Économie, Écologie...

Bruxelles dresse un diagnostic accablant sur la France

Si on peut partager le constat de Bruxelles dur la situation française, il faut être conscient que ce genre de communication vise à dicter à la France la politique qu’elle doit mener, et la pousser à toujours plus d’austérité, de récession et d’intégration européenne.

– – – – – – – – – – — –

Les entreprises françaises sont les moins profitables de la zone euro, d’après la Commission européenne.

Le «made in France» n’est pas au bout de ses peines: le coût du travail, le poids de l’impôt et la résistance aux réformes ont fait de la France le pays où les marges bénéficiaires des entreprises sont les plus faibles de la zone euro, d’après la Commission européenne.

C’est le bilan inquiétant que dressent les experts de Bruxelles au bout de leur exercice annuel d’enquête sur les «déséquilibres macroéconomiques» dans les pays de la monnaie commune. Le chapitre consacré à la France décrit une économie qui a perdu 11,2% de ses parts de marché à l’exportation de 2006 à 2011 et s’enfonce dans un cercle vicieux où des charges croissantes laminent la capacité des entreprises à investir et à innover.

Menace pour la compétitivité

«La résistance du pays aux chocs extérieurs diminue et ses perspectives de croissance à moyen terme sont de plus en plus entravées par des déséquilibres de longue date, écrivent les auteurs dans le document rendu public mercredi. La faible profitabilité des entreprises, en particulier dans le secteur industriel, couplée à leur endettement, est une menace pour la compétitivité de l’économie française tout entière.»

Avant de préciser fin mai ses prescriptions économiques et budgétaires au gouvernement Ayrault pour 2013 et 2014, l’exécutif européen salue les réformes engagées, en particulier le pacte pour la compétitivité et l’accord sur la «flexisécurité». Mais il s’empresse d’ajouter qu’elles «ne seront pas suffisantes pour résoudre le problème» et que «d’autres réponses seront nécessaires».