• Économie, Écologie...

    Les incendies africains représenteraient 25 % à 35 % des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère

    On s’en fout y a pas Bolsonaro pour qu’on puisse lui cracher à la gueule.


    Vues d’en haut, les forêts du bassin du Congo s’étendent à l’infini. Denses, profondes, et apparemment impénétrables, les forêts de l’Afrique centrale s’étendent sur plus de 200 millions d’hectares. C’est le « deuxième poumon forestier » de la planète, après l’Amazonie. Et pourtant, abondamment relayée, une carte satellitaire de la Nasamontre en rouge incandescent la zone des départs de feu qui prennent le cœur du continent en écharpe, du Gabon à l’Angola, de l’Atlantique à l’océan Indien. Entre jeudi 22 et vendredi 23 août, près de 7 000 feux ont été détectés rien que dans les forêts du Congo, contre 2 000 au Brésil pour la même période, selon les chiffres de Weather Sourcecompilés par Bloomberg. Les incendies africains représenteraient 25 % à 35 % des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, selon une note de l’Agence spatiale européenne (ESA).

    Le Point

  • Politique

    Le Dalaï Lama prévient que l’Europe pourrait devenir « musulmane ou africaine » si les migrants ne sont pas renvoyés dans leur pays

    Lui c’est mon pote…


    Le Dalaï Lama a affirmé que « l’Europe est pour les Européens » et que le continent pourrait devenir « musulman ou africain » si les migrants ne sont pas renvoyés dans leur pays d’origine.

    Le chef spirituel bouddhiste, qui vit en tant que réfugié en Inde depuis qu’il a fui le Tibet en 1959, a déclaré que seul un « nombre limité » de migrants devrait être autorisé à rester.

    Lors d’une interview accordée à la BBC, le Dalaï Lama a ajouté que les réfugiés qui ont fui en Europe devraient recevoir des compétences avant d’être renvoyés.

  • Non classé,  Politique

    L’entretien du dimanche : « L’Europe va s’africaniser, c’est inexorable »

    Stéphen smith n’est pas un membre de l’extrèmmmheu drouattte… il était juste journaliste à…. Libération.


    L’Afrique comptera 2,5 milliards d’habitants en 2050. Stephen Smith, spécialiste de ce continent, regarde les faits dans les yeux : la jeunesse africaine est en marche vers l’Europe.

    L’Europe traverse actuellement une crise migratoire. Cette thématique a notamment pesé lors des dernières élections en Italie. Sur 510 millions d’habitants, l’Union européenne compte 21 millions de citoyens non-européens, soit environ 4% de sa population (chiffres Eurostat 2016).

    Entretien avec Stephen Smith, auteur de La ruée vers l’Europe. Pour lui, « ce ne sont pas les plus pauvres qui migrent » mais ceux qui en ont les moyens.

    Vous affirmez qu’une migration massive de l’Afrique vers l’Europe est inéluctable. Pourquoi ?

    Parce que l’Afrique achève sa transformation démographique et connaît en même temps un début de prospérité. Or, lors du passage de familles nombreuses à forte mortalité à des familles plus restreintes et une espérance de vie plus longue, toutes les parties du monde ont massivement migré. L’Afrique ne fera pas exception.

    Il y a aujourd’hui 500 millions d’habitants dans l’UE, et 1,25 milliard d’Africains en face, dont 40 % ont moins de… 15 ans ! En 2050, il y aura 2,5 milliards d’Africains pour 450 millions d’Européens. La jeune Afrique va venir chercher de meilleures chances de vie sur le Vieux continent, c’est inscrit dans les faits.

    Vous dites qu’il pourrait y avoir plus de 100 millions de candidats au départ. Comment obtenez-vous cette estimation ?

  • Non classé

    Mélenchon : « on traite les maghrébins en suspects et on devrait considérer les Lituaniens comme des frères »

    Mélenchon a un amour aveugle et pathologique pour tout ce qui vient du Maghreb. Et une détestation psychopathologique pour tout ce qui est blanc.
    Mélenchon président la France devient un département de l’Afrique.


    Rappel:

    https://www.youtube.com/watch?v=OZI1P5yQpjk

  • Politique

    Borloo : “Sans électricité en Afrique, l’Europe peut s’attendre à un tsunami migratoire”

    Pendant deux ans, Jean-Louis Borloo a parcouru le monde pour défendre son “plan Marshall” d’électrification du continent africain. Dans son plaidoyer, l’avocat de l’Afrique défend un projet aussi humanitaire que politique. Mise en garde face à un chaos annoncé.

    Quel accueil votre projet a-t-il reçu auprès des partenaires internationaux rencontrés au cours de ces deux années ? Les avez-vous convaincus ?

    Tous ont pris conscience de l’urgence d’agir. L’agence chargée de ce plan d’électrification, créée par les 54 chefs d’État africains, est désormais en place et pilotée par le président guinéen Alpha Condé. Ce projet devrait être, je l’espère, le thème central du prochain sommet Afrique-Union européenne en novembre prochain, à Abidjan. L’électrification de l’Afrique est un sujet politique majeur. Il y va de la stabilité du monde, de sa sécurité et de sa croissance. C’est un enjeu de stabilité parce que, d’ici à 2050, un quart de la population mondiale sera africaine. Sans électricité, préalable requis au développement, c’est un tsunami migratoire qui pourrait déferler vers l’Europe et la péninsule Arabique, attiré par la lumière de ce qu’ils considèrent être des eldorados. Un enjeu de croissance : l’Afrique est bouillonnante ! La croissance européenne de demain sera tirée par celle de l’Afrique. Les études prévisionnelles de l’université de Lafayette prévoient qu’une Afrique électrifiée, c’est 15 % de croissance par an pendant trente ans et 2 points de croissance européenne dans la même période.

    L’Afrique électrifiée nous protégerait donc du chaos migratoire annoncé ?