Cécile Duflot et le double discours des écolos-bobos (vidéo)

L’utilisation d’un tramway pour l’évacuation d’un camp de Roms à Saint-Denis, a provoqué une vive polémique. Cécile Duflot, la fine fleur d’Europe écologie-Les verts a dénoncé « une opération qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire et réveille en nous une monstrueuse évocation. Lorsqu’un service public de transports participe à une opération policière aussi abjecte, c’est tout le pacte républicain qui est bafoué et la honte qui nous submerge« . Pour ceux qui ne l’aurait pas compris, le recours au LHLPSH (Les Heures Les Plus sombres de l’Histoire) évoque la rafle du Vel-d’Hiv en juillet 1942 lorsque 13.000 juifs avaient été emmenés en autobus, avant d’être déportés vers des camps d’extermination nazis. Un raccourcis historique qui fait parti de l’attirail du terroriste intellectuel de gauche mais qui, utilisé sans précaution, peut vite vous faire atteindre le point Godwin (1) en un temps record et vous péter à la gueule comme une grenade dégoupillée.

C’est ce qui arrive aujourd’hui à Cécile. Dans son empressement, l’écolo-bobo à la voix de crécelle a oublié les propos tenus par Dominique Voynet lors d’un reportage sur Canal+. Confrontée à l’occupation illégale de certains espaces communaux par des roms, la Maire de Montreuil n’hésita pas à demander à la préfecture de procéder à une évacuation Manu militari. Excédée, elle reprocha également aux familles roms de faire trop de gosses et de vivre dans la merde….
Mais Dominique Voynet, elle si prompt à délivrer des diplômes de vertu antiraciste, atteindra le paroxysme du cynisme quand elle avouera que cette situation risquerait bien de nuire à sa réélection….

Un nouvel exemple de la duplicité de gauche:

On va mettre en place sur le camp une consultation sur la contraception. Parce que je ne sais pas comment vous faites… Il y a des problèmes de voisinage, on ne peut pas faire l’impasse là-dessus. Si ça continue comme ça je vais perdre les élections.

(1) La loi de Godwin provient d’un énoncé fait en 1990 par Mike Godwin relatif au réseau Usenet, et popularisée depuis sur Internet : « Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1[1]. » Dans un débat, atteindre le point Godwin revient à signifier à son interlocuteur qu’il vient de se discréditer en vérifiant la loi de Godwin. Par extension, du fait de la polysémie du mot « point », des « points Godwin » sont parfois attribués à l’unité.