• Blog d'actualité

    Non-divulgation de l’origine de l’agresseur de Cergy, non-évocation de l’attaque d’une procession catholique… : France Info se justifie

    Le rendez-vous de la médiatrice, c’est le moment d’écouter ce que les auditeurs et internautes ont à nous dire. Aujourd’hui avec Emmanuelle Daviet, la médiatrice des antennes de Radio France et Matthieu Mondoloni, directeur adjoint de la rédaction de Franceinfo, nous nous intéressons au traitement de certains fait divers et notamment des éléments de profil que l’on donne ou pas à l’antenne sur un agresseur.

    Emmanuelle Daviet, médiatrice des antennes de Radio France. 

  • Blog d'actualité

    Cergy : « Nous, les Algériens, on vous a vendu comme du bétail pendant 800 ans »

    Message du responsable du restaurant Brasco

  • Laïcité,  Politique

    Communautarisme et clientélisme PS à Cergy : un élu socialiste balance

    Lu sur Fdesouche

    Pierre Bouchacourt, militant socialiste depuis 1986, a occupé diverses responsabilités de cadre du parti socialiste dans le Val d’Oise et a été élu municipal entre 2001 et 2014.
    Collaborateur d’élu(e)s durant près de 20 ans dans des villes populaires d’Ile-de-France et auprès d’élus nationaux, il travaille aujourd’hui dans le secteur privé.

    Je me souviens de l’époque où une partie de mon temps était consacrée à trouver des chaises ou des salles pour une fête confessionnelle, à se mobiliser pour rendre possible l’installation d’abattoirs halal, à faire réparer le bout de trottoir devant le pavillon du président de telle ou telle communauté, à trouver du travail à leurs enfants… A travailler avec les communautés, non pas les unes avec les autres pour donner du sens à la citoyenneté, pour essayer de dépasser les identités secondaires et ce quelles que soient les difficultés économiques et sociales, mais avec chacune d’entre elles, l’une après l’autre, indépendamment l’une de l’autre.

    mWQccVh

    Comme d’autres, j’ai bien essayé de lutter, mais décidément pas assez et nous étions bien peu nombreux. Bien des élus locaux, passé un discours républicain de forme, se sont engouffrés dans le clientélisme communautaire, à coups de subvention, à coups de passe-droit, à coups d’entorse à la laïcité.

    Je repense au maire de la commune dont j’étais l’adjoint. Un homme cultivé, passé par une grande école de la République, plusieurs fois directeur de cabinet de ministres, très à cheval sur les principes républicains, premier à dénoncer le communautarisme, mais qui, comme beaucoup d’autres, n’a pas résisté dans sa gestion municipale au quotidien. Il a même eu comme principale fierté lors de son dernier mandat d’inaugurer en grande pompe une mosquée « où toutes les nationalités seraient représentées pour faire vivre un islam de la tolérance ».

    Je repense avec malaise à ces courriers demandant sans honte de l’argent à l’organisation de la conférence islamique pour aider au financement de l’édifice alors que l’édile assurait, à qui voulait bien l’entendre, que « sa mosquée pour un islam de la tolérance ne bénéficie d’aucun autre financement que de celui des musulmans de l’agglomération ».

    (…)  J’ai vu tout ça émerger, se transformer, j’ai vu les revendications évoluer, se radicaliser, les croyants sincères heureux de pouvoir prier dans leur nouvelle mosquée se faire doubler par des fondamentalistes, les tracts distribués dans la « mosquée pour un