• Laïcité,  Politique,  vidéo

    Le porte parole du PS Eduardo Rihan Cypel était au lancement de la mosquée radicale de Roissy-en-Brie, subventionnée par UMP et PS. (vidéo)

    Le 5 juin 2010, nombre d’élus se pressaient à la pose de la première pierre de la Grande mosquée de Roissy-en-Brie. Et pour cause, la député UMP Chantal Brunel puisa dans sa réserve parlementaire pour aider le projet et le conseiller général PS François Perrussot tint à souligner dans son discours qu’une subvention de 185 000 euros fut votée à l’unanimité par le conseil général de Seine-et-Marne (PS) pour la « partie culturelle » de la mosquée.

    Eduardo-Rihan-Cypel-Francois-HollandeLe premier média musulman de France Saphirnews, précisa que le Conseil Régional d’Ile-de-France apporta une subvention similaire. A cette époque, Eduardo Rihan Cypel venait d’être élu conseiller régional, il a depuis remplacé Chantal Brunel à l’assemblée nationale.

    3145612645

    Il vint à la cérémonie au nom du Conseil Régional IDF, on peut le voir de la minute 1:05 à 1:40 debout à gauche du président de l’Association Culturelle des Musulmans de Roissy-en-Brie au pupitre.

    Depuis qu’il est député de Seine-et-Marne, Rihan Cypel a continué à s’engager pour terminer le projet, malgré les liens de la mosquée avec un cheikh syrien aux écrits djihadistes (voir plus bas), ainsi que le prouve notre documentaire. Effectivement, Le Parisien du 27 août 2013 rapporte que « Eduardo Rihan Cypel, député PS de la 8e circonscription dont fait partie Roissy-en-Brie, a également intercédé en faveur de l’association. « J’ai simplement confirmé que ses responsables sont des personnes très sérieuses, affirme l’élu. C’est une bonne chose que ce projet puisse aboutir. La provenance des fonds n’a pas d’importance tant qu’elle respecte la législation française. » source

    Voici notre documentaire qui prouve la présence du porte parole du PS, et le profil islamiste du cheik Ramadan al-Bouti (assassiné en 2013) , star de la journée, dont les écrits prônant le djihad offensif (voir Wikipedia) sont exposés (scans de ses écrits en édition française à la minute 3:59)

  • Laïcité,  Politique,  vidéo

    Comment l’UMP finance l’islamisme: l’exemple de Chantal Brunel et du Cheikh Al-Bouti (vidéo)

    L’UMP cherche à faire oublier son bilan. C’est de bonne guerre. Mais on peut difficilement oublier que sarkozy fut le promoteur de l’immigration choisie dont la conséquence fut l’entrée massive de 203 000 immigrés légaux/an. Il fut aussi le promoteur de la discrimination positive qui n’a fait que renforcer le communautarisme. Il a été tout à la fois l’ardent défenseur de la république métissée, de la diversité et du multiculturalisme.

    Mais il a surtout été le grand ordonnateur de la laïcité ouverte. Un concept qui aura permis à des élus de droite comme de gauche de contourner la loi de 1905. Dans son livre,  » Ces maires qui courtisent l’islamisme« , Joachim Véliocas a répertorié tout en les dénonçant les alliances qu’ont tissé les élus de la république avec des islamistes ces dernières années:

    Alain Juppé dit avoir  » d’excellentes relations  » avec les  » principaux leaders  » de la communauté musulmane de Bordeaux. Tareq Oubrou, futur imâm de la Grande Mosquée de Bordeaux, est pourtant un laudateur des Frères musulmans, un mouvement qui milite pour la restauration du Califat et la réunion des musulmans d’Istanbul à Bordeaux, la frontière étant  » une méprisable hérésie « . A Marseille, Jean-Claude Gaudin ménage quant à lui toutes les composantes de l’islamisme local, sa mairie allant jusqu’à réaliser les dossiers de presse du mouvement Tabligh. A Paris, Bertrand Delanoé offre 20 millions d’euros pour un Institut musulman, dont le site officiel nous informe qu’il comprend des salles de culte, c’est-à-dire une mosquée. A Strasbourg, la nouvelle mosquée – financée par les collectivités locales – entretient des liens étroits avec l’islam radical. Certains élus UMP demandent une loi punissant l' » injure au fondement d’une religion « , soit le délit de blasphème prévu par la charia, à la suite de l’affaire des caricatures de Mahomet. Etc, etc, etc.

    Chantal Brunet, député UMP de Seine-et-Marne est un parfait exemple de cette collusion entre politique et islamisme.