Culture, idées, Média...,  Politique

Aymeric Chauprade : « Rompre avec l’UE pour sauver l’Europe »

Après Alain Lamassourre et avant Pervenche Berès, le candidat du Rassemblement Bleu Marine en IIe- de- France donne sa vision de l’Europe.

Aymeric Chauprade, docteur en science politique est géopolitologue et tête de liste FN/RBM Ile-de-France et Français de l'étranger aux élections européennes du 25 mai.
Aymeric Chauprade, docteur en science politique est géopolitologue et tête de liste FN/RBM Ile-de-France et Français de l’étranger aux élections européennes du 25 mai.

Depuis quelques décennies, le projet européen s’enfonce résolument dans un déni mortifère, signe d’une crise de civilisation sans précédent. Pour éviter la dissolution de la France dans l’Europe, et de l’Europe dans l’utopie mondialiste, il est plus que jamais urgent de redonner aux peuples le pouvoir qui leur a été insidieusement confisqué. Une soif d’omnipotence pousse nos élites européennes à nier peu à peu toutes les éléments fondamentaux d’un monde authentiquement humain: la nation, la famille, la culture.

La construction européenne a volontairement instrumentalisé les deux guerres mondiales, les tragédies du XXème siècle pour culpabiliser la nation en tant qu’entité politique et culturelle. Reposant sur une vision aussi partielle que subjective de l’histoire pour être à même de réduire la nation au nationalisme, cette culpabilisation n’a servi qu’à légitimer une construction européenne postnationale. Or, comme le rappelle magistralement Pierre Manent, la nation est la forme politique berceau de la démocratie moderne. Sortir de la nation, c’est abandonner la démocratie au profit d’un gouvernement oligarchique, gouverné davantage par les intérêts particuliers de puissants lobbies que par le bien commun. Les peuples européens, notamment le peuple français, ne croient plus en l’Union européenne démocratique. Ils identifient désormais clairement le stratagème stigmatisant toute volonté nationale comme symptôme de «populisme».

Les institutions européennes sont aussi le foyer du démantèlement de l’ordre familial et du sens de la filiation, dont la pression sur les Parlements nationaux s’est encore vérifiée l’an dernier en France. Par une habile redéfinition du concept de «vie privée» et sous couvert d’un pseudo respect des minorités, le droit de la famille est chaque jour méthodiquement réécrit dans un esprit libertaire et nihiliste. «L’individu total» dont parle Marcel Gauchet est devenu le principe légitimant ce nouveau démocratisme virtuellement totalitaire. Sortir de l’enracinement naturel de la filiation, c’est, qu’on le veuille ou non, s’orienter vers un modèle de relations humaines laissées à l’arbitraire de toutes les volontés individuelles. Mais derrière ce visage souriant du consentement se cache en réalité une logique implacable: celle du transhumanisme, cher à Jacques Attali, celle de la réduction du corps humain à un matériau enfin délivré de ses limites naturelles, si bien décrit par le visionnaire Aldous Huxley. Conscient de ces enjeux, mon engagement politique européen ne sera que le prolongement de mon adhésion à la charte «Europe for family» de La Manif pour tous.

Enfin, l’Union européenne a choisi de couper l’Europe de son identité culturelle en niant ses origines gréco-latines et chrétiennes, et ce au nom d’une vision lisse et abstraite de l’humanité à laquelle elle s’identifie de manière prétentieuse et naïve. Forte d’une lecture nouvelle des droits de l’homme et d’une révision inexacte du principe de non-discrimination, l’Europe devrait ainsi devenir une terre d’accueil de tous les individus paraissant souscrire aux valeurs d’égalité, de liberté et de solidarité. Nul ne peut nier que l’intégration de dizaines de millions de personnes de cultures différentes est suicidaire, si l’Europe ne sait pas qui elle est, d’où elle vient et où elle va. Le refus de voir ces différences culturelles et religieuses ne peut qu’engendrer la montée des communautarismes et la fragmentation des peuples européens. Le nouvel étendard de la laïcité n’est alors brandi que pour masquer de nouveaux référents culturels et religieux, désarmant chacun, tant son concept comme ses applications restent aussi divers qu’incertains.

Les élections du 25 mai prochain sont l’occasion historique pour permettre à l’Europe des nations libres de se lever. Liberté des nations de s’opposer au mondialisme et au démocratisme désincarné, mais aussi liberté de s’affirmer dans leurs racines historiques et culturelles. Il s’agit pour les peuples européens, et au premier chef le peuple français, d’exercer leur responsabilité. La vraie liberté ne va pas sans la responsabilité: elle exige d’assumer et de recevoir pleinement notre héritage naturel et culturel pour être à même de le transmettre aux générations suivantes. Contre la fuite en avant d’une Union Européenne depuis trop longtemps déboussolée, que chaque citoyen rende hommage à ce qu’il a reçu de sa nation, de sa famille et de sa civilisation et s’en montre digne. Ce n’est que par cette prise de conscience historique et politique que l’Europe peut espérer survivre.

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE