• Histoire,  Politique,  vidéo

    14 juillet : la participation de l’armée algérienne se précise

    Addendum

    […] Pour la première fois cette année, l’Algérie participera aux cérémonies du 14 juillet. Trois militaires algériens seront présents lors d’une animation initiale sur la place de la Concorde, mais « il n’y aura pas de défilé », précise-t-on au ministère de l’Intérieur.

    « 80 autres pays ayant participé à la première guerre mondiale ont également été invités cette année par le président de la République », ajoute-t-on dans l’entourage du secrétaire d’État aux anciens combattants, Kader Arif. […]

    De son côté, le ministère de la Défense se « réjouit » de la participation de l’armée algérienne le 14 juillet. « C’est une preuve que nous sommes rentrés dans une phase pacifiée avec l’Algérie », y indique-t-on.

    Jean-Yves Le Drian, qui s’est rendu en Algérie le 20 mai, « s’est fait confirmer par les autorités algériennes leur volonté historique d’y participer », dit-on également. […]

    Pour Hervé Cuesta, le président national du collectif « non au 19 mars 1962″, mouvement essentiellement composé de pieds noirs, « trois militaires c’est déjà trop, car il y aura leur drapeau ».

    Le Figaro

    ———

    Interrogé, ce jeudi 12 juin, par un député d’extrême-droite à l’Assemblée nationale, Kader Arif, ministre français des Anciens combattants, aurait confirmé la participation de l’armée algérienne au défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées.photoministre_arif2« Le député RBM Gilbert Collard a demandé au secrétaire d’État chargé des anciens combattants si, comme le laissait supposer une rumeur instante, les troupes algériennes allaient défiler sur les Champs-Elysées le 14 juillet 2014. À cette question, le ministre a répondu par l’affirmative en prétextant qu’il s’agissait d’une invitation dans le cadre des cérémonies honorant les combattants de 14-18 », écrit le Front national dans un communiqué. […]

    TSA

    Voir : Gilbert Collard plaide en faveur des rapatriés d’Algérie.

  • Histoire,  Politique

    FLN et Việt Cộng sur les Champs-Élysées le 14 juillet : merci François !

    Dans de récents courriers aux associations d’anciens combattants, le secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens combattants (SEDAC), Kader Arif, confirme que François Hollande a invité l’armée nationale populaire algérienne (ANPA) ainsi que l’armée de la république socialiste du Vietnam à défiler sur les Champs-Élysées à l’occasion du 14 Juillet, pour commémorer la participation de ces pays (et une soixantaine d’autres) au premier conflit mondial.

    feminisme-boulevard-voltaire-565x250Si l’on peut voir dans cette démarche de nombreux symboles tout à fait louables (volonté d’apaisement, souhait de réconciliation, paix entre les peuples…), n’oublions pas qu’en 1914-1918, les soldats « algériens » étaient français au même titre que les Sénégalais, les Soudanais, les Tonkinois, les Malgaches, etc. Que le drapeau tricolore leur a servi de linceul.

    Car l’inconvénient est que, dans tous ses courriers, le SEDAC semble limiter la qualité de soldats « algériens » aux seuls autochtones musulmans, niant au passage la francité des combattants de 14-18 (et de 39-45) et niant aussi leurs origines multiculturelles : kabyles, juifs, chrétiens, etc. Pourquoi donc faire une différence et tenter de réécrire l’histoire ?

    Pis. L’ANPA, qui n’est autre que la reformulation de l’armée de libération nationale du FLN, a renié la francité de ces morts pour la France en allant jusqu’à effacer leurs noms des monuments aux morts après l’indépendance de 1962 ! Pour eux, ces soldats ayant combattu sous l’uniforme français étaient des traîtres !

    Ajoutons à cela que jamais le FLN et son armée de libération n’ont respecté les lois et règles de la guerre, multipliant les actes de cruauté et de barbarie.

    Et comme par un malheureux hasard du calendrier, alors que la France vient de se souvenir de Điện Biên Phủ, le 1er novembre 2014 coïncidera avec le 60e anniversaire de la Toussaint sanglante.

    Vous voyez les États-Unis inviter Al-Qaïda à défiler dans les rues de New York ou Washington en 2061 ? Et pendant qu’on y est, pourquoi ne pas demander à l’Amicale des anciens de la division « Das Reich » de venir se joindre au cortège ?

  • Fil Info,  Politique

    Les vrais chiffres de la délinquance du 14 juillet (Exclusif Le Point)

    Le Point.fr a pu consulter les chiffres officiels concernant les faits délictueux du week-end dernier. 21 fonctionnaires de police ont été blessés près de Paris.

    Au lendemain de chaque 14 juillet se pose le même dilemme au ministre de l’Intérieur, qu’il soit de droite ou de gauche : doit-il publier les chiffres des incidents et des arrestations survenus au cours de la nuit de la fête nationale ?[…]

    Si aucun bilan n’a été délivré concernant les faits délictueux du week-end dernier, est-ce alors parce que les chiffres ne sont pas à l’avantage du ministre ? […]

    Selon des documents officiels que le Point.fr a pu consulter, 21 fonctionnaires de police ont été blessés à Paris et dans les trois départements limitrophes de la capitale (92, 93, 94) au cours de la soirée. En 2012, le bilan faisait état de 3 policiers malmenés dans l’exercice de leurs fonctions.

    Le nombre de véhicules incendiés a augmenté de 30 % par rapport à 2012, passant de 196 à 256 en 2013.

    Les tirs de mortier et les jets de projectiles sur les agents de la force publique se maintiennent à un niveau élevé.

    On a dénombré 386 faits de caillassage, mais surtout 337 tirs de mortier contre 210 l’an dernier.

    Les pétards tirés au mortier font de plus en plus de dégâts : si les utilisateurs peuvent y perdre leur main, ces gros pétards peuvent aussi déclencher des incendies. À Suresnes (92), cette nuit-là, un tir de mortier sur le toit d’un immeuble a provoqué l’incendie de deux appartements.

    À Aulnay-sous-Bois, les forces de l’ordre ont été visées par une vingtaine de tirs de mortier ainsi que des cocktails Molotov. Les policiers se sont dégagés en tirant au Flash-Ball.

    Par rapport aux festivités des 13 et 14 juillet 2012, le nombre d’interpellés a diminué de près de 30 %, passant de 543 à 387.

    Les individus arrêtés l’ont été principalement pour des vols aggravés ou simples et pour des jets de projectiles sur les fonctionnaires de police. De même, il y a eu, selon les statistiques officielles, 294 personnes placées en garde à vue contre 330 l’an dernier. Au vu de ce bilan, on peut comprendre que le ministre de l’Intérieur n’ait pas opté pour la transparence.

    Le Point