fermant les yeux sur les réalités des restaurants de gôche… bien plus onéreux !   

Que dire de Normal 1er prenant le train pour aller à Bruxelles, devant la presse convoquée pour marquer l’événement, sans qu’on annonce qu’un avion doit quand même effectuer l’aller et retour à vide, des fois qu’il y ait problème, et donc qu’avec les services de sécurité nécessaires, cela coûte plus cher à la France…

Que dire des sarcasmes ignobles qui, durant des années, ont frappé la petite taille de Sarkozy… quand il apparaît que Normal 1er n’est pas plus grand que lui. Ils ne font qu’éclairer, si besoin en était, la partialité d’une presse dont les journalistes ont voté à 74 % pour Hollande au deuxième tour, et dont le vote nous aurait valu un deuxième tour Hollande-Mélenchon…  preuve de leur décalage avec les Français.

Que dire du ridicule tweet de sa compagne journaliste, qui a cassé à jamais l’image du nouveau dur Normal 1er que ses communicants avaient réussi à fabriquer. Que dire de la déontologie de cette journaliste – comme bien d’autres – qui couche avec le secrétaire du Parti que professionnellement elle doit couvrir…

Qu’auraient dit les aboyeurs socialistes si cela avait été Sarkozy qui, dès ses premières mesures, pour trouver 7 milliards, sur injonction de Bruxelles, frappait les salariés qui faisaient des heures supplémentaires, et les modestes héritiers qui vont recevoir, de leurs parents, au bout de toute une vie de travail, 100.000 euros d’un bien payé par une vie de labeur. Avec Normal 1er, faire payer les riches, c’est faire payer ceux qui ne sont pas pauvres, et qui travaillent.

Qu’auraient-ils dit, eux qui ont brocardé Sarkozy quand il ne remplaçait qu’un fonctionnaire sur deux, devant le blocage des salaires de la fonction publique annoncé, et également un non-remplacement significatif de départs à la retraite… sans qu’on touche les territoriaux, obligés des féodalités socialistes dans les Régions !

Ils se sont abstenus de voter le MES (Mécanisme Européen de Stabilité), critiquant Sarkozy, accusé de s’être couché devant l’Allemagne, mais ils n’ont surtout pas voté contre, oubliant de dire la réalité de ce traité, qui mettra la France sous le contrôle économique des commissaires de Bruxelles, comme le rappelait Christine Tasin.

En moins de deux mois, sans vergogne, ils s’apprêtaient à introduire ce MES dans la constitution française, sapant encore un pan de souveraineté de notre pays. Mais il est vrai que ces fanatiques européistes avaient déjà trahi le vote du peuple français, en 2008, sans que les électeurs ne leur fassent payer suffisamment cher.

Ils osent dire qu’ils ne toucheront pas à la TVA, pour ne pas plomber les ressources des Français, déjà matraqués d’impôts et de taxes, mais ils envisagent sans scrupule d’augmenter, comme un vulgaire Juppé en 1995, la CSG de 2 à 4 points, sans que Normal 1er ne démente l’information.

Hollande critiquait l’inefficacité des G8, Normal 1er se pavane à présent au milieu des puissants de ce monde.

Les socialistes ont poussé – fort légitimement – de grands cris quand Sarkozy a remis la France dans le giron de l’Otan, Normal 1er, oubliant le passé, n’envisage absolument pas la sortie de la France, mais le renforcement de sa présence.

Hollande a osé promettre le départ de toutes les troupes d’Afghanistan, ce qui ne s’avère qu’un effet d’annonce, puisque des soldats français resteront, dans les pires conditions, dans le bourbier afghan. Il a même réussi, ce 14 juillet, à se tromper dans le nombre de morts, oubliant les 4 derniers tués, devant lesquels il s’était pourtant incliné.

Il a surtout réussi le cynisme de se réclamer des valeurs de la France, tout en nommant une bi-nationale, Belkacem, porte-parole du gouvernement, et une autre bi-nationale, Benguigui, ministre de la francophonie ! Il réussit à mettre ministre une Duflot, dont l’action politique est aux antipodes d’une France qu’elle méprise. Comment peut-elle assister à un défilé du 14 juillet derrière Normal 1er, en tailleur, quand elle vit avec un triste sire, Xavier Cantat, militant écolo, qui parle de notre pays comme « d’un accident de l’histoire dont il n’a rien à foutre ».

Hollande a été soutenu par la CGT, qui a fêté bruyamment la défaite de Sarkozy. Il va falloir à Normal 1er expliquer aux camarades que le blocage des salaires des fonctionnaires, le non-remplacement de nombre de départs, la fermeture de sites, sont une tragique réalité devant laquelle on ne peut pas grand-chose dans le cadre de l’Europe. Quelques concessions faites aux bureaucrates syndicaux, quelques postes de permanents supplémentaires, payés par le contribuable, aideront sans doute à faire passer la pilule…

Ils osent à présent reprocher à Sarkozy – avec qui Hollande s’est conduit grossièrement, lors de la passation de pouvoir – d’avoir retardé les plans sociaux dans les grandes entreprises, comme Peugeot. Mais que n’ont-ils dénoncé cela, comme Marine Le Pen l’a fait durant sa campagne ? Que voulaient-ils, que les ouvriers soient virés plus vite ? Et, au-delà des gesticulations de Montebourg, comment protéger l’industrie automobile française quand on se vautre dans l’européisme et sa concurrence libre et non faussée ? Quel cynisme !

A poil économiquement au bout de deux mois, contraints de se comporter en serviles valets de l’Union européenne, et sommés d’accélérer la mise en place de l’Union fédérale, les imposteurs socialistes vont devoir, pour obéir à ceux à qui ils n’ont rien à refuser, trouver 33 milliards en 2013. Bien évidemment, pas question de toucher à l’immigration – qui nous coûte 80 milliards, selon le démographe Yves-Marie Laulan, et pas davantage aux 20 milliards qu’on balance tous les ans à Bruxelles, qui, dans sa grande générosité, nous en restitue 13 ! Et encore moins aux Régions, qui sont un goufre financier, mais qui consituent le fromage des socialistes et de leurs alliés… tout en permettant de préparer l’Europe des régions voulue par Bruxelles pour casser les Etats-nations. Ce sont donc les salariés de ce pays, les actifs et les retraités, qui vont payer la douloureuse. Et, en même temps, message fort, on cogne sur eux, mais on dispense les malheureux étrangers clandestins de payer un modeste droit d’entrée de 30 euros, pour se faire soigner gratuitement, sans la moindre cotisation. Et en même temps, on continue la préférence immigrés dans les logements sociaux, au détriment des travailleurs pauvres et des retraités modestes. Voilà symboliquement la préférence immigrée des socialistes dans toute sa splendeur !

 

lire la suite

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE