Non classé

Chrétiens d’Irak : cette fois-ci c’est vraiment la fin

La montée en puissance de l’EIIL et l’application de la Charia dans sa forme la plus extrême réserve un avenir des plus sombres aux chrétiens de la région, qui jusqu’ici ne vivaient pas sous les meilleurs auspices. Pour échapper au pire, ils s’installent en Occident quand ils en ont les moyens, et les autres, dans un premier temps, fuient Mossoul.

Atlantico : Vous êtes l’auteur de « Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd’hui ? : La nouvelle christianophobie » (Éditions Maxima Laurent du Mesnil, 2011) : où en sont aujourd’hui les chrétiens d’Irak ?

Alexandre del Valle : Les Chrétiens d’Irak sont extrêmement inquiets, depuis la prise de Mossoul par l’EIIL et la percée foudroyante des insurgés jihadistes sunnites qui ont pris d’assaut la plaine de Ninive, où vivent de nombreux chrétiens. Ceux-ci ont peur plus que jamais, et il est clair que leur avenir s’assombrit chaque jour. Mais leur avenir est menacé depuis des années et leur situation s’est détériorée depuis les années 1990 déjà, lorsque, dans le contexte de la première guerre du Golfe voulue par l’administration Bush Père, ils ont été accusés d’être “de même religion que les Croisés américains”…

A cet égard, j’ai toujours pensé que la présence d’un chrétien comme Tarek Aziz auprès de l’ex-dictateur laïque sunnite et bassiste Saddam Hussein, n’était pas la « preuve de la tolérance des musulmans d’Irak » mais plutôt la preuve que la seule voie possible pour les chrétiens désireux d’échapper à la dhimmitude et à la Charià était de s’acoquiner, comme leurs frères de Syrie, avec un régime autoritaire nationaliste anti-islamiste.

Hélas, les Occidentaux ont préféré remplacer ce régime baassiste certes autoritaire mais identifiable et relativement laïque par le chaos du multiculturalisme communautariste et de l’intégrisme religieux… Depuis, les fantasmes de Bush fils qui accusait l’Irak d’être un foyer jihadiste d’Al-Qaïda est devenu plus qu’une réalité et les islamistes ont pour objectif de créer un Califat-Emirat salafiste destiné à faire table-rase de tout le passé préislamique et chrétien de l’Irak puis une terre vidée de ses chrétiens… Bref, je crains pour toute cette région une « solution finale » des Chrétiens, solution qui est en cours depuis le début des années 2000 et qui a déjà fait fuir vers le Kurdistan, la Turquie, la Jordanie, le Liban et surtout vers les pays occidentaux la majorité des Chrétiens d’Irak… Les Chrétiens d’Irak étaient plus de 1,2 million à la chute du régime de Saddam Hussein… ils ne sont maintenant que 400 000, répartis entre la plaine de Ninive, notamment à Qaraqosh, qui compte 50 000 habitants en majorité chrétiens, puis vers la zone kurde de Kirkouk et à Bagdad. Depuis quelques semaines, 1000 chrétiens ont été tués dont 7 prêtres et un évêque…

Comment peut-on expliquer la différence de véhémence à l’égard des chrétiens que l’on peut constater entre chiites et sunnites ?

Globalement, pour un chrétien, vivre dans une République islamique n’est jamais la panacée, puisque la Charià dans son application totalitaire voulue par les jihadistes comme dans sa version « intégriste » conforme à la Charià sunnite classique prévoit au mieux l’infériorité juridique, l’humiliation et le racket financier (jizya) permanent de l’Infidèle nommé Ahl al-Dhimma (« gens du pacte ou de la protection »). Mais il est clair que, « à islamistes égaux », les Sunnites et a fortiori les Salafistes sont bien plus intolérants que leurs homologues chiites qu’il s’agisse des Mollahs iraniens ou de leurs « frères » libanais du Hezbollah ou d’Irak. Il suffit de constater qu’en Arabie saoudite les Chrétiens n’ont aucun droit à la liberté de culte, tandis qu’en Iran, les chrétiens de rite oriental (arméniens ou assyro-araméens) sont plutôt libres dans les limites que l’on sait bien sûr. Il en va de même pour les Chrétiens de Syrie ou du Liban, qui sont bien plus libres que les chrétiens du Pakistan ou des pays du Golfe. Ceci vient du fait que le Sunnisme est un islam monothéiste bien plus intransigeant que le chiisme qui est fondé sur la vénération d’Ali et de nombreux « saints », ce que le monothéisme rigoureux sunnite ne peut pas accepter.

lire la suite

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE